Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 07:30

LE DIMANCHE 12 OCTOBRE 2014

TOUTES ET TOUS A LA FERME DES JEUX DE VAUX LE PENIL

 

Pour la cinquième année consécutive, l'Association la Ferme des Jeux, la ville de Vaux le Pénil et ses services et Familles laïques organisent une journée de rencontres et de débats avec des écrivains et des éditeurs.

Nous donnons la parole à ces éditeurs qui n'ont pas droit aux têtes de gondoles mais qui éditent des livres de qualité.

Nous donnons la parole aux écrivaines et écrivains qui dans des registres différents ont sorti un livre qui mérite le détour.

UNE AUTEURE, UN LIVRE

 

FONTREL

 

Certains cherchent à gagner un maximum d’argent en prenant un minimum de risques.

Ils tiennent le haut du pavé et le devant des gondoles.

D’autres, amoureux du livre recherchent de nouveaux talents….Ils ont du mal parfois à joindre les deux bouts mais tant pis ils persévèrent.

Sokrys est un de ces éditeurs « militants », il prend des risques et aident les écrivains qui se lancent.

Prem’edit77 est une maison d’édition de la nouvelle génération. Elle publie de nouvelles plumes Seine et Marnaises.

J’ai lu et aimé 27, premier roman de Corine Fontrel.

« 27 »

Roman de Corine FONTREL

97 pages

Avril 2014

C’est un curieux titre : 27 ?

 

Vous allez vite comprendre le pourquoi de ce choix.

Ce sont des gens ordinaires que l’on rencontre dans un bureau où des employés et des cadres « vivent », travaillent et se lient très peu.

Que cache cette monotonie ? : des petits riens : Peut-être…. Allez savoir

Au premier chapitre le lecteur rencontre tous les personnages, puis il rentre dans l’intimité et la vie sociale de chacun d’entre eux.

L’un cherche désespérément l’âme sœur. Il se marie et tout se détériore avec la « folie » de sa femme.

Un autre trouve l’amour au cours d’une histoire qui aurait pu être tragique.

Les échanges épistolaires facilitent le rêve mais quand la femme rencontre pour la première fois celui qui l’a charmée, elle tombe sur un homme au « ventre proéminent, signe infaillible de la perte des illusions après cinquante ans » voilà pour le physique…. L’ennui du premier rendez-vous lui donne l’envie de rentrer très vite et seule.

Pour Isabelle Ambert qui est l’acteur principal de ce livre, un drame va mettre fin à ses derniers rêves.

 Il n’y a plus d’avenir.

C’est du moins ce qu’elle pense : quand on perd son fils unique dans des circonstances tragiques, il n’y a plus rien….

La vie peut vous jouer des tours.

Ce roman court et bien construit ne vous laissera pas indifférent, loin de là.

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 09:37

LE TIMBRE POSTE  timbre-marianne-rouge.jpgA 1 EURO

 

Les dirigeants de la poste ont fait un rêve qui deviendrait le cauchemar de beaucoup de  personnes qui utilisent le courrier traditionnel : Le timbre poste rouge passe à 1 €, acheminement "rapide", aurtrefois tarif "normal"soit J+1  .

En conséquence plus personne ou presque plus personne ne le demande et chacun se rabat sur le timbre vert moins cher et surtout accessible. Timbre vert qui n'a pas de VERT ECOLO que le nom puisque LA POSTE a renoncer aux fameux trains postaux qui polluent mois que les camions, et l'argument écologique est bel et bien fallacieux.

 

Ce n’est d’ailleurs pas difficile.

Déjà les distributeurs en service ne délivrent que du vert et pour le rouge il n’y a plus qu’à faire la queue.

 

Ce n’est qu’un rêve direz- vous !?

Malheureusement la réalité risque de rattraper la fiction .

L’ARCEP ( l’Agence de régulation postale) a accepté que la poste puisse augmenter son timbre 3,5% de plus que l’inflation.

Les lettres et colis postaux vont voir leurs tarifs postaux augmenter de 5,2% par an et comme cette fameuse « indépendante » ARCEP autorise la poste à utiliser la moitié de l’augmentation prévue sur quatre ans, le timbre peut augmenter de 9% le 1er janvier 2015.

Pour parfaire son projet de rentabilisation la Poste va élargir l’écart entre le prix du timbre rouge et celui du timbre vert.

La baisse importante prévisible du nombre de courriers à J+1 va permettre de réduire les effectifs de nuit des centres de tri.

