Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 12:58

Accueil déplorable, tracasseries administratives à répétition, dossiers non traités ou perdus, traitement arbitraire et discriminatoire de leur demande, les étrangers qui cherchent à régulariser leur situation administrative à la préfecture de Seine-et-Marne sont mis à rude épreuve.

Les associations qui les accompagnent constatent une dégradation continue des conditions de traitement des dossiers d’Admission Exceptionnelle au Séjour : en dépit des promesses de la Préfecture de raccourcir les délais, ceux-ci sont passés des 4 mois fixés par la loi, à 8 mois, 10 mois et maintenant 1 an et plus.

Aux personnes qui s’enquièrent de leurs dossiers déposés en 2016, la Préfecture répond, sans donner d’explication, qu’ils doivent redéposer un nouveau dossier…

Alors que leur situation correspond exactement aux critères de régularisation définis par la circulaire de 2012, ces personnes sont maintenues dans la plus grande précarité économique et sociale.

C'est pourquoi le Réseau Education Sans Frontières 77, la Ligue des Droits de l'Homme 77, le Collectif des Sans-Papiers de Melun, Turbulences, le Secours Catholique de Melun et la CDAFAL77 appellent à un

 

rassemblement/petit déjeuner devant la préfecture mardi 17 octobre à partir de 8h30, accompagnée d’une demande d’audience à Madame la Préfète et ses services.

 

Nous comptons sur vous.

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC DIVERS LAICITE SOLIDARITE
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 08:03

Paris, le 4 octobre 2017

 

Communiqué de presse

JUSTICE POUR LA POLITIQUE FAMILIALE :

Le CNAFAL approuve toutes les mesures qui tendent

à rééquilibrer les aides aux familles en direction des plus pauvres.

Là est la vraie universalité !

 

Le CNAFAL n’a pas caché son approbation des mesures adoptées, ces dernières années, tendant à réduire l’aide versée aux familles les plus aisées (abaissement du quotient familial, modulation des allocations familiales, réformes ciblées des prestations d’accueil du jeune enfant).

Les ménages, impactés par cette mesure effective depuis 2014, appartiennent pour 80% d’entre eux aux 20% des familles les plus aisées.

Désormais, les allocations familiales sont divisées par deux au-dessus de 6 000 euros de revenu mensuel pour un ménage et par quatre pour un revenu de 8 000 euros.

Malgré ces mesures, la Cour des Comptes souligne que la prise en charge du coût de l’enfant est, comparativement aux autres pays européens, élevée à tous les niveaux de revenus, même si encore un effort de justice sociale doit être poursuivi en faveur des familles pauvres.

« La France se caractérise notamment par la prévalence de la pauvreté pour les familles avec un seul enfant. »

Le CNAFAL n’a cessé de réclamer depuis 1978, le versement d’allocations familiales dès le premier enfant !

La Cour des Comptes souligne que « la prévalence de la pauvreté chez les couples avec un enfant est supérieure à celle observée chez les couples sans ou avec deux enfants, configuration qui n’est que peu observée dans les pays comparables ».

En France, les soutiens aux familles sont moins ciblés sur les familles pauvres que dans un grand nombre de pays européens. Il est vrai que le poids de l’idéologie familialiste a été prégnante tout au long du XXème siècle : une véritable « mystique » de la famille idéale a été développée avec trois enfants et plus et la place de la mère au foyer.

Ce que les conservateurs d’aujourd’hui oublient c’est que la Sécurité Sociale a été fondée pour lutter contre les terribles inégalités sociales qui ont conduit la France et d’autres pays européens à se tourner vers des solutions fascistes. Peut-on continuer à prétendre représenter toutes les familles auprès des pouvoirs publics (mission de l’UNAF confiée par la loi) et oublier les millions de familles pauvres. Il y a là une faille dans le devoir de représenter toutes les familles !

Pierre Laroque« père de la sécurité sociale » lui-même, dès 1969, envisageait dans la préparation du Plan l’idée d’une modulation des prestations familiales en fonction des ressources familiales !

