Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 08:06

Bonjour,

 

article prémonitoire du MONDE ; si c'est la fin des allocs c'est la fin de l'UNAF...

 

depuis 17 ans , l'UNAF n'a pas compris qu'une politique familiale ne pouvait pas être orientée que vers les familles nombreuses (3 enfants et plus ) et vers les plus hauts revenus qui ont étaient les grands gagnants de cette politique ; la grande presse sous Jospin, lorsqu'il a été question de toucher à quelque privilège (notamment établir la fiscalisation des allocations familiales ) avait parlé allocation vison !

Finalement, c'est Hubert Brin sur instigation de Jean Philippe Valat qui n'était pas à l'époque sous directeur à l'UNAF mais chargé de mission qui proposeront avec succès l'abaissement du plafond du quotient familial avec le succès que l'on sait.

Par la suite, sur pression des AFC et FF Fondard et M A BLANC vont reprendre ts les poncifs séculaires des familialistes...enfoncant un peu plus le crédit de l'UNAF...

 

C'est la première fois que dans la grande presse le vocable  familialiste est employé !

 

C'est un tournant 

 

Jean-Marie BONNEMAYRE

 

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 08:03

 

Paris, le 4 octobre 2017

 

Communiqué de presse

JUSTICE POUR LA POLITIQUE FAMILIALE :

Le CNAFAL approuve toutes les mesures qui tendent

à rééquilibrer les aides aux familles en direction des plus pauvres.

Là est la vraie universalité !

 

Le CNAFAL n’a pas caché son approbation des mesures adoptées, ces dernières années, tendant à réduire l’aide versée aux familles les plus aisées (abaissement du quotient familial, modulation des allocations familiales, réformes ciblées des prestations d’accueil du jeune enfant).

Les ménages, impactés par cette mesure effective depuis 2014, appartiennent pour 80% d’entre eux aux 20% des familles les plus aisées.

Désormais, les allocations familiales sont divisées par deux au-dessus de 6 000 euros de revenu mensuel pour un ménage et par quatre pour un revenu de 8 000 euros.

Malgré ces mesures, la Cour des Comptes souligne que la prise en charge du coût de l’enfant est, comparativement aux autres pays européens, élevée à tous les niveaux de revenus, même si encore un effort de justice sociale doit être poursuivi en faveur des familles pauvres.

« La France se caractérise notamment par la prévalence de la pauvreté pour les familles avec un seul enfant. »

Le CNAFAL n’a cessé de réclamer depuis 1978, le versement d’allocations familiales dès le premier enfant !

La Cour des Comptes souligne que « la prévalence de la pauvreté chez les couples avec un enfant est supérieure à celle observée chez les couples sans ou avec deux enfants, configuration qui n’est que peu observée dans les pays comparables ».

En France, les soutiens aux familles sont moins ciblés sur les familles pauvres que dans un grand nombre de pays européens. Il est vrai que le poids de l’idéologie familialiste a été prégnante tout au long du XXème siècle : une véritable « mystique » de la famille idéale a été développée avec trois enfants et plus et la place de la mère au foyer.

Ce que les conservateurs d’aujourd’hui oublient c’est que la Sécurité Sociale a été fondée pour lutter contre les terribles inégalités sociales qui ont conduit la France et d’autres pays européens à se tourner vers des solutions fascistes. Peut-on continuer à prétendre représenter toutes les familles auprès des pouvoirs publics (mission de l’UNAF confiée par la loi) et oublier les millions de familles pauvres. Il y a là une faille dans le devoir de représenter toutes les familles !

Pierre Laroque« père de la sécurité sociale » lui-même, dès 1969, envisageait dans la préparation du Plan l’idée d’une modulation des prestations familiales en fonction des ressources familiales !

C’est la raison pour laquelle le CNAFAL réclame la mise en place d’une allocation familiale dès le premier enfant, le rétablissement de la prime de naissance au 7ième mois, la poursuite de l’augmentation de l’allocation de soutien familial et du complément familial, l’augmentation de l’offre de garde pour les jeunes enfants et la mise en place d’un revenu social jeune pour la tranche 20-25 ans.