En effet l’acheminement à petite vitesse (J+2) ne nécessitera plus un service de nuit.

Voici là des économies substantielles.

Les effectifs déjà réduits d’un quart de 2002 à 2013 vont ainsi fondre et augmenter la productivité . L'embauche d'intérimaires devient la règle donc précarité pour ces personnels.

 

Les actionnaires privés attirés par la manne vont pouvoir se précipiter.

C’est la fin programmée du service public de LA POSTE, qui ne s'engage qu'au maintien de la présence postale, en particulier en secteur rural ou dans les quartiers périphériques des villes. Ce maintien se traduit par la création de « points poste » chez des commerçants ou des « agences communales » donc en grande partie à la charge des municipalités donc des contribuables qui au final paient deux fois le « service ».

Usagers de la Poste , rassurez vous ! L’ex service public a affiché en 2013 un bénéfice net en progression de 31 %

Tout va bien pour les actionnaires de cette société anonyme assurant encore un service public.

Le personnel va en subir les conséquences et tant pis pour celles et ceux qui n’ont que LA POSTE leur permettant de communiquer !

 

La résistance est encore possible et nécessaire contre cette casse. Par exemple, refusez d'utiliser les bornes automatiques, privilégiez les agents aux guichets.

Rien ne justifie une augmentation des tarifs postaux, si ce n'est dans l'intérêt des actionnaires !

 

Jean-François Chalot et Patrice Thèveny

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 05:51

RENTR2E.jpg

 

Les familles font leurs comptes et beaucoup trouvent que la note de la rentrée scolaire est salée.

Beaucoup de familles aux revenus modestes ne touchent pas l’Allocation de Rentrée scolaire et voient leur budget plus qu’amputé par les hausses des prix constatées.

L’association Familles de France a annoncé une hausse de 2,17% par rapport à l’an dernier.

La CSF effectue  les mêmes remarques et précise :

 « si on regarde le coût de la rentrée pour un élève de CP ou de CM2, le montant de l'ARS qui leur est consacrée n'est pas suffisant pour faire face à d'autres dépenses comme les cantines, transports, assurances ou photos de classe »

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) rajoute :

«  Le principal dispositif, l’allocation de rentrée scolaire qui n’est versée que sous conditions de ressources (3 millions de familles) n’augmentera cette année que de 0.7%  comparé à une hausse de 1,2% à la rentrée 2013 et à une revalorisation exceptionnelle de 25% en 2012.

Le CNAFAL considère que l’ARS doit prendre en compte, par une augmentation significative, les filières techniques et technologiques, où les coûts de fourniture peuvent parfois dépasser les 1000 euros par enfant. »

Du côté des Municipalités les calculs sont vite faits : avec la baisse substantielle de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) versée par l’Etat, il faut faire des économies….

Certaines envisagent sérieusement de baisser les sommes allouées au fonctionnement des classes.

Comme de toutes- façons, le niveau de subventionnement est laissé à la libre appréciation des communes, tout est possible.

Les familles paieront.

Il paraît que l’école est gratuite depuis Jules Ferry !?

C’est encore là une légende.

La liste des fournitures demandée aux élèves continue à s’allonger et c’est aux parents de trouver le moins cher mais surtout le produit exigé : dimension, petits ou grands carreaux…. Etc.

Quant aux étudiants, c’est la galère pour ceux issus de milieux populaires, il leur faut suivre des études et trouver un emploi pour pouvoir continuer leurs études.

A quand le revenu d’autonomie comme le réclament de nombreuses associations dont le CNAFAL

http://www.cnafal.org/un-cout-de-la-rentree-scolaire-pour-les-familles-encore-en-hausse-malgre-les-apparences/

 

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 06:20

JPA.jpg

43% des familles ne sont pas parties en vacances en 2013 … Les chiffres de 2014 ne seront pas encourageants.

La situation s’est améliorée au début des années 80 pour se dégrader au milieu des années 90 jusqu’à maintenant.

Les inégalités sociales face au départ en vacances sont importantes puisque cette année 70% des cadres supérieurs partent en vacances contre 40% des ouvriers.

Dans les quartiers populaires, de nombreuses familles ne partent pas du tout en vacances.

Depuis des dizaines d’années des municipalités organisent des vacances collectives pour les enfants de leur commune en prenant en charge une grande partie des dépenses.

C’est la solidarité conjuguée au présent.