C’est la raison pour laquelle le CNAFAL réclame la mise en place d’une allocation familiale dès le premier enfant, le rétablissement de la prime de naissance au 7ième mois, la poursuite de l’augmentation de l’allocation de soutien familial et du complément familial, l’augmentation de l’offre de garde pour les jeunes enfants et la mise en place d’un revenu social jeune pour la tranche 20-25 ans.

 

Jean - MarieBonnemayre,                                                                 Jean-François Chalot

Président,                                                                                           Secrétaire général

06 87 37 16 64                                                                                      07 89 05 54 64                                                                                                                                                                         

                                                              

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SOLIDARITE LOGEMENT SOCIETE SERVICE PUBLIC CDAFAL 77 DIVERS Paris communiqué CNAFAL
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 15:42

Les collectivités locales face à « la bombe à retardement » des P.P.P !

A l’aube des élections municipales, les familles doivent s’interroger sur les risques encourus en matière d’endettement par les collectivités ayant fait appel  au P.P.P (commande publique) pour construire ou exploiter des infrastructures.

max-partenariat-public-prive-L-4PqQly-copie-1.jpegEn effet, durant  le quinquennat de l’ancien Président de la République, de nombreuses personnalités de gauche avaient pris position contre ces types de contrats, aux motifs que ces dispositifs étaient trop onéreux et trop favorables aux entreprises du bâtiment et de travaux publics. Depuis, il semblerait que la position de la gauche au pouvoir, préfère freiner mais pas abandonner !

Les critiques pleuvent : la Cour des comptes, dans son rapport de février 2014, critique fermement  les faiblesses des PPP du plan hôpital 2007 et pour cause, l’hôpital « centre hospitalier sud francilien » a été mis en faillite. L’inspection des finances constate de graves défaillances dans l’utilisation des PPP. Certains élus font ce choix pour s’affranchir des contraintes budgétaires et prennent donc des risques en investissant au-delà de ce que les ressources leur permettent.

Si ce système est en apparence vertueux, il  dissimule deux bombes à retardement.

  •   Tout d’abord les loyers versés au privé reviennent au final à payer deux à trois fois plus cher le coût de l’équipement : de plus, les entreprises privées empruntent à des taux plus élevés que les organismes publics ou les collectivités, ils  sont répercutés sur le coût global et les  intérêts sont de plus soumis à la TVA.
  •   Autre problème, autre surprise : des clauses peuvent contraindre notamment la collectivité à reverser au privé un complément en cas de besoin (voir l’exemple du centre hospitalier sud francilien).
  •   Un mieux dans la transparence financière : depuis le 1er janvier 2011, la dette des PPP est assimilée à un endettement.

Pour le CNAFAL, les PPP risquent  à long terme de conduire à « des opérations financières toxiques » au  détriment des collectivités et des générations futures.

Pour le CNAFAL, il est important à l’avenir d’avoir une position claire sur les PPP. Ce type de montage qui permet de ne pas s’endetter au début du projet mais de repousser les dépenses à plus tard,  c’est beaucoup de risques !

C’est donc tout le contraire d’une gestion rigoureuse des finances publiques, mais surtout une bonne affaire pour les partenaires privés.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 14:28

Le CDAFAL 77 partage ce communiqué du CDAFAL 75 car en il est en accord total avec sa position.

compteur-edf.JPG

De nombreux dispositifs ont été imaginés ou remaniés ces derniers mois, pour aider les ménages en précarité énergétique.

 

C’est ainsi que la trève hivernale va s’appliquer aux usagers du gaz naturel et de l’électricité, que le nombre d’ayant-droit aux tarifs sociaux de l’énergie va être étendu (on attend avec impatience la publication du décret), ce dont les AFL Paris se félicitent.

 

Par contre, l’amendement introduit par les Sénateurs dans le projet de loi Hamon concernant l’éventualité d’un compteur à pré-paiement pour les usagers du gaz naturel et de l’électricité les plus fragiles va à l’encontre de toute logique avec les textes qui précèdent,  de toute considération humaine, et en contradiction avec les principes de solidarité et d’égalité du service public français.