 

Jean - MarieBonnemayre,                                                                 Jean-François Chalot

Président,                                                                                           Secrétaire général

06 87 37 16 64                                                                                      07 89 05 54 64                                                                                                                                                                         

                                                              

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 14:30

cdafal dal

 

C’était la première fois qu’une liste du DAL (Droit au Logement) se présentait aux élections

A  l’Office public de l’habitat de Seine et Marne.

Cette liste soutenue activement par le CDAFAL 77 (Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques) obtient la deuxième place en nombre de voix recueillis et un siège au Conseil d’Administration.

Inscrits : 15 258

Exprimés : 2354

CGL : 702

DAL : 482

CNL : 372

CSF : 346

Les Totems ; 271

Alurm : 181

Ce résultat est la résultante à la fois de la crédibilité  du DAL  et à la fois de la présence sur le terrain du DAL qui conjointement avec le CDAFAL assure des permanences.

Depuis deux ans, nous menons sur l’agglomération melunaise et même au-delà une action contre les expulsions locatives, pour le relogement et pour que des logements insalubres soient rénovés.

C’est ainsi que nous intervenons en ce moment à Lagny, à l’appel de deux familles de locataires.

Au CA de l’Office, notre élue interviendra en défense des locataires contre les augmentations de loyers, pour la rénovation des appartements….

Avec les autres militants du DAL et du CDAFAL elle se mettra à la disposition des familles pour les défendre.

Comme nous l’avions déjà dit, nous sommes pour que les associations de locataires ayant des élus ou n’en ayant pas puissent œuvrer ensemble.

 

Cela s’appelle l’unité pour le droit à un logement décent pour toutes et pour tous.

Au cours du colloque : construire un réseau local de solidarité, qui se tient à la ferme des jeux de Vaux le Pénil

vendredi 28 novembre 2014 à partir de 17 Heures,

cette question de l'action commune, du partenariat sera au centre de nos réflexions.

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 08:25

LogoDalSix listes sont en présence.

La campagne se déroule bien, chaque liste défendant son orientation.

On peut lire sur le tract diffusé par la CGL la phrase assassine suivante

« Nous intervenons toute l’année, pour défendre les locataires, qu’ils soient individuels ou collectifs.

Pas comme certains seulement au moment des élections ou pas du tout »

La CGL devrait réfléchir avant d’écrire.

En effet si certains aiment les sièges en permanence, d’autres agissent au quotidien

Pour défendre les locataires sur le terrain.

C’est le cas de la CSF, du DAL nouveau venu aux élections mais très présent dans les quartiers

Ou de la CNL.

L’honnêteté nous conduit à ne pas parler seulement du DAL, de sa liste que le CDAFAL qui tient des permanences, soutient mais aussi d’autres.

L’enjeu justement ce n’est pas seulement de présenter des listes mais d’agir ensemble, au-delà de nos appartenances pour défendre les sans toit, les mal- logés et tous les locataires.

Quant à la CGL, c’est bien cette liste dirigée par un conseiller municipal de Melun qui, dans les conditions d’attribution vote comme le représentant de la ville où il est élu.

Bonjour l’indépendance !

 

Jean-François Chalot

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 11:45

cdafal dal

 affiche sapiens

 

La trêve hivernale qui dure cinq mois a commencé vendredi 1er novembre.

C’est un ouf de soulagement pour beaucoup de familles qui ont vu passer le couperet des expulsions…

D’autres n’ont pas eu cette chance comme cette femme de 98 ans qui avec sa fille a été expulsé à deux jours du début de cette trêve !?

 

C’est une honte ! Carton rouge au Préfet des Alpes maritimes qui a donné son feu vert.

 

Cette trêve hivernale a été instaurée par la loi du 3 décembre 1956 à la suite de l’appel de l’hiver 54 de l’abbé Pierre….

Dans l’année écoulée, 123 000 familles sur 162 000 assignées en justice ont été les victimes d’une décision d’expulsions, la plupart pour des impayés de loyers.

Des milliers et milliers d’entre eux sont effectivement expulsés sans autre forme de procès !

 

Patrick Doutreligne de la fondation Abbé Pierre «  dénombre une augmentation des décisions d'expulsion de l'ordre de 37% sur les dix dernières années »

Cette loi appelé « La trêve hivernale pour tous » a été modifiée, largement écornée et dénaturée par un nouveau texte permettant l’expulsion de squatteurs, d’habitants de bidonville et de logements de fortune, occupants  sans droit ni titres.

