Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 06:53
Budget logement 2016 : une régression historique


Rassemblement Place Édouard HERRIOT
MERCREDI 28 OCTOBRE, à partir de 17h
(métro “Assemblée Nationale
”)


Nous avons pris connaissance du projet de budget logement présenté par le gouvernement, et qui sera discuté mercredi 28 octobre à l’assemblée nationale. Nous désapprouvons vivement ce projet pour les raisons suivantes :

Disparition des aides à la pierre pour les HLM en 2016 :
Pour la 1ère fois depuis au moins 50 ans, l’État supprime les subventions à la construction de logements sociaux et très sociaux. Désormais, les bailleurs sociaux devront compter sur leur propre trésorerie pour financer les futurs HLM.

En effet, l’État ne devrait pas mettre un euro dans le fond national des aides à la pierre annoncé par le président Hollande, c’est un recul historique qui révèle le désengagement de l’État dans ce secteur, et les risques qui pèsent désormais sur la construction de logement à loyer accessible aux classes populaires, d’autant plus que le Livret A est également fragilisé (baisse des taux et décollecte)

Nous rappelons que la trésorerie des bailleurs est issue des loyers et donc des locataires. Ce n’est pas aux classes populaires de financer le logement social de demain, c’est à la solidarité nationale !

Les organisations signataires dénoncent cette régression historique, sont hostiles à la création de ce fond qui n’est qu’un leurre, et exigent le rétablissement des aides à la pierre dans le budget 2016.


Baisse voire la suppression des APL pour 600 000 locataires modestes :
Elles pourront être supprimées pour les locataires du secteur privé qui malgré de faibles ressources payent un loyer cher, petit et souvent indécent, autrement dit les mal logés, les jeunes... C’est une mesure brutale, car elle sanctionnera les locataires du privé qui consacrent déjà plus de la moitié de leur revenu au loyer. Pour justifier la mesure d’économie, qui va accroître les expulsions, le gouvernement accuse ces locataires déjà en difficulté d’avoir des “ressources cachées” .

De plus, les allocations logements seront réduites pour les locataires modestes qui détiennent un patrimoine (petite maison ou mobil-home pour passer les vacances, Livret A et autre épargne défiscalisée, biens divers ...), les contraignant ainsi à s’en séparer ou à être expulsés.

D’autres mesures sont programmées qui impacteront les allocataires, notamment les jeunes, donc les ménages modestes.


Maintien de cadeaux fiscaux disproportionnés pour les riches, les promoteurs et les banques :
Environ 3 milliards d’euros seront encore consacrés aux réductions d’impôt octroyées aux investisseurs qui achètent des logement locatifs neufs, par exemple pour y loger leurs enfants ou leurs parents ...
Plusieurs milliards seront aussi mobilisés à relancer le secteur de l’accession à la propriété sinistré par la cherté du logement.

Les promoteurs et les banques sont les principaux bénéficiaires de ces deux secteurs économiques.
Or la production massive de logements sociaux serait créatrice de plus d’emploi et de moins d’inégalité .


Les signataires dénoncent ces choix qui creusent les inégalités sociales, aggravent la crise du logement, et demandent une réorientation déterminante de la politique du logement vers la production massive de logements sociaux, le soutien aux locataires et aux mal logés :

  • Rétablissement des aides à la pierre à hauteur minimum de 1 milliard d’euro pour le logement social
  • Renforcement des APL
  • Suppression des aides à l’investissement locatif, aux promoteurs et aux banques
  • Baisse et encadrement des loyers et des charges, notamment dans les secteurs tendus;
  • ...


Premiers signataires :


Premiers signataires :
CNL, DAL, CNAFAL, COPAF .
..

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:33
Les associations ont la cote…

Que tous les pourfendeurs des associations ayant pignon sur cour s’abstiennent.

Ni les sondés de ce sondage INS Sofrès réalisé pour le compte du Comité de la Charte du don en confiance, ni moi-même ne pensons à ces grandes association-institutions qui ne fonctionnent qu’avec des salariés et qui ne vivent que grâce à des demandes de subventions.