 

Cet amendement, approuvé par le gouvernement et la commission des Affaires Economiques du Sénat, crée un article 9 quater,et  ne porte, certes, dans l’immédiat, que sur la réalisation d’un rapport, remis aux pouvoirs publics dans l’année suivant la promulgation de la loi. Il s’agit d’évaluer les conditions de mise en œuvre d’un tel système. sans stigmatiser les populations fragiles qui sont explicitement visées.

 

Si un tel système était mis en place, cela aboutirait à :

-          faire payer à l’avance des consommations à venir, et cela à des populations déjà en difficulté, montrer du doigt et punir les pauvres, au risque d’une remise en cause des tarifs sociaux et de la trève hivernale.

 

Ce n’est pas la première fois que ce système est envisagé en France. Il a même été expérimenté par le fournisseur historique EDF. Les organisations de consommateurs, dont la notre, s’y sont toujours opposées, et EDF y a renoncé compte tenu des coûts et de la complexité d’un tel dispositif.

 

A l’heure où le déploiement des compteurs communicants Linky et Gazpar est lancé, comment faire admettre qu’un système aussi rétrograde et stigmatisant puisse être envisagé par nos élus ?

 

Les Associations familiales Laïques de Paris considèrent que cette proposition est dangereuse, et inacceptable. Ce n’est pas ainsi que l’on favorisera une réelle maîtrise de la demande d’énergie ou la cohésion sociale.

 

 

Contact Presse  AFL Paris :  Daniel FOUNDOULIS

                                        Françoise THIEBAULT10 83 64

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:54

 

image_web_caf_reunion.jpg

 

Au nom de quoi les familles riches ou très aisés reçoivent plus que les autres grâce aux allocs combinées à l'effet du quotient familial ? : qu'est ce qui justifie cela ?

des besoins supplémentaires ? lié au train de vie de leurs parents et parce qu'ils habitent dans le XVI e ou à Neuilly sans compter la discrimination en fonction du rang de l'enfant !

C'est toute une réflexion qu'il faut mener, dans la transparence et la sérénité.

Il ne s'agit surtout pas de faire des économies mais  d'aider un peu plus les familles populaires, de verser les allocations familiales dès le premier enfant ….C'est du moins la position des familles laïques. 


La question de l'avenir des allocations est au cœur de l'actualité et c'est tant mieux.

Comme de très nombreux citoyens, je suis un défenseur acharné des allocations familiales et considère qu'il s'agit d'un acquis social à préserver.

A l'opposé de ce que dit le gouvernement, je ne pense pas que l'objectif premier  consisterait à faire des économies et à rééquilibrer  les comptes de la branche  famille.

Il faut que les principes de solidarité se conjuguent au présent et que les familles modestes qui élèvent des enfants puissent disposer de ressources suffisantes.

Il n'est pas acceptable que dans un pays moderne comme le nôtre plus de deux millions de familles survivent sous le seuil de pauvreté;

Il n'est pas acceptable que nombreuses familles ne puissent pas subvenir correctement aux besoins vitaux de leurs enfants; logement, nourriture, habillement.

Pour beaucoup de familles modestes les allocations familiales sont indispensables.

Pourquoi ces allocations familiales ne sont pas données, dès le premier enfant?

C'est une injustice criante qu'il faut corriger au plus vite, d'autant plus que le nombre de familles monoparentales augmente et que les femmes ou hommes qui élèvent seul(e)s leur enfant n'en peuvent plus?

De nombreux débats contradictoires sont organisés par les médias et le CNAFAL ( Conseil National des Associations Familiales Laïques) est souvent invité...C'est d'ailleurs exceptionnel mais compréhensible : il représente le seul mouvement national à but général, membre de l'UNAF qui pointe les failles de la politique familiale en matière de discrimination en fonction du rang de l'enfant :

 

-        pas d'allocation au premier enfant;

-        le 3ème pèse une part fiscale, alors que les autres enfants ne pèsent qu'une demi part

images.jpg

Comme l'explique Jean Marie Bonnemayre, président du CNAFAL dans une réponse à une internaute :

