Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 07:19
Les autres départs à Vaux-le-Pénil le lundi 20 mars 2017
Partager cet article
Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 23:32
La directrice de RESO 77 lors de notre colloque  du 28 novembre 2014 qui portait sur : CONSTRUIRE UN RESEAU DE SOLIDARITE

La directrice de RESO 77 lors de notre colloque du 28 novembre 2014 qui portait sur : CONSTRUIRE UN RESEAU DE SOLIDARITE

 

Reso 77 a tenu son Assemblée générale ordinaire avant d’ouvrir son AG extraordinaire.

Un débat nourri, fraternel a eu lieu sur l’avenir de RESO

C’était d’ailleurs la force d’une association comme celle-ci d’être capable de faire vivre en son sein

une démocratie.

Reso 77 perdant tout soutien financier du Conseil Départemental, l’association rencontrait des difficultés financières très sérieuses.

Le débat s’est conclu par un vote qui a donné les résultats suivants :

  • 26 pour la dissolution de RESO
  • 3 dont le CDAFAL 77 pour le maintien ( en réduisant la voilure dans l’attente d’une situation plus propice)
  • Une abstention.

A la fin de l’AG la présidente de RESO 77 a soumis aux voix une proposition de verser le reliquat ( quelques dizaines d’euros, voire 200….) s’il y en avait à Familles Laïques .( en remerciement pour l’aide apportée et parce que l’association avait proposé d’héberger RESO 77 à Melun)

Nous avons été touchés par cette attention.

Cette somme pourra servir au réseau de solidarité que nous avons créé sur la communauté d’agglomération.

Le CDAFAL 77 regrette la décision prise mais se plie à ce choix démocratiquement fait.

Avec la mise en sommeil du CDAJEP 77 et la dissolution de RESO 77, le monde associatif seine et marnais s’affaiblit.

Le CDAFAL espère que la réunion inter-associative tenue le 1er février à Vaux-le-Pénil jettera les bases de la construction au moins d’une coordination.

CDAFAL 77

Partager cet article
Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 09:29
Le spectacle des 20 ans de l'association pénivauxoise: PIANO EN CHOEUR

C'est une association dynamique et toujours prête à agir en partenariat avec d'autres associations

BON ANNIVERSAIRE ! 

 
20 ans déjà ! »

Piano en Chœur

présente son nouveau et prochain spectacle

« 20 ans déjà ! »   

Sous forme de Buffet spectacle

Le samedi 4 mars 2017 à 19h

A la Buissonnière – Vaux le Pénil

Enregistrement des inscriptions jusqu’au  27 février 2017

le bulletin d’inscription

  • imprimer
  • remplir
  • joindre son règlement à l’ordre de Piano en Chœur
  • et envoyer l’ensemble à

Sylvie PLESNIK
69bis, Rue de la Baste
77000 VAUX LE PENIL

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:28
LE DROIT AU LOGEMENT :  TOUS LES COMPTES DOIVENT ETRE FAITS, Y COMPRIS LES COMPTES SOCIAUX !

 

 

 

Dans son rapport la Cour des comptes rappelle l’obligation qu’ont les bailleurs sociaux à loger les plus démunis.

Le rapport regrette que les ménages modestes ou défavorisés ne représentent que 52% des occupants du parc social même si ce chiffre est en hausse.

« Ainsi, les ménages pauvres logés dans le secteur privé, faute d’accès à un logement social, payent des loyers de 40 à 50% plus élevés que dans le parc social, sans avoir des aides au logement plus importantes. » précise le rapport.

C’est un constat qui rejoint celui qu’effectuent les équipes de bénévoles associatifs sur le terrain.

Comme le délai d’attente pour avoir un logement social est en moyenne de 4 ans, voire beaucoup plus dans certaines villes, des familles en difficulté cherchent dans le parc privé….Le coût résiduel à la charge de la famille après la déduction des aides au logement est plus important, parfois insupportable.

De plus en plus de familles en difficultés se retrouvent menacées d’expulsion.

La Cour des comptes émet plusieurs propositions comme celle qui consiste

à abaisser les plafonds de ressources permettant l’accès au logement social dans les zones tendues.

Cette proposition va l’encontre de la nécessité de faire vivre la mixité sociale dans les quartiers de nos villes et d’éviter la ghettoïsation.

La réponse de la ministre du logement Emmanuelle Cosse est pleine de bon sens :

« la proposition d’abaisser les plafonds de ressources d’accès au logement social serait de nature à détourner celui-ci de sa vocation généraliste ».

Elle a aussi rappelé la nécessité de continuer à produire 150 000 logements nouveaux par an.

