Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 23:46
trois rendez vous à ne pas manquer à Vaux-le Pénil

Voici trois initiatives qui ne peuvent que vous intéresser

VENDREDI 18 NOVEMBRE 17H30 à la ferme des jeux de Vaux-le-Pénil

le colloque "Combattre ensemble la pauvreté"

un diagnostic de la situation de la pauvreté sur l'agglomération, un débat avec les intervenants et la salle, une pause avec la Ligue d'improvisation de Seine et Marne et des perspectives discutées ensemble

SAMEDI 19 NOVEMBRE 10H-12H à l'arcature

Nos enfants et les réseaux sociaux

voir l'affiche jointe

DIMANCHE 20 NOVEMBRE à la Buissonnière de 10H à 17 Heures

Le vide-grenier des jouets avec le Comité des fêtes

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 08:00
Le bénévole et le professionnel

Le bénévole et le professionnel….

Les associations familiales laïques interviennent depuis plusieurs années sur le terrain social.

Elles le font sur l’agglomération de Melun depuis presque 10 ans.

Au début, il s’est agi avec l’UDAF et plusieurs autres associations familiales comme la CSF et l’AFP (association familiale protestante) d’assurer des permanences d’aides aux personnes surendettées.

Les bénévoles étudient avec les demandeurs les dossiers en vérifiant qu’in s’agit bien d’un surendettement. 

Si c’est le cas, le dossier est rempli et adressé par la famille à la commission de la Banque de France.

Le dossier est fait par le demandeur, le bénévole étant là pour assurer un accompagnement et une aide méthodologique.

Des  assistantes sociales nous adressent des personnes.

Elles savent que notre intervention ne se substitue pas à la leur, elle est complémentaire.

Aujourd’hui ce sont plus de 30 bénévoles, formés  qui interviennent sur une dizaine de localités bien au-delà du périmètre de l’agglomération.

Fin 2014, nos actions étant connues du public, des familles menacées d’expulsion locative nous ont contactés et des associations comme le Secours populaire et le Secours catholique nous ont sollicités.

C’est ainsi qu’est venue l’idée de tenir des permanences « accueil-consommation »

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) ayant l’agrément « association de consommateurs), nous pouvons être assurés du soutien de juristes pour l’instruction de dossiers complexes.

Le mardi après-midi à Melun, au  6  square Blaise Pascal à Melun, dans le quartier Montaigu, une permanence, commune avec le DAL est ouverte.

Il s’agit tout d’abord d’écouter et de prendre les informations nécessaires pour une intervention sur des objets différents  relatifs à la consommation…..Le champ est large mais 95% des demandes concernent le logement : sur-occupation, mutation demandée, menace d’expulsion, délabrement de logement.

L’accès à l’informatique et à l’information auprès de la CAF via un ordinateur des droits des locataires permet à ceux qui ne sont pas connectés à leur domicile d’avoir une réponse à leur questionnement.

Les bénévoles ne se substituent à aucun moment aux professionnels ;

Ils assurent une fonction de médiation en orientant les familles, en fonction des cas, vers la CAF ou vers la MDS (Maison départementale des Solidarités).

La revendication posée serait de permettre, dans les cas d'urgence, de donner aux familles la possibilité d'un rendez-vous rapide, sur le modèle de ce que la CAF appelle "le rendez-vous des droits"

C’est par une reconnaissance réciproque des fonctions différentes mais de leurs complémentarités que bénévoles et professionnels peuvent agir de concert.

Cette question du mieux faire ensemble sera au cœur de nos réflexions au cours du colloque du 18 novembre à Vaux-le Pénil.

 

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:27
Menus enfants dans les restaurants : stop au massacre !

 

Nuggets, steak haché ou jambon frites, voilà en quelques mots le résumé des menus enfants dans la plupart des brasseries et restaurants français aujourd’hui. Outre l’équilibre alimentaire qui n’est pas au rendez-vous pour les enfants, la monotonie et la simplicité s’installent à la carte.