 «  le quotient familial accorde une « ristourne fiscale » plus importante aux hauts revenus modestes ce qui laisse suggérer que les besoins et les désirs ( sans doute) des enfants de familles aisées seraient plus importants que pour les enfants de familles modestes!!! »

Les économistes Landais, Picketty et Saez, ont calculé que l'ensemble des avantages familiaux nets par enfant se situait autour de 175 euros par mois pour l'ensemble des parents situés entre le 1er et le 9e décile ; il est de 400 euros pour les parents du dernier décile par enfant et par mois, malgré la mise en place du plafonnement sur le quotient familial ! »

Le CNAFAL prône la mise en place d’un crédit d’impôt forfaitaire pour tous dès le 1er enfant : un enfant de famille modeste donnerait droit ainsi à autant de « remise fiscale » ou de prime qu’un enfant de famille riche !

 

Voici là des positions claires, sociales et solidaires à discuter.

 

Le rapport Fragonard présenté au Haut Conseil de la famille a sa logique...

Certains affirment et notamment les associations qui forment la majorité actuelle de l'UNAF : Familles de France, la CSF et les Associations Familiales catholiques, que les propositions du rapport remettent en  cause l'universalité des droits.

Faut il rappeler que si les fondateurs de la sécurité sociale ont posé deux principes : l'universalité des droits et le solidarisme, le versement des allocations familiales lui,est resté lié à l'activité professionnelle jusqu'en 1978.

C'est parce que des familles divorcées et monoparentales sont venues en nombre que le versement universel a été acté pas en 45 mais en 78 !

   Si je préfère que l'université des droits demeure pour le versement des allocations familiales et que la correction se fasse au niveau de la fiscalité;

Si je milite pour que les allocations familiales soient données dès le premier enfant;

Si le rapport Fragonard de répond pas à mes attentes, je n'accepte pourtant pas que n'importe quoi, soit dit sur ce rapport :

  Il ne liquide pas les allocations, il ne s'attaque pas aux familles modestes :

Les mesures préconisées par le rapport en question toucheront  essentiellement et d'une manière dégressive les revenus supérieurs à 75 000 € par an .

Place au débat , au vrai

 

Jean-François Chalot

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 08:21

Alloc I.Voltaire

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 10:20

    Ce samedi matin, 2 juin, les rues de Vaux le Pénil ont été quelque peu encombrées par une troupe "joyeusement en colère" qui manifestait contre les cinq fermetures de classes annoncées pour la rentrée prochaine.

IMGP1660.JPG

 

Composée majoritairement de parents d'élève, celle-ci comptaient aussi des élus, des représentants d'associations et aussi de simples citoyens soucieux du maintien d'un service public de l'éducation de qualité.

 

 IMGP1665.JPG  IMGP1666

 

Ce sont donc environ 250 personnes qui ont défilé sur un parcours reliant les trois groupes scolaires qui seront impactés par ces décisions adminitratives, reposant sur un baisse d'effectif réelle, certes, mais cependant tout à fait contestables si l'on tient compte des futures logements qui seront livrés dans quelques mois et apporteront leur contingent d'élèves.

 

Les associations de parents d'élèves et les élus seront reçus à l'Inspection Académique dans les jours qui viennent, et forts du succès de cette semaine d'actions et porteurs des nombreuses signatures pétitionnaires, ils ne manqueront pas de développer tous les arguments afin de convaincre les autorités académiques de revenir sur leur décision.

 

  IMGP1664.JPG IMGP1667.JPG

 

Merci à tous ceux et celles qui se sont mobilisés et le feront encore.

Merci aussi à ceux et celles qui prendront le train en marche car nul doute que l'issue favorable ne sera pour demain et qu'il faut rester mobilisé.

 

Patrice THEVENY

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 07:03
Comme vous le savez sans doute, à la rentrée prochaine, Vaux le Pénil risque de connaitre 5 fermetures de classe en primaire, dont des postes d'enseignants spécialisés (RASED).
Voir nos autres articles à ce sujet.
Ecole-2.jpg 
OCCUPATION SYMBOLIQUE DES ECOLES
ce mardi 29 mai avec parents, élus ...
avant la "grand rendez-vous de samedi"
Ecole-4.jpg Ecole-5.jpg
 
Je ne développerai pas ici les arguments mis en avant par les parents d'élèves contre ces décisions académiques, mais les raisons pour lesquelles notre association familiale soutient cette vague de protestation et s'associe au mouvement.
 