Pour la Cour des comptes « Il suffirait d’améliorer d’un point le taux de mobilité pour obtenir une offre supplémentaire équivalente à la construction de 47 000 logements par an, sans que cela n’entraîne de coût pour les finances publiques ».

Cette rotation contraignante risque de faire partir une population dont la présence participe à la mise en vie de la mixité sociale et de créer de l’insécurité pour les familles attachées à leur appartement et leur lieu de vie.

ALORS QUE FAIRE ?

Le droit au logement doit être effectif, ce qui suppose un nombre de constructions nouvelles suffisant et la mise en œuvre d’un plan de réhabilitation du parc ancien.

Les pénalités qui touchent les collectivités ne respectant pas la loi SRU doivent être décuplées…. Trop de contrevenants préfèrent payer des amendes encore modestes plutôt que de répondre à leurs obligations

Le prix des loyers du secteur privé doit être lui aussi encadré.

Le nombre d’expulsions locatives ne cesse d’augmenter : en 2015 il a établi un record avec une augmentation de 24% par rapport à l’année précédente avec 14 363 expulsions locatives contre 11 604 en 2014.

Les chiffres de 2016 indiquent que la situation continue à s’aggraver.

Faut-il rappeler que le coût d’une expulsion locative est énorme pour la collectivité ?

10 fois plus élevé que si les pouvoirs publics logeaient gratuitement la famille expulsable !

Ces éléments montrent l’aberration d’un système.

L’accompagnement social des familles effectif est une mesure nécessaire et indispensable et aucune expulsion sans relogement ne devrait être décidée.

Quand un dossier de surendettement est déposé à la Banque de France et qu’il est recevable, un plan d’apurement avec échéancier est proposé.

Dans la très grande majorité des cas, le plan est respecté et les familles reprennent le paiement de leurs loyers.

Pourquoi un système qui fonctionne en aval ne peut pas voir le jour en amont avec la mobilisation des travailleurs sociaux des bailleurs et des services des conseils départementaux ?

CDAFAL 77

Partager cet article
Repost0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 07:03
conférence à  ne pas manquer

RESERVEZ VOTRE MATINEE

Partager cet article
Repost0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 07:53

RESO 77 DEVAIT TENIR SON AG DE DISSOLUTION !

L’AG EST REPORTEE FAUTE DE QUORUM…

 

RESO 77 regroupe plus de 150 entités (dont 70 % d'associations) dans les domaines de l’accès au droit, l’action sociale, l’aide à domicile, l’enfance-jeunesse, la famille, le handicap, le logement, l’insertion-lutte contre les exclusions, les personnes âgées.

On y trouve, entre autres, le Secours populaire, le Secours catholique, les restos du cœur, la Croix rouge

Objectifs

  • Observer, communiquer, informer et échanger les données et expériences intéressantes et efficaces dans les champs de l’action sociale et médico-sociale, de la solidarité, de l’insertion et de la lutte contre les exclusions.
  • Développer une dynamique de réseaux entre les organismes, les professionnels et les bénévoles.
  • Mutualiser les compétences et les pratiques entre les adhérents.

Retour au menu

Valeurs

Reso77 est attendu comme un réseau territorial transversal pouvant :

  • Faire connaitre
  • Mettre en relation
  • Faciliter le partenariat
  • Accompagner la coopération
  • Promouvoir la mutualisation
  • S’entraider

 

Voici un extrait de la convocation que le CDAFAL 77 a reçu de la part de RESO 77 qui tenait son AG ordinaire et son AG extraordinaire de dissolution le vendredi 10 février 2017

"RESO77 n’a trouvé aucun financement pour pallier à l’arrêt des subventions de fonctionnement du Département, nous arrivons donc à la fin de nos fonds propres.

Notre aventure doit donc s’arrêter’

Faute de quorum, les AG sont reportées au vendredi 24 février.

Si le CDAFAL estime que la situation est préoccupante et que faute de financements du Département, RESO 77 doit prendre des décisions douloureuses, il considère que cette association qui en fédère plus de 150 peut et doit continuer et ne pas disparaître.

ENSEMBLE NOUS SOMMES CAPABLES DE MAINTENIR RESO EN VIE ET MEME DE DEVELOPPER CETTE ASSOCIATION !

C’est la position que nous défendrons le 24 février.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 23:45

 

Notre association "Familles Laïques" de Vaux-le Pénil est adhérente au CNAFAL

par l'intermédiaire du CDAFAL 77

Voici, à la demande d'adhérent(e)s une présentation du CNAFAL

-------------------

Le CNAFAL est agréée association de défense des consommateurs

par la DGCCRF depuis 1983.