Parfois ce sont des séjours de vacances de huit à 15 jours ( la durée a diminué , on n’est plus au niveau des années 70 quand les séjours étaient mensuels), parfois ce sont des mini séjours de 5 jours, 4 nuits…..

Beaucoup de villes, pour des raisons économiques ont révisé à la baisse leurs dépenses collectives vacances.

Certaines ont vendu les centres qu’elles possédaient à la montagne ou à la mer, préférant s’en remettre à des prestataires extérieurs.

Les gains de productivité comptable sont réels, par contre la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Alors qu’il y a 20 ans ou plus, les Municipalités qui ne géraient pas leurs propres centres, signaient un projet de partenariat éducatif avec un grand mouvement d’éducation populaire comme la Ligue de l’Enseignement, les Pupilles de l’Enseignement Public, les Eclaireuses et Eclaireurs de France ou l’AROEVEN, aujourd’hui elles font appel au moins cher disant.

Evidemment certaines continuent à chercher la qualité et travaillent avec des grandes fédérations.

Le gouvernement a pris en 2014 deux décisions lourdes de conséquences :

La réduction drastique des subventions publiques apportées aux associations enfance-jeunesse ;

La diminution importante de la dotation globale de fonctionnement versée aux communes.

Les associations sont contraintes de réduire leur voilure, certaines comme la Jeunesse au Plein Air risquent de ne plus pouvoir remplir leur mission.

La JPA, fondée en 1938 poursuit plusieurs objectifs :

Favoriser le départ en centres de vacances.
Développer et moderniser les centres de vacances.
Fournir la documentation nécessaire aux organisateurs de centres de vacances.
Sauvegarder le principe de laïcité

Les collectivités territoriales vont pour la plupart comprimer leurs budgets enfance-jeunesse et sociaux.

La CNAF ( Caisse Nationale des Allocations Familiales) continue à assurer une aide au départ en vacances des familles, c’est une réalité positive mais là aussi des menaces s’amoncèlent :

La participation des CAF aux coûts de l’aménagement des rythmes scolaires, déjà important va connaître une hausse.

Cette participation financière sera autant de moins pour les autres postes budgétaires.

Voici un tableau noir de la situation. Malheureusement rien n’est exagéré.

Enseignants ! quand dans quelques jours vous allez vous retrouver devant une ou plusieurs classes, vous aurez en face de vous beaucoup d’enfants ou d’adolescents qui n’auront eu comme horizon pendant les vacances d’été que les murs de béton de leurs cités !

Pensez-y !

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 06:17

Le CNAFAL vient de publier un communiqué sur le coût de la rentrée scoalire qui augmente encore cette année.

Il met également en évidence les difficultés que cela entraîne et notament pour les étudiants.

Vous pouvez retrouver l'intégralité du communiqué à cette adresse :

http://www.cnafal.org/un-cout-de-la-rentree-scolaire-pour-les-familles-encore-en-hausse-malgre-les-apparences/

 

6246592-5-millions-d-enfants-beneficient-de-l-allocation-de.jpg

Partager cet article
Repost0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 08:43

 

Suite du compte rendu du stage organisé par Choeur 77

La ph2014-08-05-10.20.41.jpgotographie jointe représente la répétition du grand chouer

 

Tous les ans depuis 1990, Chœur 77, regroupement de cinq chorales de la Région Melunaise organise un stage de chants dans une ville différente.

Pendant une semaine entière, les cinq chorales,Syrinx de Melun, Chanterelle de Vaux le Pénil, Arpège de Maincy, l’Ancoeur de Blandy les Tours et le Conservatoire Couperin de Chaumes en Brie ne font qu’une.

Cette chorale éphémère dure une semaine…

Ephémère mais régulière ….Beaucoup de choristes ne manqueraient pas ce rendez – vous annuel….C’est un moment convivial et de co-construction d’un projet.

En cinq matinées les choristes préparent un concert public offert à la population locale….Il faut faire vite mais bien.

Le bénévolat musical tourne à plein régime : les six chefs de chœur ne reçoivent aucune rémunération de quelque sorte que ce soit

Pierre Adam, Jean-Philippe Hanneton, Géraldine Escande et Adrien Heath  veillent à ce que les chants soient très bien interprétés et que chaque choriste trouve sa place.

 Colette Hanneton anime un atelier « chants » avec les tout petits et les 8-11ans, les pré-adolescents, confiés à Valentin Adam et à Jessica Laurès peaufinent deux chants magnifiques mais difficiles d’interprétation.