Au moment de s’installer à table, les menus sont distribués aux adultes. Au coin d’une page est inscrit le menu enfant, quelques lignes, trois choix tout au plus. Plus besoin de le regarder, les parents connaissent à l’avance les mets proposés par le restaurant. Nuggets, jambon, saucisse de Strasbourg, steak haché ou poisson pané se révèlent être les plats proposés majoritairement sur les cartes des restaurants. Le plus souvent accompagnés de frites ou de purée. A fond les féculents !Le tout proposé avec un soda ou une boisson à l'eau sucrée. Pas de légumes au menu, peu d’originalité. Même si ces menus sont fréquents dans les enseignes de restauration rapide, il est plus étonnant de retrouver ces menus dans des restaurants traditionnels.

Force est de constater que les plats sont préparés avec de la nourriture industrielle et surgelée la plupart du temps. Steak haché et poissons panés surgelés, saucisses sous vide, et glace en pot vanille fraise ou vanille chocolat. Le Syndicat National des Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et traîteurs avancait récemment le chiffre de 31 % des établissements, qui utlisent des produits surgelés. Le chiffre grimpe pour les franchises de restauration.

Les restaurants affichent pourtant pour les adultes des menus plus équilibrés. L’industrie agroalimentaire ne se plaindra pas, la consommation de ces produits (poissons panés, sauccisse sous vide) perdure bien au-delà des restaurants et augmente les revenus des grands marques agroalimentaires.

A qui la faute ?

Certes, le dîner avec des enfants augmente la note à la fin du repas mais ce n'est pas la seule explication. Le prix est un des éléments déterminants dans le choix d’un restaurant. C’est pour cela que des enseignes se sont lancées dans des menus enfants avec des prix attractifs voire la gratuité pour attirer les parents et augmenter la fréquentation. Les franchises de restauration La Pataterie et la Boucherie proposent des menus enfants gratuits et privilégient ainsi le prix. Mais la qualité est-elle au rendez-vous ?

Les espaces détentes pour les enfants peuvent également faire pencher dans la balancle le choix d'un restaurant privilégiant ainsi la tranquilité du repas sur l'équilibre alimentaire. Car si le prix a de l'importance, l'ambiance et l'habitude sont des critères primordiaux dans le choix d'un restaurant selon une étude une étude de l'institut The NPD Group publiée en juillet 2013.

Les restaurateurs semblent privilégier la simplicité, et croient faire plaisir aux parents et aux enfants. A quand une prise de conscience et un réel changement ?

La solution ?

Proposer les mêmes plats que les adultes mais en quantité réduite.

Proposer des menus simples mais avec des variétés de légumes différents et diététiques loin des féculents proposés habituellement.

Créer un label pour reconnaître les restaurants proposant des menus enfant équilibrés à l'instar du label sur le "fait maison" lancé par la minsitre Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme en 2014.

Doit-on passer encore une fois par des nouvelles normes ou une loi pour faire changer les mentalités ?

Flaviyia

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:15
COMMEMORATION 11 NOVEMBRE 1918 à VAUX LE PENIL
COMMEMORATION 11 NOVEMBRE 1918 à VAUX LE PENIL
COMMEMORATION 11 NOVEMBRE 1918 à VAUX LE PENIL

Ce vendredi 11 novembre 2016 de très nombreux pénivauxoises et pénivauxois, beaucoup d'enfants aussi, ont participé (plus qu'assisté) à la commémoration de la signature de l'armistice du 11 novembre 1918.

Colette LLECH (Maire Adjointe chargée des Commémorations) a rappelé dans un texte de sa main, ce que fut cette 1ere guerre mondiale et les circonstances dans lesquelles elle prit fin. (voir le texte ci-dessous).

Ce fut aussi l'occasion, pour Monsieur le Maire, Pierre HERRERO, à l'issue de cette cérémonie, après une ultime Marseillaise (merci à l'orchestre de l'Ecole de Musique et à la chorale Chanterelle), de dédier ce chant aux victimes,  des attentats de Paris, le 13 novembre 2015.

Je reprendrai à mon compte cette phrase de conclusion du texte de Colette, en appelant chacun à s'ouvrir aux autres, tendre la main.

"Se souvenir du passé et donc de l’histoire doit être un moteur pour l’avenir. Aujourd’hui dans un monde fragile et incertain, inquiétant souvent, est plus que jamais nécessaire."

