Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 07:57
L’Union sociale pour l’habitat réaffirme l’utilité du modèle français du logement social

Suite à l'article publié sur le droit au logement, voici un texte de positionnement de l'Union sociale pour l'habitat ( publié sur le site du CIDEFIL)

jeudi 23 février 2017[]

Dans sa réponse au rapport de la Cour des comptes, l’Union sociale pour l’habitat se félicite de constater une prise de conscience générale de la paupérisation croissante des ménages, notamment des ménages demandeurs de logement social, et des difficultés rencontrées par les ménages aux revenus modestes pour accéder à un logement.

L’USH se satisfait également de la mise en évidence du rôle fondamental du logement social dans la politique du logement en France et de la qualité de la réponse apportée par les organismes Hlm.

En revanche, l’USH s’oppose à la conclusion de la Cour, qui préconise une spécialisation accrue du parc social dans l’accueil des ménages aux revenus les plus modestes, sans prendre en compte la mixité sociale à laquelle aspirent les habitants et les collectivités locales. Cette conception dite "résiduelle" du parc social est d’ailleurs en complète contradiction avec les orientations fixées par les pouvoirs publics. La mission du parc social est d’apporter une réponse aux ménages rencontrant des difficultés réelles à trouver un logement, tout en veillant à respecter le principe de mixité sociale, à même d’éviter la multiplication des îlots de pauvreté et des facteurs de déséquilibre pour la société française.

Enfin, l’Union sociale pour l’habitat considère que la politique du logement social ne peut être analysée sans référence au parc locatif privé. Elle invite donc la Cour des Comptes à se pencher sur les aides publiques accordées aux investisseurs locatifs privés. Ces aides publiques, d’un montant de 4 milliards d’euros, sont considérables, alors même que leurs contreparties sociales ne font pas l’objet d’un contrôle et d’orientations par les acteurs publics locaux, comme c’est le cas pour le parc social.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:28
LE DROIT AU LOGEMENT :  TOUS LES COMPTES DOIVENT ETRE FAITS, Y COMPRIS LES COMPTES SOCIAUX !

 

 

 

Dans son rapport la Cour des comptes rappelle l’obligation qu’ont les bailleurs sociaux à loger les plus démunis.

Le rapport regrette que les ménages modestes ou défavorisés ne représentent que 52% des occupants du parc social même si ce chiffre est en hausse.

« Ainsi, les ménages pauvres logés dans le secteur privé, faute d’accès à un logement social, payent des loyers de 40 à 50% plus élevés que dans le parc social, sans avoir des aides au logement plus importantes. » précise le rapport.

C’est un constat qui rejoint celui qu’effectuent les équipes de bénévoles associatifs sur le terrain.

Comme le délai d’attente pour avoir un logement social est en moyenne de 4 ans, voire beaucoup plus dans certaines villes, des familles en difficulté cherchent dans le parc privé….Le coût résiduel à la charge de la famille après la déduction des aides au logement est plus important, parfois insupportable.

De plus en plus de familles en difficultés se retrouvent menacées d’expulsion.

La Cour des comptes émet plusieurs propositions comme celle qui consiste

à abaisser les plafonds de ressources permettant l’accès au logement social dans les zones tendues.

Cette proposition va l’encontre de la nécessité de faire vivre la mixité sociale dans les quartiers de nos villes et d’éviter la ghettoïsation.

La réponse de la ministre du logement Emmanuelle Cosse est pleine de bon sens :

« la proposition d’abaisser les plafonds de ressources d’accès au logement social serait de nature à détourner celui-ci de sa vocation généraliste ».

Elle a aussi rappelé la nécessité de continuer à produire 150 000 logements nouveaux par an.

Pour la Cour des comptes « Il suffirait d’améliorer d’un point le taux de mobilité pour obtenir une offre supplémentaire équivalente à la construction de 47 000 logements par an, sans que cela n’entraîne de coût pour les finances publiques ».

Cette rotation contraignante risque de faire partir une population dont la présence participe à la mise en vie de la mixité sociale et de créer de l’insécurité pour les familles attachées à leur appartement et leur lieu de vie.

ALORS QUE FAIRE ?

Le droit au logement doit être effectif, ce qui suppose un nombre de constructions nouvelles suffisant et la mise en œuvre d’un plan de réhabilitation du parc ancien.