L’apprentissage pour les enfants et les ados s’inscrit dans un projet d’animation récréatif, le chant n’étant qu’une composante importante d’un ensemble récréatif et éducatif.

Les générations ne se succèdent pas, elles sont toutes là, ensemble, animées par la même soif de chanter….

L’un des chefs de chœur a commencé en 1990 comme enfant, aujourd’hui il mène de main de maître la chorale des adolescents..

Pendant toute une semaine, un projet musical commun est construit avec les chefs de chœur qui proposent un répertoire varié….

Cette année 2014 le sillon est tracé à Cappelle la Grande, ville de 8600 habitants dans le département du Nord…Il a été largement alimenté et enrichi par les choristes de la ville d’accueil qui ont participé au stage.

Chœur 77 et la chorale de Cappelle la Grande n’ont fait qu’un

Cappelle la Grande 2014  est une grande Cuvée avec un accueil chaleureux de la  la Ville et de ses habitants, la mise à disposition gracieuse par la Municipalité d’équipements spacieux et bien aménagés, et cerise sur le gâteau un accompagnement culturel de la Région.

A Cappelle la Grande, le vendredi 8 août plusieurs centaines de spectateurs ont assisté au concert public, point d’orgue de cette semaine musicale avec au programme  de la musique contemporaine, des chansons, du chant  sacré et de la musique de la  renaissance…

En ce 100 ème anniversaire du déclenchement de la grande guerre, pour exprimer leur soif de paix et de fraternité, les 200 choristes, adultes et enfants ont interprété le canon de la paix de Romain Rolland comme chant final.

VIVEMENT L’AN PROCHAIN

Depuis 2012 où le stage a eu lieu à Missillac, des choristes de cette ville participent au stage annuel de Chœur 77, l’année prochaine ce sont des choristes de Cappelle la Grande qui pourront faire de même.

La musique et le chant n’ont pas de frontières…..

Partager cet article
Repost0
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 08:35

 LA-POINTE.jpg

« La pointe du bec »

Mamou Roche tome III

Roman de Sophie Massonnaud-Herbouiller

Editions  cdanslapoche

309 pages

Mai 2014

                                      Haine, jalousie…..

Quelques- uns des personnages de ce roman sont sympathiques et positifs mais ils sont vraiment peu nombreux dans cette famille où les rivalités et les ambitions constituent le ciment qui les relient.

L’auteure a changé de style….Les dialogues  et les réflexions des uns et des autres ressemblent à des scripts d’un film.

Ludivine et sa mère, hier liées pour le malheur des autres sont depuis quelques temps en concurrence ….C’est sans pitié.

Le langage de ces « gens- là » est peu châtié, Ludivine utilisant le plus souvent le verlan. On ne fait pas jeune, on se montre telle qu’on est.

C’est une saga familiale qui se poursuit avec une description assez réaliste de la petite bourgeoisie et quelques accélérations à la fin du livre pour nous donner envie d’acheter le tome IV qui met fin à cette série.

Chapeau l’auteure !

Ce sont les femmes, qu’elles soient négatives ou positives comme Tania qui ont une réelle envergure, les hommes semblent toujours bien pales et fort hésitants.

Les services de l’aide à l’enfance pourraient, à juste titre se préoccuper de l’avenir des petites et jeunes filles de la famille, certaines étant plus en danger que des enfants de familles populaires.

C’est un livre de vacances qui est là pour détendre le lecteur, il y réussit bien.

Vous aimerez ce livre récréatif et si vous passez dans les quartiers résidentiels de La Baule vous ne pourrez pas vous astreinte de sourire en pensant à tous les secrets et querelles que cachent ces murs.

Jean-François Chalot

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 09:39

En cette période estivale certains préfèreraient se reposer au soleil. Pourtant comme l’année dernière le personnel de Familles Laïques a profité de cette période calme pour donner un petit coup de jeune à la salle d’accompagnement à la scolarité.

Les murs ont donc été repeints ce qui permettra de reprendre les permanences, à la rentrée, dans les meilleures conditions.

Nous remercions chaleureusement les bénévoles qui sont venus nous aider lors de ces travaux.

Nous vous donnons rendez-vous dès la rentrée pour la reprise des activités et à très bientôt pour de nouveaux projets au sein de Familles Laïques.

 

Bonne vacances à tous.

 

Locaux-4029.JPGLocaux 4027

Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 07:51

Durant la première semaine d’août 2014, 200 choristes appartenant à chœur 77, regroupement de 5 chorales locales ont participé à un stage musical à Cappelle la Grande  dans le département du Nord.

