Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 08:55
NON A LA DESTRUCTION PROGRAMMEE DE L’HOPITAL PUBLIC DE MELUN !

Un de mes amis vient d’avoir un accident.

Le médecin lui ayant prescrit une échographie du mollet droit, il a contacté l’hôpital public actuel pour prendre un rendez-vous….

La secrétaire d’accueil l’a informé que les radios et échographies étaient réalisées par les cliniques et plus par l’hôpital public.

Il y a quelques mois un autre patient avait réglé les frais d’une radio, effectuée à l’hôpital public mais facturée par une officine privée….

C’était là un premier pas vers la privatisation de la radio, le deuxième est franchi….

D’autres reculs du public sont prévus et programmés.

La plus grande destruction du service public de santé d’Ile de France est en cours à Melun avec le nouveau pôle -public privé qui va s’ouvrir fin 2017 ou 2018.

Les cliniques associées auront la part belle….

Les chiffres sont éloquents

« L’actuel CH de Melun comporte 647 lits (136 pour la médecine, 40 pour les urgences, 91 pour le pôle femme-enfant, 30 pour la chirurgie, 99 pour la psychiatrie et 251 pour la gériatrie) auxquels il faut ajouter 102 places alternatives à l’hospitalisation hospitalisation à domicile) : 30 en médecine, 3 pour le pôle femme-enfant, 2 en chirurgie, 66 en psychiatrie et 1 en gériatrie.

Au total l’hôpital Marc Jacquet dispose de 749 lits et places.

Le nouvel hôpital va perdre 50 lits de psychiatrie et 67 lits de gériatrie. A médecine et l’obstétrique vont gagner 57 lits. Perte sèche : 60 lits ! »

Ces informations sont rendues publiques par le Comité de défense de l’hôpital de Melun comme hôpital de plein exercice entièrement public.

http://www.cdafal77.fr/cdhm.html

Ce comité de défense, unitaire et indépendant mène son combat depuis des années et des années.

Il a refusé de croire les contre-vérités diffusées par les précepteurs de ce projet.

Hier sous Sarkozy et aujourd’hui sous Hollande c’est la même politique de rentabilisation du secteur santé et de privatisation.

Ce comité de défense comme beaucoup d’autres comités de défense ne se détermine pas en fonction de l’étiquette du décideur public mais en fonction de la politique libérale menée.

C’est cela l’indépendance et nous y tenons !

« Le plus grand pôle hospitalier public- privé de France » : la part belle au privé Le bloc opératoire et ses 12 salles seront l’entière propriété de la clinique. 2 salles seront louées par l’hôpital. L’activité stérilisation sera entièrement assurée par la clinique.

La clinique disposera de 224 lits de chirurgie contre… 30 à l’hôpital ! La clinique aura par ailleurs le monopole de la chirurgie carcinologique (cancer).

La pharmacie sera mutualisée, de même que la chambre mortuaire, l’imagerie (scanners, IRM, radiologie, échographie…), la logistique, la restauration, la crèche, les parkings (qui deviendront payants même pour la partie

« publique» !), le service de sécurité incendie, l’électricité, le chauffage…

Notons que l’hôpital garde le monopole des activités jugées non-rentables par le privé comme la gériatrie et la psychiatrie. »

Les patients n’auront plus qu’un choix s’ils veulent être opérés, c’est de passer par la case clinique…..Vous savez celle où il faut régler des dépassements d’honoraires qui peuvent attendre 50% de surcoût.

Les familles et les personnels médicaux attachés au service public ne laisseront pas se détruire le service public, ils affirment ensemble leur détermination :

Non à la privatisation, non à la complémentarité, Maintien de tous les services, tous les lits, tous les postes Abrogation des lois Bachelot et Touraine !

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 10:11
L’année 2016 sera-t-elle sereine pour les associations ?

Le titre de cet article qui est celui de ce communiqué, résume le questionnement de nombreux responsables d’associations seine et marnaises, notamment celles qui reçoivent du public et proposent des activités accessibles.

