Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 06:47
Partager cet article
Repost0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 08:00
LE REPAS CITOYEN A 1 € A MELUN

Le restaurant citoyen de Vaux le Pénil fonctionne à raison d’un mercredi sur 2 depuis le 21 janvier 2015.

Aujourd’hui le projet s’étend géographiquement.

Le 13 avril un repas citoyen est servi au restaurant de la SEGPA Pierre Brossolette à Melun.

Les personnes intéressées peuvent s’inscrire auprès de

Familles laïques de Vaux-le-Pénil au 09 75 38 81 13

Ce projet est une action partenariale : Le Sentier, le Pain d’Espoir, le CDAFAL 77 ( Familles laïques) et la SEGPA

La SEGPA qu'est-ce que c'est ?

« S.E.G.P.A. signifie « Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté ».
Cette Section accueille des collégiens, en grande difficulté scolaire principalement à la fin du cycle 3 de l'école élémentaire et s'applique à les amener, à l'issue d'un cursus de 4 ans (de la 6ème à la 3ème), vers une formation qualifiante de niveau CAP.
»

Ce sont des collégiens qui développent leurs compétences.

« A partir de la 4ème en plus de l’enseignement général, les élèves découvrent différents champs professionnels. Pendant 6 heures, ils s’initieront à des activités pratiques organisées au sein de plateaux techniques autour de l’habitat et de l’Hygiène –Alimentation – Services, tout au long de l’année scolaire. Ils choisiront en fonction de leurs goûts et aptitudes, l’un ou l’autre champ professionnel l’année suivante. Deux stages d’initiation d’une semaine en entreprise sont prévus pour se familiariser avec le monde du travail. Les jeunes construisent pas à pas leur projet professionnel. »

L’équipe enseignante et son directeur, très motivés font un travail remarquable permettant aux collégiens de se remobiliser, de développer leurs compétences.

Ils donnent un sens aux apprentissages notamment le français et les mathématiques.

Deux fois par semaine, des élèves font la cuisine, servent des repas : ils apprennent l’hygiène alimentaire, maîtrisent l’équilibre des repas.

Ce sont eux qui vont assurer le repas du 13 avril 2015

Nous avons été étonnés et admiratifs devant la tenue du laboratoire de préparation des repas et de la salle de restaurant.

Des restaurants connus et appréciés pour la qualité des repas assurés pourraient s’en inspirer .

Comme nous l’avons fait à Vaux le Pénil, nous effectuerons une évaluation et discutons entre partenaires pour voir quelle suite il faut donner au projet.

Donc Lundi 13 avril repas au restaurant de la SEGPA, Pierre Brossolette à Melun

et mercredi 15 avril repas à Familles laïques de Vaux-le-Pénil

Partager cet article
Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 06:45
2006 – 2015  INFO DETTES, un collectif à maturité…

Fondé en 2006, à l’initiative de Jean METREAU qui représentait les associations familiales à la Commission de Surendettement du département, et sous le patronage de l’UDAF 77, le collectif baptisé « Info-Dettes », réunissait les bonnes volontés d’une douzaine de bénévoles, engagés pour faciliter l’établissement des dossiers de surendettement auprès des familles ou personnes pour qui la formalité était difficile à remplir sans assistance.

Les premiers à se lancer dans l’aventure ont accueilli leur public dans le périmètre de Melun et des communes limitrophes (Dammarie, Le Mée, Vaux le Pénil) après avoir suivi une formation organisée par l’UDAF 77, à l’issue de laquelle ils ont acquis les principes de la procédure et ce qu’il faut savoir de la communication avec leurs interlocuteurs.

Progressivement, les quantités de dossiers que nos bénévoles ont contribué à faire déposer à la Banque de France ont augmenté au rythme de l’extension de notre zone d’influence dans la mesure où, les années suivantes, nous avons ouvert des permanences à Saint- Fargeau-Ponthierry, puis à Moissy Cramayel. Dans ces conditions, l’accroissement de nos activités a entraîné une augmentation des bénévoles. Ces nouveaux bénévoles ont eu besoin de la même formation pour maintenir la qualité des prestations que les gestionnaires de la Banque de France ont appréciées depuis qu’ils voient des dossiers que nous avons contribué à déposer.