 Chanterelle de Vaux le Pénil est l'une de ces chorales

De nombreux bénévoles et adhérents de notre association, choristes étaient présents.

 

( le texte suivant est illustré par les photographie de Jean Pierre Maillot, qu’il en soit remercié)

 

 canon-de-la-paix.JPG

LE CANON DE LA PAIX

 

Le stage de chorale, réunissant chœur 77 et la chorale de Cappelle la Grande a eu comme point d’orgue : un concert interprété par plus de 200 choristes dans le palais des arts.

Ce sillon musical laissera des traces : les chanteurs seine et marnais envisagent dès maintenant un nouveau séjour musical dans cette ville où ils se sont sentis bien et des spectateurs ont exprimé au moment du pot amical l’envie de chanter à leur tour.

Nous étions près de 500 dans cette salle, ce qui est un record un mois d’août pour ce type d’événement.

En ce centième anniversaire du déclenchement de la grande guerre, l’interprétation par les tous les choristes âgés de 4 ans à 90 ans du canon de la paix de Romain Rolland a été un moment particulièrement émouvant.

C’était à la fois un hommage à la Région du Nord et du Pas de Calais qui a tant souffert durant les deux guerres mondiales et une aspiration commune des chanteurs et des spectateurs pour un monde sans guerre.

Une utopie peut être mais aussi une nécessité à construire.

 

Après les remerciements exprimés par la Municipalité et la chorale plus de 300 personnes sont restées pour discuter et échanger devant un buffet campagnard offert par les choristes et arrosé par la Ville.

discours-du-maire.JPG

Partager cet article
Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 08:52

 

PLACE AU DEBAT

 

images


 

Voici un texte soumis au débat.

Nous en remercions son auteur Monsieur Albert Ricchi qui nous a permis de reproduire son article

 

 Le « modèle social » français est souvent présenté par la presse et les médias en général comme très généreux mais lorsqu’on y regarde de plus près, le système est souvent limité et injuste.  

C’est le cas notamment des allocations familiales qui ne sont pas versées à toutes les familles et qui sont grignotées chaque année par l’inflation quand leur montant n’est pas purement et simplement gelé par le gouvernement… 

Les prestations familiales sont destinées à compenser les charges de famille des personnes physiques françaises ou étrangères, résidant en France et représentent aujourd’hui, en masse financière, environ 15,6 milliards d'euros (chiffres 2012). Parmi ces prestations familiales, les allocations familiales arrivent en tête pour 12,5 milliards d'euros et sont versées par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) à près de 5 millions de foyers.

Toutes les familles n’en bénéficient pas 

Les allocations familiales* restent attribuées qu’à partir du deuxième enfant depuis que le décret-loi du 29 juillet 1939 a supprimé l’allocation au premier enfant au profit d’une prime à la première naissance.

La France reste ainsi avec cette vieille idée, non vérifiée sociologiquement à ce jour, qui consiste à favoriser les naissances en ne donnant pas d’allocations aux familles dès le premier enfant. Tout se passe comme si les frais occasionnés par un premier enfant étaient négligeables alors que cela coûte aussi cher, sinon plus proportionnellement, que de deux enfants et plus ! 

Conséquence : les couples venant de débuter dans la vie ou en difficulté financière dont l’un des conjoints est au chômage ou en temps partiel subi, les personnes seules, divorcées ou veuves ayant un seul enfant à charge, subissent de plein fouet cette injustice sociale.

Cela est d’autant plus inacceptable qu’on compte aujourd’hui 8,8 millions de personnes pauvres au sens des critères retenus par l’union européenne (60% du revenu médian), qui vivent avec moins de 977 € mensuels. Sans compter les 2,6 millions de salariés payés au SMIC (1133 € nets mensuels sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires au 1er janvier 2014). 

Autre incohérence notable, si les allocations familiales sont attribuées à partir du deuxième enfant en métropole, elles sont versées dès le premier enfant dans les DOM, comme s’il y avait un principe à géométrie variable et deux catégories de Français !

Elles sont versées sans aucune condition de ressources 

Le versement des allocations n'étant pas soumis à condition de ressources, les familles modestes, avec deux enfants à charge au moins, perçoivent exactement les mêmes montants que les familles aisées vivant très confortablement (cadres supérieurs, professions libérales) ou les 2 millions de millionnaires en euros que compte la France et qui n’en ont pas véritablement besoin.

