Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:07

expmoulissimo.jpg

Le livre écrit par Antoine Blocier : Maelys et ceux des caravanes, accessible à un public de pré adolescents a beaucoup plu aux collégiens de Vaux le Pénil à qui notre association « Familles Laïques » a offert cet ouvrage.

L’écrivain y conte l’arrivée de familles roms et notamment d’une, très mal accueillie par des jeunes et leurs parents.

Peu à peu chez les parents et les collégiens, des distanciations de positions surgissent et tout bascule dans le bon sens quand les jeunes roms et les collégiens de cette petite ville se côtoient.

C’est l’ignorance et la persistance de bruits qui conduisent bien souvent au rejet de l’autre.

Alors qu’il existe une loi interdisant les expulsions locatives, des camps de roms sont ou vont être démantelés.

Cette loi n’est pas appliquée pour les roms et dans leur situation difficile.

C’est l’un des scandales actuels.

Voici un appel qui mérite, vu l’urgence d’être soutenu.

« 

Collectif Romeurope du Val Maubuée

 

Pendant la vague de froid, des maires et des préfets continuent de faire expulser des familles roms et de détruire leur habitat de fortune.

Alors que la situation des SDF occupe la Une des journaux dès que le thermomètre descend en-dessous de zéro et que le Premier ministre lui-même vient d'appeler à la solidarité et à la générosité pour les Sans-abri, faudra-t-il un mort de froid pour que les Roms, migrants européens en droit de vivre et travailler sur le sol français soient traités avec humanité ?

Dans le secteur du Val Maubuée en Seine-et-Marne, après Champs-sur-Marne à la mi-décembre, plusieurs évacuations auront lieu à Noisiel aux premiers jours de janvier, à la demande des maires de ces communes, Maud Tallet et Daniel Vachez. Des dizaines de familles, des nouveaux-nés, des enfants scolarisés, des personnes âgées, seront jetés à la rue et dans le froid. Leurs habitats seront détruits à la pelleteuse, sur des terrains excentrés et peu urbanisés où aucune gêne immédiate ni urgence ne peuvent être invoqués.
Une poignée de ces familles au mieux bénéficiera d'un hébergement social... inadapté et sans garantie de durée. La plupart se réinstallera un peu plus loin, à partir de rien. Il faudra plusieurs semaines pour réunir un matériel de vie de base et se chauffer correctement dans de nouvelles maisons improvisées. Une nouvelle expulsion restant immédiatement possible.

La trêve hivernale, qui suspend les mesures d'expulsion entre le 1er novembre et le 31 mars, est un droit humain fondamental que la loi ALUR du 24 mars 2014 prévoit d'étendre aux occupants de terrains. En attendant les décrets d'application de cette loi, nous demandons qu'aucun responsable politique français ne puisse ajouter la circonstance inhumaine de l'hiver à la violence des expulsions, dont la Commission européenne fait déjà largement reproche à la France.

N'ajoutons pas à la longue histoire de la discrimination des Roms.

Signez pour que Bianca, François, Noé, Esméralda, Raul, Daria, Flavius, Lionel - des enfants comme les nôtres - puissent rester au chaud dans leurs maisons avec leurs familles.

Collectif ROMEUROPE du Val Maubuée »

Si les Municipalités rencontrent des difficultés pour l’accueil des Roms, c’est au Préfet, avec les moyens dont il dispose et les moyens qu’il doit dégager, d’apporter l’aide nécessaire pour que cette population puisse résider dans les meilleures conditions possibles.

Il se doit, à la fois d’intervenir pour permettre un accueil solidaire et partagé et à la fois interdire l’expulsion de ces famille et leur trouver un hébergement social adapté, discuté avec les familles et pérenne.

 

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 13:56

provocation ou un avenir qu'on nous prépare ????

banc-payant.jpg

 

Le passage du témoin entre les deux années a été difficile pour beaucoup de familles.

Certaines ont réveillonné, d’autres pas.

