Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 12:54

Communiqué de presse

du CNAFAL

 

 

NON TRANSCRIPTION A L ETAT CIVIL : LE CNAFAL CONSTERNE

 

Le CNAFAL est consterné par la décision de la Cour de cassation qui vient de refuser l’inscription à l’état civil français de Léa et d’Isa Menesson nées aux Etats -Unis d’une mère de substitution.

 

Depuis plus de 10 ans, Mr et Mme Menesson se battent afin que leurs deux filles obtiennent la nationalité française.

 

Récemment, le ministère public s’était prononcé favorablement  pour cette transcription, faisant naître un grand espoir auprès de leurs parents.

Or, aujourd’hui, la Cour de cassation vient de juger contraire à l’ordre public international français, la décision étrangère qui comporte des dispositions heurtant des principes  essentiels du droit français.

 

Le Cnafal qui apporte son soutien  à ce couple depuis plusieurs années ne comprend pas ce revirement de position.

 

Alors qu’un certain nombre de pays ont adopté le principe de la gestation pour autrui, la France non seulement la réfute, mais  refuse également de reconnaître la nationalité française aux enfants nés de cette pratique.

 

A l’heure où 61% de nos concitoyens se disent favorables à la gestation pour autrui, la Cour de cassation évoque là une décision qui serait contraire à l’ordre public international.

 

La dissociation sexualité et parenté, la valorisation de l’enfant ont fait naitre chez les femmes et les hommes un désir d’enfant, qui compte tenu de la diversité des formes familiales, semble irréversible.

 

Il serait donc temps de prendre en compte tous ces éléments, afin d’imaginer un encadrement juridique et éthique de ces pratiques et ne pas laisser la seule parole aux lobbyings conservateurs.

 

Le Cnafal demande à ce que ces deux enfants et tous les autres enfants nés de cette pratique puissent bénéficier d’une même égalité d’accès aux droits que les autres.

Marie-Odile Pellé Printanier
Vice-présidente du CNAFAL

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 12:41

 

Vous trouvrez ci-dessous un document émanant de la CAF 77

Ce texte présente  les différents modes d'accueil

 

 45.jpg

 

L’accueil petite enfance

 

I/ Définition des modes d’accueil

 

L’accueil collectif

 

  • Multi-accueil :

 

  • Il peut associer:

  • un accueil collectif régulier et occasionnel

  • un accueil collectif et familial

 

  • Capacité : 60 places maximum en accueil collectif

100 places maximum en collectif + familial

 

 

  • crèche collective :

 

  • Accueil régulier collectif à temps complet (4 à 5 jours par semaine)

  • Capacité : 60 places maximum

 

 

  • crèche parentale :

 

Établissement d’accueil collectif géré par une association de parents.

La crèche parentale privilégie, au sein d’un petit groupe, l’éveil de l’enfant tout en favorisant l’implication des parents qui participent parfois à l’accueil des enfants.

 

 

  • Crèche familiale

 

Cette structure est gérée par une collectivité territoriale, une association, une entreprise, …

La direction est assurée par une puéricultrice, un médecin ou une éducatrice de jeunes enfants.

La crèche emploie des assistantes maternelles agréées qui accueillent à leur domicile de un à quatre enfants. Celles-ci font l’objet d’un encadrement et d’un accompagnement professionnel assuré par le personnel de la crèche.

Une ou deux fois par semaine, les assistantes maternelles et les enfants se retrouvent dans les locaux de la crèche familiale. Des temps de regroupement collectif favorisant la socialisation et l’éveil des enfants sont proposés.

L'assistante maternelle est rémunérée par le gestionnaire de la crèche.

 

  • Halte-garderie

 

  • Enfants de moins de 6 ans6863695881492729dessin-bebe-marche-gif-gif.gif

 

 

  • Accueil collectif occasionnel :

- 1 journée

- 1 à 2 demi-journées par semaine

- quelques heures

 

  • micro-crèche :

 

  • Les micro-crèches, après expérimentation, bénéficient du statut d’établissement d’accueil d’enfants de moins de 6 ans.

 

  • Capacité d’accueil simultané maximale : 10 enfants.

