Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:21
À la CAF le service n’est pas pour les allocataires

Ce texte de NABUM ne va pas dans la dentelle.

C'est l'expression-reflet de ce qui se passe.

Vous pouvez réagir et donnez votre avis.

C'est l'ouverture d'un débat

La rédaction

Racket à tous les étages.

La Caisse d’allocation familiale a une très vague idée des difficultés que peuvent rencontrer les pauvres bougres impécunieux qui sont dans l'indécente nécessité d’user de ses indispensables services. Cette noble institution, à l’imitation de tous les grippe-sous qui fleurissent désormais dans cette société si libérale, se permet, en cas de réclamation justifiée ou bien d’appel pour quelque motif que ce soit, de taxer l’allocataire pour lui signifier sans doute qu’il y a mieux à faire que de lui rendre service.

Bien sûr, ladite taxation est modique : c’est sans doute ce que rétorqueront les cadres qui ont le privilège de ne pas connaître les mêmes soucis financiers que leurs ayant droits. Ces six centimes la minute, peut-être dérisoires en plus du coût de l’appel, sont bien là pour enfoncer encore un peu plus ces parasites qui vivent de la générosité publique. Voilà sans doute ce que pensent les odieux personnages qui ont installé cette affreuse taxe.

La CAF n’en reste pas à cette ignominie. Prompte à prétendre que la déclaration trimestrielle n’a pas été faite dans les temps, la brave machine administrative n’avertit jamais de la date butoir. C’est une belle astuce pour priver un temps de pauvres gens de cette déjà maigre ressource. Avant l’heure, ce n’est pas l’heure, mais après l’heure, il faudra reprendre la procédure à zéro. Sachant que le dossier mettra actuellement en moyenne huit semaines à être traité, les reboutés de la mauvaise disponibilité kafkaïenne, n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Quant à l’erreur dans le dossier, elle est immanquablement qualifiée « d’erreur informatique ! ». Il suffit ainsi qu’un enfant en âge scolaire soit considéré comme un adulte, et voilà que la prestation est amputée immédiatement, ça va de soi, d’une part non négligeable. L'allocataire, pourtant en grande difficulté, doit se débrouiller tandis qu’un technicien essaiera de réparer la bourde qui a coupé les vivres. L’humanité n’est pas au programme dans cette maison.

Bien sûr, si la supposée sanction tombe dans l’instant, sa réparation prendra des mois. Il faudra d’ailleurs à la victime beaucoup de pugnacité, de patience et de conviction pour être réintégrée dans ses droits. Ceux qui se découragent abandonnent ainsi leur dû à une institution qui semble jouer le pourrissement avec délectation. Mieux même, cette noble maison compte sur l’imprévoyance de ses ayant droits pour ne pas se rendre compte des nombreuses erreurs qui vont toutes dans le même sens.

Ajoutons les périodes de fermeture durant lesquelles on ne peut joindre la CAF que par téléphone avec la susdite taxe et vous aurez une belle vision du traitement des allocations familiales dans un pays où la famille n’est plus une priorité nationale. Rassurez-vous, tout cela n’est qu’une joyeuse mise en bouche : le retour d’une droite décomplexée et revancharde ne fera qu’amplifier ce qu’une gauche indigne a déjà bien abîmé.

Il ne fait pas bon devoir tendre la main. La pratique la plus courante désormais est de tenter de vous la couper pour un oui et surtout pour un non. Un retard, un oubli, une erreur dans le formulaire 3 bis, une rature et vous voilà joyeusement radié pour satisfaire aux statistiques et à l’impérieux besoin d’économie. La dimension humaine est irrémédiablement remisée au placard et les pauvres agents se font, malgré eux, complices d’une politique honteuse et asociale.

Bien sûr, il y a toujours la possibilité de vous plaindre. Un appel téléphonique surtaxé vous enverra de disque enregistré en attente interminable pour vous détrousser un peu plus. Le nouveau « sévices publics » est en marche ; une belle escroquerie conçue par des technocrates issus de grandes écoles où nul, désormais, ne vient de ce monde des gens humbles, modestes, nécessiteux qu’il s’agit de mettre totalement hors circuit.

La pauvreté recule dans notre pays ; c’est un fait indéniable, statistique, indubitable. Elle recule devant les obstacles qui se dressent devant elle, grâce aux radiations de Pôle emploi et autres organismes de contrôle ; elle recule dans nos villes qui interdisent la mendicité ; elle recule jusqu’à devenir transparente. Ce n’est certes pas ainsi qu’on règle le problème mais c’est une bonne méthode pour ne pas sombrer dans l’insupportable réalité. Pour éradiquer la pauvreté il suffit de rendre invisibles les pauvres : il fallait y penser. Bravo, voilà bien une stratégie digne de cette époque formidable !...