Ensuite, l’UDAF 77 a été contactée par le Tribunal d’Instance de Melun proposant de mettre à disposition de Info-Dettes des locaux pour tenir des permanences dans le cadre des points d’accès au droit du département. C’est ainsi que nous intervenons maintenant à Savigny le Temple et très récemment à Nemours. Quand on ajoute l’ouverture, cette année, d’une permanence à Nangis suite à l’initiative d’une bénévole qui a contacté le CCAS de la commune (merci Catherine !), nous offrons désormais la possibilité d’accueillir du public à raison de 11 jours par mois, dans 9 lieux différents situés dans le sud de notre département.

Pour assurer l’ensemble de ces points d’accueil, l’effectif de nos bénévoles doit être augmenté avec une formation associée, sans oublier le maintien des connaissances des anciens pour maîtriser les évolutions de la procédure de surendettement. Pour ce faire, nous avons mis au point une session de deux jours de formation, organisée en interne et moins lourde pour le budget.3 sessions de ce type ont eu lieu en 2014 ; et nous prévoyons de continuer en 2015, sitôt identifiés les prochains candidats.

Avec une équipe de plus en plus nombreuse, et dont la motivation ne fléchit pas, nous visons pour cette année, d’augmenter encore notre efficacité en généralisant le principe des accueils sur rendez-vous grâce à un centre dédié à ces réservations. Cette méthode de prise en charge des débiteurs devrait nous permettre de continuer à traiter un nombre de dossiers toujours plus important, comme nous avons su le faire depuis nos premières années consacrées à l’aide aux particuliers en difficultés avec leur trésorerie.

2006 – 2015  INFO DETTES, un collectif à maturité…
Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 07:11

STOP !   À la solitude

 

STOP!    À l’exclusion

 

Un brin de solidarité ne tue pas !!!!!

 

L’association familles laïques de Vaux-Le-Pénil, vous accueille le mercredi tous les 15 jours, dans un cadre chaleureux, familial et convivial, afin de partager un repas solidaire.

 

Inscription au 09.75.38.81.13

Adresse : 4 place Beuve et Gantier

77000 Vaux-Le-Pénil

Repas solidaire de Familles Laïques et du Sentier
Repas solidaire de Familles Laïques et du Sentier
Repas solidaire de Familles Laïques et du Sentier
Repas solidaire de Familles Laïques et du Sentier
Repas solidaire de Familles Laïques et du Sentier
Partager cet article
Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 23:37

LE RESTAURANT A 1 €

BILAN ET PERSPECTIVES DE CE PROJET

 

ORIGINES ET CONTEXTE DU PROJET

 

Notre association a organisé le 28 novembre 2014 un colloque visant à la construction d’un réseau local de solidarité En janvier 2015, suite au succès de cette initiative nous avons voulu passer à une phase opérationnelle. Constatant que de nombreuses familles sont en grande difficulté, nous avons opté pour la mise en vie d’un projet de restaurant citoyen, ou de repas partagé avec des partenaires : le Sentier, l’épicerie sociale : le pain d’espoir et l’association caritative : le Secours Populaire français

 

OBJECTIFS DU PROJET

 

Permettre à des personnes en difficultés de pouvoir avoir un repas complet ;

Créer un espace de convivialité régulier, connu ;

Susciter à des personnes isolées d’avoir envie de devenir acteurs, donc de participer à la confection d’un repas ;

Construire un projet autour d’un partage entre personnes de milieux sociaux différents

 

ACTIONS MISES EN ŒUVRE

 

Organisation d’un repas partagé à 1 € un mercredi sur 2 au local de l’association « Familles laïques de Vaux le Pénil ».

Le repas assuré et organisé par des bénévoles est annoncé largement dans la ville et aux alentours pour que des personnes n’appartenant à aucun réseau puissent y participer.

L’action s’adresse à des familles et des personnes isolées, âgées notamment afin de créer un lieu d’échanges inter-générationnels.

 

RÉSULTATS ET IMPACTS, QUANTITATIFS ET QUALITATIFS, DES ACTIONS

MISES EN ŒUVRE

 

Nous voulons qu’il y ait des échanges entre les participants et que des liens se constituent et que ce projet soit connu et puisse se développer dans d’autres villes.