 

  • Les micro-crèches sont dispensées de l’obligation de désigner un directeur mais sont tenues de nommer un référent technique chargé :

- d’assurer le suivi technique de l’établissement ainsi que l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre du projet d’accueil,

- d’accompagner et de coordonner l’activité des personnes encadrant les enfants.

 

Toutefois, lorsque plusieurs micro-crèches sont gérées par une même personne et que la capacité totale de ces établissements est supérieure à 20 places, celle-ci est tenue de désigner un directeur.

 

  • Financement

- financement indirect via le Cmg « structure » versé directement aux familles

OU

- financement direct via la prestation de service (Psu et Psej)

 

 

  • jardin d’éveil

 

  • Le jardin d'éveil accueille des enfants de 2 à 3 ans avant l’entrée à l’école maternelle.

 

  • Capacité : unités de 12 places minimum. La capacité d’accueil minimale recommandée est de 24 places sur la base d’unités de 12 places. Si le jardin d'éveil comporte 12 places seulement, il pourra être nécessaire de l’adosser à une structure petite enfance existante qui pourra être sur un autre site, sous réserve qu’elle se trouve à une distance raisonnable.

 

 

L’accueil individuel

 

 

  • Les assistants maternels

 

  • Agrément délivré par le Président du Conseil général pour une durée de 5 ans, renouvelable.

  • Un agrément pour 4 enfants au maximum sauf dérogation.

 

  • Maison d’assistantes maternelles

 

  • Les maisons d’assistants maternels regroupent dans un seul local, hors du domicile, un maximum de 4 assistants maternels. Chacun des assistants peut prendre en charge un maximum de 4 enfants.

Chaque parent peut autoriser l’assistant maternel qui accueille son enfant à déléguer cet accueil à un ou plusieurs assistants maternels exerçant dans la même maison.

La délégation d’accueil nécessite un accord écrit de l’assistant à qui la garde est déléguée. Celui-ci ne pourra pas accueillir un nombre d’enfants supérieur à celui prévu par son agrément.

 

Les RAM

 

L'agrément est délivré par les caisses d'allocations familiales.

 

Le RAM est un lieu de rencontre et d’échanges pour les assistants maternels, les enfants et les parents.

Il accompagne des familles dans la recherche d’information et soutient des professionnels dans leur activité.

 

II/ Bilan de l’accueil collectif en Seine-et-Marne en 2009-2010 

 

Nombre de places en établissement d’accueil du jeune enfant

 

 

 

 

2009

2010

nombre de places créées

454

152

nombre de places supprimées

203

71

Total nombre de places

7 867

7 948

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 07:03

 

Hamiliton 

Ceux qui viennent d'ailleurs....

 

Ils viennent de tous les coins du monde, ils arrivent un beau matin dans un pays dont ils ignorent souvent la langue . Leurs familles et amis sont loin, très loin, il leur faut tout reconstruire et tisser du lien social.

Certains fuient la misère, d'autres sont des réfugiés politiques et presque tous sont déracinés.

Dans l' association Familles Laïques de Vaux le Pénil , nous organisons des cours de français et nos bénévoles grandissent avec les « apprenants » dans le cadre des échanges que nous organisons.

Ensemble nous « brisons » les frontières pour essayer de nous connaître.

2010-alfaflyer.jpg

J'ai été particulièrement étonné par la soif des gens venus d'ailleurs d'apprendre la langue et les usages. Si au début, les personnes que nous accueillons sont un peu perdus, voire désemparés car ils se retrouvent seuls ici dans un nouveau pays, ils finissent par reprendre espoir et se construire des projets.

La découverte et la lecture du livre d'Hugo Hamilton permet de faire le lien entre notre propre expérience et ce qui se passe dans ce récit de la vie d'un homme « venu d'ailleurs »

 

 

« Je ne suis pas d'ici »

d'Hugo Hamilton

Editions Phébus

domaine étranger

277 pages

20 €

mars 2011

 

 

Le pire n'est pas inscrit dans le marbre

 

C'est une roman avec intrigue qui nous entraîne dans le sillage d'un jeune Serbe de Belgrade qui arrive, mu du rêve irlandais ou plutôt de l'envie de se reconstruire loin de ce pays ravagé

par la guerre civile.

Le lecteur fait connaissance de la vie difficile, de solitaire, de déraciné de celui qui cherche à s'intégrer et à devenir un parmi d'autres, reconnu, accepté, voire aimé...