Ces associations ont leur utilité car elles assurent une mission de délégation de service public et si elles n’étaient pas là, ce sont des fonctionnaires qui assureraient les missions qui leur sont dévolues.

Mais elles n’ont d’association que le nom !

Les associations qui ont la cote sont celles de proximité qui fonctionnent avec peu de moyens financiers et reposent sur « l’huile de bras » et les associations d’intérêt collectif qui agissent dans le domaine de la lutte contre la pauvreté, l’exclusion, l’aide à la personne ……

Il s’agit de l’aide désintéressée réalisée par de très nombreux bénévoles, les salariés n’étant là que pour assurer la machinerie administrative et les responsabilités liées à l’accueil au siège.

Prenons par exemple, le Secours populaire, ce sont au maximum dans les départements, trois ou quatre salariés et quelques centaines de bénévoles répartis dans les comités et les antennes.

On est loin, très loin des fausses associations-elles existent- qui regroupent deux ou trois personnes et gèrent des crèches.

Attention ! je ne pourfends pas les associations, réelles qui ont créé des crèches mais le faux semblant….

On voit ainsi fleurir des structures qui sont des entreprises masquées en associations. .

Revenons à l’enquête réalisée et à ses conclusions

http://www.20minutes.fr/societe/1713435-20151020-56-francais-font-confiance-associations :

« La confiance du grand public dans les associations progresse. Plus de la moitié des Français (56%) accordent du crédit aux associations et fondations qui font appel à la générosité du public, contre 55% en 2014. Surtout, cet indice a augmenté de près de 10 points depuis 2011, selon un baromètre annuel publié mardi. »

« L'existence d'un contrôle renforce la confiance dans les associations pour 77% des Français interrogés ainsi que le label «Don en confiance» pour 40% d'entre eux, relève le baromètre. Le Comité contrôle le fonctionnement statutaire et la gestion désintéressée, la rigueur de la gestion, la qualité de la communication et de la collecte de fonds et la transparence financière. »

Depuis l’affaire de l’ARC L'Association pour la Recherche sur le Cancer et le scandale de sa gestion survenu au tout milieu des années 90, les contrôles ont été renforcés.

Le Comité de la charte fondé il y a un quart de siècle assure une mission de contrôle de la générosité publique.

C’est un plus et c’est vrai que l’image de ces associations a évolué en positif.

N’empêche….Je ne donne qu’à des associations reposant essentiellement sur le bénévolat et quand je vois à la sortie des gares des personnes salariées faire la « quête » pour une œuvre humanitaire, je m’abstiens de donner préférant apporter mon soutien à l’assoce que je connais….

Je ne suis pas le seul dans ce cas, d’autant plus que le « commun des mortels » a du mal à s’y retrouver avec toutes ces œuvres philanthropiques….

Jean Bouet

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 06:41
IL Y A  TOUJOURS UNE SOLUTION AVANT D’EN ARRIVER LA

Je suis persuadé, même si la situation est difficile, qu’il est possible de s’en sortir.

C’est avec stupeur et tristesse que j’ai pris connaissance de ce drame survenu dans le Nord de la France :

Haubourdin (Nord) : face au surendettement, il tue sa famille et se suicide – metronews

« Un père de famille de 42 ans aurait ainsi tué ses trois enfants et leur mère, 40 ans, avant de se donner la mort. Les enfants, une fille et deux .. »

Je ne commenterai pas cet acte de désespoir mais comme d’autres bénévoles qui assurent des permanences d’accompagnement de personnes surendettées, j’ai rencontré des personnes accablées, au bout du rouleau.

C’est ainsi qu’un jour, à Melun, un cadre ayant tout perdu : son emploi, sa maison qu’il a dû revendre et son épouse suite à une séparation douloureuse s’est effondré.

Il ne tenait plus à l’existence.

Nous avons essayé de lui remonter le moral en lui assurant de notre soutien.

Oui, il y a toujours une solution possible pour éviter qu’une famille se retrouve sans rien, sans moyen financier et sans perspective.

Dans les permanences que notre collectif « INFO-DETTES » assure bénévolement, notre savoir- faire et notre savoir être peuvent aider une famille à monter et à déposer un dossier de surendettement recevable.