L’inquiétude pour le présent et pour l’avenir est le lot quotidien pour beaucoup de familles, pour celles qui survivent difficilement sous le seuil de pauvreté et pour toutes celles qui sont touchées par le chômage ou menacées.

On entend ici et là, de la part de nos dirigeants des appels à la patience.

Bonne année à vous tous, oui ! C’est bien et fort sympathique de se la souhaiter mais nous savons tous qu’il y en a de plus égaux que d’autres et que cela continue.

La fin 2014 et le tout début 2015, c’est ce bébé de Lille qui est mort dans la rue et qui ne pouvait pas avec sa famille être hébergé car il n’y avait plus de place ( !)

Début 2015, c’est cet autre bébé roms mort qui n’a pas pu être inhumé dans la ville où il vivait….

La polémique a enflé, des personnes se sont émues et elles ont eu raison.

Aujourd’hui des femmes, des hommes et des enfants continuent de mourir dans la rue à cause du froid ou de carences liées à leur situation…

Le 115 est débordé, il n’arrive pas à faire face.

Pourquoi n’ouvre- t-on pas assez de places d’hébergement dans les locaux disponibles ?

A Melun, en face de l’hôpital, l’ancienne école normale d’instituteurs ne sert plus, elle est fermée.

Cet ensemble comprend des dortoirs, des salles, une cuisine et un grand réfectoire.

Là il serait possible de créer un centre d’hébergement.

UN SURSAUT D’HUMANITE EST NECESSAIRE.

Le designer allemand Fabian Brunsing, a créé  un concept « provocateur » qui risque de faire des émules.
« Pay & Sit Banc » est «  un banc avec des pointes en métal qui disparaissent que si l’on introduit une pièce de 50 centimes. Une minuterie vous alerte quand il est temps pour vous de vous lever avant de vous faire piquer les fesses. Brillant ! »

Tout ceci ne nous fait rire, d’autant plus que dans de nombreuses villes des bancs anti-sdf sont installés….

Tant d’inventivité utilisée contre les pauvres, contre ceux que la société devrait protéger.

Des arrêtés sont signés et publiés régulièrement par des maires pour faire partir les SDF des centres villes ou pour interdire la mendicité ….

Ces maires sont peu nombreux, heureusement et espérons que l’opprobre populaire et l’intervention des préfets empêcheront ces élus « républicains » de prendre de telles décisions.

L’année 2015 doit être la meilleure possible pour toutes les femmes, tous les hommes et enfants.

Un sursaut d’humanité est possible et indispensable.

Les politiques publiques et l’action des associations de bénévoles doivent permettre de développer la solidarité et de la rendre la plus efficace possible.

ENSEMBLE FAISONS QUE 2015 SOIT UNE BONNE ANNEE !

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 08:28

 

AFL.jpg

LA POURSUITE DES ACTIVITES REGULIERES ET DES IDEES…..

VIVE L’ANNEE 2015 : ANIMATIONS ACCESSIBLES A TOUS ET LA SOLIDARITE

Nous avons de nouveaux projets en 2015 : 

- l’ouverture de nouveaux ateliers comme ce cours hebdomadaire de néerlandais proposé par un bénévole, inscrivez-vous dès maintenant !

- une réflexion-action autour de l’utilisation de notre cuisine comme un mini  restaurant solidaire fonctionnant une fois par semaine….. première réunion le mardi 6 janvier à 10h00 avec des responsables du "Sentier" de Melun

D’autres idées vont émerger, elles émanent d’adhérents et rentrent dans les principes de l’association : accessibilité et gratuité.

LE COLLOQUE DU 28 NOVEMBRE SUR LE RESEAU DE SOLIDARITE DEBOUCHE SUR UNE VOLONTE D’AGIR EN COMMUN EXPRIMEE PAR DE NOMBREUSES ASSOCIATIONS, UNE PREMIERE REUNION OPERATIONNELLE AURA LIEU LUNDI 12 JANVIER 2015

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 10:14

andi-sdf-1.jpg

ANTI-SDF-2.jpg

 

 

Des enfants meurent dans la rue, ici, en France, faute de moyens d’hébergement.