Il est un peu naïf, plein de bonté ce Vid Cosic et sa liaison amicale avec un avocat est loin d'un fleuve tranquille.

Il est socialement et personnellement utile comme charpentier talentueux et comme ami fidèle mais il reste quelqu'un de là-bas et pas d'ici.

Toutes les déconvenues ne viennent pas inéluctablement de l'autre, de celui qui puise ses racines à Dublin:

« Quand vous venez d'ailleurs, vous développez tous ces préjugés selon lesquels les gens de ce pays seraient supérieurs, plus drôles, plus doués avec la langue et les plaisanteries »....

 

Quand l'idée « négative » de soi rencontre le regard de rejet de celui qui est enraciné dans le pays « d'accueil », rien n'est possible...Le pire peut arriver à moins que la volonté et la recherche de la reconnaissance permettent de sortir de la spirale infernale de l'exclusion.

Vid Cosic va essayer de se « faire adopter » par ce peuple...La marche est longue d'autant plus qu'il se se trouve plongé dans un secret de famille et in schisme familial qu'il ne comprend pas.

Mais rien n'est inscrit dans le marbre et il arrive parfois que la volonté et l'esprit solidaire abattent les murailles de l'incompréhension.

 

Ce livre traduit de l'anglais (Irlande) avec soin par Bruno Boudard renoue avec les descriptions minutieuses et vivantes de lieux.

Il nous donne même l'envie d'aller voir ce pays , hier d'émigration, aujourd'hui d'immigration

qui entre dans la modernité après avoir connu l'obscurantisme religieux et « culturel ».

 

Jean-François Chalot

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 15:49

Voici quelques documents qui méritent votre attention....

Les oeufs ne se ressemblent pas tant que cela...

il en a des meilleurs que d'autres dans le cadre d'un élevage où les poules sont élevées correctement

 

Image1.jpg

 

 

Image3.jpg

 

 

Image4.jpg

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 11:06

 

Le CDAFAL met en place sur l'agglomération une permanence 'consommation" gratuite le premier jeudi de chaque mois.

1ère permanence le JEUDI 7 AVRIL

                                  de 10H à MIDI

                                   Salle Jean XXII à Melun

 

 

 

!cid 76FD66C015764F6392CA194A9EC1A8A3@nomeb85c523610

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 08:09

 

La Solidarité,
une urgence de toujours

Organisée par la MAIF, une conférence sur ce sujet dont vous trouverez le détail ci-dessous.

Notre association familiale laïque a décidé de relayer cette information et faire en sorte qu'un maximum de gens puissent profiter de ce moment qui promet d'être très intéressant et riche d'information et d'enseignements.

Si vous souhaitez y assister, il est utile de vous inscrire,

par notre intermèdiaire avant le lundi 25 avril 2011 : familleslaiques.vlp@orange.fr

soit directement auprès de la MAIF à cette adresse : www.mail.fr/actionsmutualistes

Merci à Geneviève LAGRANGE, militante et déléguée mandataire  de la MAIF 77 de nous avoir informer de cette manifestation qui, nous le souhaitons, rencontrera un franc succès.

Patrice THEVENY, Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil

 

La Solidarité, une urgence de toujours est une conférence gratuite que donnera le professeur et essayiste français, agrégé de philosophie, Henri PENA-RUIZ, (http://atheisme.free.fr/Biographies/Pena-ruiz.htm )

LE VENDREDI 29 AVRIL 2011 à 18h30

Cinéma "La Grange" de la Ferme des jeux

Rue  Ambroise PRO

77000 VAUX LE PENIL

L'idée que tous les hommes sont engagés dans la même aventure n'est pas nouvelle. La notion même d'Humanité intègre la référence à une condition humaine commune, un destin à partager. Chacun est responsable de tous et tous de chacun.

Les hommes sont solidaires, ou doivent l'être, dès qu'ils s'avisent du fait que toute situation est provisoire, et ne saurait donner lieu à un repli égoïste, exclusif des autres.

Être solidaire de l'autre, c'est le traiter comme un autre soi-même, lui conférer l'égalité de principe qui fait que l'on reconnaît dans toute situation de détresse une réalité réversible, qu'il convient de défataliser.