IMPACT BUDGETAIRE, FAMILIAL, PROFESSIONNEL
    Les fermetures de classes en maternelle réduiront ipso facto les capacités d'accueil dans les écoles et entraineront la "non scolarisation" des enfants dont l'anniversaire se situe entre la rentrée et le 31 décembre de l'année civile.
    Pour certaines familles cela se traduira par une année de crèche ou de nourrice supplémentaire ou la prolongation d'un congé parental avec ce que cela implique. A l'heure où tant de familles "rament" pour boucler les fins de mois, notre association ne peut rester silencieuse.
    Dans le même temps, cela ne libèrera pas places pour des bébés en liste d'attente car chacun sait aussi combien il est difficile de trouver des places en crèche ou des nounous disponibles.
 
IMPACT SUR REUSSITE SCOLAIRE
^   Si Vaux le Pénil n'est pas classé ZEP, il n'en demeure pas moins que des enfants connaissent des difficultés d'appentissage ou ne peuvent être aidés efficacement à la maison.
    C'est ce que nous constatons dans le cadre de l'accompagnement scolaire que nous menons de puis 7 ans.
    L'augmentation des effecifs en classe diminuera encore les possiblités de prise en charge particulière de ces élèves, et plus encore si les RASED disparaissent.
 
Ce samedi 2 juin,
marchons tous contre les fermetues de classe
Tous concernés, parents, futurs parents, grand-parents.
 
RENDEZ-VOUS A 9H30 
Devant la maison des Associations
Place des Fêtes à Vaux le Pénil
(prévoir 1h30 à 2 heures)
 
Patrice THEVENY
Président de Familles Laïques Vaux le Pénil
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 13:49

 

RIEN NE VA PLUS A LA CAF 77

 

Le nombre de pièces en retard est toujours important : plus de 60 000

Des collectivités territoriales et des associations attendent toujours le

règlement de subventions au titre de l'année 2010

Rien ne va plus...

Les allocataires ont subi la fermeture des guichets pendant 15 jours

et les salariés n'en peuvent plus avec ces charges supplémentaires...

Il faut en faire toujours plus avec moins de postes.

 

  Une déclaration commune des administrateurs CGT et FO

 

  Au Conseil d'Administration de la CAF 77

 

Les administrateurs FO et CGT de la CAF 77 souhaitent exprimer leurs inquiétude au regard des difficultés d’écoulement de la charge de travail intervenues en 2009 et qui se sont prolongées en 2010, et ce plus encore au regard des nouvelles missions qui lui sont dévolues.

Baisse des moyens, accroissement des charges, et questionnements sur la préservation de la gouvernance des CAF, les administrateurs FO et CGT de la CAF 77 souhaitent attirer l’attention de la CNAF sur les fortes incertitudes qui pèsent sur le bon fonctionnement de notre caisse, et demandent une inversion de tendance.

Il est, ainsi, impératif que la CAF 77 puisse compter sur des moyens humains suffisants et adaptés qui permettront à la Branche Famille d’assurer sa mission de service public.

Dans le cas inverse, les administrateurs devront en tirer toutes les conséquences.

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 14:28

 

hopital-affiche.JPG

 

 

L'hôpital va mal et pour cause. :Tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 2002 ont mené une politique visant à multiplier les forfaits payés par les malades, à transformer les hôpitaux en entreprises et à favoriser les cliniques privées.

A Melun en Seine et Marne, le bloc chirurgical est fermé la nuit et tant pis pour les patients si celui de la maternité n'est pas libre, ils iront voir ailleurs à leurs risques et périls !?

Le projet de construction d'un pôle public-privé, permettant aux cliniques partenaires d'en tirer le maximum de bénéfices en infrastructure est en panne...Rien que la simple étude a coûté aux collectivités territoriales et aux « services publics » la somme de .784.218 €, une bagatelle !