Patrice THEVENY, Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil

                                                              -oOo-

M.le Maire

Mme la Conseillère Départementale

Mmes, MM les élus,

Mmes, MM les représentants des associations d’Anciens Combattants et des associations patriotiques

M. le capitaine des Pompiers

Mmes, MM les représentants des autorités civiles et militaires

Mmes, MM

 

La Commémoration de l’Armistice qui mit fin à 4 années d’une inimaginable boucherie le 11 novembre 1918 doit être l’occasion de comprendre le sens de cet évènement.

On sait que la discussion fut longue et difficile entre Alliés et plénipotentiaires allemands. Mais sait-on que cette demande allait arrêter net une puissante offensive des Français, des Britanniques et des Américains qui devait permettre d’atteindre la frontière allemande avant d’envahir l’empire ? Les plans étaient prêts, l’invasion était prévue pour le 14/11.

Mais le 3, l’Autriche-Hongrie avait demandé l’armistice au royaume italien et le maréchal Foch reçut donc l’ordre de préparer pour les Alliés un projet d’armistice

La mutinerie des marins à Kiel au chant de l’Internationale, le drapeau rouge qui flotte à partir du 5 sur tous les vaisseaux amarrés au port, les manifestations qui se multipliaient dans toute l’Allemagne réclamant l’abdication de l’empereur qui finit par fuir vers les Pays-Bas ont bouleversé tous les plans. Plutôt la défaite militaire que la Révolution et le bolchevisme.

Mais cet épilogue imprévu allait être à l’origine du mythe « du coup de poignard dans le dos » utilisé un peu plus tard par Hitler

Le souvenir de cette terrible guerre est resté très fort dans les mémoires de nos familles et nous avons tous des parents qui ont été tués, sont revenus blessés, mutilés laissant veuves et orphelins, familles, dans le deuil, le chagrin et même la misère. Comment reconstruire sa vie après tant d’épreuves ?

Comme 1915, l’année 1916 a été à nouveau celle des vaines offensives ! Mieux connues, elles sont cependant toutes aussi vaines et meurtrières les unes que les autres : les Allemands échouent à Verdun, perdent Douaumont le 24 octobre après 300 jours et 300 nuits de terribles combats qui causent la mort de plus de 300 000 soldats ! Les Alliés attaquent eux, sur la Somme et là encore, on peut dénombrer le 18 novembre 1916, des pertes inimaginables : plus d’un million de victimes en 5 mois (tués, blessés, disparus, prisonniers) Britanniques, Allemands, dont 190 000 Français !

L’horreur semble sans limite et les poilus de Vaux n’échappent pas à ces tueries !

Nous avons rappelé le 29 Juin dernier le souvenir de Fernand Colin, de Marceau Bru, de Louis Moissy, morts sur le champ de bataille de Verdun, mais nous ne devons pas oublier les autres soldats morts cette même année sur d’autres champs de bataille : en Méditerranée, comme le quartier-maître Marcel Amiot dans le torpillage du Suffren au large du Portugal, Henri Mercier dans celui du Gallia qui se rendait sur le front d’Orient au large de la Sardaigne ou même en Macédoine, comme le légionnaire Michel Krenziock, enterré dans une nécropole en Grèce ni tous ceux qui sont morts des suites de leurs blessures dans les hôpitaux militaires de tout le pays de Cauterets à Montpellier .

Cette guerre d’usure a surtout usé les hommes et pendant l’année 17 souvent surnommée « l’année terrible » les nouvelles offensives toujours aussi mal préparées comme celle du chemin des Dames, la plus connue, dans un contexte politique nouveau, vont entraîner cette fois de multiples refus de mourir pour rien, incluant même des mutineries.

La commune de Vaux le Pénil qui a engagé un cycle de réflexion et de commémorations depuis le mois de septembre 2014 veut continuer dans cet objectif .Cette prochaine année doit permettre d’avancer dans la rédaction d’un document relatant la vie de la commune pendant toute cette période et de prévoir une semaine axée sur la question des fusillés et de la justice militaire durant tout le conflit. Une exposition à l‘image de celle qui a été installée plusieurs mois dans les salons de l’hôtel de Ville de Paris « les fantômes de la République » devrait le permettre.

Il faut aussi se rappeler que commémorer le 11 novembre a été aussi un geste fort de résistance dans les pires situations !Si le défilé d’Oyonnax organisé par le maquis de l’Ain en 43 est resté célèbre, bien d’autres manifestations eurent lieu, malgré les interdictions et la peur !