Les communes rencontrent des difficultés, liées à la baisse de la dotation de fonctionnement que leur verse l’Etat.

Certaines ont décidé de réduire les subventions versées aux associations locales.

L’attitude du nouveau Conseil Départemental inquiète les parents d’élèves qui manifesteront demain, notamment contre la fin de l’aide départementale pour le transport des lycéens.

Ici ce sont des associations d’éducation populaire qui expriment leurs inquiétudes :

« Les associations d’éducation populaire de Seine-et-Marne sont inquiètes quant à l’avenir.

Rassemblant plus de 10 000 adhérents, les associations d'éducation populaire œuvrent dans différents domaines : lutte contre l'isolement, aide et accompagnement des familles, mis en place d'activités culturelles et sportives, création d'animations de village et de quartier etc.

Si elles continuent à élargir leur intervention, à trouver et à former de nouveaux bénévoles, elles voient le ciel s’obscurcir.

Depuis de longues années, le Département leur apportait un soutien sous la forme d'un financement de fonctionnement. C’était une façon de reconnaître le travail effectué. Or, depuis plusieurs mois le Conseil Départemental de Seine-et-Marne n'a apporté aucune réponse précise aux interpellations des associations dont l’existence et de nombreux postes salariés sont en jeu.

La crainte des associations est en effet que les subventions qui permettaient un travail de fond sur le long terme soient remplacées par des aides spécifiques ne concernant que certains types de projets et/ou de population.

Quid alors de l’indépendance des associations et de leur démarche d’éducation populaire ?

Une association n’a comme seul moteur que les besoins des habitants et comme carburant l’orientation déterminée par les adhérents eux-mêmes et la mobilisation de ses bénévoles.

C’est ce qui leur donne leur légitimité.

Nous appelons donc le Conseil Départemental à apporter des réponses à nos questionnements.

Et, nous vous appelons, aussi, vous les citoyens Seine-et-Marnais de toutes tendances à appuyer notre démarche.

Sinon, il y a fort à craindre que, demain, les associations qui accompagnent notre quotidien ne pourront plus offrir tout ce qu’elles proposent aujourd’hui et les grands perdants seront les habitants de nos communes, c’est-à-dire chacun d’entre nous."

Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques

Union départementale des MJC en Seine-et-Marne

Fédération Départementale des Foyers Ruraux de Seine-et-Marne

Centre social intercommunal Les Arts en Boules »

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 06:56
Des p’tits déjs associatifs !

A la suite d’actes de violence répétées et assez graves survenues dans le quartier Montaigu de Melun, des associations ont demandé que les associations locales soient réunies.

La Municipalité de Melun a répondu positivement en proposant un petit déjeuner associatif.

L’idée est originale et intéressante.

Les associations locales peuvent ainsi se rencontrer, échanger donc rompre les isolements et envisager d’agir de concert.

A Vaux-le-Pénil, la commune d’à côté, ce sont des assises de la vie associatives qui se réunissent chaque année … Entre ces réunions, des conseils consultatifs ouverts à toutes les associations sont convoqués.

Quel que soit le nom donné à l’initiative : l’essentiel, c’est qu’existent des espaces de réflexion et de proposition.

Si nous voulons développer du lien social, créer des solidarités, il est indispensable que les associations, actrices dans la ville puissent mieux se connaître, voire mutualiser leurs moyens.

A Melun, samedi 20 février, la Ville de Melun a organisé un nouveau petit déjeuner, consacré à la méthodologie de projet.

Ce fut un moment de débats où aucun problème n’a été éludé, comme celui relatif au subventionnement.

Comme les subventions publiques se raréfient, des personnes ont proposé de se tourner vers des entreprises dans le cadre d’un partenariat.

Il existe quelques entreprises « vertueuses » qui ne demandent rien en échange, d’autres, par contre sollicitent « un retour sur investissement ».

Nos associations ne risquent-elles pas de perdre leur indépendance, ai-je demandé ?