Le savoir- faire est technique, les formations nous ont bien aidé.

Le savoir-être, c’est avant tout un code de déontologie : le bénévole n’émet aucun jugement de valeur et garde confidentielles les informations reçues et d’ailleurs nous ne gardons aucune copie des dossiers.

Seuls les demandeurs peuvent nous recontacter quand ils reçoivent leur plan de la Banque de France, s’ils souhaitent un coup de main.

Les personnes reçues ne sont pas invitées à adhérer à une association….Il s’agit là d’un principe accepté par le collectif.

Notre action collective et solidaire sur Melun a commencé en 2007 et nous connaissons de nombreuses familles qui ont réussi à repartir sur des bonnes bases.

D’autres restent en grande difficulté car il est difficile de survivre avec un RSA et sans travail mais parmi elles, certaines réussissent tant bien que mal à surnager.

Le samedi 14 novembre, les associations porteuses du projet tiennent un colloque pour faire le point, développer l’action, lui donner de l’ampleur et avancer dans le champ du partenariat.

Ce colloque ouvert à tous se tiendra à Vaux-le-Pénil de 9 H à 13 Heures.

En ce qui concerne les associations, un grand pas est franchi avec la mise en vie d’un réel réseau local de solidarité.

Il faut vraiment que l’on arrive à mutualiser nos actions avec les services sociaux car quand il s’agit

de suivre et d’accompagner des personnes fragiles, il y a besoin de l’intervention de personnels qualifiés.

Nous avons déjà des actions communes-chacun restant dans son champ propre- avec des travailleurs sociaux.

Mais il faut aller plus loin car parfois il ne faut pas attendre et nous devons pouvoir disposer d’un relais immédiat.

Voici l’un des enjeux de ce colloque

Jean-François Chalot

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 07:20
Le manque de sommeil

Merci à Nagy pour ce dessin qui se suffit à lui-même

Ce qui ne vous empêche pas de réagir...Le débat continue

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 07:08
Le restaurant scolaire pour tous

Au nom d’une laïcité ignorée, mal comprise, ou foulée au pied, des maires font du n’importe quoi. Pour passer du rêve ou des intentions à la réalité, il faudrait que la restauration collective pour enfants soit règlementée et reconnue comme un service public éducatif.

Au nom d’une laïcité ignorée, mal comprise, ou foulée au pied, des maires font du n’importe quoi, comme ce maire de Chalons sur Saône qui supprime les menus sans porc ou celui de Montereau en Seine et Marne qui ne connaît que le végétarien. Dans d’autres villes, des élus choisissent de supprimer le porc ou de « marquer » les enfants en fonction de leur choix alimentaire. Il suffirait pourtant de séparer la viande des légumes et de proposer plusieurs viandes, au moins deux pour éviter à la fois l’exclusion et le « marquage » !

Il est vrai que la restauration scolaire n’étant pas une compétence obligatoire des communes et du chacun se débrouille comme il peut.

Cette restauration scolaire appelée encore malheureusement « cantine » est pourtant un service public auquel doit s’appliquer « le principe d’égalité ».

Et pourtant on constate çà et là

- Un refus d’inscrire des enfants qui ont l’un ou les deux parents qui ne « travaillent pas »,

- Des tarifs au niveau très inégal,

- Des encadrement insuffisants ou inadaptés...

En ce qui concerne le premier point, une proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée Nationale :

« Article 1er

Le chapitre Ier du titre III du livre Ier du code de l’éducation est complété par un article L. 131-13 ainsi rédigé :

« Art. L. 131-13. – L’inscription à la cantine des écoles primaires, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés. Il ne peut être établi aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille. »

Article 2

Les charges qui pourraient résulter pour les communes de l’application de la présente loi sont compensées, à due concurrence, par la majoration de la dotation globale de fonctionnement et, corrélativement pour l’État, par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

Les charges qui pourraient résulter pour les organismes sociaux de l’application de la présente loi sont compensées, à due concurrence, par la majoration des droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

Délibéré en séance publique, à Paris, le 12 mars 2015.

Le Président,
Signé
: Claude BARTOLONE »

Ce texte est une avancée….