 

 

 

 

 

Jean-Marie Bonnemayre – Président

 

 

 

 

 

Jean-François Chalot – Secrétaire général

 

  • Défendre les intérêts moraux et matériels des familles dans le respect et la promotion d’une certaine éthique de la consommation (développement durable, protection des travailleurs…).
  • Permettre à tous nos concitoyens d’accéder aux biens et prestations essentielles.
  • Défendre et promouvoir une république laïque, démocratique, sociale et citoyenne.
  • Défendre leurs familles dans leur bien-être et tout ce qui y concourt (santé, logement, éducation, environnement).

 

 

 

Claude Rico – Vice-Président, coresponsable du secteur Consommation

et Hugo Cadet - Juriste

 

Aider toutes les familles et notamment les plus vulnérables, à accéder à leurs droits

Si Victor Hugo estimait que « La liberté commence où l’ignorance finit », cela implique que le comportement du consommateur soit éclairé. A cet égard, le CNAFAL plaide pour une meilleure connaissance par les citoyens de leurs droits : c’est un préalable essentiel au fonctionnement de n’importe quelle démocratie sans lequel le consommateur n’est pas en mesure de faire respecter ses droits.

Notre mouvement donne une information juridique de qualité et un conseil complet, et accompagne ses familles adhérentes et ce, quelles que soient leurs formes, quelles que soient leurs difficultés.

Le CNAFAL mène des campagnes d’information, de sensibilisation, de mobilisation ou encore d’actions pédagogiques auprès de ses adhérents, d’une part, mais aussi auprès de tous les citoyens consommateurs.

 

 

 

 

Jeannine Jouanin – Trésorière

 

Si pour accomplir sa mission, le CNAFAL initie, forme et informe le réseau associatif, il sait aussi prendre ses responsabilités, lorsqu’il le faut, devant les tribunaux grâce à des contentieux retentissants (ex : l’affaire « ANTARGAZ »). Par ces procédures, l’association obtient régulièrement la suppression de clauses abusives largement défavorables aux consommateurs. Il s’agit là d’un contrepouvoir indispensable à la régulation du marché.

Le rôle du CNAFAL se prolonge ensuite au niveau de l’opinion publique et des pouvoirs publics, auprès desquels il exerce son influence afin d’améliorer la situation économique et juridique du consommateur. Il s’agit notamment de peser sur le processus législatif et normatif afin que les consommateurs soient toujours mieux protégés par un Etat régulateur et arbitre.

Pour ce faire, le CNAFAL siège, par exemple, au Conseil national de la consommation (CNC), de l’Institut national de la consommation (INC), à la Commission des clauses abusives (CCA), au Conseil paritaire de la publicité(CPP), à l’Institut national origine et qualité (INAO) au Conseil national de l’alimentation (CNA), au Conseil national du tourisme (CNT) ainsi que dans tous les organismes consultatifs des usagers des services publics (EDF, GDF, SNCF, RATP, France Télécom, La Poste).

Le secteur consommation du CNAFAL est composé de Claude Rico, Vice-Président et de Patrick Charron, administrateur. Le service juridique, quant à lui est animé par deux juristes : Karine LETANG et Hugo CADET. Leurs missions sont nombreuses : la prise en charge des litiges des adhérents, le conseil au réseau, le suivi des contentieux nationaux avec les auxiliaires de justice, la diffusion d’une veille juridique au réseau, l’animation de journées de formation consommation et environnement, le soutien juridico-administratif aux administrateurs ou encore la représentation de la structure auprès des pouvoirs publics etc.……

La défense du consommateur implique que le CNAFAL soit présent aux côtés de ses adhérents, de tous les citoyens consommateurs et militants qui souhaitent améliorer leur condition dans le cadre d’une consommation « environnementale et sociale ». Désireux de faire progresser la cause des consommateurs, le CNAFAL a l’expérience et la compétence pour faire entendre leurs voix sans jamais se départir de ses valeurs.

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 02:00

Complément de formation des bénévoles "Info-Dettes"

 Jeudi 2 février, une quinzaine de bénévoles se sont retrouvés réunis pour une journée de partage et d'acquisition des évolutions de la procédure dans un domaine qui suscite leur implication et leur permet d'aider le public devant des situations de surendettement.

Nous étions accueillis dans les locaux du Centre Social Yves Agostini au Mée sur Seine. Nous avons utilisé les capacités de la salle polyvalente pour travailler en utilisant un maximum de l'espace disponible

 

Cette journée de contact est une occasion de rencontrer nos homologues qui œuvrent dans des permanences que nous ne fréquentons pas forcément. Elle nous a également permis d'accueillir une nouvelle recrue en la personne de Giulia qui avait juste besoin d'acquérir les bases du surendettement pour compléter sa grande expérience d'accueil du public en difficulté. Bienvenue dans l'équipe Giulia !