Non, m’a-t-on répondu ? Des entreprises aident des projets associatifs sans contre-partie, si ce n’est de mettre leurs logos …..

A-t-on le droit de transformer les enfants en portefaix publicitaires, comme cela se fait dans des équipes de foot ?

Le débat aurait pu se poursuivre, il sera repris.

Comme l’a expliqué un militant associatif, il faut que les associations soient reconnues et soutenues ; Celles qui salarient du personnel ont besoin de financements pérennes.

Les autres, comme le DAL 77, ont une priorité : c’est que le réseau local de solidarité se renforce et que de nouvelles associations s’investissent dans cet espace commun.

Revenons aux associations comme Coeurel.

Cette association qui assure des missions de médiation, utiles dans les quartiers de Melun ne peuvent pas fonctionner correctement sans avoir des personnels permanents.

La médiation ne s’improvise pas et l’action doit être menée toute la journée et en soirée…..

Le bénévolat ne suffit pas.

D’autres petits déjeuners associatifs vont être organisés.

En attendant des contacts sont pris et des projets vont voir le jour.

Jean-François Chalot

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 08:41

Les cours de langues allemande et italienne de l’association Loisirs et Création se sont réunis pour leur repas annuel... Mais oui, chez nous, ça se passe début février !

La raclette est à la mode en ce moment en Allemagne : Kartoffeln mit Käse und Schinken, c’était excellent ! Evviva la pasta ! Antipasti, pasta, polenta, on s’y serait crus : comme là-bas, c'était fait maison et nous nous sommes régalés - en parlant aussi avec les mains !

Les deux soirées furent gaies et conviviales. La vice-présidente de Loisirs et Création était parmi nous et notre Jean-François national nous a honorés d’une visite trop courte. Un grand merci à Familles Laïques de nous recevoir chaque semaine dans ses petites salles propres, accueillantes et silencieuses.

Gageons que nous recommencerons l’an prochain, bis bald, a presto !

Merci à nos photographes !

Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !Guten Appetit e buon appetito !
Guten Appetit e buon appetito !
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 06:33
L'hospitalisation chirurgicale en voie de disparition !?

Il faut faire des économies coûte que coûte.

C’est une consigne orale qui est donnée par la direction générale de l’offre de soins qui a adressé en septembre 2015 une note aux établissements de santé.

Explicitement cette instruction rappelle et précise tout ce qui concerne les orientations et les objectifs du programme national de développement de la chirurgie ambulatoire.

Il s’agit là d’un plan quinquennal 2015-2010

Il faut attendre un taux global de chirurgie ambulatoire de 66,2%

Au fait, précisons ce qu’est cette chirurgie ambulatoire :

« La chirurgie ambulatoire est un mode de prise en charge permettant de raccourcir votre hospitalisation pour une intervention chirurgicale à une seule journée. Vous rentrez donc le matin pour être opéré le jour même et ressortir le soir. La durée de séjour à l'hôpital est de quelques heures à moins de 12 heures. »

Le taux sera de 54,7% en 2016

Après une phase d’adaptation pour cette année, la progression sera plus soutenue de 2017 à 2020 pour atteindre un rythme croisière de 2,9 points par an.

Tout est précisé pour chaque établissement de santé et naturellement il s’agirait d’encourager l’innovation et de maintenir un haut niveau de qualité et de sécurité des soins !

DE FAIT, LES AUTORITES DE SANTE ESTIMENT QUE L’ECONOMIE DE FONCTIONNEMENT REALISEE SERA DE 600 MILLIONS D’EUROS ….

C’est là l’essentiel.

Le reste c’est du verbiage comme l’affirmation qui consiste à écrire et faire croire que l’hospitalisation à domicile (HAD) qui peut suivre est un mode d’hospitalisation à part entière.

Que se passera-t-il pour les patients qui résident en campagne loin d’un hôpital ou de personnels médicaux disponibles ?

Ils se débrouilleront avec les moyens du bord !?

Il ne s’agit pas de vouer aux gémonies cette chirurgie ambulatoire qui peut présenter des avantages pour le malade qui se retrouve chez lui avec les siens.