Aujourd'hui les habitants de la région sont inquiets, ils demandent la rénovation de l'hôpital actuel ou la construction d'un autre hôpital public et que le gouvernement et l'ARS ( l'agence régionale de santé ) assument leurs responsabilités.

Le livre du Professeur André Grimaldi « l'hôpital malade de la rentabilité » apporte des éléments d'analyse sur la situation actuelle et formule des propositions.

 

« L'hôpital malade

de la rentabilité »

du Professeur André Grimaldi

Editions Fayard

avril 2009

 

genere-miniature.gif

 

La politique : « hôpital 2012 » nuit à notre santé!

 

 

« L'hôpital entreprise », où le directeur, gestionnaire est roi, c'est le travail à « flux tendu ».

Il faut parfois à Paris une heure ou deux pour débloquer un lit dans une des unités de réanimation médicale...

La mise en place de la fameuses T2A, la tarification à l'activité ,a réduit considérablement les moyens attribués aux hôpitaux. « A chaque malade était en quelque sorte allouée une somme d'argent » en fonction du codage de la pathologie.

Rien n'est simple en médecine où existent 10 000 pathologies, « auxquelles il faut ajouter trois ou quatre facteurs de gravité pour chacune d'entre elles »

Avec ce système, les hôpitaux se trouvent bien souvent en difficultés budgétaires, ce qui contraint certains établissements à réduire leur voilure.

Comme l'explique bien le professeur Grimaldi, « dans tous les cas, l'argent doit précéder le malade et pas seulement avec lui. Payer seulement à l'activité reviendrait à payer les pompiers seulement quand il y a le feu. »

L'auteur qui connaît bien le secteur hospitalier comme chef de service revient sur les différentes politiques suivies en matière de santé et pointe les erreurs...

C'est la « gauche » qui a institué en 1983 le forfait hospitalier sans peut être assez réfléchir aux conséquences d'une telle remise en cause du principe de l'accès aux soins pour tous :

 

«  Un patient du service de diabétologie de l'hôpital de la Pitié-Salpétrière a renoncé à l'hospitalisation prescrite par son médecin en raison d'une plaie de pied diabétique pour éviter d'avoir à payer le forfait hospitalier. Résultat : il a été hospitalisé en urgence un mois plus tard devant l'aggravation de sa plaie, et la seule solution fut l'amputation »

 

L'auteur revient assez longuement sur le débat actuel autour de la spécialisation de certains hôpitaux.

Il s'agirait ainsi d'améliorer l'efficacité de l'action médicale !?

Pour lui, il est passéiste de penser qu'un hôpital puisse se spécialiser étroitement en ne s'occupant que de quelques pathologies.

Pour justifier son propos, il montre que les spécialités s'imbriquent et que le transfert permanent des malades en ambulance conduit à de nouvelles dépenses et à des difficultés de suivi.

L'auteur ouvre des perspectives de transformation et formule comme première proposition la suppression pure et simple de la « convergence public-privé » pour 2012.

Il s'agit là d'un plan organisé visant à démanteler le service public et à privatiser à outrance le secteur de la santé.

De plus en plus de cliniques commerciales voient le jour. Elles n'ont qu'une logique : c'est la rentabilisation financière à outrance .

Si l'on ne peut pas s'opposer à l'existence d'un secteur privé, il faut que ces établissements soient des hôpitaux privés à but non lucratif !

 

Ce livre constitue une contribution construite au débat sur l'avenir du service public de santé, accessible et de qualité...

Nos aînés nous ont légué la Sécurité Sociale ,solidaire, il ne faudrait pas leur donner en héritage une société où la qualité des soins dépende de la situation sociale et financière des patients.

 

Jean-François Chalot

 

NB- Le comité sud santé et les amis du monde diplomatique organisent le 11 mars à 20h00 à l'astro café sur MELUN une réunion publique avec le professeur GRIMALDI : hôpital à vendre quelle politique de santé

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SERVICE PUBLIC
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 13 Octobre 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Novembre 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France