Et même dès 1940 étudiants et lycéens parisiens rassemblés autour de l’Arc de Triomphe ont voulu ce premier acte public d’opposition à l’occupant. Ils furent lourdement sanctionnés pour la plupart. A la même date, à Dammarie, à Melun, des affiches furent placardées à proximité des usines et des quartiers ouvriers causant l’ouverture d’enquêtes de la police allemande

Se souvenir du passé et donc de l’histoire doit être un moteur pour l’avenir. Aujourd’hui dans un monde fragile et incertain, inquiétant souvent, c’est donc plus que jamais nécessaire.

Colette LLECH

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 16:42
photographie prise par le DAL

photographie prise par le DAL

L'affaire qui opposait notre ami Jean-François CHALOT et le Directeur de l'Hôpital de Melun passait en audience au tribunal de Melun cet après-midi.

La diffamation n'a pas été reconnue et le tribunal a prononcé la relaxe pour Jean-François CHALOT;

Ce dernier, très ému, a répondu avec sa franchise habituelle aux questions qui lui ont été posées et fait montre de son désintéressement personnel et profond.

Son avocat a présenté une défense sans faille sur le militantisme convaincu et totalement dépourvu de vindicte personnel, tout au long de son parcours.

C'est avec soulagement que Jean-François, sa famille et tous ses "amis et soutiens" venus nombreux assister à l'audience ont entendu le verdict prononcé.

Ce n'est pas seulement Jean-François CHALOT qui a été relaxé, mais bien tout le monde associatif et sa liberté d'expression, comme l'avait évoqué ce militant hors pair lors de son auto-défense.

Patrice THEVENY, Président de Familles Laïques Vaux le Pénil

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 07:01
La pauvreté aux mille visages
La pauvreté aux mille visages

 

Si la pauvreté n’a pas mille visages, elle en a de nombreux, très différents.

Il y a tous ceux qui sont SDF, qui vivent ou survivent dans des squats de fortune, ils sont de toutes origines.

Un homme ou une femme peut très vite devenir SDF : il suffit qu’il perde son emploi et qu’il soit expulsé de son logement ou qu’il l’abandonne.

Nous rencontrons dans nos permanences des personnes qui ont préféré laisser leur domicile plutôt que d’attendre l’huissier.

Un ancien entrepreneur nous a contactés : il vit dans le seul bien qui lui reste : « grosse voiture »….Il n’a plus rien et aujourd’hui il a le RSA , ce n’est pas avec ce « revenu » qui est nettement sous le seuil de pauvreté qu’il trouvera un logis, même un studio….Les bailleurs ne sont pas prêts à lui faire confiance.

Nous le suivons et l’accompagnons. Nous avons bon espoir parce que nous n’en avons qu’un à suivre.

Une personne qui élève seule son enfant et ne dispose que d’un RSA  a eu un deuil dans sa famille très proche.

Elle doit régler 1500 €

La compagnie des pompes funèbres  lui met pression….Cette compagnie refuse l’échelonnement or si cette personne est poursuivie elle perdra le bénéfice du plan de surendettement qu’elle a respecté jusque- là.

De plus en plus de retraités, même propriétaires n’arrivent plus à joindre les deux bouts, il ne leur reste presque rien….et je ne parle pas des locataires.

Les bénévoles se battent mais parfois ils désespèrent.

Les professionnels font aussi de leur mieux mais c’est la hiérarchie et les contraintes budgétaires qui ne suivent pas.

Des familles qui ont de grosses dettes de loyers ne répondent plus aux courriers …..

Certaines ne se déplacent même pas lorsque la commission départementale de prévention des expulsions les convoque…..S’ils répondaient une solution pourrait être trouvée permettant d’échapper à l’expulsion.

La seule solution consisterait à ce qu’un travailleur social se présente au domicile de la famille pour tenter de la convaincre.

Mais cela n’est pas prévu dans le cahier de charges…..

Voici différents types de familles, il y en a d’autres.

Une responsable associative digne de confiance m’a expliqué que des SDF placés dans des hôtels en Seine et Marne devaient laisser leur place à des réfugiés.

Quelle erreur ? Quelle monstruosité ?