Le danger c’est que l’on passe d’une logique médicale à une logique comptable et qu’on incite les centres hospitaliers à multiplier cette démarche afin de faire des économies et de « libérer » définitivement des lits

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 06:25
La bonne école du consumérisme.

DEBAT : LE PROPOS DE NABUM

Je suis bénévole dans une structure qui reçoit des personnes déshéritées, en situation difficile, en transit ou bien à la rue. Il n'est pas simple de les nommer ; c'est là la grande difficulté de notre société qui se refuse à voir et à qualifier ceux qu'elle laisse sur le bord du chemin. Ici, par pudeur, on les nomme « bénéficiaires ! », comme si il y avait un quelconque bénéfice à profiter du droit élémentaire de manger à sa faim.

Pour préparer les repas, nous recevons les surplus, les invendus, les rogatons de la grande distribution. La banque alimentaire sert d'intermédiaire pour nous livrer des produits en fin de validité et leur donner une autre vie. À bien y regarder, nous sommes les mieux placés pour mesurer à quel point le gaspillage est devenu la règle fondatrice de notre économie de marché. Les produits les plus extravagants, conditionnés de manière à ne pas permettre une utilisation rationnelle et collective nous tombent des mains, nous qui pourtant, désirons bien faire.

C'est à nous qu'incombe, finalement, le devoir de jeter ce qui ne peut être utilisé, qui a dépassé manifestement son espérance de vie. Nous sommes devenus la poubelle à la place des grandes surfaces qui s'en lavent désormais les mains avec bonne conscience. Pour ne pas aller jusqu'au bout de cette logique absurde, nous finissons par donner ce qui ne peut être cuisiné.

Et là, à nouveau s'organise un nouveau piège, une nouvelle aberration. Nous donnons sans nous fixer des règles déontologiques, des principes éducatifs ou diététiques. Car que croyez vous qu'il se passe ? Nous sommes submergés de croissants, pains briochés, viennoiseries qui valsent sous nos yeux avec une rare profusion.

Alors pour ne pas jeter, stupidement, nous donnons plus que de raison ces produits si peu diététiques. Nous plaçons les personnes à qui nous les offrons dans la certitude que les gens d'ici mangent cela à chaque petit déjeuner et à quatre heures. Les enfants qui arrivent vont grandir avec cette habitude alimentaire qui se prend si vite, quand il s'agit d'un mauvais pli.

Nous faisons le sale boulot de la grande distribution. Nous participons, auprès d'un public, qui n'est pas encore en capacité à être client, à son conditionnement mercantile. La viennoiserie c'est la règle, c'est le produit à donner aux enfants quand on veut leur faire plaisir. Et ça marche : ils aiment ça, les bons petits, ils se gavent, en mangent plus que de raison car nous voulons évacuer les excédents.

J'enrage de voir ça, de donner le bâton pour se faire battre. Nous leur inculquons les vertus d'une société qui fonctionne à l'absurde, à l'excès, au mépris de la santé. Ces gamins vont devenir de bons petits soldats du commerce : ils vont réclamer par la suite ce que nous leur avons donné comme habitude et normalité.

Les gentils donateurs de la grande distribution vont se frotter les mains. Nous avons joué les intermédiaires : nous avons servi la soupe et enseigné à manger le pire au détriment du plus sain. Dans le même temps, les subventions ont été baissées et nous n'achetons plus de bon pain : celui que font nos boulangers, celui qui serait préférable à ces produits sophistiqués.

Tout est prétexte à nous prendre au piège du mercantilisme, y compris les dons. Je suis de ceux qui trouvent que nous ferions mieux de jeter ces cochonneries plutôt que de gaver ces gens avec ces produits indignes. Mais de quel droit me rétorque-t-on ! Qui m'autorise à juger à leur place ?

Bien sûr, il vaut mieux se laisser manipuler et avoir, comme à chaque fois. Dans quelques années, on évoquera un problème de santé publique et personne n'ira chercher des poux chez ceux qui ont fomenté cette belle saloperie.

