Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 13:10

 

 Pour le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques), la question de la politique familiale, la question du financement de la sécurité sociale, ou la question de la compétitivité des entreprises ne peuvent être abordées uniquement sous l’angle de la fiscalité et de la baisse des charges patronales. Le CNAFAL observe d’ailleurs que déjà dans les années 1980, Yvon GATTAZ, Président du CNPF, promettait un million d’embauches contre des exonérations fiscales ; on connait la suite… Mais passons.

En fait aujourd’hui, le débat est lancé sous l’angle de la compétitivité et du différentiel avec l’Allemagne sur le « coût du travail ». Or, le rapport BUR (27 décembre 2011) reconnait que c’est la politique de « modération salariale » en Allemagne depuis 10 ans (et contestée aujourd’hui par les syndicats), qui est en cause par rapport à l’ensemble des pays européens. Autrement dit, l’Allemagne fait du dumping social, ce qui pénalise tous les pays européens. Ce rapport constate aussi que les gains de productivité horaires en France sont supérieurs à ceux observés dans la zone euro, malgré la réduction du temps de travail… Il constate également que la perte de compétitivité a d’autres facteurs : positionnement de gamme, réactivité de l’offre face à la demande, faiblesse des PMI/PME qui ne sont pas soutenues suffisamment par choix politique et stratégique en vue d’avantager les grandes entreprises du CAC 40…

L’impact sur l’emploi des allègements de charges n’est pas si important que l’on veut bien le dire (300 000 emplois) et il est passager et lent à se concrétiser ! Au final ce sont les consommateurs déjà pressurés (30 taxes nouvelles ont été instaurées par le gouvernement depuis 2007 et en 2012 le mouvement s’accélère), qui vont payer l’addition en achetant moins, ce qui pénalisera la production locale ! Le vrai sujet de la réforme c’est le financement de la protection sociale. Or, il est faux de dire que la perte de compétitivité est liée au financement de la Sécurité Sociale.

 Le niveau des cotisations assises sur le travail est la contrepartie du niveau de protection choisi par les citoyens français.

Ce sont des choix politiques : 2/3 des français refusent la TVA sociale et ne veulent pas que l’on touche à la Sécurité Sociale !

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 08:57

 

2010-alfaflyer.jpg

 

Vous trouverez ci-dessous après cette présentation deux articles sur notre activité "cours de français" dont une analyse sur les difficultés rencontrées par de nombreux organismes avec le manque de financements.

 

12 bénévoles interviennent chaque semaine et aujourd'hui nous ne pouvons plus accueillir de nouveaux apprenants sauf si nous ouvrons d'autres créneaux....

Cette décision ne sera possible que si nous avons de nouveaux bénévoles et ceci après un temps de préparation et de formation.

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 16:14

 

C'est une action que nos bénévoles mènent depuis plusieurs années.

Les apprenants habitent à Vaux le Pénil, Melun, le Mée sur Seine ou Dammarie les Lys

Voici comment l'un d'entre eux présente les séances :

 

Adrien est graphiste. Il vient du Pays-Bas.

Il a réalisé la carte du monde en mettant un repère pour indiquer d'où viennent les élèves. Il y a aujourd'hui trente pays représentés.

Le plus jeune élève a 17 ans et la doyenne va avoir 65 ans. Ils apprennent le français avec des bénévoles de l'association : "Familles Laïques" le lundi, le mardi et le jeudi hors vacances scolaires.”

 

Nous le remercions très chaleureusement pour le travail qu'il a effectué. Sa carte montre bien que c'est le monde entier qui se retrouve chaque semaine au local de “Familles Laïques”.

 

Les bénévoles préparent ensemble les séquences en tenant compte des “niveaux” : certains des apprenants connaissent peu de mots français en arrivant la première fois alors que d'autres commencent à composer des phrases simples.

Chaque année des formations sont proposées aux formateurs qui ainsi se perfectionnent.

C'esrt une aventure humaine riche par les contacts et relations...Les élèves sont très motivés et les progrès sont sensibles.

 

Notre association ne se substitue pas aux organismes spécialisées...Quand cela est possible, des apprenants sont orientés vers des formations plus longues assurées par des professionnels.