Les pénalités qui touchent les collectivités ne respectant pas la loi SRU doivent être décuplées…. Trop de contrevenants préfèrent payer des amendes encore modestes plutôt que de répondre à leurs obligations

Le prix des loyers du secteur privé doit être lui aussi encadré.

Le nombre d’expulsions locatives ne cesse d’augmenter : en 2015 il a établi un record avec une augmentation de 24% par rapport à l’année précédente avec 14 363 expulsions locatives contre 11 604 en 2014.

Les chiffres de 2016 indiquent que la situation continue à s’aggraver.

Faut-il rappeler que le coût d’une expulsion locative est énorme pour la collectivité ?

10 fois plus élevé que si les pouvoirs publics logeaient gratuitement la famille expulsable !

Ces éléments montrent l’aberration d’un système.

L’accompagnement social des familles effectif est une mesure nécessaire et indispensable et aucune expulsion sans relogement ne devrait être décidée.

Quand un dossier de surendettement est déposé à la Banque de France et qu’il est recevable, un plan d’apurement avec échéancier est proposé.

Dans la très grande majorité des cas, le plan est respecté et les familles reprennent le paiement de leurs loyers.

Pourquoi un système qui fonctionne en aval ne peut pas voir le jour en amont avec la mobilisation des travailleurs sociaux des bailleurs et des services des conseils départementaux ?

CDAFAL 77

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 23:32

 

TEXTE DE NABUM
 

Puisque aucun candidat n'en parle vraiment ...

Loin des propos de boutiquiers

Cette terrible question a surgi au fil d’une remarque d’une élève. « Ça sert à quoi monsieur ce que vous nous faites faire ? » Derrière ce cri du cœur se dissimule le manque d'appétence pour la chose scolaire, le désir de ne rien faire ou pire encore, l'absence de curiosité. Que répondre à celle qui pense la découverte intellectuelle dans une problématique bassement matérialiste. Il faudrait désormais que tous nos actes s'inscrivent dans une logique de rentabilité immédiate. Triste société qui réfute le geste gratuit, l'effort par plaisir, le bonheur de la découverte inutile.

Que répondre à cette question qui n'admet, il me semble, aucun argument tangible. Il est inutile d'entrer dans cette logique honteuse, cette approche de petit boutiquier. À quoi sert de convoquer l'avenir ? Il est bien incertain. A quoi bon promettre des lendemains meilleurs ? L'ascenseur social est depuis longtemps en rade. L'école ne permet plus de croire en une promotion mirifique.

Que dire alors pour donner encore du sens à ce qui devrait mobiliser toutes les curiosités, toutes les gourmandises de savoir ? J'ai choisi d'aller au bout de ce que réclamait sans doute ce questionnement désespéré, de ne pas jouer les illusionnistes. « L'école ne sert à rien et c'est justement ce qui fait sa gloire et sa grandeur. C'est la seule vérité incontestable de ce lieu où vous avez la chance de vous trouver encore pour quelque temps ! »

Oui, savoir ne peut avoir la moindre utilité. Réfléchir n'est d'aucun intérêt. Comprendre est de moins en moins nécessaire. Aimer, plus encore, ne sert plus à rien. L'école est le lieu de toutes ces compétences sans valeur intrinsèque qui feront de vous des humains, des êtres capables de vibrer, de vous émouvoir, de vous indigner ou bien encore de créer. Nous sommes bien loin des petits savoir-faire qu'on veut découper en tranches, mesurer, évaluer pour que vous deveniez de bons ouvriers interchangeables, au profit d'un monde économique sans âme.

L'école n'a pas pour but de vous faire entrer dans une case, vous rendre opérationnel pour un emploi. C'est à la formation professionnelle, c'est à la formation continue qu'incombent ces tâches ponctuelles, techniques, directement opératives. C'est quand votre parcours initial sera achevé que vous prendrez le temps de préparer votre orientation ou d'envisager plus tard une conversion. Pour l'heure, vous êtes encore à ce merveilleux moment où vous pouvez, vous devez encore perdre votre temps, sans chercher à le gagner !