Malheureusement le train de sénateur étant lent…. Il y aura au moins une navette puis il faudra attendre les décrets d’application avant que cette loi progressiste s’applique.

En ce qui concerne la laïcité et les principes d’égalité, il faudra que le législateur utilise deux clés complémentaires :

- L’une refusant les impératifs communautaristes comme la revendication de plats hallal ou casher ;

- L’autre prenant en compte la diversité des choix alimentaires. ( séparation de la viande et des légumes, proposition de deux viandes différentes…)

Quant aux tarifs pratiqués, il faudrait une harmonisation permettant l’application du principe d’équité, en instaurant le quotient familial.

Il y a aussi le problème de la « surveillance » de la restauration scolaire ou aujourd’hui tout est possible. Dans des localités vous avez une personne volontaire qui « garde » une salle à manger pleine d’enfants alors que dans d’autres, les élus ont choisi de recruter des personnes formées et d’appliquer un taux d’encadrement raisonnable.

Pour passer du rêve ou des intentions à la réalité, il faudrait que la restauration collective pour enfants soit règlementée.

Pour ce faire, je ne vois qu’une seule solution : sa reconnaissance comme service public éducatif avec une prestation de la CAF, ce qui obligerait à instaurer un quotient et à prévoir un taux d’encadrement précis.

Je sais, nous sommes en période de restrictions budgétaires… mais si l’on considère que la restauration scolaire est « une chose sérieuse » il faut y mettre des moyens….

Ce texte n’est pas exhaustif, il faudrait aborder d’autres problèmes comme celui de la qualité des mets et des verrous à faire sauter comme celui qui empêche bien souvent les restaurants scolaires de se fournir en denrées alimentaires chez le petit producteur du coin… pour respecter la législation européenne ?

CDAFAL 77

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 09:21
Le caillassage d'un bus à Melun : réfléchir et Agir pour qu'il n'y ait plus jamais ça !

Les habitants qui ont vu la scène et les voyageurs en sont encore choqués.

Quant au chauffeur de bus, caillassé puis frappé par une vingtaine de jeunes, il a l’avant- bras en miettes.

Comme en témoignent des chauffeurs :

« C’est une zone de non-droit, et à chaque vacance scolaire, on a des caillassages »

Il y a dans ce quartier Montaigu de Melun des familles en souffrance qui vivent dans l’insécurité.

Des groupes sont là dans l’impunité à dealer, des jeunes inoccupés sont à la limite de la délinquance : il suffit de très peu pour que la situation ne dégénère.

Le Maire de Melun, à la suite de cette agression inqualifiable du 19 octobre dernier a fait publier le communiqué suivant :

« :« Je partage la peine et l’exaspération des riverains dont la vie quotidienne la plus élémentaire est entravée par des menaces et des insultes. A plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion d’alerter l’État sur la situation sécuritaire très tendue dans les Hauts de Melun. Je sais que la police nationale assume de son mieux ses responsabilités et cette affaire a une fois de plus démontré sa rapidité d’intervention.
Au-delà des sanctions qui doivent être prises, l’ensemble des décideurs publics doit affronter le problème
. »

Je n’ai pas de commentaire à apporter si ce n’est pour dire mon accord avec cette déclaration.

Il faut à la fois une présence renforcée de la police nationale, à la fois des sanctions et à la fois que les décideurs publics et les acteurs associatifs locaux, premiers concernés se mettent autour d’une table pour trouver des pistes de transformation.

Dans le contrat de ville 2015 - 2020, signé le 30 juin de cette année, en présence des représentants des conseils citoyens, des actions sont prévues dans le cadre de la tranquillité publique et de la prévention de la délinquance.

Un Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) a été créé en mai dernier afin que tous les acteurs concernés travaillent ensemble et mutualisent les informations et les moyens.

De plus, les Conseils Citoyens devraient pouvoir intégrer, prochainement, le comité de pilotage relatif à la sécurité

Comme je l’ai déjà écrit après le saccage d’une école maternelle, cet été par des enfants, il n’y a pas une solution miracle mais des actions complémentaires à mener :

  • Des propositions d’animation en direction des pré- adolescents avec du personnel compétent ;
  • Un renforcement du club de prévention ;
  • La création par l’Office de l’Habitat d’un corps de médiateurs ;
  • Une campagne de sensibilisation éducative de parents laissant souvent leurs très jeunes enfants jouer seuls en bas des bâtiments.