C'est ainsi que se construit une complémentarité entre l'association et les organisateurs de cours agréés .

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 08:56

L’année 2011 était l’année européenne du volontariat et du bénévolat, ce qui a permis à l’Etat et à ses services d’organiser des colloques et des rencontres sur ce thème.

De qui se moque-t-on ?

D’un côté le pouvoir vante le mérite de l’engagement associatif et de l’autre il réduit les subventions aux grandes fédérations d’éducation populaire, annule des dotations prévues dans le cadre de la politique de la ville et décide de franchir un pas de plus dans l’attaque frontale contre l’engagement associatif.

2011, fut l’année de consécration de la suppression des directions départementales jeunesse et sports ….Les Directions départementales de la Cohésion Sociale assurent une partie des missions des ex DDJS et aujourd’hui les professeurs de sports et conseillers d’éducation populaire et de jeunesse sont rarement envoyés sur le terrain pour soutenir les projets enfance jeunesse.

Les directions départementales de la Cohésion sociale viennent de connaître les prévisions budgétaires pour 2012 sur le volet enfance-jeunesse….

La réduction budgétaire s’élève à 25% des crédits 2011

Les dernières années ont vu se préciser et s’amplifier le désengagement de l’état envers les associations. Les associations en lien avec le Ministère de la cohésion sociale sont touchées de plein fouet par la disparition de la moitié des financements des postes « Fonds de coopération de la Jeunesse et de l’Education Populaire » (FONJEP), ( Aide à l’origine de 7320€ par poste).

Pour 2012, la dotation financière sera réduite de 30%

Voici l’annonce faite en décembre 2011, juste avant Noël.

Le poste FONJEP, c’est un financement pérenne de l’Etat pour une période de 3 ans permettant la prise en charge partielle du salaire d’un animateur associatif.

De nombreuses associations et notamment les plus fragiles financièrement vont se retrouver en grande difficulté avec deux alternatives : l’abandon d’un service à la population avec le licenciement d’animateurs ou la marchandisation accrue….Au lieu de monter des projets d’animation avec la population, des associations chercheront des sources de financement alternatifs, voire des marchés ( formation, conseil, service payant)….

Pour se dédouaner quelque peu, les Services de l’Etat proposent aux associations de demander des postes aidés…. C'est-à-dire d’engager des personnes en difficultés, sans formation et leur proposer des CDD de six mois ou d’un an maximum, payés sous le seuil de pauvreté puisqu’il s’agit de contrats de 20 heures par semaine !

Mieux encore, les directions départementales de la Cohésion Sociale envoient leurs ex fonctionnaires DDJS sur le « terrain » pour « vendre » « les volontaires civils » !

C’est du « gagnant gagnant » : l’Etat prend en charge les indemnités et charges, l’association n’a qu’à verser 100 € par mois par « poste »…. Sauf que ce sont des contrats de 20 heures et qu’à la fin des deux périodes de six mois, les ex volontaires ne peuvent même pas avoir accès aux RSA jeune !?

 

VIVE  2012 !

Les associations et les militants partagent plusieurs vœux :

 

- La re-création des DDJS

- L’ouverture d’une réflexion-action sur l’avenir de l’éducation populaire.

 

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 08:52

Voeux 2012 Chorale

 

Bonne Année 2012 à la Chorale Chanterelle et à toutes les associations de Vaux le Pénil

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:13

Le président de la République vient de donner un « cadeau royal » non aux surendettés et notamment aux plus pauvres qu'il n'oublie pas dans ses prières, mais à tous les créanciers aux aguets prêts à envoyer les huissiers.

Ces surendettés, victimes de la crise et surtout de la politique sociale et économique du gouvernement sont de plus en plus nombreux ….

218 102 dossiers ont été déposés auprès des commissions surendettement de la banque de France et 2010....

Ce sont aujourd'hui 950 000 ménages qui seraient surendettées avec en moyenne une dette de 35 000 €.

Si l'an dernier encore on pouvait déplorer le nombre de surendettés actifs, c'est à dire de personnes pris dans les filets des crédits révolving et devenant par là même des surendettés actifs, aujourd'hui le nombre de surendettés passifs se multiplie.