 

robert-doisneau-photo-enfant-l-information-scolaire-1956.jpg

L'école c'est la plus belle des vacuités ; c'est un espace qui n'aura jamais à se soucier de rentabilité. C'est un sanctuaire où l'argent, les normes, les cadences, les impératifs économiques, les délais, les contraintes ne devraient pas s'exercer, peser sur votre seul appétit de découverte. L'école c'est une déambulation ludique, c'est une promenade savante, c'est une escapade curieuse, c'est une aventure merveilleuse.

L'art, l'histoire, la littérature, le théâtre, le cinéma, la langue, les sciences devraient être vos gourmandises. Vous avez la possibilité dévorer à belles dents tous ces savoirs qui feront de vous des maillons de plus dans cette longue chaîne humaine qui a constitué notre humanité. Vous en êtes les héritiers : c'est le plus grand et le plus merveilleux don que vous ont accordé tous ceux qui vous ont précédés sur cette planète et, au lieu de vous en réjouir, vous renâclez, vous rechignez, vous traînez des pieds et du cerveau, vous rejetez tout ce qui ne s'inscrit pas dans votre immédiat vide de sens.

L'école est un formidable privilège. N'en faites jamais un objet de satisfaction de vos seuls désirs matériels. C'est exactement le contraire. C'est le lieu de l'imaginaire, du rêve, de l'amour, des passions, des tragédies, des aventures humaines, des légendes et des folies. Il n'y a rien à gagner, rien à échanger, rien à vendre, rien à s'approprier pour soi seul. C'est un lieu de partage sans contrepartie. C'est un ailleurs déconnecté des valeurs qui sont celles d'un monde devenu fou.

Je comprends votre souffrance et votre ennui si tout ce qui vous est présenté ici ne trouve pas grâce à vos yeux cupides. Vous êtes des consommateurs et ici, il n'y a rien à vendre. Ouvrez les yeux, prenez dans vos esprits encore disponibles, apprenez par le cœur et la raison, enrichissez-vous de ce qui n'a aucun prix. Demain, il sera trop tard pour vous.

Voilà ce que qu'est l'école en dépit de ses maudits refondateurs, de ses affreux docimologistes, des ses monstrueux planificateurs, des inspecteurs et des éditeurs, des patrons et des groupes de pression, des parents ambitieux et des maîtres zélés. L'école c'est un espace de liberté. Pas la liberté de ne rien faire, pas la liberté de martyriser la langue et les manières, pas la liberté de détruire ce formidable outil d'émancipation où vous avez le bonheur de passer votre jeunesse. C'est l'espace de votre liberté future et rien, vraiment rien de plus.

Inutilement vôtre.

NABUM
 

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 00:17

 

 

 

La France a reçu, le 15 Février 2017, un « avis motivé » de la Commission européenne pour non-respect des normes de pollution de l’air au dioxyde d'azote (NO2) dans 19 zones du territoire.

http://www.cnafal.org/wp-content/uploads/2017/02/pollution-air.jpg

La Commission européenne prend, à différents mois de l’année, des décisions relatives à des procédures d’infraction contre les États membres qui ne se conforment pas entièrement à leurs obligations en vertu de la législation de l’Union européenne. Ces décisions, qui concernent de nombreux secteurs, visent à faire appliquer correctement la législation européenne dans l’intérêt des citoyens et des entreprises.

La pollution au diesel

Ce gaz est généré à 60% par les moteurs diesel en moyenne. Cette part peut atteindre 80% en ville, le long des axes routiers et dans les vallées alpines de transit, telles que la vallée de l’Arve, sur la route du tunnel du Mont-Blanc. Ce tueur invisible génère 2 à 3 fois plus de décès prématurés chaque année que les accidents de la route.

La France a mené depuis plusieurs années une politique favorable au carburant diesel. Il reste grandement sous-fiscalisé par rapport à l’essence. Les effets néfastes sur la santé sont connus depuis longtemps, dès 2012, l’OMS classait les émissions du diesel comme cancérigènes certains.

La France est en queue de peloton par rapport à ses voisins européens sur les mobilités moins polluantes. Le fret ferroviaire a ainsi été divisé par 2 en 10 ans et seulement 10% des marchandises voyagent par le rail en France, alors qu’en Allemagne, il progresse et avoisine une part modale de 25%. Et la France ne se rattrape pas sur le développement des modes de déplacement actifs tels que la marche ou le vélo et le déploiement des transports collectifs doit encore progresser…

Le scandale du diesel a démontré qu’aucune voiture diesel récente, vendue sous la norme EURO5 ou 6, ne respecte en réalité cette norme. Les meilleurs élèves émettent au moins 2 fois plus de NO2 que ne l’autorise la norme. Et les pires ? Ils émettent plus de 20 fois de NO2 que ce qu’annoncent les constructeurs automobiles.