Asocialement leur.

NABUM

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 04:33
50 millions d’enfants déracinés dans le monde, alerte l’Unicef

Le "trait" de Nagy est dur mais tellement et malheureusement réaliste

Merci Nagy !

Aujourd'hui une famille syrienne est accueillie à Vaux-le-Pénil, nous lui souhaitons la bienvenue et pensons à toutes ces familles et notamment ces enfants victimes des guerres et conflits actuels.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 06:15
L'INTERDIT ASSOCIATIF DES SURENDETTES  MEME PAS UNE INTERPRETATION DE LA LOI, UNE IGNORANCE !

L'exercice de la citoyenneté doit être plein et entier pour tout le monde, y compris pour des personnes qui connaissant des difficultés peuvent se retrouver surendettées.

Des banques n'hésitent pas à refuser l'ouverture d'un compte à une personne pauvre, il faut alors que « l'intéressé » s'adresse à la Banque de France pour que celle-ci lui trouve un établissement bancaire.....

Il arrive aussi que des banques interprètent ou inventent une loi interdisant à un surendetté de signer les chèques d'une association dont il a reçu une délégation...et ceci en toute illégalité !?

Une personne en difficulté qui est accompagnée par une association peut exprimer l'envie de s'engager.....

Ce choix personnel ravit les responsables associatifs qui constatent que la démarche d'éducation populaire est un succès :

la personne qui demande une aide devient actrice, c'est à dire qu'elle prend en main son dossier avec une aide et peut à son tour accompagner une autre famille en difficulté.

Parfois cette personne, très motivée et ayant acquis des compétences sollicite des responsabilités.

C'est alors « la cerise sur le gâteau ».

Malheureusement cette responsabilisation peut rencontrer des freins « bureaucratiques » .

Voici ce qui vient d'arriver à un bénévole sur l’agglomération de Melun Val de Seine.

Elle a déposé un dossier de surendettement à la Banque de France et, son dossier étant jugé recevable, elle a commencé à respecter le plan proposé par la commission et validé par le Juge .

Acceptant d'assurer la trésorerie d'une association locale, elle est allée rencontrer la banque « populaire » où le compte associatif est domicilié.

« Madame, ayant déposé un dossier de surendettement et étant fiché au FICP vous ne pouvez pas signer de chèque associatif »

Les bras nous en sont tombés pour deux raisons :

La première c'est que quelqu'un qui est FICP ( Fichier des incidents de remboursement de Crédit aux Particuliers) n'est pas interdit bancaire :

La deuxième c'est de constater que la Banque semble ignorer que le trésorier, comme le président n'est qu'un mandataire de la personne morale. Il agit pour le compte de l'association que par un mécanisme juridique de représentation conventionnelle.

Ni le trésorier, ni même le président n'est considéré comme titulaire du compte qui fonctionne pour la personne morale.

Faut-il rappeler, ce que je ferai, à la banque que même l'interdiction bancaire, qui n'est d'ailleurs pas la situation de cette personne est une sanction personnelle qui ne s'applique pas au compte dont elle peut être le mandataire ?

Voici là un blocage malheureux et stupide....

La loi n'est pas respectée et en plus cette banque populaire risque de perdre un ou plusieurs clients et de voir sa réputation entachée !

LU DANS LA PRESSE UN ARTICLE DU PARISIEN

http://www.leparisien.fr/vaux-le-penil-77000/vaux-le-penil-jean-francois-chalot-raconte-sa-vie-de-militant-associatif-09-09-2016-6107147.php

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 09:32

Numéro 347 Du 2 septembre 2016

Ce bulletin hebdomadaire ne contient pas les positions du CNAFAL mais des points d'actualité(s) avec des textes pouvant vous être utiles... et il s'agit donc là d'informations brutes non commentées.

Consommation et vie courante

  • Certificats médicaux :

Les règles changent concernant la délivrance du certificat médical qui est utile pour la pratique de disciplines sportives. Un seul certificat peut désormais concerner plusieurs disciplines et indiquer s’il y a des contre-indications pour d’autres.

 Pratique sportive - Simplification du certificat médical

  • Retraite :

Les périodes de travail non déclarées peuvent être prises en compte pour la retraite, mais sous certaines conditions. Elles sont définies par la Caisse nationale d’assurance vieillesse.