Nous avons entre 20 et 25 convives à chaque fois et nous essayons que de nouvelles personnes viennent, elles aussi.

L’apport culinaire est un élément important car suite à nos repas des personnes ont envisagé de reprendre chez eux les menus.

 

ORIGINALITÉ DU PROGRAMME

 

C’est une action innovante qui n’a pas été envisagée au démarrage puisque nous avions envisagé une soupe du partage dans des quartiers de Melun.

C’est particulièrement intéressant que les personnes qui viennent puissent se poser, échanger dans de fait, un vrai restaurant.

 

PARTENARIAT(S) DEVELOPPÉ(S) DANS LE CADRE DU PROGRAMME

 

Cette action est menée en partenariat entre Familles Laïques de Vaux le Pénil, le Sentier, le Pain d’Espoir et le Secours Populaire avec le soutien de la Ville de Vaux le Pénil

Le Secours Catholique, intéressé et contacté va être associé

 

RETOUR D’EXPÉRIENCE

 

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en œuvre du programme

 

Il fallait trouver des publics différents et pouvoir les toucher et avoir un moindre coût

 

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles

 

Nous avons pu disposer d’articles dans la presse locale et grâce au Sentier et à l’épicerie sociale nous avons des produits de qualité à des prix très accessibles.

 

Améliorations futures possibles

 

Nous souhaitons toucher des familles qui sont hébergées à l’hôtel et des SDF

 

J.F. CHALOT

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 08:33
Les élus font le choix de l'ignorance    Tour de vis à l'intelligence.

Voici un texte écrit par NABUM et un dessin réalisé par NAGY

à notre demande.

La suppression de plus de 100 festivals et les coupes dans les budgets culturels ne peuvent que nous inquiéter

Les élus font le choix de l'ignorance

Tour de vis à l'intelligence.

Cette fois, à n'en point douter, la France entre en récession ; à moins que le pauvre Bonimenteur que je suis ne comprenne rien aux affaires économiques et qu'il ne faille simplement parler que de régression culturelle. J'avoue humblement ne rien comprendre aux règles qui prévalent dès qu'il s'agit de tenir les cordons de la bourse dans nos collectivités territoriales, mais ce qui me saute aux yeux, c'est l'immense liste des festivals supprimés.

Cette fois monsieur Gattaz aura tout lieu de se réjouir : les nuisibles, les inutiles, les néfastes resteront chez eux ; ils n'auront plus accès à des scènes qu'ils utilisaient comme chambre d'écho de leur inadaptation sociale. Au chômage les musiciens et les chanteurs, les acteurs et les rêveurs, les utopistes de tous poils et les parasites du régime des intermittents.

Le tour de vis pratiqué un peu partout sur les territoires va faire taire cette armée honteuse d'hirsutes, de forts en gueule, de dégénérés et de dépendants à des substances illicites. La culture n'a plus sa place dans une nation en proie à la faillite de ses élites financières. D'ailleurs, à quoi sert-elle, si ce n'est à insuffler un mauvais esprit dans la tête, déjà trop pleine, de spectateurs aux idées douteuses ?

Regardons-y d'un peu plus près : les festivals n'attiraient qu'un certain profil de spectateurs :les privilégiés de l'enseignement et de l'éducation : ces classes moyennes qu'on aime tant ponctionner dans les milieux gouvernementaux. Ces gens qui réfléchissent trop, ne sont jamais d'accord avec les mesures régressives qui assurent l'hégémonie d'un système merveilleux : le libéralisme sauvage !

Qu'ils aillent rejoindre ces bataillons que le rouleau compresseur de l'abrutissement collectif a déjà mis au pas, qu'ils ouvrent enfin leurs téléviseurs pour se coller devant les machines à vider les cerveaux. Un peuple lobotomisé regarde la télé-réalité, écoute des chanteurs mièvres et se passionne pour des aventures insipides. Le théâtre, le cinéma, la chanson, la poésie, les arts plastiques sont des arts dégénérés quand ils ne passent pas sur le petit écran.