L’erreur serait de laisser ce quartier à lui-même.

D’ailleurs c’est justement là que le réseau local de solidarité melunais a décidé d’ouvrir une permanence d’accueil et d’accompagnement….

Ce quartier sensible ne sera plus desservi jusqu’à nouvel ordre par les transports urbains.

Cette décision prise par la direction du transport urbain ne peut qu’être provisoire car si cette disposition était maintenue :

  • Ce sont les familles qui sont déjà dans la souffrance qui auraient ainsi « droit » à la double peine ;
  • Ce serait une « victoire » de la bande responsable de ces violences.

Comme le disent plusieurs chauffeurs : nous ne devons plus être seuls dans le car, il faut prendre des mesures et renforcer ces lignes par des personnels assurant la sécurité à bord.

J’ai déjà assisté à l’intervention du personnel de sécurité, intervenant face à une passagère violente….Ils ont parlementé, discuté puis isolé la femme et ceci sans violence.

Les habitants et les voyageurs doivent pouvoir vivre en sécurité.

Jean-François Chalot

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 08:49
L’implantation des associations familiales laïques dans les quartiers populaires est un enjeu politique majeur


Ce texte a été voté à l’unanimité par l’AG du CNAFAL
C’est un point d’appui pour notre intervention….
Nous avons déjà été des précurseurs sur Melun .
Depuis deux ans, notre association melunaise est très présente sur le terrain.
Elle assure, aujourd’hui des permanences hebdomadaires tous les mardis de 14 H à 17 H ;
Elle travaille avec le DAL 77 en instruisant avec cette association les dossiers logements ;
Elle co-anime le réseau local de solidarité.
L’équipe d’animation s’étoffe et fait appel à de nouveaux bénévoles .

POUR AVOIR ACCES A LA RESOLUTION DU CNAFAL,
CLIQUEZ SUR LE LIEN

http://www.cnafal.org/resolution-adoptee-a-lunanimite-par-…/

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 18:09
La mort annoncée et programmée des cabines téléphoniques

Cette loi Macron, véritable fourre-tout et attaque sans précédent contre non seulement des acquis sociaux mais aussi contre des services publics, très utiles commence à s’appliquer…..

C’est la DGCCRF, Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes qui va être régionalisée.

C’est donc la fin de la structure départementale : il y aura un peu moins de fonctionnaires pour couvrir un champ géographique plus large.

Il leur faudra passer plus de temps dans les transports et un peu moins de temps sur le terrain.

Leur mission de contrôle sera de ce fait, réduite…..

Comme parallèlement à cette réorganisation territoriale, les associations de consommateurs recevront toujours moins de subventions, le gagnant-gagnant sera le fraudeur qui pourra passer entre les mailles du filet de protection des consommateurs.

La loi Macron c’est aussi la mort annoncée et programmée des cabines téléphoniques.

L’opérateur Orange, va ainsi être exonéré d’ici deux ans de l’obligation de maintenir, d’installer même et d’entretenir les cabines téléphoniques…..

Mais c’est normal diraient certains !?

Tout le monde a le téléphone portable !

Malheureusement - peut-être - ce n’est pas le cas et la couverture territoriale n’est pas universelle.

De nombreuses zones rurales ne sont pas couvertes.

Plus de 4000 communes françaises sont situées dans des « zones blanches », elles ne sont pas desservies par la téléphonie mobile.

Des maires protestent contre cette loi et son application.

L’opérateur orange qui ne s’intéresse qu’aux gains de productivité, sait lui que la disparition des quelques 40 000 cabines téléphoniques, coûteuses à entretenir et à mettre aux normes, ce sont des millions d’euros économisés…. Et autant d’argent à investir.

Les actionnaires d’Orange vont être des gagnants, quant aux villageois, ils vont être les « perdants-perdants ».