 Les redressements de cotisations sociales suite à un travail dissimulé

  • Rupture du contrat de travail :

Suite à la nouvelle loi Travail, les entreprises qui licencient leurs salariés pour motifs économiques, devront se plier à de nouvelles obligations.

 Loi n°2016-1088 du 8 août 2016

  • Energie :

Les consommateurs soumis aux tarifs réglementés de gaz vont voir leurs factures augmenter en moyenne de 0,4%, à compter de ce mois-ci, en application des dispositions du code de l’Energie.

 Communiqué de presse de la CRE

  • Rentrée étudiante :

L’INC rassemble dans un dossier spécial divers supports traitant des prêts étudiants, de la colocation, des aides pour faciliter le logement des étudiants, ou encore des mutuelles étudiantes.

 Dossier

Assurance scolaire :

Retrouvez les informations au sujet de l’assurance scolaire, pour souscrire vos contrats en connaissance de cause.

 Fiche pratique

  • Rappels de produits :

La DGCCRF vous alerte, face aux nombreux rappels de produits qui peuvent se révéler dangereux, comme des jouets, vêtements, ou encore bijoux destinés aux enfants.

 Derniers rappels de produits

Laïcité

Entretien croisé des Professeurs Stéphanie Hennette-Vauchez et Joël Andriantsimbazovina sur la décision « Burkini » du Conseil d’Etat.

 La Revue des Droits de l’Homme – Août 2016

Protection de l’enfance Indépendance :

Une enquête a été menée afin de connaitre les conditions, dans lesquelles les jeunes placés dans le cadre de la protection de l’enfance en danger, gagnent leur indépendance. Le public analysé est composé, pour un tiers, de mineurs étrangers isolés.

 Comment les jeunes placés à l’âge de 17 ans préparent-ils leur avenir ?

  • Projet pour l’enfant (PPE) :

L’Observatoire National de la Protection de l’Enfance (ONPE), a fait le point sur le PPE, qui rappelons-le a été créé en 2007, dans le cadre de l’amélioration de la protection de l’enfance. Il propose, par exemple, de rendre la nature juridique de ce dispositif plus transparente.

 PPE – Etat des lieux, enjeux organisationnels

  • Convention :

Après avoir ratifié la convention relative aux droits de l’enfant, la France réforme progressivement son droit interne afin de l’adapter aux dispositions prévues par l’Organisation des Nations Unies.

 La Convention relative aux droits de l’enfant et sa traduction en droit français

  • Précarité

Le 17 octobre se déroulera la journée mondiale de la misère. A cette occasion, la fondation Abbé Pierre organise pour la troisième fois un concert : Abbé Road 3, à la Cigale à Paris.

 Concert Abbé Road 2016 à La Cigale de Paris

Santé

  • Consommation de stupéfiants :

Afin de lutter contre la conduite sous l’emprise de stupéfiants, des nouvelles mesures ont été prises. Le prélèvement salivaire remplace le prélèvement sanguin, néanmoins celui-ci pourra être pratiqué à la demande de la personne contrôlée.

 Décret n° 2016-1152 du 24 août 2016 relatif à la lutte contre la conduite après usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants

  • Cancer du sein :

Pour faciliter un dépistage précoce du cancer du sein et d’augmenter son taux de guérison, les femmes ayant un risque élevé de le développer disposeront d’une prise en charge totale de leur examen de dépistage annuel.

 Décret n° 2016-1185 du 30/08/2016

 Site concertation-dépistage

  • Produits pharmaceutiques :

Une proposition de loi de M. Jacques Bompard relative à la clause de conscience des pharmaciens a été enregistrée à l’Assemblée Nationale le 31 août 2016.

 Proposition de loi

Handicap

  • Autisme :

L’association Autisme France donne son avis sur les pôles de compétences et de prestations externalisés, créés pour le financement des professionnels de santé libéraux.


 Pôles de compétences – La grande désillusion

  • Education :

Une circulaire du Ministère de l’Education nationale modifie les conditions de scolarité des enfants en situation de handicap. L’accessibilité des lieux et des transports afin de participer aux activités périscolaires est largement évoquée.

 Scolarisation des élèves en situation de handicap

Les unités d’enseignement en maternelles pour enfants autistes se sont vu présenter un nouveau cahier des charges, qui précise notamment les rôles de chaque intervenant (psychologues, directeurs d’établissements, etc.)