De très nombreux ménages n'ont pas assez pour vivre et sont en face à des difficultés insurmontables avec des dettes de loyers, d'électricité, de gaz, de cantine ….

Avant que l'hôte de l'Elysée ne donne des ordres et ne modifie les textes, la fraction cessible ou saisissable qui pouvait être versée aux créanciers du salarié était calculée en fonction de sa rémunération et de ses charges de famille selon un barème publié chaque année au Journal officiel.

Un tout petit décret va modifier tout cela et modifier la vie des familles suredettées....Ce n'est pas grand chose « une broutille, une bricole, un détail, une babiole », jugez vous en vous mêmes :

Lors d'une saisie sur salaire, la loi interdit au créancier de prendre la totalité de la rémunération du débiteur afin que celui-ci continue à percevoir un minimum vital pendant le remboursement de son arriéré : le "reste à vivre".

Désormais, la fraction insaisissable est fixe, peu importe le nombre de personnes composant le foyer du salarié, elle dépend des revenus dans le cadre d'un tableau progressif mais ne tient pas compte du nombre de personnes vivant sur les revenus de la famille.

En janvier 2011 chaque tranche était d'environ 3 300 € jusqu’à un plafond de 20 470 € et était majorée de 1 330 € par personne à charge.

Aujourd'hui cette majoration disparaît et voici le nouvel article

 

'article R. 3252-2 du code du travail est remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. R. 3252-2. ― La proportion dans laquelle les sommes dues à titre de rémunération sont saisissables ou cessibles, en application de l'article L. 3252-2, est fixée comme suit :
1° Le vingtième, sur la tranche inférieure ou égale à 3 590 € ;
2° Le dixième, sur la tranche supérieure à 3 590 € et inférieure ou égale à 7 030 € ;
3° Le cinquième, sur la tranche supérieure à 7 030 € et inférieure ou égale à 10 510 € ;
4° Le quart, sur la tranche supérieure à 10 510 € et inférieure ou égale à 13 950 € ;
5° Le tiers, sur la tranche supérieure à 13 950 € et inférieure ou égale à 17 410 € ;
6° Les deux tiers, sur la tranche supérieure à 17 410 € et inférieure ou égale à 20 910 € ;
7° La totalité, sur la tranche supérieure à 20 910 €.»

 

Les associations familiales et les associations de consommateurs ne peuvent demander que l'abrogation de ce décret et le retour à un mode de calcul tenant compte du nombre de personnes composant la famille.

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 10:46

DECEMBRE 2011

 PETIT DEJEUNER SOLIDAIRE

 

Le 8 décembre, entre 7 et 9H, les membres du Cercle de silence se sont retrouvés devant la Préfecture de MELUN avec d’autres associations ou organisations pour offrir café, et viennoiseries aux Etrangers venus pour faire renouveler leur titre de séjour ou signaler un changement de situation.

 

Cette action, appréciée des étrangers avait pour but de témoigner notre solidarité et protester contre leurs conditions d’accueil, les délais interminables pour obtenir une réponse, la multiplication des titres de séjour de 3 mois (au lieu du renouvellement de la carte de séjour d'une année), parfois sans autorisation de travail, les demandes répétitives de documents à fournir, les dossiers égarés.

 

Certains étaient arrivés la veille sans être assurés d’être reçus au guichet. Beaucoup repartiront sans avoir franchi les grilles de la Préfecture, et seront priés de revenir un autre jour. D’autres n’obtiendront même pas de réponse à leurs demandes où seront obligés de revenir parce qu’il manque un document.

Pour tous une journée de travail perdue.

Dans cette longue file d’attente, des mamans avec bambins et jeunes enfants à la merci des conditions météorologiques, sans possibilité de satisfaire un besoin naturel.

 

Des témoignages ont été recueillis confirmant le mépris et le peu de considération que le personnel de la Préfecture réserve aux Etrangers. Pour tous la même exaspération, la même incompréhension. Pourquoi la France nous réserve t’elle cet accueil ?

 

L’insuffisance des moyens en personnel, le manque de formation des agents ne suffisent pas à expliquer cette situation intolérable.