Une telle politique risque d’opposer des populations de pauvres entre eux !

Comment agir ?

Comment combattre la pauvreté ?

Toutes ces questions et d’autres sont au cœur du colloque du 18 novembre à Vaux-le-Pénil.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 08:02
Quelle justice pour les mineurs?
Une conférence à ne pas rater ! A vos agenda !
N'hésitez pas à faire suivre dans vos réseaux.
 
 

 
Arnaud Chabalier                              SylvainMulard
 
Président de la section de Melun                                    
de la Ligue des Droits de l'Homme   Président du Cercle Arthur Chaussy
 
 
 
    Vous invitent à une conférence débat:
 
                               
          Avec Pierre Joxe, ancien ministre de l'intérieur
 
 
       Quelle justice pour les mineurs?
 
 
                Mercredi 16 novembre 2016
                                             à 20h.30
 
    Espace St Jean, place St Jean à Melun  1er étage
 
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 08:19
 En France, on continue à mourir de froid dans la rue !?

 

Tous les ans, des centaines de SDF meurent dans la rue.

En 2015, ce sont 448 SDF qui ont été déclarés morts.

Le collectif « Les Morts de la Rue » a raison de déclarer :

"Leur mort est un scandale qui doit interpeller chacun à un niveau personnel comme collectif, et quelles que soient nos appartenances politiques ou religieuses"

Ces personnes n’ont pas choisi d’être là sans logement, c’est la misère ou un accident de la vie, parfois les deux qui les a jetées dans cette situation.

Alors que nous sommes encore en automne, le SAMU social de Paris exprime son inquiétude.

Il appelle à agir sans attendre les premiers morts de l’hiver.

L’hiver qui se profile risque d’être le plus rude de cette décennie

Il faut ouvrir des places d’hébergement en nombre suffisant et mettre en place un accompagnement social et humain adapté.

Il existe dans de nombreuses villes des locaux vides inoccupés dans un état correct.

Ils sont laissés à l’abandon, leurs propriétaires, parfois des collectivités locales attendent l’occasion de monter une opération immobilière.

C’est le cas à Melun de l’Ecole Normale d’instituteurs. Ces bâtiments ont été fermés et délaissés durant près de 10 ans.

Des travaux de démolition et de construction ont lieu afin de bâtir-semble t-il- des logements résidentiels.

Des associations de solidarité espèrent que certains locaux ici et là puissent servir pour la création d’un centre d’hébergement.

Seront-elles entendu ?

Quelques projets immobiliers semblent être dans les tuyaux.

Des « bonnes âmes » s’indignent de voir s’installer des squats.

Elles devraient comprendre que c’est la pauvreté, la désespérance qui conduit des femmes, des hommes et leurs enfants à rechercher le premier refuge venu.

Des mesures devraient être prises pour éviter que des êtres humains se retrouvent dans la rue, la première consiste à ouvrir IMMEDIATEMENT des hébergements d’urgence et la deuxième consiste à enfin construire les centaines de milliers de logements sociaux nouveaux indispensables.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 07:34

Bonjour à tous,

En tant que Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil, je soutiens sans réserve Jean-François CHALOT, un militant de terrain très attaché à l'humain et qui ne peut, ne sait rester silencieux quand des situations difficiles et des injustices se présentent et touchent en particulier les plus démunis.

Pas une once de méchanceté chez cet homme de conviction. Jamais une intention de nuire à qui que ce soit, mais toujours la volonté de trouver des solutions. Ce que l'on pourrait éventuellement lui reprocher, c'est justement de ne pas toujours voir le mal là où il est parfois si bien dissimulé.

Aussi, je me permets de relayer sur le blog de l'association le communiqué du Comité de Défense de l'Hôpital de Melun qui résume parfaitement la situation.

Jean-François, ne doute pas que nous serons nombreux présents à l'audience de ce jeudi 10 novembre, où tu es convoqué à 13h30, pour t'apporter notre soutien.

Patrice THEVENY

 

COMMUNIQUE

La relaxe pour Jean François Chalot

C’est avec stupéfaction que le Comité de défense de l’hôpital de Melun a appris que Jean François Chalot, l’un de ses membres, était convoqué le jeudi 10 novembre devant le tribunal correctionnel de Melun suite à une plainte déposée par le directeur du centre hospitalier Marc Jacquet.

