Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 09:39

En cette période estivale certains préfèreraient se reposer au soleil. Pourtant comme l’année dernière le personnel de Familles Laïques a profité de cette période calme pour donner un petit coup de jeune à la salle d’accompagnement à la scolarité.

Les murs ont donc été repeints ce qui permettra de reprendre les permanences, à la rentrée, dans les meilleures conditions.

Nous remercions chaleureusement les bénévoles qui sont venus nous aider lors de ces travaux.

Nous vous donnons rendez-vous dès la rentrée pour la reprise des activités et à très bientôt pour de nouveaux projets au sein de Familles Laïques.

 

Bonne vacances à tous.

 

Locaux-4029.JPGLocaux 4027

Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:51

Durant la première semaine d’août 2014, 200 choristes appartenant à chœur 77, regroupement de 5 chorales locales ont participé à un stage musical à Cappelle la Grande  dans le département du Nord.

 Chanterelle de Vaux le Pénil est l'une de ces chorales

De nombreux bénévoles et adhérents de notre association, choristes étaient présents.

 

( le texte suivant est illustré par les photographie de Jean Pierre Maillot, qu’il en soit remercié)

 

 canon-de-la-paix.JPG

LE CANON DE LA PAIX

 

Le stage de chorale, réunissant chœur 77 et la chorale de Cappelle la Grande a eu comme point d’orgue : un concert interprété par plus de 200 choristes dans le palais des arts.

Ce sillon musical laissera des traces : les chanteurs seine et marnais envisagent dès maintenant un nouveau séjour musical dans cette ville où ils se sont sentis bien et des spectateurs ont exprimé au moment du pot amical l’envie de chanter à leur tour.

Nous étions près de 500 dans cette salle, ce qui est un record un mois d’août pour ce type d’événement.

En ce centième anniversaire du déclenchement de la grande guerre, l’interprétation par les tous les choristes âgés de 4 ans à 90 ans du canon de la paix de Romain Rolland a été un moment particulièrement émouvant.

C’était à la fois un hommage à la Région du Nord et du Pas de Calais qui a tant souffert durant les deux guerres mondiales et une aspiration commune des chanteurs et des spectateurs pour un monde sans guerre.

Une utopie peut être mais aussi une nécessité à construire.

 

Après les remerciements exprimés par la Municipalité et la chorale plus de 300 personnes sont restées pour discuter et échanger devant un buffet campagnard offert par les choristes et arrosé par la Ville.

discours-du-maire.JPG

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 08:52

 

PLACE AU DEBAT

 

images


 

Voici un texte soumis au débat.

Nous en remercions son auteur Monsieur Albert Ricchi qui nous a permis de reproduire son article

 

 Le « modèle social » français est souvent présenté par la presse et les médias en général comme très généreux mais lorsqu’on y regarde de plus près, le système est souvent limité et injuste.  

C’est le cas notamment des allocations familiales qui ne sont pas versées à toutes les familles et qui sont grignotées chaque année par l’inflation quand leur montant n’est pas purement et simplement gelé par le gouvernement… 

Les prestations familiales sont destinées à compenser les charges de famille des personnes physiques françaises ou étrangères, résidant en France et représentent aujourd’hui, en masse financière, environ 15,6 milliards d'euros (chiffres 2012). Parmi ces prestations familiales, les allocations familiales arrivent en tête pour 12,5 milliards d'euros et sont versées par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) à près de 5 millions de foyers.

Toutes les familles n’en bénéficient pas 

Les allocations familiales* restent attribuées qu’à partir du deuxième enfant depuis que le décret-loi du 29 juillet 1939 a supprimé l’allocation au premier enfant au profit d’une prime à la première naissance.

La France reste ainsi avec cette vieille idée, non vérifiée sociologiquement à ce jour, qui consiste à favoriser les naissances en ne donnant pas d’allocations aux familles dès le premier enfant. Tout se passe comme si les frais occasionnés par un premier enfant étaient négligeables alors que cela coûte aussi cher, sinon plus proportionnellement, que de deux enfants et plus ! 

Conséquence : les couples venant de débuter dans la vie ou en difficulté financière dont l’un des conjoints est au chômage ou en temps partiel subi, les personnes seules, divorcées ou veuves ayant un seul enfant à charge, subissent de plein fouet cette injustice sociale.