A chaque demande de renouvellement, les demandeurs sont obligés de s’acquitter d’une taxe fixée à 110 euros.

 

NOUS DENONCONS LES CONDITIONS D’ACCUEIL INDIGNES, NOUS REFUSONS, QUE POUR ACCEDER A UN SERVICE PUBLIC, DES PERSONNES DORMENT DANS LA RUE, NOUS DENONCONS CETTE POLITIQUE QUI INTIMIDE LA POPULATION ETRANGERE ET LA PRIVE DE SON DROIT AU SEJOUR

NOUS DENONCONS L’ABSURDITE D’UNE MACHINE A FABRIQUER DES SANS PAPIERS. NOUS DEMANDONS A LA PREFECTURE DE PRENDRE DES MESURES POUR QUE CESSE CETTE HUMILIATION 

 

C’est le message que les associations porteront début janvier lors de l’audience avec le Préfet.

 

 

 

 

Le CERCLE DE SILENCE de Melun.

S’y retrouvent, à titre personnel, des membres de diverses organisations : Réseau d’éducation sans frontière, Action des chrétiens contre la torture, Ligue des droits de l’homme, Familles Laïques de Vaux le Pénil, CDAFAL77, MRAP, CCFD, Entraide protestante, Cimade, Partenia 77… et aussi des hommes et de femmes n’appartenant à aucune organisation.

Venez nous rejoindre chaque dernier mardi du mois, de 18h00 à 19h00.

Place Saint Jean à MELUN 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:35

 INTERVENTION  de Jean-Marie Bonnemayre sur le mal logement au colloque "un toit pour tous" du 18 novembre 2011

http://www.cdafal77.fr/jmb111118.html

 

 Des pseudos associations, vrais marchands de sommeil!

 

Les jeunes, c'est du pain béni pour les arnaqueurs de toutes origines.

On connaissait déjà les micros studios au 6 ème étage à Paris, loués au prix de 400 à 500 €, voire plus avec un WC à l'étage....

Le Secrétaire d'État chargé du logement et de l'urbanisme, Benoist Apparu avait promis de faire le ménage...Il lui fallait faire la une...Il l'a fait et puis plus rien!

Aujourd'hui, ce sont des arnaques collectives ou du moins pratiquées par des pseudos associations

qui sont découvertes.

Lorsqu'un internaute m'a envoyé ce message, j'ai pensé que c'était un canular...

Jugez en vous mêmes, j'ai juste effacé les identités de l'association et de la ville :

« Aujourd’hui nous dénonçons les pouvoirs d’influences que pratique l’association X qui sous loue plus de 150 appartements en Seine et Marne.
Les appartements sont loués à un bailleur social à 600 € le mois, et l’association les reloue 400 € la chambre au mois.
(Ex appartement f5 loué 600 € a l'Office)
(4 chambres à 400 € égales 1600 € pour l'association X).
Voila les nouveaux systèmes de vendeurs de sommeil que nous dénonçons aujourd’hui, car beaucoup de familles dorment dehors ou attendent des années pour avoir un logement.
Nous dénonçons quand les jeunes peuvent pas payer, ont les jette comme des mal propres.
Nous dénonçons les pouvoirs d influences, quand on est au service au logement de la ville de Y, et qu’on s’approprie des logements pour son association à but lucratif, car un coefficient 3 est fait sur chaque logement.
Nous accusons, ces personnes indignes de leur poste de vouloir se servir de leur notoriété en toute impunité et ce, à la face du monde.
Quelle parodie honteuse aux yeux de la France. »

 

J'ai naturellement appelé l'association en me faisant passer pour le père d'un demandeur....

Renvoyé auprès du secrétariat de la résidence, j'ai eu, malheureusement confirmation des dires de mon interlocuteur :

Ce sont des chambres meublées sur Marne la Vallée en colocation : chaque colocataire paye entre 348 € et 443 € pour une pièce, la cuisine et la salle de bain étant en gestion partagée avec deux ou trois personnes !

Quant à l'APL elle peut être versée par la CAF et déduite du loyer....

Voici là une bien curieuse association et de bien curieuses pratiques....

Espérons que cette « association » ne bénéficie pas en outre de subventions publiques!?