Indigestement leur.

NABUM

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 06:44
LA CITOYENNETE A UN PRIX

Sur notre blog associatif nous avons relaté l’histoire vécue

par un couple de militants

http://www.familles-laiques-de-vaux-le-penil.fr/2016/02/un-geste-qui-coute-cher.html

Le Parisien-version numérique du 19 février et version papier du 20 reprend l’histoire

et la transforme en article

Cet article reflète la réalité

http://www.leparisien.fr/melun-77000/melun-temoin-d-une-grave-agression-le-couple-doit-fuir-de-chez-lui-19-02-2016-5561259.php

Toutes et tous les bénévoles de notre association locale et départementale

adressent leur salut amical à nos deux amis.

Nous savons que là où ils sont installés maintenant avec leurs enfants, ils vont continuer à

agir et à exprimer leur solidarité active aux familles en difficulté.

Là où ils habitaient, à Montaigu, il y a de l’insécurité, certes mais il existe aussi de nombreuses associations qui tissent du lien social.

La solidarité y règne aussi et lorsque notre association melunaise et le DAL y tiennent des permanences hebdomadaires, ils y rencontrent des familles qui souhaitent que le climat change et certaines d’entre elles sont prêtes à s’engager.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 07:05
LES PERMANENCES D'INFO-DETTES en Seine et Marne

INFO DETTES

Caractéristiques du Collectif

INFO DETTES est un collectif d'associations qui œuvrent dans le domaine de la solidarité:

- Confédération Syndicale des Familles (CSF)

- Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques (CDAFAL)

- Association des Familles Protestantes (AFP)

- Secours Populaire Français

Fondée en 2006, à l’initiative de Jean METREAU qui représentait les associations familiales à la Commission de Surendettement du département, et sous le patronage de l’UDAF 77 (Union Départementale des Associations Familiales), le collectif baptisé « Info-Dettes », réunissait les bonnes volontés d’une douzaine de bénévoles, engagés pour faciliter l’établissement des dossiers de surendettement auprès des familles ou personnes pour qui la formalité était difficile à remplir sans assistance.

Les premiers à se lancer dans l’aventure ont accueilli leur public dans le périmètre de Melun et des communes limitrophes (Dammarie, Le Mée, Vaux le Pénil) après avoir suivi une formation organisée par l’UDAF 77, à l’issue de laquelle ils ont acquis les principes de la procédure et ce qu’il faut savoir de la communication avec leurs interlocuteurs.

Progressivement, les quantités de dossiers que nos bénévoles ont contribué à faire déposer à la Banque de France ont augmenté au rythme de l’extension de notre zone d’influence dans la mesure où, les années suivantes, nous avons ouvert des permanences à Saint- Fargeau-Ponthierry, puis à Moissy Cramayel. Dans ces conditions, l’accroissement de nos activités a entraîné une augmentation des bénévoles. Ces nouveaux bénévoles ont eu besoin de la même formation pour maintenir la qualité des prestations que les gestionnaires de la Banque de France ont appréciées depuis qu’ils voient des dossiers que nous avons contribué à déposer.

Ensuite, l’UDAF 77 a été contactée par le Tribunal d’Instance de Melun proposant de mettre à disposition de Info-Dettes des locaux pour tenir des permanences dans le cadre des points d’accès au droit du département. C’est ainsi que nous intervenons maintenant à Savigny le Temple et récemment à Nemours. Quand on ajoute l’ouverture, en 2015, d’une permanence à Nangis ; puis en 2016 d'un accueil à Bois le Roi, nous offrons désormais la possibilité d’accueillir du public à raison de 13 jours par mois, dans 10 lieux différents situés dans le sud de notre département.

En Janvier 2016, 23 bénévoles assurent de l'accueil dans une ou plusieurs permanences. Ils ont contribué, en 2015, à la transmission de 196 dossiers au secrétariat de la Commission et l'un d'eux continue de représenter les familles et les consommateurs à la Commission du Département (D. Bijardel).