Cela est d’autant plus inacceptable qu’on compte aujourd’hui 8,8 millions de personnes pauvres au sens des critères retenus par l’union européenne (60% du revenu médian), qui vivent avec moins de 977 € mensuels. Sans compter les 2,6 millions de salariés payés au SMIC (1133 € nets mensuels sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires au 1er janvier 2014). 

Autre incohérence notable, si les allocations familiales sont attribuées à partir du deuxième enfant en métropole, elles sont versées dès le premier enfant dans les DOM, comme s’il y avait un principe à géométrie variable et deux catégories de Français !

Elles sont versées sans aucune condition de ressources 

Le versement des allocations n'étant pas soumis à condition de ressources, les familles modestes, avec deux enfants à charge au moins, perçoivent exactement les mêmes montants que les familles aisées vivant très confortablement (cadres supérieurs, professions libérales) ou les 2 millions de millionnaires en euros que compte la France et qui n’en ont pas véritablement besoin.

Au nom d’une apparente égalité de traitement des familles, les notions de solidarité ou d’aide sociale sont ainsi bafouées en permanence et ce « principe d’égalité » creuse en fait, chaque jour, un peu plus les inégalités sociales. 

Lionel Jospin, ancien 1er Ministre, avait tenté de faire une réforme mais en fixant maladroitement un plafond de ressources couperet trop bas, au-delà duquel les familles n’y avaient plus droit. A cause de cet effet de seuil, cette réforme déclencha à juste titre la réprobation de nombreuses familles.

Plus subtilement, en son temps, Alain Juppé avait proposé de continuer à les verser à toutes les familles avec l’obligation de les intégrer dans la déclaration annuelle de l’impôt sur le revenu mais ce projet de fiscalisation n'a jamais vu le jour.

La solution la plus juste consisterait sans doute à établir une grille d’allocations d'un montant différencié en fonction des revenus, de ne plus les attribuer au-delà d'un certain plafond de revenu jugé excessif (par exemple 20 fois le SMIC mensuel) et de les verser aux familles dès le premier enfant.

Leur montant est réduit chaque année

Le montant des allocations est fixé au 1er avril de chaque année en fonction d’un certain pourcentage de la base mensuelle de calcul des allocations familiales (BMAF). C'est ainsi que l'allocation pour 2 enfants est égale à 32% de la BMAF, pour 3 enfants à 73%, pour 4 enfants à 114% et ce pour l’ensemble des différentes prestations familiales. Cette BMAF devrait être revalorisée chaque année en fonction du taux d’inflation mais en réalité il n’en est rien.

Sous le gouvernement de François Fillon par exemple, le montant de la BMAF était de 395,04 € en 2011. Elle est passée à 399 € au 1er avril 2012, soit une augmentation de 1 % alors que le taux d'inflation était de 2,1% pour l’année 2011, ce qui correspond à une baisse du montant des allocations de 1,1% !

Sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault,  le montant de la BMAF de 399 € en 2012 est passé à 403,79 € au 1er avril 2013, soit une augmentation de 1,01 % alors que le taux d'inflation était de 2 % pour l’année 2012, ce qui correspond à une baisse du montant des allocations de 1 % !

Puis, cerise sur le gâteau, le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, a prévu carrément le gel de toutes les prestations sociales pendant au moins dix-huit mois. Les allocations familiales ainsi que les retraites, les aides à la garde d'enfant et au logement baisseront donc encore plus qu’avec la technique précédente d’indexation partielle par rapport à l’inflation !

De plus, comme il n’y a pas de petites économies, dit le proverbe, le législateur a eu la bonne idée de grignoter encore quelques euros sur le dos des allocataires grâce à une retenue de 0,50 % opéré au titre de la contribution au recouvrement de la dette sociale (CRDS)**. 

Aujourd’hui, si le gouvernement de Manuel Valls a décidé une désindexation complète des prestations sociales, c’est parce que c’est une mesure aussi discrète que massive. Elle permet de dégager immédiatement plusieurs milliards d’euros d’économies, sans déclencher de protestations massives. 