Évidemment, je n'en resterai pas là....

Dire que de réelles associations assurent des actions de solidarité en s'appuyant sur des bénévoles alors que d'autres, avec pignon sur rue de font des bénéfices substantiels sur le dos de jeunes souvent en difficultés !

Je ne sais pas ce que vous pensez de tout ceci mais moi, je suis scandalisé et en colère....

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 11:28

 logement social 2-2

Les associations de locataires et beaucoup d'associations familiales dénoncent avec force la non application par de nombreuses municipalités de la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, couramment appelée loi SRU.

 

Certaines expliquent qu'elles n'ont plus de réserves foncières, alors qu'elles continuent à promouvoir des constructions de maisons et d'appartements par des promoteurs immobiliers.

 

D'autres préfèrent payer la taxe très symbolique au lieu de faire construire car les habitants ne comprendraient pas ! ?

 

Parfois des communes qui essayent de répondre à leurs obligations légales se retrouvent piégées par les bailleurs qui décident sans réelle consultation de revendre aux locataires une partie de leur patrimoine.

 

Cela leur permet :

  • de se débarrasser de logements, à rapports faibles ( loyers peu élevés) assez vieux, donc de faire l'économie de la réhabilitation ;....

  • de récupérer des fonds leur permettant de réinvestir dans des appartements aux loyers moins modérés

Face à cette politique anti sociale, les Municipalités doivent réagir, c'est à dire s'opposer à la cession d'appartements à des tiers et exiger au moment où elles font voter des garanties d'emprunts pour des bailleurs que ceux-ci s'engagent à ne pas diminuer leur nombre de logements sociaux sur la commune.

 

Ne faudrait-il pas interdire par la loi à tout bailleur de faire ce type d'opération :

  • sans l'autorisation de la Municipalité du lieu d'implantation des appartements

  • et si la cession conduit la ville à « retomber » sous la barre des 10%?

 

Poser la question, c'est y répondre!

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 18:48

samson-0015-0287-s.jpg

Je viens de recevoir un appel téléphonique de la secrétaire d'une association locale de ma commune.

Affolée elle m'alerte : « Nous venons de recevoir une mise en demeure de l'URSSAF pour le paiement d'une pénalité de retard pour un versement des cotisations sociales. »

Ce pli est un recommandé avec accusé de réception!?

Renseignement pris, la déclaration avait été faite en ligne le 12 octobre et l'envoi par courrier avait suivi le soir même.

Il fallait régler avant le 15 octobre, l'assoce était dans les clous...pas pour l'URSSAF qui,elle, n'a pas d'état d'âme....

Cela s'appelle du harcèlement...

Bien évidemment, en écrivant une lettre d'explications ou d'excuses, une remise à titre gracieux pourra être offerte!?

Il faut se faire humble....

Combien de missives de mise en demeure sont adressées à des petites associations pour un tel léger retard ?

Pourquoi tant de zèle et de menaces en direction des petits.

L'association en a vu d'autres …

Pour une association comme celle-ci qui ne panique pas parce que ses responsables sont par ailleurs des syndicalistes qui connaissent l'administration, combien d'autres commencent à s'inquiéter voir même à se décourager? :

 

  • il faut téléphoner à l'URSSAF

  • écrire un courrier de sollicitation

  • attendre la réponse....

Mais au fait, quand les collectivités territoriales, l'Etat ou les institutions ont plus d'un mois, voire plusieurs mois de retard de versement de subventions dues à des associations , ils ne versent pas des indemnités de compensations ?

 

Oui je suis en colère, très en colère, d'autant plus que vendredi soir au cours d'une formation sur la gestion administrative associative, il ne fallait pas craindre l'URSSAF....

L'URSSAF a une mission sociale et peut apporter des conseils aux associations....

Bla, bla, bla...

De fait l'URSSAF comme d'autres est humble avec les grands et intraitable avec les petits....

Dire que de grandes entreprises accumulent des retards de paiement de cotisations sociales, oublient de les régler ou sont exonérées...Elles sont grandes et leur retard n'est pas insignifiant (!)

 

J'exagère peut être? Quoi que!

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 12 novembre 2021

 Vendredi 10 decembre 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France