On peut comprendre que des questions de sécurité obligent à ne pas permettre que des personnes vivent dans des logements dangereux.

Il faut, alors, que les pouvoirs publics assurent leur responsabilité, c’est-à-dire obligent les propriétaires à effectuer les travaux ou ordonnent la démolition.

Quant aux familles elles doivent être relogées immédiatement.

On ne peut pas accepter que des femmes, des hommes et des enfants se retrouvent jetés sur le pavé.

A côté de ces familles survivant dans ces locaux, il en est beaucoup qui occupent, faute de mieux des logements inoccupés depuis des années ou des bureaux libres, ce qui  ne présente aucun danger.

L’amendement déposé par un député et intitulé «  la trêve hivernale pour tous » est une proposition positive qui va dans la bonne direction.

 

Le budget «  logement «  va être discuté ce mercredi 5 novembre en première lecture par l’Assemblée Nationale.

Après les déclarations du 1er Ministre annonçant la fin de l’encadrement généralisé des loyers et son maintien uniquement à Paris à titre expérimental, nous ne pouvons qu’être inquiets et mobilisés.

 

RASSEMBLEMENT MERCREDI 18H à L’ASSEMBLÉE NATIONALE contre le budget logement :
Bombance pour le logement des riches et des spéculateur (investissement locatif)
Rigueur pour le reste de la population (logement social, accession, amélioration de l’habitat ...)  

Cette initiative est prise par la plateforme logement des mouvements sociaux dont sont membres, entre autres

Logement : CSF, DAL, CNL, ACDL, CGL , Advocacy, AFVS, Bagagérue, CAHL 94, CAL, Copaf, CoL3e, CoL14e...  
Syndicats: CGT,  FSU, Sud Santé Sociaux, SAF, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires, USP ...
Solidarité : AITEC, ATTAC,  AC !,  CNAFAL, Fondation Copernic, MRAP ...

Voici quelques revendications parmi d’autres :

-          Encadrement des loyers à la baisse de 20% (coût nettement moindre que les conséquences budgétaires de l’allégement des cotisation sociales des employeurs)

-          Soutien de l’amendement « la trêve hivernale pour tous »

-           Application de la loi Dallo

-          Construction programmée et effectuée de 200 000 logements par an.

 

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 08:36

 

 MANIF 2

C’est une course de vitesse implacable entre les huissiers mandatés par les propriétaires et les locataires expulsables.

Le 1er novembre approche vite, date fatidique pour les familles car c’est le début de la trêve hivernale

Et l’arrêt des expulsions.

Les Préfets de la République sont « parfois » intraitables et sans pitié, c’est ainsi que dans le département de la Marne Véronique et son fils ont été expulsés alors que le Préfet aurait pu faire stopper la procédure.

REIMS (51). Véronique expulsée 3 jours avant la trêve hivernale

« Après le courrier de l’huissier et celui de la préfecture, elle et son fils Kévin ont fait leurs cartons, qui rejoindront, pendant un mois gratuitement, un garde-meubles. Au bout d’un mois, s’ils ne peuvent pas payer les 90 €, leurs biens seront donnés à des associations.

Sans famille, ils ne savent où aller »

Rien n’est fait ou si peu par les pouvoirs publics pour accompagner et aider les familles ;

Quant aux associations de solidarité, elles ne sont pas partout et parfois elles sont prévenues trop tard.

Les idées fausses ont la vie dure comme celle qui pense que les familles expulsées sont des pour la plupart des Rmistes.

Le nombre de rmistes est important et d’ailleurs comment pouvez -vous ne pas avoir de difficultés pour régler vos loyers et vos charges quand vous survivez sous le seuil de pauvreté ?

D’autres familles, même disposant de ressources « correctes » peuvent connaître un incident de la vie et se retrouver éjecter de leur logement.

C’est ce qui vient d’arriver à Mr et Madame C habitant la Seine et Marne et vivant avec leurs quatre enfants dont deux mineurs.

Ils ont été expulsés  le 13 octobre alors qu’ils avaient déposé un dossier de surendettement jugé recevable et qu’aucun jugement n’avait eu lieu !?