 

PROGRAMME

  • Vivre : la liberté, le risque, la solidarité
  • Les malentendus et l'ultra libéralisme
  • Les principes fondateurs de la solidarité
Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 09:18

 

Voici un dessin réalisé il y a 30 ans par Jean Mourot dessinateur...

info1

 

 Aujourd'hui l'informatique est incontournable, c'est un outil de communication fantastique mais il ne doit pas

nous "emprisonner"

 

 

ETRE PARENT A L'ERE NUMERIQUE

 

Un débat organisé par l'Université de Parents

 

AU PETIT THÉÂTRE

DE LA FERME DES JEUX

À VAUX LE PÉNIL

VENDREDI 1ER AVRIL 2011

20H30

UNIVERSITE DE PARENTS

Internet fait désormais partie de notre quotidien. Il peut nous faciliter

la vie... si l’on sait l’utiliser !

Permettre aux enfants et adolescents de se servir des nouvelles

technologies (internet, portable, jeux en réseaux...) avec un maximum

de sécurité est la mission de .

Après le succès de la dernière Université de Parents traitant de

l’utilisation d’internet, l’association viendra nous

sensibiliser et nous conseiller pour nous permettre de devenir un

super « cyber-parent ».

La soirée sera présentée par Chantal BAUDET, présidente de

l'Université de Parents.

Entrée libre

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 17:45

 

Nous espérons que l'auteur de ce livre pourra être des nôtres le 9 octobre 2011 au deuxième salon littéraire de Vaux-le-Pénil

 

genere-miniature-copie-1

 

 

« Le principal,

il nous aime pas »

L'école à l'épreuve

de la mixité sociale

de Régis FELIX

éditions « Chronique sociale »

mars 2011

 

Comprendre , écouter et agir.

 

L'auteur, ancien professeur de physique termine sa carrière comme principal de Collège.

Militant à ATD Quart Monde, c'est un principal, à priori atypique qui raconte sa dernière année d'exercice...Le « à priori » est peut être de trop car des principaux de Collège agissent aux aussi comme Régis FELIX, ils essayent de comprendre les élèves, de connaître leurs difficultés afin de les aider à franchir le mieux possible ce cap difficile du Collège.

Le territoire de recrutement de cet établissement est mixte avec d'un côté des ensembles quelque peu déshumanisés et de l'autre une zone pavillonnaire.

Il y en a de plus égaux que d'autres, certains peuvent sans problème ne pas suivre, prendre du retard, ils savent que le soir leur père et mère seront là pour les épauler et de toutes façons il suffira de quelques heures de cours particulier.

Pour d'autres, seul le Collège peut leur servir de planche de salut, à une seule condition, c'est que les familles et les professeurs se rencontrent et œuvrent ensemble.

C'est difficile, d'autant plus que les familles en difficulté sociale ne viennent pas dans ce lieu d'instruction et d'éducation.

Comment les faire venir ? Comment leur donner l'envie de franchir la porte ?

L'histoire, humaine, éducative et sociale est passionnante et le lecteur s'attache rapidement à ces élèves et notamment à ces « décrocheurs » qui ne sont pas compris par l'école.

Ils vivent une situation complexe où co-existent l'attirance et le rejet de l'école qu'ils ne cessent d'interpeller.

L'échec de l'école, c'est l'échec de l'élève qui a sa part de responsabilité mais c'est aussi celui de l'institution et aussi celui des enseignants.

Il y a tant à faire pour leur donner les moyens d'agir.

L'auteur ne masque aucune difficulté et l'élève difficile ou violent n'est pas considéré seulement comme une victime.

La médiation, celle innovante impliquant les élèves constitue une clef du mieux vivre ensemble mais parfois il faut prendre des décisions « autoritaires » indispensables...Rien n'est facile. Si l'école n'est pas responsable de tous les maux, elle ne peut réussir sa mission qu'en se dépoussiérant.

C'est une condition non suffisante, mais nécessaire.