Pour Michel Dubromel, vice- président de France Nature Environnement « La santé publique n’attend plus. La France n’a pas d’autres choix que d’assumer des mesures drastiques et prendre un virage assuré et rapide. Cessons le tout routier et développons les transports collectifs, la mobilité active, le fret ferroviaire et fluvial. »

Le CNAFAL s’associe à cette déclaration de France Nature Environnement dont il est membre

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 00:09

Ce bulletin hebdomadaire ne contient pas les positions du CNAFAL mais des points d'actualité(s) avec des textes pouvant vous être utiles... et il s'agit donc là d'informations brutes non commentées.

Consommation et vie courante

 

Compléments alimentaires :

La DGCCRF a mené une enquête sur les compléments alimentaires à base de vitamines et de minéraux. Le constat est assez préoccupant, un prélèvement sur deux n’est pas conforme à la réglementation. Les obligations des fournisseurs sur l’étiquetage des produits sont défaillantes dans de nombreux cas.

Enquête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alimentation et environnement :

L’ADEME publie un dossier sur les impacts de notre alimentation sur l’environnement. Parmi tous les conseils, les grands chefs cuisiniers vous proposent des recettes avec des produits locaux et pour éviter le gaspillage alimentaire.

Dossier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Médiation :

L’INC fait le point sur les médiateurs qui sont référencés par la Commission d’Evaluation et de Contrôle de la Médiation de la consommation (CECM). Ils sont désormais au nombre de 30, suite à la généralisation de la médiation en matière de consommation depuis le 1er janvier 2016.

Article

Assurance/Crédit

Un nouveau décret précise les modalités d’information des candidats à l’assuranceemprunteur, touchés, ou ayant été touchés par une maladie grave. Il prévoit un document qui les informera sur leurs droits, comme, par exemple, de ne pas déclarer d’anciennes pathologies (cancer…).

Décret n° 2017-173 du 13 février 2017

LOI n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé

 

Environnement

 

Parmi les décrets visant à protéger la biodiversité, les préfets de départements peuvent désormais décider d’imposer des pratiques agricoles favorables à la conservation des espèces protégées dans des zones dites "prioritaires".

Décret n° 2017-176 du 13 février 2017

 Protection de l’enfance

 

Etude :

Un dossier thématique a été publié par l’Observatoire national de la protection de l’enfance sur la situation des mineurs étrangers non accompagnés, qui vivent sur le sol français. Ce document contient des témoignages d’enfants, mais aussi d’éducateurs.

Mineurs non accompagnés – Quels besoins et quelles réponses ?

Lanceurs d’alerte :

Suite à la mise à pied d’une éducatrice ayant dénoncé les conditions d’accueil des mineurs isolés dans la structure gérée par l’association dont elle est salariée, une pétition est en ligne afin qu’elle puisse récupérer son poste.

Soutenez Ibtissam, éducatrice, lanceuse d’alerte des jeunes migrants maltraités

Précarité

 

Minima sociaux :

L’aide à domicile est un secteur où l’on retrouve beaucoup de bénéficiaires de minima sociaux. La fonction publique en compte beaucoup moins.

Les principaux métiers des salariés bénéficiaires de minima sociaux

Santé :

Le collectif d'associations Alerte a présenté, hier, son plan d'action contre l'exclusion. Il invite les candidats à renforcer l'accès aux soins.

Et le droit à la santé ?

Energie :

Une convention cadre a été signée par la Ministre du Logement, afin que les occupants à revenus modestes, logeant dans des d’habitations munies de chauffage à gaz, puissent assurer la sécurité de leurs appareils.

Logements chauffés au gaz : Signature d’une convention GRDF

Insertion professionnelle

 

La garantie jeune expérimentée depuis 2013 et généralisée sur l’ensemble de la France depuis janvier 2017, se concrétise. Une circulaire en précise les modalités. Il faut rappeler que ce dispositif est destiné aux jeunes risquant une exclusion du marché du travail.