Notre pays est l’un des plus riches du Monde, le nombre de grandes fortunes augmente à un rythme inégalé, on s’apprête dans les palais de la République à fêter le nouvel an et à se congratuler entre personnes de bonne compagnie….

Il y a là plus que de l’indécence.

Dans de nombreuses villes, subrepticement comme le montre ces deux photographies, des dispositifs anti SDF s’installent….

Certains rétorqueront qu’il s’agit d’initiatives la plupart du temps individuelles de commerçants… Les pancartes ne sont pas mises mais on peut imaginer ce qui pourrait y être lu : « dégagez ! Il est interdit de s’installer ici ».

Jeudi dernier, premier jour de cette année 2015, un drame est survenu, un de plus, dans la gare Lille-Flandres.

Un bébé de deux mois et demi est mort dans les bras de sa mère.

Le SAMU alerté n’a rien pu faire.

L’enquête sur la circonstance exacte de ce décès est en cours.

La famille, composée des parents et de trois autres enfants vivait dans la rue depuis cet automne.

Le directeur de l’Aréas la Sauvegarde a parlé de cette famille :

« On l’avait repérée comme vulnérable en raison de la présence d’un nourrisson, et signalée pour obtenir un hébergement. Mais il n’y avait pas de place, d’autres familles étant déjà en attente. »

L’aveu est là, de taille….Il y avait, il y a un manque de places en lieu d’hébergement, là- bas comme ailleurs.

Ni l’Aréas, ni son personnel dévoué et compétent ne sont mis en cause.

Ils font ce qu’ils peuvent avec de moins en moins de moyen.

C’en est assez !

Nous ne voulons plus que des personnes qui meurent dans la rue parce qu’on les  y a laissées, faute de structures disponibles.

L’urgence absolue c’est l’attribution de moyens supplémentaires au 115, l’ouverture immédiate de lieux chauffés, l’aménagement de centres d’hébergement.

 

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 09:20

carte-voeux-FL-2.jpg

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 09:11

 carte-voeux1.jpg

 

 

 

L’Association

« Familles Laïques de Vaux-le Pénil »,

Au cœur de l’action pour une société plus humaine et plus solidaire

 

                                                               vous souhaite une bonne année 2015

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 08:49

Intervention de

Pierre Herrero, maire de Vaux le Pénil

colloque-4.jpg

 

Merci à Colette Llech d’avoir introduit le colloque. Je vous salue tous. Votre affluence fait chaud au cœur. A croire qu’il y a un microcosme pénivauxois, où la solidarité est une réalité. Il est toujours difficile de conclure les travaux d’un séminaire. Longtemps dans ma vie, j’ai écrit pour d’autres, j’écrivais des textes de conclusion et chaque fois je me disais : je ne sais pas ce qui s’est passé, ce qui s’est dit, alors que vais je écrire ? C’est la même chose ce soir. D’autant que lorsque Jean-François Chalot et Patrice Théveny nous ont informés et associés à ce projet, j’avoue qu’au début, je n’ai pas compris le titre de la journée. Jean-François et Patrice m’ont  alors fait partager le sens qu’ils y donnaient.

J’ai le sentiment que le réseau existe, car les jalons en ont été posés de longue date. Votre présence en atteste. Le véritable défi aujourd’hui et ici, c’est de faire vivre ce réseau, et la question qui est posée aux élus, c’est de savoir la place que nous pouvons prendre, si nous avons les moyens de vous accompagner, et si nous sommes capables de trouver notre place.

L’enjeu, comme certains l’ont dit il y a quelques instants, c’est d’être utiles et efficaces. A Vaux-le-Pénil, le réseau de solidarité existe. Parfois, la Ville en a été l’initiatrice de projets. D’autres fois, elle en a été le partenaire. L’objet de la journée me réjouit et m’attriste à la fois. Cela me réjouit parce que des centaines de personnes consacrent leur énergie à se préoccuper de leur prochain. Cela m’attriste aussi car votre initiative confirme que la situation sociale se dégrade.