L'alternance bien faite avec une valorisation d'autres compétences que celles liées à l'intelligence de « l'abstraction » peut apporter de l'air frais :

Les élèves « auront ainsi l'occasion de développer d'autres talents que ceux reconnus par l'Ecole, en attendant que, peut-être un jour, une réforme ministérielle décide que le travail manuel, l'intelligence du geste, sont des bagages nécessaires à la scolarité obligatoire. »

 

Ces tranches de vie d'élèves et de l'établissement racontées dans un style alerte constituent une œuvre pleine et entière de réflexion sur l'avenir de l'école et les repères qu'apporte le principal au projet d'établissement fixent une orientation que je partage :

« - tous les élèves peuvent réussir; aucun adulte ne renonce définitivement devant une difficulté ou ne met un élève durablement à l'écart;

  • le monde est ouvert, l'espoir existe, l'avenir n'est déterminé pour personne. »

 

Jean-François Chalot

Partager cet article
Repost0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 18:11

FAMILLES-LAIQUES-copie-1.jpg 

 

Familles Laïques de Vaux le Pénil

 

Ce sont 315 adhérents

64 bénévoles

- Une association qui est membre du CDAFAL, adhérente à l'UDAF 77, affiliée aux Francas, adhérente à la Fédération des Centres Sociaux

- Un Projet d'Animation Locale :

  1. Une intervention sur la ville de Vaux le Pénil : accompagnement à la scolarité, informatique et convivialité, atelier cuisine

  2. L'animation du collectif inter-générationnel :« transport solidaire »

  3. Des cours de français pour des personnes habitant les communes de l'agglomération de Melun Val de Seine.

  - La participation au collectif "Info-dettes" : aide à l'élaboration d'un dossier surendettement.

 

L'association tient son Assemblée Générale MARDI 22 MARS 2011

à 20 Heures à la Ferme des Jeux

de Vaux le Pénil

Cette AG se prononcera sur les rapports (financier et d'activité) et tracera avec les adhérent(e)s les perspectives pour 2011.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 14:44

Partout l'heure est à la compression ou à la suppression de personnel pour plus de gain pour les actionnaires, ceux qui qui engrangent le plus, et qui, pour se donner bonne conscience, offrent aux personnels "une participation aux bénéfices, réduite à la portion congrue" puisque ces mêmes dirigeants et gros actionnaires, invoquent bien sûr, la nécessité d'investissement pour la prérennité de l'outil de travail.

L'éducation nationale n'échappe pas à la règle, même si les motifs diffèrent fondamentalement, mais les suppressions de postes existent bel et bien, et que dire des programmes et des organisations de la semaine et de la journée scolaire constament remaniés au détriment de l'enseignement des élèves, de nos jeunes, qui sont notre avenir à tous.

Le constat est cuisant : beaucoup d'élèves sont en difficulté, voire en grande difficulté et le besoin d'aide est criant.

Apparait donc partout, des structures diverses et variées, associatives ou professionnelles qui proposent du soutien.

Ainsi, dans l'hebdomadaire seine et marnais de cette semaine, La République de Seine et Marne, pouvez vous lire ceci :

 

Il a lancé un site de soutien scolaire

La République du 14 mars 2011

 

Edmond Olympio, 39 ans, est Melunais. Ce gérant de société de consultant en finance a créé, en novembre dernier, un serveur de soutien scolaire par visio-conférence sur internet baptisé "les profs en ligne ". Il nous en explique le principe.

La République de Seine-et-Marne : Pourquoi cette idée de soutien scolaire sur Internet ?

Edmond Olympio - Ce système est écologique (il évite le déplacement des professeurs et fait économiser du papier par rapport aux cours par correspondance) et je ne crois pas à l'avenir des cours à domicile qui engendrent beaucoup de contraintes. Le soutien scolaire par visio-conférence sur la toile existe déjà, mais peu, j'ai essayé de me dissocier des autres organismes. J'ai mis deux mois à créer moi-même le site internet grâce à un bon logiciel.

Comment cela fonctionne ?

Parents et élèves se rendent sur le site internet : http://www.les-profsenligne.fr où ils trouveront toutes les explications nécessaires. Ils pourront s'y inscrire en réservant le cours qui les intéresse. Je les contacte ensuite par téléphone pour faire un point sur leurs attentes précises pour le suivi de leur(s) enfant(s). Un questionnaire leur sera envoyé afin d'évaluer les méthodes de travail de l'élève et de lui choisir un professeur adapté, selon son profil et ses lacunes. Un rendez-vous est ensuite décidé entre l'élève et le professeur sur un serveur protégé par un mot de passe. Le jour J, il n'y a plus qu'à se connecter, à brancher le casque ou la web-cam pour suivre un vrai cours de soutien scolaire.