Décret n° 2016-1855 du 23 décembre 2016

La Garantie jeunes

Logement

 

La Cour de cassation a statué en matière de validité de proposition de relogement par un bailleur suite à un arrêté d’insalubrité. Elle a cassé l’arrêt rendu par la Cour d’appel de renvoi, en retenant que « la proposition du relogement de la famille consécutive à un arrêté d'insalubrité portant interdiction d'habiter les lieux donnés à bail, doit être adressée par le bailleur à chacun des époux cotitulaires du bail et non à un seul des cotitulaires du bail ».

Cour de cassation, 3ème chambre civile, 9 février 2017, p. n°16-13260.

Santé

 

Un avis a été rendu par le Conseil national du sida et des hépatites virales afin de sensibiliser les jeunes aux dangers des infections sexuellement transmissibles. Pour ce faire une analyse des besoins et des pratiques des jeunes a été réalisée.

Avis suivi de recommandations sur la prévention et la prise en charge des IST chez les adolescents et les jeunes adultes

Bioéthique

 

Retrouvez le communiqué de presse du Planning Familial à l’occasion de l’anniversaire de la loi Neuwirth, sur le site du CNAFAL.

Anniversaire Loi Neuwirth

Démocratie

 

L’Association des Maires de France a réactualisé sa brochure « Statut de l’Elu (e) local (e) » dans laquelle sont spécifiés les montants maximum des indemnités de fonction et leurs modalités d’application.

Statut de l’Elu (e) local (e)

Droit du travail

 

La cour de cassation a rendu un arrêt confirmatif en jugeant « qu'un syndicat de copropriétaires n'étant pas une entreprise au sens des dispositions de l'article L. 1233-1 du code du travail, le licenciement de la salariée, même s'il repose sur un motif non inhérent à sa personne, n'est pas soumis aux dispositions concernant les licenciements pour motif économique ».

Cour de cassation, Chambre sociale, le 1/02/2017, p. n°15-26853

Droits des femmes

 

La loi relative à l’égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017 est entrée en vigueur le 29 janvier. Cette loi comporte trois volets : un volet relatif à l’“émancipation des jeunes, citoyenneté et participation”, un volet relatif à la “mixité sociale et égalité des chances dans l’habitat”, et un volet relatif à “l'égalité réelle”. Ce dernier volet comporte des dispositions permettant de lutter contre les violences faites aux femmes et de mieux les réprimer pénalement.

A propos de l’article 171 de la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté

Droits de l’homme

 

Dans un arrêt du 17 décembre 2016, la Cour de Luxembourg a invalidé les législations suédoises et anglaises prévoyant une collecte indifférenciée et massive de données d'usagers de télécommunications. La Cour précise pour la première fois en détail, les exigences devant présenter une législation relative à la surveillance digitale.

La revue des Droits de l’Homme

“Le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil.”

(Jean Giraudoux 1982/1944) 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 07:03
conférence à  ne pas manquer

RESERVEZ VOTRE MATINEE

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 00:37
Assemblée Générale

 

 

 

Les incontournables.

C’est la grande réunion annuelle d’une association, le noyau dur de la vie collective dans notre pays. Depuis la loi de 1901, un maillage considérable irrigue la France d’une multitude d’activités fédérées grâce à cette structure si souple. Oublions les associations paravents, celles qui permettent à quelques margoulins de profiter de l’aubaine d’un statut confortable pour dissimuler des gains au fisc. Ceux-là sont une tache dans un océan de bénévoles sincères et honnêtes. Les évoquer plus avant serait leur faire bien trop d’honneur.

Dans la grande majorité des cas, une association c’est une structure qui vit grâce au dévouement de quelques-uns, les membres élus d’un bureau directeur qui se demandent encore comment trouver une échappatoire pour se sortir de ce piège. Ils y consacrent tant de temps, en réunions vaines, en paperasses insensées, en rencontres institutionnelles, en demandes de subvention souvent dont si peu aboutissent vraiment.

Il en faut une belle dose de foi ou de naïveté pour se donner tant de mal. Les risques sont immenses, le président est responsable de tout ou presque dans une société qui ne cesse d’ouvrir le parapluie et de chercher la petite bête à tout propos. La judiciarisation de tous nos faits et gestes rend impossible les activités, on s’oriente sans y prendre garde vers un monde de la peur et de la précaution absolue.