 Instruction relative à la modification du cahier des charges

Logement

  • Aides au logement :

Les allocataires d’aides au logement, peuvent continuer d’en bénéficier en cas d’impayés, grâce à un décret entré en vigueur au 1er septembre 2016. Mais attention ces personnes devront être de « bonne foi ».

 Décret n° 2016-748 du 6 juin 2016 relatif aux aides personnelles au logement

 Arrêté du 5 août 2016 relatif au maintien des aides personnelles au logement en cas d'impayés

  • Offices Publics d’Habitat (OPH) :

Les OPH communaux voient opérer un transfert quant à leur rattachement. Les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) disposent d’un mois pour délibérer en faveur du rattachement de l'OPH communal à l'OPH intercommunal. L’intervention du Préfet est prévue dans le cas contraire.

 Décret 2016-1142 du 23 août 2016

Protection sociale

Les bénéficiaires d’une pension de réversion, la recevront désormais dans les quatre mois qui suivent la demande et ce, à partir de juillet 2017. Actuellement aucun délai n’est fixé.

 Décret n° 2016-1175 du 30 août 2016 relatif au délai de versement d’une pension de réversion

Lutte contre la radicalisation

Un Conseil scientifique de lutte contre la radicalisation violente a été créé. Composé de douze universitaires relevant de diverses disciplines, il vient en complément du comité de pilotage d'évaluation et de prise en charge de la radicalisation violente déjà mis en place.

 Installation du Conseil scientifique de lutte contre la radicalisation violente

Evénement

La Fête de l’Humanité se déroulera, cette année, du 9 au 11 septembre 2016. Il est possible de prendre ses billets dès maintenant.

* Fête de l’Humanité 2016

 Fête de l'Humanité 2016 : billets & programme

“La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.” (François Mauriac 1885/1970)

Bulletin d’informations du CNAFAL
Bulletin d’informations du CNAFAL
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans CNAFAL NATIONAL
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 06:30
Les Maraudeurs du Jeudi

De très nombreuses initiatives individuelles ou collectives ont lieu, ici et là pour aider les SDF et les familles en grandes difficultés….

Parfois ce sont des associations qui décident d’élaborer un projet solidaire.

Ce fut le cas du CDAFAL 77 et des Familles laïques de Vaux le Pénil qui, pour la deuxième année consécutive organisent des repas partagés à un euro à raison de 2 par mois.

Ces repas, très élaborés constituent des temps de partage, d’échanges entre les participants, qu’ils soient en grande difficulté financière ou isolés.

N’oublions pas non plus les personnes seules.

Parfois ce sont des initiatives qui ne rentrent pas dans le cadre d’une démarche associative.

Ce sont comme à Orléans, des travailleurs sociaux qui organisent des maraudes et des distributions.

Je laisse la parole aux initiateurs de ce projet :

« Rappel de l'origine de notre initiative (Janvier 2014)

Les Maraudeurs du Jeudi

Ensemble

Cette équipe composée de 6 travailleurs sociaux a pour objectif, à travers une initiative citoyenne, de partir à la rencontre un jeudi par mois des précaires et des sans-abris d'Orléans dans un élan de générosité et de partage.

Tendre la main

Cette initiative a aussi pour objectif de casser certaines idées reçues sur les plus précaires et montrer que les arrêtés municipaux notamment l'arrêté anti-mendicité qui sévit à Orléans depuis 2002 est une absurdité.

Depuis Janvier 2014, à travers l'identification de besoins sur le terrain, nous collectons vêtements ,chaussures, duvets, produits d'hygiène, nécessaire de toilettes, livres etc......mais aussi des radios dynamo et solaires pour rompre l'isolement des plus démunis que nous redistribuons aux personnes que nous rencontrons lors de nos maraudes.

Nous entreposons les dons et collectes dans un garage dont nous finançons la location sur nos deniers personnels.

Ecouter et échanger

Nous prenons aussi et surtout le temps de l'écoute et de l'échange en proposant une soupe, un café chaud et en privilégiant le respect et la réciprocité. Nous nous situons dans une position d'égal à égal et de par notre formation et notre éthique, nous veillons à respecter l'intimité, l'anonymat et la dignité de chaque personne rencontrée.

Une action citoyenne et éthique

Nous avons informé les dispositifs existants de notre action et en aucun cas nous ne souhaitons nous substituer à leur action.

Nous avons fait le choix d'une action citoyenne pour éviter la lourdeur de la structure associative .En tant que travailleurs sociaux, nous avons aussi une certaine exemplarité à donner et nous souhaitons modestement entrainer d'autres initiatives dans notre sillage afin que le regard sur laissés-pour- compte changent.