Qu’est-il reproché à Jean François Chalot ? D’avoir mis en relation deux faits qui se sont déroulés dans la même période : la mort d’un SDF dans sa voiture garée sur le parking de l’hôpital et l’inquiétude affichée publiquement par le directeur de l’hôpital de voir des SDF squatter des bâtiments du centre hospitalier.

Le comité de défense de l’hôpital de Melun combat depuis des années :

  • contre la privatisation de la chirurgie dans la cadre de la plateforme public-privé avec la clinique Saint Jean,

  • pour que l’hôpital reste un hôpital de plein exercice 100% public avec tous ses services,

  • contre les fermetures de services, de lits et de postes,

  • pour que les lois Bachelot et Touraine soient abrogées.

Les pouvoirs publics, les autorités de tutelle sont restées insensibles aux milliers de signatures réunies par le comité de défense.

Et aujourd’hui, l’un de ses militants est traîné devant les tribunaux pour un billet d’humeur dont les faits qu’il relate ne peuvent être contestés !

Le comité de défense assure Jean François Chalot de son soutien.

Pour le comité, il n’y a qu’une exigence conforme à la justice : la relaxe totale de notre camarade.

Melun, le 3 novembre 201

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 09:14
DESSIN DE NAGY

DESSIN DE NAGY

 

Le harcèlement scolaire a toujours existé, mais le phénomène s'amplifie avec le développement d'internet, les réseaux dits sociaux, facebook, tweeter...
 
Le harcèlement fait intervenir un groupe qui se ligue contre une seule personne : il fait des dégâts considérables sur des adolescents fragiles, influençables...
Les insultes, les brimades, les vexations se répandent d'autant plus facilement qu'internet permet un anonymat confortable, derrière lequel certains se cachent pour humilier, dénigrer, diminuer autrui.
 
L'adolescent se retrouve seul, démuni, face à une foule qui l'accable, met en exergue ses défauts, ses manques, invente ou répand des indignités. L'adolescent est parfois, même, moqué ou ridiculisé pour sa réussite scolaire, pour ses succès.
 
Le groupe agit, conforté par le nombre, il se laisse parfois dominer par un chef qui donne l'impulsion et le groupe suit aveuglément, se laisse emporter par la haine, le rejet.
Il est effrayant de voir comment les groupes peuvent se laisser manipuler et entraîner dans des attitudes haineuses...
 
Le groupe qui se laisse aller au harcèlement ne réfléchit plus, il suit un mouvement, il échappe au raisonnement...


Le groupe est comme happé par une sorte de frénésie de haine.
 
Certains sont les agresseurs, d'autres sont des témoins passifs qui laissent faire, sans réagir. Certains répandent des rumeurs.
Les harceleurs s'affirment par le recours à la force, ils se rassurent sur eux-mêmes, et minimisent et compensent, ainsi, leurs propres faiblesses.
Cette force peut s'exprimer par la violence des mots qui peuvent être terribles, parfois par une violence physique qui s'exerce dans le cadre scolaire.
 
Les adolescents victimes de ces harceleurs s'isolent, fuient les relations sociales, s'enferment sur eux-mêmes. Certains font des dépressions, certains se livrent à des tentatives de suicide.
Comment lutter contre ce phénomène ? D'abord, en parler, dénoncer, mettre en évidence la lâcheté de ceux qui se comportent comme des harceleurs.
 
Les adultes, en principe, plus responsables doivent donner l'exemple, les enseignants ont un rôle à jouer, ils peuvent repérer ces situations, les signaler et surtout les stigmatiser.
 
Sur internet, les adultes devraient, eux-mêmes, éviter les insultes, les propos méprisants et malveillants. L'anonymat, offert par internet, permet à certains individus de déverser une haine qu'ils ne parviennent même pas à contrôler !
 
On peut le rappeler : le témoin passif est aussi coupable de laisser faire, il se conforme bêtement à l'attitude du groupe... laisser faire, c'est être complice du harcèlement.
 
La fragilité des adolescents, leur vulnérabilité les rendent particulièrement sensibles à ce phénomène : des vies sont ainsi anéanties par la bêtise, l'inconscience de certains individus...

 

ROSEMAR

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France