Le président sait tout cela. Il compte bien sur son A.G. pour rendre son tablier, se délester de cette charge qui lui pèse tant. Il espère qu’un membre se lèvera pour prendre sa suite comme lui avait su répondre autrefois à l’appel du devoir. Mais plus les années passent et plus les bénévoles et les membres blanchissent sur le harnais. Le relais vient à manquer, le renouvellement tarde à se faire. L'esprit associatif ferait-il une pause générationnelle ?

Le président en est certain. Il est bon pour un nouveau mandat. Il l’annonce, espère une réaction salutaire, une main qui se lève pour se glisser à sa place. Hélas, les têtes se tournent, le silence se fait. Personne ne pense reprendre un flambeau qui finira par s’éteindre faute de renouveau. Alors, de guerre lasse, notre bon président en reprend pour une année en ce disant que c’est la dernière.

Dans les travées, on le félicite, on l’applaudit, on l’encourage pour tenir le cap, ne pas renoncer à ce qu’il fait si bien. Quand les marrons auront été tirés du feu, les petites critiques fuseront de-ci de-là, en catimini. Il y a toujours des griefs, un manque de délégation, une communication qui ne passe jamais assez, quelques petits abus de pouvoir, des décisions qui auraient manqué de concertation. C’est toujours si facile de savonner une planche sur laquelle on ne veut pas monter.

Le président n’est pas dupe. Il sait tout ça mais a-t-il le choix ? S’il veut que l’association perdure, il doit s’y coller une fois encore et plier l’échine sous les inévitables railleries de couloir. D’année en année pourtant sa conviction s'érode, sa patience s’amenuise, son engagement s'essouffle. Le pouvoir ça use quand il n’est qu’illusion et tracas. Nous sommes bien loin de la foire aux vanités de nos chers politiques. Les associations c’est un autre monde, une onde d’emmerdements et de soucis sans paillettes ni privilèges.

Le président retrouve ses grognards : secrétaire, trésorier et leurs adjoints. Ils ont compris qu’ils en reprennent pour un tour, une nouvelle année de complicité certes mais dans la lassitude de ce qui revient immuablement, sans surprise, sans renouveau. Les mêmes sorties, les mêmes manifestations, les mêmes obligations et cette mairie qui reste sourde et indifférente, les subventions qui ne sont plus que peau de chagrin, les membres qui ne rajeunissent pas, le calendrier qui devient fou !

Le président pourtant est un homme heureux. Pour remercier tous ceux qui sont venus, il a fait venir un drôle de duo pour animer le repas de clôture. Leur spectacle ne ressemble à aucun autre, les membres sont heureux, sa femme lui glisse à l’oreille que c’est la meilleure animation qu’il ait fait venir. D’autres viennent ajouter à la remarque, c’est un concert de louanges et c’est lui qui en tire bénéfice.

Le sourire de la soirée redonne du courage à tous, un petit rien qui change tout et permet de repartir du bon pied. Quelques chansons et des histoires, le tour est joué et la belle équipe va repartir du bon pied. Les duettistes s’en vont sur la pointe des pieds, ils ont réussi leur coup.

Matelotement leur

NABUM

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 04:57
RESO 77 DOIT RESISTER ET SE MAINTENIR !

 

LETTRE ADRESSEE AUX ASSOCIATIONS ADHERENTES DE RESO 77

Bonjour à tous,

 

Lors de l’assemblée générale de RESO77 du 10 février dernier, quelques adhérents ont demandé s’il serait possible de ne pas dissoudre RESO77 pour :

- Mettre l’association en sommeil et voir s’il est possible de la redémarrer dans les 3 ans à venir ?

- Faire fonctionner au minima RESO77 pour permettre de conserver le site Internet ?

 

De fait, pourriez-vous nous dire si votre association :

- Accepte de s’engager dans la gouvernance de RESO77 ?

- S’engage à financer (maximum à la hauteur de votre adhésion) RESO77 pour les trois ans à venir ?

 

Merci de répondre, même si votre réponse est négative. Nous nous engageons à mettre en relation les structures prêtes à porter RESO77 avant la prochaine assemblée générale du 24 février prochain.