Une réforme des modalités d’attribution des allocations familiales devrait pourtant être mené prioritairement par un gouvernement de gauche mais celui-ci préfère rogner le pouvoir d’achat des Français qui les touchent, sans avoir besoin de s’attaquer à la réforme de la répartition de ces prestations. 

François Hollande, qui s’est encore félicité récemment devant la presse, d'être un réformiste notoire devrait se rappeler qu'il existe d’autres moyens plus efficaces et plus justes pour réduire les déficits publics comme la lutte contre la fraude fiscale qui coûte chaque année à la France entre 60 et 80 milliards d'euros ou la réduction drastique des niches fiscales qui vont coûter au pays en 2014 plus de 80 milliards d'euros..

* Montants des allocations familiales du 1er avril 2014 au 31 mars 2015 :
- Pour deux enfants : 129,99 €

- Pour trois enfants : 296, 53 €

- pour 4 enfants : 463,08 €

- par enfant supplémentaire : 166,55 €

 

**Montants nets réellement perçus par les allocataires, après déduction de la CRDS :

- pour 2 enfants : 129,35 €

- pour 3 enfants : 295,05 €

- pour 4 enfants : 460,77 €

- par enfant supplémentaire : 165,72 € 

 

Albert Ricchi

http://reformeraujourdhui.blogspot.fr/

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:43

Je donne mon sang depuis l’âge de 18 ans. J’atteindrai bientôt les 150 dons.

A chaque fois je m’insurge en remplissant le questionnaire médical.

Comment se fait-il qu’aujourd’hui, encore, les hommes ayant eu un ou plusieurs rapports sexuels avec un homme ne puissent toujours pas donner leur sang ?

Il s’agit là d’une discrimination officielle, honteuse pour la France, ce grand pays démocratique.

J’apporte mon soutien et co-signe cette pétition :tous-donneurs-tous-receveurs.jpg

2. Pétition de Steven Kuzan

Bédarieux, France

Je m'appelle Steven Kuzan, j'ai 22 ans. Je suis aide-soignant par passion, je me considère comme combattant pour le bonheur et le bien être des gens. Je suis de groupe sanguin B+, comme seulement 9% de la population mondiale. Mais même si mon sang est très rare et qu'il pourrait aider de nombreuses personnes, je me vois refuser ce qui est l'un des gestes les plus précieux pour moi : en faire don. 

Pourquoi ? Parce que je suis gay ! Gay donc drogué, malade ou contagieux ? NON ! Mais c'est ce que notre règlementation nous dit ! En effet,aujourd'hui, il est interdit aux "hommes ayant eu ou ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, quelle que soit l'ancienneté du rapport" de donner leur sang. Je ne peux donc pas contribuer pour toutes ces personnes qui auraient besoin de sang comme j'en vois dans mon métier, dans ma vie. J'ai soigné des personnes souffrant de plaies complexes ou qui ont été amputées par exemple qui ont toujours besoin de transfusions sanguines... mais je n'ai pu les aider. 

Donner son sang est un devoir de citoyen, sauf qu'aujourd'hui, en France, être simplement homosexuel vous l'interdit, au même titre que les personnes toxicomanes ou atteintes du VIH/Hépatites, etc... 

Ce jeudi 17 juillet, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne a déclaré que l’homosexualité ne justifiait pas cette interdiction : "En excluant définitivement chaque homme qui a eu, ou a des rapports sexuels avec un autre homme du don du sang, la législation française provoque une évidente discrimination indirecte basée sur le genre (hommes) et l’orientation sexuelle (homosexualité et bisexualité)". Il est donc grand temps que notre gouvernement se décide à stopper cette discrimination absurde. 

Au delà de la discrimination, c'est une nécessité de santé publique ! Alors que de nombreuses campagnes sont menées chaque année pour récolter ce sang qui fait défaut à tant de malades, sans cette interdiction il y aurait des centaines de milliers de don en plus ! Homosexuel ou non, vous aussi ou vos proches risquez de vous retrouver dans le besoin de sang un jour. 

J'ai décidé de me battre pour cette cause et j'espère que vous tous allez m'aider à faire entendre ce message à notre Ministre de la Santé. 

Ce n'est, malheureusement, qu'une petite partie des inégalités des droits entre personnes/genres/sexe/origines mais il faut se battre pour chaque causes importante.