Les pouvoirs publics, l’Etat comme les collectivités locales, ont failli. Ils ont failli pour plusieurs raisons. Il serait aisé d’invoquer l’insuffisance de moyens. C’est une réalité, mais elle n’est pas suffisante pour expliquer la situation. Il se trouve que dans le quotidien de l’action publique, trop souvent, nous sommes happés par l’accessoire ou par ce qui est visible. Et peut-être pas suffisamment par ce qui fait la réalité du lien social. Ou ses manques…

La question qui est posée aujourd’hui n’est pas comment faire plus, mais comment faire mieux ?

A Vaux le Pénil, on fait des petites et des grandes choses. Les grandes choses, c’est en grande partie le tissu associatif qui les réalise. Familles laïques est un acteur majeur de la solidarité, mais je peux vous en citer d’autres : le Secours populaire, le Secours Catholique. Mais je pourrais citer les associations sportives. Il s’y passe beaucoup de choses. Des solidarités y émergent.

Les petites choses ce sont celles que nous tentons de faire. La première,  c’est l’espace « intergénérationnel » à l’Arcature. Ce projet structurera la politique municipale dans les année à venir et, j’espère, nous survivra. Ce lieu a une vocation essentielle : créer les conditions du lien social et de la rencontre entre le plus grand nombre : actifs et retraités, jeunes et vieux, enfants et adolescents, personnes intégrées et personnes isolées. Je souhaite vivement que vous prendrez possession de ce lieu à l’heure où nous parlons de faire vivre un réseau local.

La deuxième perspective, c’est la réunion qu’auront les élus demain pour évoquer le projet de création d’un centre social, qui est préfiguré et dont nous espérons qu’il pourra émerger. Ce centre social, que nous pourrions requalifier Centre familial accompagnera les familles. Cela supposera que nous y consacrions des moyens, que nous détachions des personnels, puisque ce sera un centre social associatif.

Enfin, troisième élément, parce que ses bénévoles sont présentes, il y a un réseau que je connais un peu mieux,  c’est celui du Secours populaire et de ses représentants ; mes « drôles de dames » comme parfois je les appelle avec affection et respect. Je veux leur dire que la décision a été prise en Bureau municipal : vous disposerez, au plus tard en 2016, de nouveaux locaux qui permettront d’accueillir les familles, mais aussi d’un espace de stockage et de distribution. J’ai eu l’occasion de le dire publiquement, mais je le dis une nouvelle fois : vous êtes utiles et nécessaires.

Je le dis d’autant plus, chers amis, que le nombre de personnes en grande difficulté sociale que je reçois s’est accru. Hier, il y avait comme une typologie de celles et ceux qui venaient frapper en dernier recours à la porte de la Mairie. Des solutions pouvaient être parfois apportées. C’est plus difficile aujourd’hui. Surtout pour les femmes, lorsqu’il y a rupture de couple.

Il faudra du courage au plan politique. Parce que le premier sujet, c’est souvent l’accès au logement. Encore aujourd’hui à Vaux le Pénil, il y a environ 175 personnes/familles mal logées ou en attente d’un logement. Tous nous partageons le constat. Tous savons que nous avons besoin de logements supplémentaires. Mais une grande majorité préfère que ces logements se fassent ailleurs…

Nous allons sortir de terre 89 logements, mais nous restons loin du compte. Il faudra avoir le courage de dire à nos concitoyens que nous continuerons à construire régulièrement.

Je me suis parfois mis en colère en entendant des propos sur l’origine possible ou probable des futurs locataires. Aussi longtemps que nous ferons de la politique ensemble, je n’accepterai pas que l’on dise que si les gens viennent de Dammarie, de Melun ou du Mée, c’est un problème.

Cher Jean-François, cher Patrice, continuez sur cette voie. Il y a a de moins en moins de temps intelligents et fraternels. Je crois que ça été le cas aujourd’hui et la Ville sera à vos côtés avec ses moyens pour justement, faire vivre ce réseau de solidarités au pluriel.