Cette famille n’avait pas de dette de loyer.

Ils ont été expulsés à la demande du nouveau propriétaire de leur logement qui leur avait demandé de rester avec un loyer augmenté de 260 € mensuels.

Ils ont refusé cette augmentation et ont demandé un délai pour se retourner et trouver un nouveau logement.

Bien mal leur en a pris : le propriétaire n’a rien voulu savoir…

Expulsés ils sont hébergés par des amis mais séparément…..

Y en a assez ! On attend du gouvernement qu’il se penche sur ces familles qui se trouvent dans la rue, logées par le 115 ou éparpillées chez des amis.

Combien de drames humains ? Beaucoup et un coût financier et social insupportable.

 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 07:02

Le CDAFAL et les associations familiales laïques adhérentes ont décidé de soutenir

 

une liste DAL avec soutien du CDAFAL aux élections à l'Office départemental

prof-foi-77_Page_1-copie-1.jpg

prof-foi-77_Page_2.jpg

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 06:11

 

 cdafal-dal.jpg

En juin 2014,  le CDAFAL 77 (Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques) a été contactée afin de soutenir une famille en difficultés.

Il s’agissait d’un couple et de trois enfants vivant dans 25 m2.

La maman venait d’avoir un bébé, quatrième enfant de ce couple où les deux adultes travaillent .

La CAF leur avait suspendu l’APL pour suroccupation du logement. Celui-ci étant trop petit. Comme-ci cette famille demandeuse d’un logement plus grand était responsable de sa situation !

La famille exprimait une forte inquiétude : le bébé prématuré allait il leur être rendu ?

L’association s’est mobilisée, elle a travaillé en réseau avec le Secours catholique et a interpellé les pouvoirs publics.

La CAF a reversé l’APL et début septembre la famille va intégrer un  logement plus grand.

Ouf !

Aujourd’hui, à Melun, dans la banlieue parisienne et un peu partout le nombre de logements sociaux disponibles est insuffisant.

Pour se loger les familles se rabattent sur les propriétaires privés et trouvent des loyers chers se rapportant à des appartements qu’elles sur-occupent.

La vie y est difficile pour les adultes et les enfants confinés dans un petit espace.

L’annonce faite par le premier ministre de mettre fin à l’encadrement des loyers, maintenu à Paris seulement à titre expérimental a stupéfait et inquiété beaucoup de personnes et aussi des élus municipaux qui connaissent bien la situation :

 Le président socialiste du conseil général de  Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel a clairement pris position avec des élus verts, socialistes et communistes :
  "La limitation de l'encadrement des loyers, pourtant instituée par la loi 
Alur, à la seule ville de Paris n'est pas acceptable car contre-productive 
pour nos territoires"…  "La hausse continue des loyers, en particulier dans les communes de la 
petite couronne parisienne, a privé un nombre important d'habitants de 
Seine-Saint-Denis de la possibilité d'accéder à un logement et mis en péril la 
mixité sociale dans nos quartiers"….
  "Il faut que l'encadrement des loyers s'applique aussi en  Seine-Saint-Denis, et sur le périmètre de la Métropole du Grand Paris, là où  les besoins sont les plus importants »

S’il faut que l’encadrement des loyers soit effectif sur tout le territoire national.

Le positionnement de ces élus et de beaucoup d’autres montrent que si nous n’avons pas gain de cause, la résistance réelle et efficace pourra avoir lieu contre la décision inique du premier ministre !

Les associations de la Plateforme logement ont à l’issue de la première marche du 3 septembre fait la déclaration suivante :

« La marche pour une politique sociale du logement montée en 48h  a donc été une réussite. D’une part elle a réuni 300 personnes indignées par la nouvelle politique du logement lancée par VALLS , elle a réuni de nombreuses associations, syndicats, et organisations politiques de la gauche alternative  venues en soutien.
Une délégation a été reçue brièvement par le Ministère du logement. Elle a exposé son désaccord avec les mesures présentées par le 1er Ministre, et présenté ses revendications. La délégation sera reçue plus longuement vendredi AM. »

La rencontre n’a pas duré beaucoup plus longtemps, ces conseillers éraient pressés…..

Mais qu’importe, puisque le Premier Ministre ne connaît que le rapport de force, il sera servi.