 

Très cordialement,

 

Fabienne DEGOULANGE, Directrice

 

REPONSE DU CDAFAL 77

RESO 77 PEUT ET DOIT POURSUIVRE SA ROUTE

 

RESO 77 connaît des difficultés financières très sérieuses liées à des problèmes d’une baisse substantielle des financements publics.

Cette situation ne doit pas induire la mise en sommeil ou au pire la dissolution de l’association.

RESO 77 a une utilité sociale reconnue et son objet doit permettre de mettre en réseau les associations du secteur sanitaire et social et de développer des synergies.

Le CDAFAL propose que RESO se maintienne et garde le cap en s’appuyant sur les bénévoles des associations adhérentes.

Il suffit que quelques personnes acceptent de s’investir dans le projet et qu’elles soient soutenues par les associations adhérentes.

Dans la période difficile que nous traversons, RESO 77 peut maintenir une action plus modeste qui peut prendre la forme, par l’exemple de l’organisation d’une initiative publique annuelle : rencontre, journée de débat.

RESO 77 ne voit pas toutes les portes du financement refermées, l’association peut solliciter une aide à la CAF et s’adresser aux collectivités territoriales.

Jean-François Chalot

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 07:16
Pas touche au régime spécial des forêts de protection !

 

 

Fontainebleau est l'une des cinq forêts de protection classées en Ile-de-France (© B. Monginoux / www.Photo-Paysage.com - cc by-nc-nd)

Le ministère de l’agriculture veut modifier le régime forestier spécial des forêts de protection pour y permettre, entre autres, l’exploitation minière. Et ne perd pas de temps : un décret doit entrer en vigueur dès le 1er mars. Manifestons notre opposition auprès du gouvernement avant la fin de la consultation publique le 20 février !

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1087/non-a-l-exploitation-miniere-dans-les-forets-de-protection

Les « forêts de protection » sont des espaces boisés classés par l’Etat pour assurer le maintien des sols contre l’érosion, les avalanches, les coulées de boues ou autres risques d’incendie. Elles protègent les bois et forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations soit pour des raisons écologiques, soit pour le bien-être de la population (sécurité, santé et qualité de vie).

Pour ces raisons, les forêts de protection bénéficient d’un des régimes les plus protecteurs de France. À l’exception de la recherche d’eau, le classement comme forêt de protection d’un massif forestier rend impossible la poursuite de certains travaux dans l’état actuel du droit.

Mais aujourd’hui, le ministère de l’agriculture souhaite offrir la possibilité de « mener des travaux recherche ou d'exploitation souterraine de ressources minérales » à l’intérieur des forêts de protection.

Selon le ministère, le décret ne doit pas « compromettre la conservation ou la protection des boisements ». Il ouvre pourtant grand la porte à l’exploitation minière. Comment celle-ci pourrait-elle ne pas dégrader les forêts et leurs écosystèmes ?

Il existe dans la loi pour la reconquête de la biodiversité adoptée le 8 août 2016 un principe de non-régression : les dispositions législatives et réglementaires relatives à la protection de environnement ne peuvent faire l’objet que d’une amélioration constante.

Manifestons notre opposition à ce projet de décret avant la fin de la consultation publique le 20 février. Le temps presse : le décret doit entrer en application dès le 1
ermars !

Merci de signer la pétition ET de participer à la consultation publique en envoyant directement un email - voir notre lettre plus bas - à l’adresse électronique mise en place par le ministère : consultations.foretdeprotection.dgpe@agriculture.gouv.fr

Pour avoir accès à la lettre, se connecter sur le site signalé plus haut

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 08:10
Laissez votre voiture et revenez…..

 

 

Daniel qui a une mégane doit changer l’ampoule défectueuse de son phare droit.

Comme il n’est pas bricoleur il cherche un garage.

Pour aller au plus vite il s’invite chez un petit garagiste installé dans une zone industrielle.

Le changement d’ampoule « semble » difficile et risque de durer une heure, d’après les dires du

« mécanicien ».

« Laissez la voiture et revenez dans une heure ! »

Daniel étonné, pas du tout de la partie mais soupçonneux décide d’aller au garage du concessionnaire :

L’opération a duré –montre en main- 5 minutes……

Voici une petite « arnaque » déjouée.

 
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 10 Fevrier 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Mars 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France