C'est ainsi qu'une maraude composée de pharmaciens :"Les pharmaraudeurs" que nous avons initiés, ont débuté une action plus ciblée sur le soin chaque dernier mardi du mois.

Une page Facebook

Nous avons aussi créé un groupe Facebook: "Les maraudeurs du Jeudi" qui rassemble plus de 1300 personnes à ce jour pour informer de notre action et collecter les dons matériels (nous n'acceptons aucun don d'argent) et nous avons besoin de cette chaîne de solidarité pour agir au plus près de ceux qui souffrent dans nos rues.

Voilà pour l'essentiel de notre action »

C’est une action originale parce qu’elle est menée par des travailleurs sociaux.

Les travailleurs sociaux sont très souvent motivés dans leur profession mais, souvent, leur engagement bénévole, quand il existe, se situe dans un domaine n’ayant aucun rapport avec leur travail.

Comme nous, à Vaux-le-Pénil, cette initiative se situe en dehors de tout cadre de financement public…..

Ils ne sollicitent aucun don d’argent.

C’est une précision à apporter pour faire taire certains « bruits » :

Les initiatives citoyennes individuelles ou associatives ne sont pas quémandeuses d’argent.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 22:45
BONJOUR À TOUS…

L’ATELIER INFORMATIQUE SÉNIORS REPREND DU SERVICE

LUNDI 26 SEPTEMBRE…..à 9 heures

APRÈS LE FORUM DES ASSOCIATIONS,

QUI A LIEU CE DIMANCHE..11 SEPTEMBRE À LA BUISSONNIÈRE

RETROUVEZ LES CARTES POSTALES

DES VAILLANTS SÉNIORS EN VACANCES…SUR LE SITE...

http://vaux-web-seniors.pagesperso-orange.fr

À BIENTÔT...

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 06:11
RENDEZ VOUS AU FORUM DES ASSOCIATIONS DE VAUX LE PENIL LE DIMANCHE 11 SEPTEMBRE 2016

APRES UN ETE ACTIF, UNE RENTREE SUR LES CHAPEAUX DE ROUES AVEC FAMILLES LAIQUES DE VAUX LE PENIL

Le cap des 500 familles adhérentes vient d’être franchi.

Durant l’été l’association a organisé un séjour de vacances familial suivi d’une journée à Astérix.

Le blog associatif est resté actif durant les deux mois……

Les bénévoles de l’association seront au forum des associations qui se tient le dimanche 11 septembre à Vaux-le-Pénil à la Buissonnière.

Ils accueilleront les familles intéressées, voire de nouveaux bénévoles.

En septembre 2016, les activités reprennent : cours de français, accompagnement à la scolarité, informatique…..relaxation, écrivain public.

Les permanences « accueil des familles » permettent d’aider les familles qui ont des problèmes avec leurs bailleurs ou qui risquent d’être expulsées.

Ce champ d’action de développe depuis janvier 2016.

Le nouvel atelier couture se déroulera à la Maison des associations le mercredi matin et de nouvelles activités sont prévues comme « informatique et maîtrise du français » pour aider les apprenants à se perfectionner .

Tous les matins de la semaine, des personnes peuvent avoir accès à un ordinateur mis à leur disposition pour se connecter à la CAF et connaître leur situation et leurs droits.

Une personne peut les aider et naturellement la confidentialité est assurée.

A partir du 15 septembre 2016 ce service continue et les bénévoles proposeront aux personnes intéressées une information et un accompagnement pour apprendre à déclarer leurs impôts en ligne.

Des projets inter-associatifs sont prévus cette année : un repas de fête de fin d’année avec le Comité des fêtes, repas ouvert à tout public, un séjour de vacances séniors.

Des bénévoles ont d’autres propositions qui seront discutées au cours du Conseil d’Administration de rentrée.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 22:09
Survivre au surendettement en 10 étapes

Vous êtes enterrés sous vos dettes ? Voici 10 étapes pour vous en sortir.

http://www.journaldemontreal.com/2016/09/01/survivre-au-surendettement-en-10-etapes

Le journal de Montréal propose 10 étapes pour sortir du surendettement.

Ces conseils sont judicieux et peuvent être repris pour les français.

L’introduction que je ne reproduis pas mais que vous pouvez trouver en cliquant sur le lien, parle d’une « recette » : le mot est fort, il n’y a pas de recette mais des pistes d’organisation et de transformation.