Signez ma pétition ! Faites bouger les choses, aidez à la vie, aidez au bon sens et restez solidaires. »

 

C’est à la fois une bataille démocratique, contre toute discrimination qui est menée dans le cadre de cette pétition mais aussi un combat de santé publique.

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 08:04

Voici une enquête effectuée dans les 4 moyennes surfaces de Vaux et de la périphérie  (Franprix).

Nous avons pris en référence 14 produits différents, donc le même panier que celui utilisé par d'autres associations familiales du CNAFAL.

A chaque fois nous avons choisi dans chaque magasin le plus petit prix

 

7683677-bouteille-d-39-eau

 

Nous aurions pu y intégrer les bouteilles d'eau. Beaucoup de familles en achètent et les prix pratiqués diffèrent.

 

Le panier type comporte 14 produits différents
             
    Carrefour             Market Franprix Inter Marché Diagonal  
Pur jus orange 1 litre 0,94 € 2,31 € 1,75 € 2,40 €  
spaghettis 1 kg 0,38 € 1,05 € 0,71 € 0,99 €  
Céréales Chocolatées 500 g 2,11 € 2,58 € 1,14 € 1,77 €  
Thon au naturel 140 g net égoutté 1,29 € 2,00 € 0,99 €    
 
Farine type 55 1 kg 0,45 € 0,59 € 0,45 € 0,53 €  
Chocolat lait noisettes 200g net égoutté   1,99 € 1,32 € 1,33 €  
Tomates Pelées 480g net égoutté 0,67 €   0,66 € 0,99 €  
 
Café soluble 200 g 2,06 € 2,86 € 2,29 € 2,73 €  
Café moulu arabica 250 g 1,33 € 2,05 € 0,73 € 2,73 €  
Sucre blanc morceaux 1 kg 1,02 € 2,04 € 0,99 € 1,29 €  
Huile Tournesol 1 litre 1,39 € 1,55 € 1,35 € 1,83 €  
Lessive liquide 3 litres 5,67 € 3,59 € 6,21 € 5,64 €  
shampoing 500 ml 0,81 € 1,55 € 0,40 € 1,24 €  
Gel douche 500 ml 0,54 € 5,99 € 0,35 €

1,52 €

 

 

 

Nous reprendrons ce travail à la rentrée en prenant en compte vos remarques.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 08:33

Familles Laiques shared Rémy Baff's video: Elle fait pleurer tout un pays avec sa voix!

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 08:16
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 07:34
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 06:53

cnafal

 

Le 30 juillet 2014

Communiqué de presse 

JEAN JAURES : UNE PENSEE EN ACTES 

 

 

Au centième anniversaire de son assassinat, ils sont nombreux à vouloir s’accaparer la «Mémoire » de Jaurès 

comme si cette captation représentait pour les uns un brevet de positionnement à gauche et pour les autres un brevet d’humanisme.

Le fil conducteur de sa pensée et de sa trajectoire c’est comprendre la réalité, se confronter à elle pour la transformer. Ses racines paysannes dans le Tarn et ensuite ses études supérieures de philosophie sur « la réalité sensible » expliquent cette facilité à saisir les lignes de force du réel, sa capacité à s’indigner et à se battre pour l’amélioration de la condition humaine.

Il a onze ans et demi lorsque la Commune se fait écraser dans le sang et il connaît le prix des révoltes ouvrières : il s’en souviendra en soutenant la grève des mineurs de Carmaux, les grévistes de Draveil, de fourmies, mais aussi en soutenant les grèves aux quatre coins de France pendant vingt ans avec pour objectif : conforter la résistance ouvrière pour renforcer ses organisations et gagner des droits nouveaux ; être un témoin de la rude condition ouvrière et paysanne et c’est pour cela qu’il se fait journaliste ; être un médiateur politique car les gouvernements bourgeois sont prompts à faire donner la troupe… De 1871 à 1900, c’est une grave crise économique qui frappe la France avec son cortège de misère, de précarité avec en même temps une accélération de l’industrialisation.