 

Nous avons" flunché" tous ensemble pendant la pause déjeuner en continuant de partager nos expériences réciproques

Encore une journée que les bénévoles ont consacré à l'approfondissement de leur savoir-faire pour le bien des personnes qu'ils accueillent ou qu'ils accueilleront.

Merci à tous .

D. Bijardel

03 février 2017

-  ci-dessous la présentation - (Powerpoint) - de la Formation : cliquez sur pptx.2017 -

PRÉSENTATION FORMATION : Cliquez sur le lien bleu ci-dessus - pptx.2017-

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:02

Rien ne va plus.

La 22 ème édition du rapport annuel sur l’état du mal logement en France de la Fondation Abbé Pierre est implacable et sans appel.

4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou démunies de logement personnel.

Ce sont au total plus de 12 millions de personnes qui sont touchées, d’une manière ou d’une autre par le problème lié au logement : précarité énergétique, risque d’expulsion locative, copropriétés vétustes….

Les personnes en difficulté essayent de payer, coûte que coûte leur loyer, quitte à se priver du reste ;

D’autres accumulent des dettes de loyers et sont menacées d’expulsion locative… Dans deux mois les huissiers et la police vont repartir pour une tâche peu digne… Celle qui consiste à mettre dans la rue des familles sans ressources.

Des Français, 44% de plus qu’en 2006, d’après le rapport se privent de chauffage à cause de son coût.

« Le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique a atteint son record en 2015, avec 14 363 expulsions, un chiffre en hausse de 33 % par rapport à 2006. »

Oui, il y a tant à faire : assurer l’accès au logement à tous …..

Cette problématique est au cœur du débat qui a lieu ce soir sur France 2 juste après la projection du film : BOX 27

Luc, ancien patron devenu SDF intervient sur le plateau au moment du débat au cours de l’émission : la soirée continue.

Le parisien d’aujourd’hui consacre un article à la situation vécue par cet homme

http://www.leparisien.fr/vaux-le-penil-77000/vaux-le-penil-l-ex-patron-devenu-sdf-raconte-sa-descente-aux-enfers-31-01-2017-6642909.php

Le non-logement peut concerner beaucoup de monde

Le rapport de la Fondation émet 15 idées :

  • « Logement d’abord"
  • Attributions de logements sociaux : généraliser la transparence et la justice sociale
  • Pour un parc social accessible aux ménages à bas revenus
  • Mobilisation du parc privé à des fins sociales : passer de l’artisanal à l’industriel
  • Accueillir les personnes migrantes dignement : des logements et des droits
  • Prévenir mieux pour expulser moins
  • Face au logement indigne, donner du pouvoir aux habitants
  • Résorber les passoires thermiques en une génération
  • Dynamiser les quartiers populaires : améliorer les conditions d’habitat et donner des perspectives
  • Encadrer les loyers : une réforme qui fait ses preuves, à renforcer
  • Sécuriser l’accession à la propriété plutôt que la favoriser outre mesure
  • Construire plus, mieux, et moins cher
  • Renforcer le pilotage local des politiques du logement par les intercommunalités
  • Pour une révolution fiscale de l’immobilier
  • Financer la sortie de crise du logement : un projet pour l’Europe.

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:45
Le revenu social garanti s’invite à la conférence des présidents du CNAFAL
Le revenu social garanti s’invite à la conférence des présidents du CNAFAL

 

 

Samedi 28 janvier, la conférence des présidents des CDAFAL s’est tenue à Paris.

C’est un espace annuel de débats et d’échanges permettant de faire le point sur des dossiers importants.

Nous avons discuté du développement avec la création de nouvelles associations départementales et du secteur santé et les conséquences de notre nouvel agrément avec notre entrée en tant que mouvement dans les différents conseils d’usagers.

La journée a été dense, très dense et les présidents des CDAFAL ont nourri notre réflexion sur la question du revenu social garanti.

Cette question qui a donné lieu à des échanges musclés entre les différents candidats aux élections présidentielles, a été soulevée il y a 30 ans par le CNAFAL, partisan de la création de ce revenu garanti.

Nous sommes heureux qu’aujourd’hui cette problématique soit légitimement d’une actualité brûlante.

Au CNAFAL nous avons débattu.

Si tout le monde est pour ce revenu social garanti, les modalités de son attribution et les financements ont été discutés.

Nous allons reprendre à la fois les textes qui ont été écrits par le mouvement et à la fois les actualiser Il y a clairement deux niveaux à articuler : la revendication immédiate qui consiste à demander qu’aucune personne n’ait un revenu au- dessous du seuil actuel de pauvreté et la construction d’un dossier solide sur le revenu social garanti.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 09 avril 2021

 Vendredi 14 mai 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France