Un état fort doit être en mesure de surveiller toutes les expressions. Il est grand temps de mettre au pas cette armée de baladins, trouvères et colporteurs d'idées subversives. Un peuple soumis ne réfléchit pas, un peuple asservi ne se passionne pas pour des loisirs qui l'écartent de l'activité essentielle du bon mouton bêlant : consommer.

Toutes les collectivités ont compris le danger qu'il y avait à ouvrir l'esprit des citoyens. Il faut fermer le robinet des subventions pour la culture et les associations. Réduire les espaces de liberté, supprimer les occasions de réflexion, écarter les dissidents, les marginaux, les libres penseurs, c'est dérouler un tapis rouge aux vedettes de la futilité et de l'absence de critique sociale.

Un peuple qui n'a plus de loisirs culturels sera un peuple soumis et obéissant. La dictature de la finance va pouvoir se mettre en place sans que s'élèvent sur des scènes ouvertes, des voix dénonçant le diktat de la stupidité et de l'abrutissement. Il faut faire des économies et ce sont les robinets de l'intelligence, de la beauté, de la réflexion que l'on ferme. Ne croyez pas qu'ils ne savent pas ce qu'ils font : bien au contraire, ils agissent en totale conscience.

La culture est subversive et à ce titre elle n'est plus supportable. Ce monde qu'ils espèrent de leurs vœux sera peuplé de citoyens obéissants, serviles, miséreux, peu instruits. Tout est mis en œuvre pour saccager l'école, briser le tissus associatif, couper la richesse créatrice. Ceux qui prônent la domination des financiers et des économistes savent parfaitement pourquoi ils le font.

Que ce virage se fasse ainsi sous la présidence d'un homme qui se prétend Socialiste atteste de la trahison de cette gauche de pacotille, entièrement vendue aux thèses du libéralisme. Réduire tout ce qui peut enrichir l'individu, l'élever hors de sa condition de simple pion, nuit gravement à la conjuration des ploutocrates. Il est grand temps que nous nous réveillions avant qu'il ne soit trop tard.

Les prochaines élections départementales sont à ce titre exemplaires. En votant pour les trois grands partis, vous faites le choix de la rigueur, de l'ignorance et de la régression. Leur ligne de conduite est identique : économies budgétaires, réduction drastique des dépenses culturelles, casse du monde associatif. Ils sont complices et adhèrent à un même projet de société à quelques nuances près.

Culturellement vôtre.

L'illustration est de Nagy

http://www.lemonde.fr/culture/article/2015/03/15/une-centaine-de-festivals-annules-en-france_4593829_3246.html

Partager cet article
Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 07:24

 

Bonjours à tous

Qu’est-ce que des vacances ?

Dans les études statistiques on considère que celui qui part en vacances quitte son domicile au moins quatre nuits consécutives pour des raisons non-professionnelles.

Ce qui englobe dans le même « vocable » l’enfant qui part chez sa grand-mère à la campagne et celui qui va à Mégève !

Si deux tiers des français déclaraient en 1995 qu’ils partaient en vacances, ils n’étaient que 52% en pleine crise économique en 2008 et la petite hausse contactée en 2011 par le CREDOC ( centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie ) est de courte durée.

Beaucoup de Municipalités en grandes difficultés financières ont annoncé leur décision de supprimer les mini séjours qui étaient proposées par leur service « enfance ».

Le droit aux vacances est inégal, beaucoup de familles n’ont pas les moyens et renoncent à partir

« 80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions. »

40 % des personnes aux revenus inférieurs à 1 200 euros mensuels sont partis en 2014 alors que 86% des personnes qui disposent de plus de 3000 € partent en vacances.

L’austérité et les restrictions budgétaires touchent aussi les CAF qui sont contraintes de réduire leurs aides aux vacances.

Des caisses limitent l’aide aux familles qui ont 555 € ou moins de quotient familial, ce qui prive l’accès à de nombreuses familles populaires qui pourtant ont du mal à joindre les deux bouts.

Il n’est pas dans mon propos de critiquer les administrateurs des caisses d’allocations familiales : ils disposent d’un cadre contraint et sont obligés « à leur corps défendant » de ne pas augmenter le niveau de quotient familial retenu !