Les acteurs de INFO DETTES souhaitent pouvoir étendre le périmètre de leurs actions afin de proposer les mêmes services au public qui réside dans le Nord et dans l'Est du département. L'intégration de nouveaux bénévoles en quantité suffisante et qui auront acquis la formation ad hoc représente une étape indispensable à la réalisation de cet objectif.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 22:15
Un geste qui coûte cher

Que faire quand on se trouve en face d’une agression grave qui concerne des tiers ?

Intervenir me direz- vous ?

Certes et d’ailleurs quand dans la nuit du 4 et 5 février 2015 des passagers sont restés impassibles devant un viol, ce fut une consternation générale qui s’en suivit.

Oui, j’ai partagé ce sentiment.

Voici une histoire malheureusement véridique que je relate en entier aujourd’hui parce que les courageux intervenants ne craignent plus rien.

L’acte citoyen est nécessaire mais il a parfois un prix

Un couple de militants, l’un responsable du DAL 77 et l’autre de l’association familiale laïque de Melun ont dû partir dans une autre région.

Il s’agit d’assurer leur sécurité.

Fin décembre, ils sont tombés sur un « règlement de comptes » qui se déroulait dans la cave de leur appartement.

Ils auraient pu laisser faire et retourner tranquillement chez eux comme leur demandaient les « cogneurs » dérangés en pleine nuit par ces locataires !

Ayant peur pour la personne à terre, tabassée par plusieurs individus, ce couple a appelé les secours.

Cette intervention a permis de sauver la victime.

Ceci s’est déroulé fin décembre .

Plusieurs signes : des coups de poing la nuit sur la porte de leur appartement, des ricanements et des remarques, une visite suspecte sur le lieu de travail…. Tout indiquait qu’il y avait un risque sérieux pour eux.

Les flics eux-mêmes leur ont conseillé de partir loin de l’agglomération.

Quand on est militant, on prend des risques, ils les ont pris dans le respect des principes de responsabilité qui les habitent.

Mais quand on a trois enfants en bas âge, on cherche la sécurité….Ce qu’ils ont fait tous les deux avec notre soutien actif et solidaire.

Tout le monde s’y est mis, même l’employeur…..

Aujourd’hui ils sont en sécurité.

Avant de partir ils m’ont confié leurs doutes : « Avons-nous eu raison de prévenir les secours ? ».

Des doutes ? Non ! plutôt des questionnements car ils sont convaincus, et nous aussi, qu’il fallait agir ainsi.

Par contre d’autres questions surgissent : Pourquoi des témoins ne sont pas protégés ?

La responsabilité n’incombe pas à la police qui serait défaillante mais à la loi qui n’a pas prévu cette protection ?

Le rageant, c’est que ce couple passait de longues heures par semaine depuis deux ans à aider les familles et notamment celles qui étaient menacées d’expulsion.

Lui et elle étaient , comme d’autres, totalement bénévoles et je suis certain qu’ils vont continuer car ils font la part des choses entre les familles qui vivent parfois dans l’insécurité et les quelques dealers qui sévissent.

Les premières sont les victimes des deuxièmes.

Je suis fier de ce jeune couple qui a décidé de prendre le chemin de la solidarité.

Jean-François Chalot

A LIRE LE COMMUNIQUE DE TROIS FEDERATIONS D’EDUCATION POPULAIRE ET D’UNE ASSOCIATION

DE SEINE ET MARNE

http://www.cdafal77.fr/commdep.html

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 22:54
AGIR ENSEMBLE POUR FAIRE CESSER LA VIOLENCE !

L’inquiétude grandit dans les familles populaires qui vivent dans les quartiers de Melun Nord et du Mée sur Seine.

S’agit-il là d’un règlement de compte qui se transforme en « guerre de quartiers » ?

Une enquête de police est diligentée.