 

Je vous remercie.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans COLLOQUES - DEBATS - RENCONTRES
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 17:18

 

Ces initiatives indignes doivent être dénoncées et ne pas se reproduire :

Qu’il s’agisse de ces poursuites judiciaires contre des hommes qui ont cherché de la nourriture dans des poubelles, qu’il s’agisse des triangles jaunes à Marseille pour les SDF, ou les bancs en cage  à Angoulême….

 

Noel_a_Angouleme-72-8765e.jpg

Certains projets indignes comme les deux précédents cités ont été abandonnés, certes et tant mieux mais une question demeure : pourquoi avoir conçu de tels projets ?

C’en est assez !

Il faut que cessent toutes ces politiques d’exclusion et qu’enfin les pouvoirs publics mènent le combat contre la misère !

Chacun a droit à un toit !

« ces informations qui reviennent chaque année – de la période de Noël : au moins trois personnes sont mortes en raison de la chute des températures, en région parisienne, à Douai et dans les Alpes-Maritimes, lors du week-end des 27 et 28 décembre. Mardi 30 décembre, un autre SDF aurait été retrouvé mort à Rodez. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/12/30/les-sdf-ne-meurent-pas-seulement-en-hiver_4547341_4355770.html#A4sb462YhfGOcDPg.99
 »

Des femmes, des hommes et des enfants survivent difficilement dans la rue, toute l’année et particulièrement l’hiver et rien n’est fait, DURABLEMENT pour que chacun ait un toit décent.

 

Nous allons poursuivre en 2015 l’action de solidarité, sur le terrain avec les autres associations et aussi en menant l’action politique, au sens large du terme pour que les autorités publiques prennent des initiatives : création de centres d’hébergement dignes de ce nom, réquisitions et aménagements de bâtiments inoccupés et 250 000 constructions de logements sociaux par an.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 16:14

affiche sapiens

 

NON AU BRICOLAGE INDIGNE QUI CONDAMNE DES HOMMES, DES FEMMES ET DES ENFANTS A LA RUE !

En 2013, 454 personnes sans domicile fixe sont décédées d’après les chiffres officiels…Ce chiffre est nettement plus élevé si l’on se réfère aux données du "115 du particulier »….

Parmi ces morts, on dénombre 15 enfants, soit cinq fois plus qu’en 2012.

La situation est catastrophique pour ces 150 000 personnes, dont 30 000 enfants qui survivent dans la rue…..

Alors que depuis fin octobre, l’Etat et les collectivités territoriales auraient dû prendre des mesures, ouvrir des places d’hébergement, aujourd’hui c’est le branle- bas de combat pour faire  au plus vite.

Comment une telle imprévoyance est-elle possible ?

Depuis des années et des années, le "115" a recours aux hôtels comme hébergement d’urgence.

Comme l’ont affirmé des associations nantaises à propos de la quinzaine d’hôtels concernés autour de la gare :

« Il n'est pas rare de voir quatre à cinq personnes entassées dans 12 m2. Faire la cuisine y est impossible. Sans compter les problèmes de transport pour les hôtels situés loin du centre-ville. »

Les associations, inquiètes en appellent à une politique d'hébergement pérenne et que les hôtels ne soient que l’ultime solution d’attente.

Il n’est ni tolérable ni acceptable que des familles restent des semaines voire plus dans des hôtels avec les risques encourus : difficulté de scolarisation, problèmes d’alimentation …. sans parler du coût faramineux de cette solution, deux à trois fois supérieur à celui d'un loyer pour un appartement.

Florent Gueguen, Président de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS)  a fustigé le 29 novembre au micro de France Info cette politique "C'est un scandale de politique sociale et économique, l'Etat engouffre environ 200 millions d'euros en 2014 pour l'hébergement hôtelier, alors qu'on sait que les conditions de vie proposées dans ces hôtels sont catastrophiques. Nous redemandons un redéploiement de ces crédits pour ouvrir des centres d'hébergement pérennes avec un accompagnement social et faire plus de logements très sociaux."