J’ai retiré tout ce qui correspond à la situation spécifique canadienne mais vous pouvez vous reporter au texte initial

1 Respirez. Paniquer ne sert à rien. Prenez la seule résolution logique : « Je vais m’en sortir ».

2 Partagez. S’il n’est pas pleinement au courant de votre situation, mettez votre conjoint dans le coup... pour éviter une séparation et avoir du réconfort.

3 Diagnostiquez. Étalez TOUTES vos factures et vos dettes sur votre table de cuisine, avec montants et échéances.

4 Planifiez. Établissez un budget mensuel (avec Excel si possible) avec tous vos revenus (salaire, allocations familiales, TPS, crédits d’impôt) et toutes vos dépenses. Regroupez-les en trois catégories : fixes (loyer, hypothèque, câble, électricité, pension alimentaire, impôt...) ; variables (épicerie, pharmacie, essence, etc.) ; annuelles (, rentrée scolaire, vacances).

Priorisez. Classez vos dettes. Les pires : les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé. Si vous avez plusieurs cartes, ramenez-en une rapidement à zéro et annulez-la. Éliminez toutes vos cartes sauf une.

6 Analysez. Scrutez chaque dépense en lui allouant une cote : essentiel, utile, superflu. Téléphone fixe ou portable ? 140 canaux sur le câble ? Revoir les couvertures d’assurance ? Vélo, transports en commun ou automobile ? Resto ou lunch maison ? Vin à chaque repas ? Vêtements neufs ? Cinéma les jours de rabais seulement ? Livres neufs ou bibliothèque ?

7 Réaménagez. Refaites votre budget. Augmentez vos revenus : deuxième emploi à temps partiel, location d’une chambre de votre maison ou appartement, vente d’actifs et de cossins (placements hors REER, 2e automobile, meubles, bibelots, livres, disques, DVD, tout ce qui n’a pas servi depuis un an). Diminuez vos dépenses : coupez le superflu, réduisez impitoyablement le reste...

8 Consolidez. Par miracle, si votre dossier de crédit est encore bon et votre revenu assez élevé, négociez une consolidation de dettes avec votre institution financière.

9 Négociez. Appelez tous vos créanciers et négociez des ententes..

10 Évaluez. Cherchez de l’aide pour évaluer vos ultimes options »

Une association ou un collectif comme « info-dettes » qui existe en Seine et Marne peut vous apporter une aide ou des conseils si les familles pensent que leur situation est compromise.

Aucune contribution ne vous sera demandée car les personnes qui assurent ce soutien sont totalement bénévoles, c’est-à-dire qu’ils ne reçoivent aucune indemnité directe ou indirecte.

Le cas échéant un dossier de surendettement pourra être déposé à la Banque de France afin que la commission propose au juge un échelonnement adapté aux situations particulières, voire des effacements de dettes.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 08:11
Le touriste des rencontres

Texte de NABUM

L’étrange préoccupation d’un voyageur pas ordinaire.

Aller à la découverte du monde, quitter sa bulle et partir loin de son pré carré, c’est, pour beaucoup, se nourrir de paysages merveilleux, découvrir une culture différente, expérimenter une alimentation qu’on qualifie d’exotique faute de la connaître sur sa table, c’est encore faire assaut de connaissances en botaniques ou en zoologie. Chacun a sa spécialité, son petit domaine de préférence pour arpenter la planète, les yeux grands ouverts et l’esprit toujours en éveil. Il lui suffit de suivre le guide, de respecter le plan de route, d’écouter les conseils de ceux qui sont passés avant lui. Suivez l’itinéraire fléché et vous serez comblé à la condition d’avoir « super routard » dans la poche de votre sac à dos.

J’avoue ne pas me contenter du circuit prémâché. J’ai naturellement, comme tout le monde, des admirations et des étonnements devant la magnificence d’un paysage, la beauté d’un monument, le pittoresque d’une ville. Je n’échappe pas au concours de superlatifs : d’admirable à extraordinaire, de somptueux à fabuleux, de grandiose à inoubliable. Pourtant, quand le temps est venu d’ouvrir la boîte des souvenirs, ma mémoire a tendance à effacer tout cela pour ne retenir que ces quelques minutes passées à la rencontre d’inconnus qui se sont trouvés sur mon chemin.

Je suis un voyageur des gens. Je n’aime rien tant qu’une rencontre, quelques mots échangés, un récit partagé, un questionnement curieux pour mieux comprendre ce décor qui défile sous mes yeux. Ce n’est ni prétention ni orgueil même si Monsieur Robert Lavigue viendra prétendre que tout cela n’est que posture et pédanterie, avec la morgue qui le caractérise si bien. Mais laissons les fâcheux et égrenons les belles rencontres de ce séjour aux antipodes.