LES FAITS RAPPORTES PAR LE PARISIEN

http://www.leparisien.fr/le-mee-sur-seine-77350/le-mee-sur-seine-un-homme-de-18-ans-abattu-dans-un-hall-d-immeuble-08-02-2016-5525793.php

« Un homme de 19 ans a succombé à ses blessures par balles. Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3 h 30, trois individus sont entrés dans un immeuble du square Alexis-Carrel, au Mée-sur-seine, proche de l’allée de la gare. Ils auraient fait feu à plusieurs reprises sur quatre jeunes gens qui se trouvaient dans l’escalier entre le rez-de-chaussée et le 1er étage.

Wildy, l’un des quatre, touché au niveau de l’abdomen, est mort de ses blessures à l’hôpital de Melun. Un autre a été blessé au niveau de la tête et transporté à l’hôpital de Melun également. Les deux victimes sont « très peu connues des services », selon la police. »

Quelques jours après, c’est un jeune de Melun qui est agressé

« Ce vendredi soir, Jawad, 25 ans, était toujours en soins intensifs à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. Le jeune homme a été victime d’une violente agression dans le quartier Montaigu à Melun, précisément rue Branly, près de la place des Trois-Horloges. »

Implanté dans les deux villes, Le Mée sur Seine et Melun, le CDAFAL 77( Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques) se préoccupe de cette situation inquiétante.

Les Municipalités des deux villes et la Communauté d’agglomération de Melun ont tenu une réunion au sommet pour prendre des dispositions.

La première consiste à demander des renforts de police sur place.

Cette demande est légitime pour la protection des personnes et pour l’arrestation des coupables.

Evidemment, cette mesure est insuffisante, les maires et le président de la Communauté d’agglomération le savent et d’ailleurs ils ont donné des consignes aux services concernés ( jeunesse notamment) de faire taire les rumeurs qui circulent et qui peuvent conduire à l’embrasement des cités.

Les services jeunesse et de prévention spécialisée peuvent effectivement agir, ainsi que les associations de toutes sortes qui interviennent dans ces quartiers pour faire passer des informations et essayer de « calmer le jeu »

Les associations peuvent agir en complémentarité, dans le cadre de leur champ de compétence : auprès des familles notamment.

C’est ainsi que dans certains quartiers du Val de Marne, et dans d’autres départements des associations principalement de femmes vont rechercher les tout petits qui traînent en soirée. Ces femmes les ramènent au domicile des parents pour expliquer à ces derniers les dangers encourus.

C’est cela le lien social.

A Melun, une association appelée Coeurel mène des actions de prévention, d’éducation et de médiation

http://www.coeurel.fr/

« Coeurel, jeune association Seine et Marnaise de Médiation Sociale, régie par la loi du 1er juillet 1901 a pour action principale de lutter contre toutes formes de violence... Enseignants, Fonctionnaires de police, Éducateurs spécialisés, Animateurs, Sapeurs-pompiers, Psychologues, Étudiants, Élus, Chômeurs, Militaires, Commerçants, Femmes au foyer, Retraités, Gendarmes, Travailleurs Sociaux, Médecins, Ouvriers... Qu'ils soient professionnels et/ou bénévoles, Coeurel s'est entourée de membres sensibles à son combat. Coeurel se veut organisée, professionnelle, engagée, lucide et souhaite proposer dans la mesure de ses moyens des actions de médiation sociale concertées, ciblées, programmées et suivies, des ateliers de prévention, car les jeunes sont l’espoir de demain. Parce que la violence est tenace et organisée, nous devons lui répondre en étant nous-mêmes, tout aussi tenaces et organisés, pour espérer être efficaces. »

Nous croyons à la mobilisation sociale, des gens eux-mêmes et notamment des associations, à condition qu’elles soient soutenues et reconnues et qu’elles ne débordent pas sur le terrain répressif qui n’est pas le leur.

L’association Coeurel fait bien la part des choses et agit aussi en partenariat avec d’autres regroupements locaux.

CDAFAL 77

AGIR ENSEMBLE POUR FAIRE CESSER LA VIOLENCE !
Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SOLIDARITE
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 13 Octobre 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Novembre 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France