Des associations comme « Perdons pas le fil » plaident pour le maintien des cabines téléphoniques :

  • Il faut maintenir universalité des droits et du service public ( des petites communes n’ont pas de relais)
  • le téléphone public en zone rurale est le seul moyen d’appel fiable en cas de catastrophe ;
  • des personnes ont une hypersensibilité aux ondes électromagnétiques émises par les téléphones mobiles.

IL NE FAUT PAS AU NOM DE LA MODERNITE INSTALLER UNE FRACTURE DE LA TELEPHONIE

CDAFAL 77

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 06:28
UN NOUVEAU SERVICE INFORMATIQUE

Pour lutter contre la fracture numérique et pour permettre aux familles de pouvoir connaître leurs droits et faire leur déclaration à la CAF, notre association a mis en place une permanence tous les matins de la semaine.

Parlez-en autour de vous !

Nos secrétaires ont eu une formation délivrée par la CAF et des ordinateurs et imprimantes sont à la disposition des familles pour cet objet d’accès aux droits

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 07:52
Les champignons en question :  À prendre au pied de la lettre et sans chapeau.
Les champignons en question :  À prendre au pied de la lettre et sans chapeau.

La cueillette des champignons est-elle spore de haut niveau ?

Doit-on manger son chapeau quand on ne trouve pas de champignons ?

Peut-on prendre son pied en perdant la tête ?

Un ramasseur qui appuie le pied sur le champignon commet-il un excès de vitesse ?

Comme pour le Roquefort, y-a-t-il un champignon dans la tome ?

Faut-il mettre tous ses œufs dans son panier à champignons ?

Un piètre ramasseur corse peut-il être qualifié de trompette ?

Est-ce que les mousserons s'amassent sous la mousse ?

Un cueilleur lubrique ne ramasse-t-il que des phallus impudiques ?

Existe-t-il des quota pour les lactaires délicieux ?

Peut-on retourner une vesse de loup ?

La girolle fait-elle tourner les têtes ?

Peut-on avoir la truffe dans le nez ?

Le cèpe pousse-t-il près des vignes ?

Faut-il donner sa langue au bœuf ?

Les champignons de couche finissent-ils par s'en passer en grandissant ?

Peut-on inculper un champignon vénéneux ?

Un champignon comestible peut-il se mettre à table et avouer un empoisonnement ?

Peut-on se fier à un champignon véreux ?

L'amanite ne s'en prend-elle qu'aux mouches ?

Comment passer un anneau au pied d'un champignon ?

Les rosés se mangent-ils maintenant avec du pamplemousse ?

Est-il plus facile de chercher des champignons avec un compteur Geiger ?

Les pieds de moutons poussent-ils en troupeau ?

Bolet : n'est-ce pas un oxymore ?

Faut-il leur couper l'herbe sous le pied ?

Les champignons de Paris ont-il la cote ?

Faut-il tenter le diable avec un bolet de Satan ?

Les champignons hallucinogènes sont-ils stupéfiants ?

Pourquoi les champignons préfèrent-ils les propriétés privées ?

Faut-il un microscope pour observer les lamelles ?

Les aiguillons du pied de mouton sont-ils inoffensifs ?

Peut-on caresser l'espoir de trouver des clitocybes comestibles ?

Peut-on trouver des coprins secs ?

Un cueilleur peut-il tomber en plein marasme ?

Le pied bleu est-il le champignon préféré des lutins ?

Faut-il avoir du piston pour connaître un coin de trompettes ?

La cueillette des champignons est-elle une activité à hauts risques en Sologne ?

Le champignon relève-t-il encore du droit ancestral de glanage ?

Suffit-il de se baisser pour ramasser ?

Peut-on faire des omelettes sans eux ?

Le panier en osier est-il fourni avec un guide mycologique ?

Un cueilleur pris la main dans le sac finira-t-il au panier à salade ?

Les champignons boutent-ils leur chapeau devant les belles dames ?

Les feuilles mortes servent-elles de couverture aux champignons ?

Mycologiquement vôtre.

NABUM

Merci à Nabum pour son texte et aux deux photographes :

Samuel Duhin et ByAnt -Cicada

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France