Au nom d’une apparente égalité de traitement des familles, les notions de solidarité ou d’aide sociale sont ainsi bafouées en permanence et ce « principe d’égalité » creuse en fait, chaque jour, un peu plus les inégalités sociales. 

Lionel Jospin, ancien 1er Ministre, avait tenté de faire une réforme mais en fixant maladroitement un plafond de ressources couperet trop bas, au-delà duquel les familles n’y avaient plus droit. A cause de cet effet de seuil, cette réforme déclencha à juste titre la réprobation de nombreuses familles.

Plus subtilement, en son temps, Alain Juppé avait proposé de continuer à les verser à toutes les familles avec l’obligation de les intégrer dans la déclaration annuelle de l’impôt sur le revenu mais ce projet de fiscalisation n'a jamais vu le jour.

La solution la plus juste consisterait sans doute à établir une grille d’allocations d'un montant différencié en fonction des revenus, de ne plus les attribuer au-delà d'un certain plafond de revenu jugé excessif (par exemple 20 fois le SMIC mensuel) et de les verser aux familles dès le premier enfant.

Leur montant est réduit chaque année

Le montant des allocations est fixé au 1er avril de chaque année en fonction d’un certain pourcentage de la base mensuelle de calcul des allocations familiales (BMAF). C'est ainsi que l'allocation pour 2 enfants est égale à 32% de la BMAF, pour 3 enfants à 73%, pour 4 enfants à 114% et ce pour l’ensemble des différentes prestations familiales. Cette BMAF devrait être revalorisée chaque année en fonction du taux d’inflation mais en réalité il n’en est rien.

Sous le gouvernement de François Fillon par exemple, le montant de la BMAF était de 395,04 € en 2011. Elle est passée à 399 € au 1er avril 2012, soit une augmentation de 1 % alors que le taux d'inflation était de 2,1% pour l’année 2011, ce qui correspond à une baisse du montant des allocations de 1,1% !

Sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault,  le montant de la BMAF de 399 € en 2012 est passé à 403,79 € au 1er avril 2013, soit une augmentation de 1,01 % alors que le taux d'inflation était de 2 % pour l’année 2012, ce qui correspond à une baisse du montant des allocations de 1 % !

Puis, cerise sur le gâteau, le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, a prévu carrément le gel de toutes les prestations sociales pendant au moins dix-huit mois. Les allocations familiales ainsi que les retraites, les aides à la garde d'enfant et au logement baisseront donc encore plus qu’avec la technique précédente d’indexation partielle par rapport à l’inflation !

De plus, comme il n’y a pas de petites économies, dit le proverbe, le législateur a eu la bonne idée de grignoter encore quelques euros sur le dos des allocataires grâce à une retenue de 0,50 % opéré au titre de la contribution au recouvrement de la dette sociale (CRDS)**. 

Aujourd’hui, si le gouvernement de Manuel Valls a décidé une désindexation complète des prestations sociales, c’est parce que c’est une mesure aussi discrète que massive. Elle permet de dégager immédiatement plusieurs milliards d’euros d’économies, sans déclencher de protestations massives. 

Une réforme des modalités d’attribution des allocations familiales devrait pourtant être mené prioritairement par un gouvernement de gauche mais celui-ci préfère rogner le pouvoir d’achat des Français qui les touchent, sans avoir besoin de s’attaquer à la réforme de la répartition de ces prestations. 

François Hollande, qui s’est encore félicité récemment devant la presse, d'être un réformiste notoire devrait se rappeler qu'il existe d’autres moyens plus efficaces et plus justes pour réduire les déficits publics comme la lutte contre la fraude fiscale qui coûte chaque année à la France entre 60 et 80 milliards d'euros ou la réduction drastique des niches fiscales qui vont coûter au pays en 2014 plus de 80 milliards d'euros..

* Montants des allocations familiales du 1er avril 2014 au 31 mars 2015 :
- Pour deux enfants : 129,99 €

- Pour trois enfants : 296, 53 €

- pour 4 enfants : 463,08 €

- par enfant supplémentaire : 166,55 €

 

**Montants nets réellement perçus par les allocataires, après déduction de la CRDS :

- pour 2 enfants : 129,35 €

- pour 3 enfants : 295,05 €

- pour 4 enfants : 460,77 €

- par enfant supplémentaire : 165,72 € 

 

Albert Ricchi

http://reformeraujourdhui.blogspot.fr/

Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 12 novembre 2021

 Vendredi 10 decembre 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France