Il y eut d’abord Jacky, l’enseignant technique, voyageur. Il a exercé en métropole, quelques années aux îles Marquises avant de reposer son cartable à La Réunion. Il a tâté du Lycée technique puis de la Segpa pour initier les élèves à la métallerie. Il est allé chercher épouse au fin fond de l’Europe orientale. Il porte une casquette de marin pour signifier que le parcours n’est jamais fini. Belle rencontre que voilà, un homme aux antipodes de mon comportement, un arpenteur du Monde !

Il y eut Irina, la bâtisseuse de l’Oural. Elle est venue sur l’île de la Réunion faire une fille et quelques maisons. Elle sait tout faire de ses mains : le bâtiment d’abord mais aussi la peinture, la sculpture et des travaux artistiques. Femme à la grande énergie, à l’accent merveilleux, elle ne cesse d'irradier sa force impressionnante et elle cuisine à merveille : ce qui ne gâche rien.

Autre femme merveilleuse, Jennifer, une Mauricienne qui tient le restaurant du vieux port. Elle aime venir en salle, parler à ses clients, offrir quelques secrets et partager une recette à sa façon qui ne figure pas sur la carte. Elle s’assoit et évoque alors ses enfants, son île natale, sa jeune équipe qui tient ce lieu avec une disponibilité sans égale. Je découvre l’art de réaliser un véritable carry, j’appréhende un peu mieux les principes de la cuisine créole. Jennifer est une transmetteuse de savoir-faire.

Puis surgit Élian, un métropolitain qui a posé ses valises à La Réunion à l’âge de 9 ans, dans les bagages d’un père professeur qui venait chercher un peu de soleil. Quinze ans plus tard, le gamin est devenu guide : il sait tout de la flore locale. Il parle, parle avec passion et compétence. Il évoque cette île comme son pays, son jardin secret. Quelle incroyable appropriation ! Quelle volonté de toujours en savoir plus, pour transmettre sa passion ! J’ai passé avec lui une journée d’exception.

Il y eut Pacifique, le chauffeur routier qui est parti en métropole quinze années durant, parcourant ce pays qui est aussi le sien. En ayant fait le tour, il posa son baluchon au Québec pour s’accorder des distances plus grandes encore. Cinq années au long cours avant de décider de revenir sur son île. Il y tient désormais une petite buvette, propose une restauration simple et économique car il a le souci de ne pas estamper les clients, de retrouver l’esprit des restaurants routiers qu’il a fréquentés si souvent. Il se raconte et maugrée un peu contre ces jeunes qui ne veulent plus travailler. Il a depuis longtemps passé l’âge de la retraite et continue son chemin de labeur.

Je terminerai ce premier volet des rencontres réunionnaises par Joël, le gardien de musée. Il s’ennuie ferme sur son avenue de Paris. Son exposition n’attire pas les foules. Il voit une trentaine de visiteurs par jour : pas de quoi faire passer le temps. Alors quand un bavard vient vers lui, il retrouve le sourire et se fait disert. Il évoque son île qu’il chérit comme tous ses compatriotes, ces tableaux qui ne lui disent rien qui vaille, les visiteurs qui ne font que passer sans un regard ni même un petit mot. Nous discutons, je glisse une annotation sur le livre d’or, accordant une petite place à Joël dans mon commentaire. Il est fier ; ça ne lui était jamais arrivé ….

Je n’en ai pas fini de mon séjour lointain. J’ai déjà d’autres petits portraits fugaces dans mon escarcelle. C’est d’eux que je me gargarise tout autant que de cette cuisine que j’explore avec une certaine liberté. Je découvre tant de fruits et de légumes nouveaux que je veux tous les essayer. Au marché, j’interroge, je questionne et se nouent alors des liens brefs mais intenses. Je vois dans les yeux de mes interlocuteurs le plaisir de faire découvrir ainsi leur île d'abondance. À bientôt, j’ai un jus de curcuma sur le gaz !

Conversationnement vôtre.

NABUM

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 05:59
Maltraitance institutionnelle : cinq infirmiers se sont suicidés cet été

TEXTE SU SNPI ET DESSIN DE NAGY

Les réorganisations de service, la charge de travail, les pressions institutionnelles sont à l’origine de trois suicides d’infirmières hospitalières :

- Un infirmier de 55 ans s’est suicidé le 13.06.16 dans son service au CHU de Toulouse, face aux pressions professionnelles et aux conditions de travail.