Pour Jaurès, son mandat de député est une caisse de résonance pour les luttes ouvrières et les idées socialistes. Ce n’est pas une fin en soi et donc il prend tous les risques pour pousser dans le sens de l’émancipation humaine.Il ne supporte pas la lâcheté et le renoncement des « bien pensants » même lorsqu’ils se prétendent progressistes. C’est un défenseur de la République sociale, et il tire ses ressources de la Révolution Française dont il écrit l’histoire car, en cette fin du XIXème siècle, il sait la République précaire. Il comprend très vite que, derrière l’affaire Dreyfus, c’est la République qui est menacée et que la République est toujours à consolider. Il se réfère à la Philosophie des Lumières et combat Barrès, chantre du nationalisme. Il mène la bataille des idées sans faiblesse. Ouvrir les yeux, faire appel à la raison, jeter le germe de l’esprit critique, enseigner tout court pour enseigner la République à tous : d’où le combat de l’école républicaine, la laïcité.

Lorsque, inlassablement, il cherche à unifier les différentes familles socialistes, c’est toujours parce qu’il se veut pédagogue de la vie politique et sociale et qu’il ne supporte pas, dans un contexte de scandales financiers et autres, les « démagogues viveurs, effrontés et césariens » qui enterrent et altèrent, par leur dévoiement et leurs actes, la République. C’est pourquoi il irrite car il agit toujours en homme libre, en ayant pour seule boussole le progrès humain dans toutes ses dimensions.

Pacifiste dans l’âme, il ne récuse pas la nécessité pour la République de se protéger mais, c’est au sens des soldats de l’an II, de la Nation en armes.

En juillet 1914, il pressent que ce sont les peuples qui vont être saignés mais, en même temps, il désigne à l’avance les responsables de ce futur carnage.

« Nous allons vous dénoncer » dit-il à Abel Ferry (sous-secrétaire d’Etat), « dussions-nous être fusillés… ». 

Quelques heures plus tard, il est assassiné.


Jean-Marie Bonnemayre 

Président 

06 87 37 16 64 

Jean-François CHALOT

Secrétaire Général

07 89 05 54 64

 

 

Le CNAFAL est agréé, organisation nationale de consommateurs depuis 30 ans. Il siège au Conseil National de la Consommation. Il est attaché à une approche sociale et citoyenne de la défense de consommateurs sans ignorer l’économie et l’exploitation de l’homme par l’homme. Son originalité est d’être non-consumériste. Il est membre de 

CONSO-FRANCE.CONTACT : CNAFAL - Conseil National des Associations Familiales Laïques – 108 avenue Ledru Rollin – 75011 Paris

 Tél. : 01.47.00.02.40 – Fax : 01.47.00.01.86 - Site : www.cnafal.org - Messagerie : cnafal@cnafal.net

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 08:53

article-FL108-DTNF-1.jpg

Le réalisateur français Nils Tavernier, auteur du film « De toutes nos forces » qui aborde le thème du handicap chez l’enfant, a accordé un entretien exclusif à « Familles Laïques ».

Un thème difficile mais fédérateur. Avec De toutes nos forces, sorti en salle le 26 mars 2014, Nils Tavernier s’attaquait à un sujet fort : le handicap chez un enfant et son impact sur la cellule familiale. Entouré par Jacques Gamblin et Alexandra Lamy, le fils de Bertrand Tavernier livre un film juste et émouvant.

Familles Laïques : Votre film  De toutes nos forces  a ému les familles qui l’ont vu. Les retours sont tous extrêmement positifs. Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Nils Tavernier : Non, je ne m’attendais pas au succès. On va faire 700 000 spectateurs, effectivement le taux de satisfaction est énorme … Je suis ravi.

Le premier objectif était que les familles qui ont un enfant différent s’y retrouvent, ce qui était le cas le plus souvent. Mais je ne voulais pas faire un film seulement pour les parents d’enfant handicapé. Je voulais élargir le propos et là, clairement, au vu des résultats, c’est le cas. Donc nous avons touché une population de personnes non victimes de la maladie ou du handicap. Elargir le propos, c’était le vrai enjeu. Mais réussir à rassembler autant de spectateurs ? Non, je ne pensais pas. Rien qu’avec 400 000 entrées j’aurais été déjà très content. Alors là… c’est une très belle aventure.