Pour faciliter et permettre le départ en vacances de familles modestes, des associations familiales comme le CDAFAL ’77 ( Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques) organisent des séjours de vacances en partenariat avec l’ANCV (‘Agence Nationale des Chèques Vacances)….Le quotient retenu dépasse celui de la CAF de plusieurs centaines d’euros.

Les associations développent là une action de solidarité transparente :

L’annonce est publique et non réservée à des initiés….

Pour le CDAFAL 77 nous limitons à 49 personnes, enfants compris, ce qui correspond à la capacité du car qui emmènera les vacanciers.

Ces séjours, celui -là et ceux que les autres CDAFAL organisent sur le territoire national sont construits avec les familles…Personne n’est un simple consommateur, tout le monde est acteur.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 23:40

Le restau citoyen à 1 € : un projet qui suit son chemin

 

Le restau citoyen de Vaux le Pénil est maintenant à son plein régime.

Le public est conquis, de nouvelles personnes et familles s’inscrivent et les bouches s’ouvrent et pas seulement pour manger : on discute d’un peu tout et on prépare le prochain repas. Chacun fait ses propositions pour la fois prochaine.

Ce qui étonne les personnes qui viennent la première fois c’est qu’il s’agit d’un repas soigné, comme au restaurant avec un apéritif, une entrée, un plat, du fromage et un dessert ….et un café

Nous avons préparé quatre repas et le prochain est prévu pour le mercredi 18 mars avec au programme un couscous, un vrai.

Le partenariat est réel : le Sentier, Familles Laïques et le Secours Populaire sont à la manœuvre….

Des soutiens nous arrivent comme celui de la Paroisse de Vaux le Pénil qui a préparé un panier repas pour que les convives repartent avec les bras chargés.

Sur la question de la Solidarité, le partenariat peut s’élargir.

Des personnes issues de différentes cultures participent au projet dans un cadre laïque, commun à tous….

C’est un peu comme l’école publique.

Le Sentier et « Familles Laïques » envisagent d’ouvrir un restau du même type à Melun mais il nous faut un local, des bras, voire aussi de nouveaux partenaires.

Si vous avez des pistes notamment pour la restauration, contactez- nous !….On commencera petit : deux fois par mois.

Nous avons encore d’autres projets, notamment un repas partagé fin décembre avec un public mixte, c’est-à-dire avec des personnes étant aidé par les associations de solidarité et d’autres n’ayant pas de difficultés.

 

J.F. CHALOT

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 23:33

Les bénévoles en formation consommation

La formation au service d’un projet : Défendre les Familles

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) est une association familiale disposant d’un agrément association de consommateurs.

En Seine et Marne, le CDAFAL et ses associations locales ont mis en place des permanences consommation

– une fixe à Melun, et une autre sur rendez-vous à Vaux le Pénil.

18 bénévoles ont participé le 10 mars 2015 à une formation à Vaux le Pénil, animée par Hugo Cadet, juriste au CNAFAL.

Ce temps d’apports et d’échanges particulièrement apprécié par les « stagiaires » a permis de donner des outils méthodologiques et de répondre aux questions posées ;

Comment traiter un litige et quelles sont les démarches à entreprendre ?

La première question traitée a porté sur l’attitude du bénévole :

-l’empathie nécessaire

-la prise de distance et l’écoute active consistant à obtenir les faits et à éliminer tout ce qui n’apporte rien d’essentiel.

L’objectif s’est de trouver des faits pertinents qui permettent d’aller sur la bonne voie.

Après le déjeuner pris en commun les participants à cette formation ont abordé le thème du logement.

La loi ALUR : location et copropriété, zoom sur les principales mesures.

Cette première journée sera suivie d’autres temps ultérieurs.

Si vous avez un litige, prenez un rendez-vous en téléphonant au 09.75.38.81.13

Rappel : la permanence à Melun c’est le premier jeudi de chaque mois de 9h30 à midi :

Maison des Associations Jean XXIII

27 rue Edmond Michelet,

77000 Melun

J.F. CHALOT

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 16:04
Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 13 janvier 2023

 Vendredi 10 février 2023

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France