- Une infirmière de l’hôpital du Havre s’est suicidée le 24 juin 2016, à 44 ans. Dans sa lettre d’adieu, elle met en cause ses conditions de travail « en dégradation constante ».

- Un cadre infirmier de l’hôpital de Saint-Calais dans la Sarthe s’est suicidé le 6 juillet 2016. Dans des courriers envoyés à la direction du centre hospitalier, à l’ARS et à sa famille, il mettrait directement en cause la direction de l’établissement. Une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales est diligentée.

Les conditions de travail sont également à l’origine de deux nouveaux suicides d’infirmiers. Le comble est que cela touche un mal nommé “service de santé au travail”. Deux infirmières sur les cinq que compte le service médical Interprofessionnel de la Région de Reims (SMIRR) se sont suicidées cet été :

- le 23 juillet une infirmière de 51 ans, se donne la mort chez elle.

- le 13 août une deuxième infirmière de ce service, 46 ans et mère de deux enfants, se suicide à son tour. Elle était revenue depuis peu de temps d’un arrêt de travail de plusieurs mois, après avoir dénoncé le harcèlement moral et sexuel dont elle était victime de la part de son supérieur hiérarchique (écarté de son poste après cette dénonciation).

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC, “les conditions de travail se dégradent un peu partout. La pression devient trop rude sur des professionnels que l’on pousse à bout (rappels sur repos, polyvalence imposée, perte de sens, sous-effectif, pression à l’activité). Ces réorganisations sont en rupture avec les valeurs soignantes, et débouchent sur une maltraitance des soignants et la mise en danger des patients.”

Pas un mot de la Ministre, qui est resté de glace, alors qu’elle a su défendre les vitres cassées du CHU Necker dès le lendemain, avec un déplacement sur place du Premier Ministre. Comme quoi nous sommes peu de choses… Peut-être pas assez médiatique au goût du gouvernement ?

Entre injonctions paradoxales (augmenter l’activité avec moins d’agents), recherche d’une rentabilité immédiate, rationalisation des flux de patients en GHM (Groupe homogène de malades), et standardisation des procédures de soins, les professionnels de santé sont en grande souffrance. Cette maltraitance institutionnelle se développe sur une grande échelle, mais les directions adoptent la politique de l’autruche face aux difficultés psychiques de leurs salariés, ou font illusion en mettant en œuvre des plans de prévention cosmétiques sans prise sur le réel.

Malgré 100.000 lits fermés en dix ans, et un premier recul de l’espérance de vie en 2015, le gouvernement décide de continuer à supprimer 16.000 lits et 22.000 postes ! Depuis deux ans, les erreurs de soins se multiplient, mais l’administration renforce “un cercle vicieux de surcharge qui épuise les professionnels et désorganise les services” (expertise SECAFI APHP mars 2016).

L’ONDAM, objectif national des dépenses d’assurance maladie, est le montant prévisionnel établi annuellement pour les dépenses de l’assurance maladie en France. Un ONDAM volontairement inférieur à l’inflation ces dernières années a entrainé un déficit cumulé des 32 CHU Centre Hospitaliers Universitaires, qui dépasse les 200 millions pour l’exercice de l’année 2014 : plans d’économies, plans de retour à l’équilibre, “efficience” conduisent à des suppressions de postes et des fermetures de lits dans tous les hôpitaux. En 2016, l’ONDAM a été baissé à 1,75% (contre 2,1% en 2015) pour accélérer les fermetures.

En France, pour la première fois depuis les années 60, l’espérance de vie à la naissance a diminué en 2015, de 0,3 an pour les hommes et de 0,4 an pour les femmes, pour s’établir respectivement à 78,9 ans et 85 ans, révèle l’Insee.

Les événement indésirable associé aux soins (EIAS) augmentent régulièrement ces dernières années. Pire les Événements indésirables graves (EIG) ont doublés en un an en Ile de France (menace du pronostic vital, passage en réanimation et/ou au bloc opératoire).

Ainsi, à l’AP-HP, qui représente 10% de la fonction publique hospitalière avec ses 38 hôpitaux, on est passé :

- sur l’outil OSIRIS de 39.086 EIAS en 2010, à 57.933 en 2014 (+ 48%).

- de 21 EIG en 2013, à 46 EIG en 2014, et 75 EIG en 2015

SNPI

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 13 Octobre 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Novembre 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France