Les associations de la plateforme logement se revoient dès lundi pour préparer des initiatives allant en crescendo. Nous ne lâcherons rien !

 

 

Partager cet article

Repost0
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 19:14

 

UN COMMUNIQUE DU CDAFAL  77 A LIRE SUR LE SITE  DEPARTEMENTAL

 

      http://www.cdafal77.fr/loyersflottants.html

50691 1275249259582 1275248219556 2530 979 t

 

ELECTIONS REPRESENTANTS DES LOCATAIRES A L’OFFICE  DEPARTEMENTAL DE L’HABITAT

UNE PREMIERE : UNE LISTE DU DAL EN SEINE ET MARNE

 

Droit au logement, association fondée en Seine et Marne en 2014 va présenter une liste aux élections du CA dans le collège : représentants des locataires.

Cette liste sera soutenue par le CDAFAL 77 (Conseil National des Associations Familiales Laïques) qui regroupe en Seine et Marne plus de 700 familles .

Il s’agit de défendre les locataires et de se positionner clairement

CONTRE les expulsions locatives

POUR

une baisse des loyers

une rénovation des logements : de nombreux locataires se plaignent de la vétusté de leur logement

un contrôle plus strict des charges afin qu’elles n’augmentent pas

la construction de grands logements

la fin de la ghettoïsation

Les candidats s’engagent à  mener une politique de communication en direction des locataires et à ne pas se contenter de siéger dans les instances mais à accompagner et à soutenir les familles en difficulté en tenant entre autres des permanences régulières.

Pour tout contact : dal77@aol.com

 

Téléphone : 07 89 05 54 64

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 14:02

Quand l'application aveugle des textes et règlements entraîne des situations aussi dramatiques que celle que nous allons décrire si après,

outre une incompréhension totale, nous ne pouvons que nous insurgés !

 

 

LES CARENCES INSTITUTIONNELLES A L’ŒUVRE

 

 

Une famille vient de contacter notre association familiale laïque. C’est un couple marié avec 3 enfants, vivant dans 25 m2 .

 

Un quatrième enfant , vient de naître, prématuré.  Aujourd’hui, cette famille est désemparée et l’on y serait pour moins que cela.

 

La CAF lui a annoncé par lettre le 21 février 2014 que l’APL allait être supprimée car, "le logement n'a pas la surface minimum exigée pour le nombre de personnes". La famille, sommée de chercher un logement plus grand a frappé à toutes les portes.

 

Malheureusement le dossier de demande de logement social déposé en son temps n’a pas abouti et les recherches sont restées vaines.

 

La CAF a supprimé sans autre forme de procès l’APL le 5 mai 2014 .

 

Comment un tel acte administratif aveugle peut- il être possible ?

 

L’incompréhension grandit, d’autant plus que cette famille est à jour de ses loyers et que les deux adultes travaillent, l’une en CDI et l’autre en CDD.

 

Comme un malheur n’arrive pas seul, le couple vient d’apprendre que le bébé ne leur serait rendu que lorsqu’il pourra le recevoir dans de meilleures conditions.

 

Oui, il est nécessaire et indispensable que cette famille dispose d’un logement suffisamment grand.

 

Mais si carence, il y a, elle est institutionnelle.

 

Imaginons maintenant le pire, l’inhumain : qu’un enfant ou deux ( dont le bébé) soient confiés à une famille d’accueil…. C’est une famille déstructurée, cassée et un coût financier important qui sera engendré.

 

Nous ne pouvons et nous ne laisserons pas faire !

 

Notre association s’adresse à la CAF pour qu’elle verse l’APL et à la Préfète pour qu’elle trouve à cette famille un logement adapté.

 

Mais vraiment, quel scandale que cette situation faite à une famille. Déjà l'été dernier il nous a fallu batailler pour une famille privée d'eau, pour une autre logée à l'hôtel et séparée de ses enfants.

 

En cette période estivale où tout est plus ou moins en sommeil il est difficile de mobiliser et faire bouger les choses. Faut-il se poser la question que cela n'est pas fortuit ?

 

Patrice THEVENY

Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil

Partager cet article

Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 11 septembre 2020

 Vendredi 09 octobre 2020

 Vendredi 13 novembre 2020 

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France