 

D’autres solutions sont possibles comme l’aménagement de locaux collectifs abandonnés…

Nous avons l’ex Ecole Normale d’instituteurs, en haut de la rue Saint-Liesne à Melun, rue du Capitaine Bastien….

Le site abritant l’EN puis l'IUFM est vide, abandonné, et se dégrade.

C'est un spectacle désolant, voire choquant.

Il existe là des chambres, des salles, un restaurant scolaire aménagé donc la possibilité d’y installer un hébergement de qualité fonctionnant comme les foyers de jeunes travailleurs avec des parties individuelles, des lieux de vie collectifs et individuels et un accompagnement social…

Y en a assez du bricolage, des visions à court terme…

Il faut que chacun assume ses responsabilités : l’Etat et les conseils généraux comme celui de Seine et Marne propriétaires de ces bâtiments corrects laissés en déshérence.

Jean-François Chalot et Patrice Théveny

 

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 10:04

la-honte.jpg

« Enfants en souffrance…

La honte »

Le livre noir de la protection de l’enfance

Essai co-écrit par Alexandra Riguet et Bernard Laine

Editions Fayard

334 pages

Septembre 2014

 

                Essai magistral malgré quelques faiblesses

 

Les auteurs font œuvre de journalisme d’investigation en s’enfonçant au sein même de cette machine gigantesque qu’est la sauvegarde de l’enfance.

Ils mettent à nue les insuffisances, les dérives et  les silences, parfois la loi de l’omerta qui règne.

Si le tableau est noir, les narrateurs-analystes soulignent tout de même le travail effectué par de nombreux professionnels consciencieux.

Les conseils généraux défaillants ou « aveugles » ne sont pas oubliés dans la distribution des mauvais prix : absence de contrôles sérieux  des foyers où tout peut arriver, des prix de séjours versés aux prestataires  variant d’un département à l’autre, ou en fonction du porteur de projets.

Le placement des enfants est au centre de ce livre-document…

Ici il est judicieux, là il est fait sans aucun contrôle.

Des affaires graves  sont relevées ou reprises, comme le cas de ces enfants placés qui sont abusés par un veilleur de nuit.

Le suivi en milieu ouvert est pointé… Il s’agit là de faire que l’enfant vive chez les siens.

Pour les auteurs : »La mesure vise à observer et à aider les parents dans leur action éducative, mais, si on se fie aux textes, on s’aperçoit que le soutien prévaut sur l’observation : encore une fois, la sacralisation parentale ! »

Si les deux auteurs ont raison de dénoncer les carences en suivi, ils oublient que tous les parents ne sont pas des maltraitants réels ou en construction ….

Des enfants en crise d’adolescence grave peuvent être placés volontairement  par des parents complètement déboussolés et inquiets qui en appellent au juge des enfants….

Le lien aux parents n’est pas toujours une  préoccupation de l’institution et les parents sont obligés   de « se battre » pour voir leur enfant et intervenir  envers et contre tous.

D’autres enfants peuvent être  placés pour des raisons économiques par un juge qui les sépare de leurs parents….. « La  sacralisation parentale » n’existe plus ou pas.

Nous avons le cas en Seine et Marne où suite à une expulsion locative, des parents et des enfants sont séparés et ne se voient que dans lors des rencontres médiatisées – c’est-à-dire en présence de travailleurs sociaux !

Ce livre est utile et constitue un SOS en faveur d’enfants fragiles ou fragilisés.

Il ouvre en plus des pistes de transformation sociale et institutionnelle, dommage qu’il en oublie parfois des parents qui sont fragilisés, eux aussi et qui ne sont pas maltraitants.

 

Jean-François Chalot

 

Courrier de Jean-Dominique

 

Arte avait consacré un reportage à ce sujet en octobre de cette année : http://info.arte.tv/fr/grand-format-sur-laccueil-des-enfants-places

Les bons exemples comme celui de la Jaunaie cité dans ce reportage mériteraient sans doute d'être suivis dans beaucoup d'autres endroits. L'utilisation des bons retours d'expérience par la communauté des personnes impliquées dans l'accueil des enfants placés semble être défaillante.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans LECTURE
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France