Quel bilan après 4 mois ?

J'ai aujourd'hui une vingtaine d'inscrits mais ça stagne un peu. Le tarif de 70 euros pour les deux heures de cours bloque un peu les gens. Je réfléchis actuellement à revoir le concept. Installer un logiciel chez moi plutôt que de passer par un serveur me permettrait de faire des économies et de baisser ainsi mes tarifs.

Renseignements par mail à l'adresse ........( mail que "Familles Laïques ne reproduira pas pour ne pas faire de publicité ). 

Propos recueillis par A.T.

 

Cet article, même si chacun est tout à fait libre de mettre en place ce qu'il souhaite, a remis en mémoire quelque chose qui avait choqué quelques pénivauxois et notre association familiale avait réagi à ce moment là et aujourd'hui ne peut pas rester silencieuse et ne pas réagir.

Vous pourrez donc lire ci-dessous une déclaration, qui, nous l'espèrons, suscitera des réactions que chacun pourra inscrire au moyen du lien que l'on peut trouver au bas de cette page.

Bonne Lecture

 

Patrice THEVENY, Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil

 

Notre expérience : une association familiale laïque qui mène un accompagnement  scolaire à titre gratuit

palvert.png

 

 

L'accompagnement scolaire à la croisée des chemins !


Il y a plusieurs années déjà, en visitant les stands du forum des associations de notre commune, je fus stupéfait de voir qu'un groupement « associatif » d'aide aux devoirs avait réussi à déjouer la vigilance des organisateurs en s'installant...

Ce stand proposait pour un coût de 20 € de l'heure, des cours de rattrapage et de mise à niveau assurés par des personnes qualifiées...

Si effectivement tout le monde à le droit de travailler plus (!) et même pour des professeurs à la retraite de chercher des  compléments de ressource, un forum des associations n'est pas un étal de commerces...

Aujourd'hui cette « association «  n'est plus présente au forum et de toutes façons elle n'arrive pas à percer sur la commune...Et pour cause ; une association familiale laïque assure de l'accompagnement à la scolarité en ne demandant  qu'une cotisation de 12 €  par famille et par an  pour un « droit de tirage » quasi illimité...Plusieurs enfants d'une même fratrie peuvent dans ce cadre tarifaire être accompagnés et les parents ont loisir aussi de participer à d'autres clubs.

Il s'agit pour cette réelle association comme pour beaucoup d'autres qui agissent sur le territoire national de permettre aux enfants, à tous les enfants de pouvoir être suivis dans leur scolarité par des adultes motivés et compétents.

Les bénévoles ne font pas classe après la classe mais apportent les explications simples nécessaires aux enfants et les aident à s'organiser...

Pour éviter toutes les dérives possibles, l'association est en relation partenariale avec le collège de la ville afin d'agir dans le cadre d'une complémentarité éducative .

Tranquillement, par notre action nous avons « chassé les marchands du temple » qui vont rechercher un marché lucratif ailleurs.

Oui c'est un marché juteux pour de nombreuses entreprises ou pour de pseudos associations qui s'appuient sur la détresse des familles...

« Nous voulons que nos enfants réussissent alors, s'il faut payer, payons » !

C'est ce que pensent de nombreux parents, sensibles ou non à une publicité très présente

Le marché du soutien scolaire est en pleine explosion. Il représente plus de 3 milliards d'euros par an dont 60 à 70 % en « sous terrain ».

Il bénéficie des réductions d'impôts proposées aux familles pour les inciter à faire le pas ou à des crédits d'impôts.

Des officines  veulent développer encore plus ce secteur qui leur apporte des excédents confortables.

 Ils aimeraient que la fameuse directive européenne en faveur de « la concurrence libre et non faussée » puisse s'appliquer pour ce secteur des services à la personne.

Les associations qui constatent la baisse régulière des subventions publiques qui leur sont allouées par les pouvoirs publics commencent à lancer un cri d'alarme...

Il s'agit là du combat entre les mouvements d'éducation populaire et ceux qui n'ont comme moteur que la recherche d'un profit maximal.

 

Jean-François Chalot

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 12 novembre 2021

 Vendredi 10 decembre 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France