Comment vous est venue l’idée de faire ce film ?

J’avais passé deux ans à l’hôpital Necker à Paris en neurologie car j’avais un ami victime d’une infirmité motrice cérébrale, donc je connaissais le handicap. J’étais tombé sur la famille Holt aux Etats Unis quand le gamin avait demandé à son père de participer à un « Ironman» (compétition sportive très exigeante). Des enfants à l’hôpital m’avaient emmené les voir faire du sport avec plaisir.

En vérité on ne sait pas très bien pourquoi on fait les films, on ne le sait qu’après. Mais, une chose est sûre, on fait des films pour dire aux grandes personnes de s’occuper des enfants.

La force et la détermination du jeune Fabien, victime d’un handicap, ont étonné certains spectateurs qui ont estimé que vous avez forcé le trait…

C’est faux. Déjà dans la réalité, je m’inspire d’un fait réel, un gamin qui a demandé de faire un «  Ironman » avec son père. Des enfants qui veulent faire du sport avec leur père, c’est fréquent. Ceux qui doutent de ce genre de courage peuvent aller voir les associations. Les jeunes demandent à faire des choses exceptionnelles. Je ne comprends pas pourquoi les gens pensent que c’est exagéré. Ils ne font pas confiance aux enfants, ce sont des personnes qui n’ont pas écouté les enfants. On réalise des films pour combattre ce genre de point de vue. Aller voir l’association Perce-neige et voyez ce que les enfants demandent aux éducateurs, ils souhaitent faire des choses folles ! Pourquoi un enfant n’aurait pas envie de faire des choses incroyables ? Mais il y a aussi des familles qui ne se sentent pas représentées par le film car leur enfant n’est pas touché par la même pathologie et que le papa ou l’enfant n’ont pas la même énergie. Par exemple, dans le film, Fabien n’a pas de problèmes psychologiques, ou très peu. Un enfant qui a des problèmes de relation, ce sera plus difficile d’en faire un joli film.

A Vaux-le-Pénil, nous avons un jeune homme de 18 ans qui a des problèmes de motricité des mains, il nous a fait un montage audiovisuel formidable.

Vous connaissez des exemples, j’en connais 200, on en connaît tous !

Comment avez-vous choisi les personnages ? Et notamment celui de Julien ?

Nous avons sélectionné un peu moins de 200 établissements accueillant des enfants en situation de handicap et principalement, des enfants IMC (infirmes moteurs cérébraux), j’en ai vu beaucoup, je leur ai demandé de m’envoyer des bandes vidéo d’eux pour se présenter. Quand j’ai vu celle de Fabien, je me suis dit qu’il avait une bouille d’enfer et un super sourire. Je suis allé le voir, on a effectué des essais pendant trois semaines et je lui aiarticle FL108 DTNF 2 donné le rôle, mais il a travaillé pendant quatre mois avec un coach.  Jacques Gamblin, que je connaissais bien, est un acteur formidable. Il est toujours bon, il est sportif, il peut faire passer l’émotion à travers son visage et son regard. C’est un acteur qui a besoin de très peu de texte pour faire passer les émotions. Alexandra Lamy, je ne la connaissais pas, je lui ai raconté l’histoire deux fois pour découvrir la qualité d’écoute que je voulais ressentir chez elle et ...elle est formidable !

Dernière question, quel regard avez-vous sur l’accueil des handicapés dans la société française ?

Je pense qu’il part dans le bon sens mais qu’il y a beaucoup de progrès à réaliser pour surmonter la peur due à l’ignorance. Les jeunes adultes ont un mal fou à trouver des places dans les institutions, c’est un vrai problème pour les parents. Le soin de l’enfant handicapé à l’hôpital est parfois mal abordé et les médecins ne savent pas toujours quoi faire. Ils sont très paniqués, mais cependant cela va dans la bonne direction. Je ne suis pas un spécialiste du handicap, mais voilà déjà quelques années que je fréquente le milieu hospitalier et j’ai le sentiment que ça évolue bien. Pas assez vite, mais quand même dans le bon sens.

Propos recueillis par Jean-François Chalot

 

Familles Laïques n°108 – Avril, mai, juin 2014.

Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 12 novembre 2021

 Vendredi 10 decembre 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France