Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 07:33

 Ce bulletin hebdomadaire ne contient pas les positions du CNAFAL mais des points d'actualité(s) avec des textes pouvant vous être utiles... et il s'agit donc là d'informations brutes non commentées.

Consommation et vie courante

 

Compteurs Linky :

Le Conseil général de l’environnement et du développement durable rassure les consommateurs sur le danger de ces dispositifs. Il incite l’Etat à déployer leurs installations.

 Le déploiement du compteur Linky

Cigarette électroniques :

A partir du 1er octobre 2017, il sera interdit d’utiliser les cigarettes électroniques dans certains lieux publics, comme les écoles ou les transports.

 Décret relatif aux conditions de l’interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif

Immobilier :

Il existe six sigles pour désigner les diagnostics à effectuer en cas de vente ou de location de son bien, par exemple. Voici de plus amples explications.

 Fiche pratique de l’INC

Rappels de produits :

Des alertes sont émises sur un détecteur de monoxyde de carbone (Marque DixNeuf) défectueux, sur plusieurs jouets qui présentent des risques pour les jeunes enfants, ou encore sur une lampe de luminothérapie (Nature et Découverte), qui peut occasionner des brûlures ou un choc électrique.

 Avis

Imposition :

Des avocats fiscalistes parisiens assureront des permanences dans les 20 mairies d’arrondissement, afin d’aider les contribuables à remplir leurs déclarations de revenus.

 Site du Barreau de Paris

 

Droit des femmes

 

La Commission de la condition de la femme des Nations unies compte un nouveau membre : l'Arabie Saoudite, pays où est notamment appliquée la charia. La France a dit non.

 Article du journal Marianne

Précarité

 

Plan pluriannuel :

Le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté, qui estime que le plan pluriannuel contre la pauvreté de 2013 n’est pas respecté, donne ses recommandations. Elles concernent pour une bonne partie le problème de l’hébergement.

 Contribution au suivi du plan pluriannuel contre la pauvreté

Accès au numérique :

La Fédération des acteurs de la solidarité lance une importante enquête auprès des intervenants sociaux, pour connaître leurs différentes actions en matière d’accès au numérique. Munie de ces informations, elle pourra ensuite élaborer un plan national pour faire valoir les droits des personnes les plus défavorisées.

 La Fédération lance une enquête sur l’accès aux droits et au numérique des personnes en situation d’exclusion

Santé :

Suite à sa participation au congrès national des Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS), la Fédération des acteurs de la solidarité a publié son compte-rendu, dans lequel elle mentionne un bon degré de satisfaction envers ces centres d’accueil.

 Le fonctionnement des PASS

 Le fonctionnement des PASS - Synthèse

Handicap

 

Stationnement :

Les copropriétés ayant fait une demande de permis de construire des places de stationnement, depuis le 1er janvier 2015, vont devoir réserver des emplacements spécifiques pour les personnes en situation de handicap, vivant sur le site.

 Décret relatif aux places de stationnement adaptées dans les parties communes des copropriétés

Handicap psychique :

Les logements accompagnés, notamment pour les personnes ayant un handicap psychique, ont fait l’objet d’un document regroupant leurs bonnes pratiques. Ce dossier comporte des thématiques comme les solutions pour personnes handicapées vieillissantes.

 Recueil des bonnes pratiques dans les dispositifs de logements accompagnés

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a élaboré un guide pour accompagner les professionnels du secteur du handicap dans leurs démarches d’aide aux personnes vivant avec des troubles psychiques.

 Guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes vivant avec des troubles psychiques

 

Professions sociales

 

Mixité :

Afin d’améliorer l’emploi dans le secteur sanitaire et social, un rapport prône une mixité des métiers adaptés aux spécificités de ce secteur.

 Evaluation des actions publiques en faveur de la mixité des métiers

 

Formations :

Les organismes de formation des éducateurs spécialisés dans le domaine de l’autisme, sont auditionnés par la Direction générale de l’action sociale qui souhaite améliorer l’efficacité du troisième plan « autisme » 2013/2017.

 Instruction n°DGCS/SD4/2017

Emploi

 

Pôle Emploi dans son étude « Besoins en Main-d’œuvre 2017 », précise les métiers qui embauchent. Parmi eux figurent les attachés commerciaux, les secrétaires, ou bien les serveurs de restaurant.

Enquête Besoins en main d’œuvre 2017- Présentation de l’enquête

Chômage :

A partir du 1er octobre 2017, les chômeurs seniors ne pourront bénéficier d'une indemnisation chômage de longue durée de 3 ans qu’à partir de 53 ans, contrairement à actuellement (âge de 50 ans).

 Décret du 2 mai 2017

Droit civil :

 

Pour la première fois, la Cour de cassation a dû statuer sur le pourvoi d’une personne, qui est inscrite à l’Etat civil comme étant de sexe masculin, et demandait à ce que soit désormais mentionné « sexe neutre » ou « intersexe » compte tenu l’ambigüité sexuelle qui le touche. La Cour de cassation rejette le pourvoi.

 Arrêt de la Première chambre civile du 4 mai 2017, p. 16-17189

Société

 

Aide aux victimes :

Des chercheurs spécialisés dans l’aide aux victimes ont édité un livre blanc dans lequel ils analysent la politique de l’Etat dans ce domaine : prise en charge psychologique, indemnisation, etc.

 L’aide aux victimes – Livre blanc

Identité de genre :

Dans l’arrêt A. P., Nicot et Garçon c. France, la Cour européenne des Droits de l’Homme valide la médicalisation des procédures de changement de sexe, en considérant notamment qu’il n’est pas attentatoire à la vie privée des personnes transsexuées de les considérer comme des malades mentaux, en exigeant d’eux qu’ils rapportent la preuve d’un « syndrome transsexuel ». Cette validation est critiquable.

 Revue des droits de l’Homme

“Mieux vaut ne penser à rien que ne pas penser du tout.”

(Serge Gainsbourg 1928/1991)

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 07:09

M. le Maire,

Mmes et MM les élus,

MM les représentants des autorités civiles et militaires

Mmes et MM les représentants des associations d’Anciens Combattants et des associations patriotiques,

Mmes et MM,

 

Aujourd’hui :72° anniversaire de la Victoire des Alliés !

 

L’an passé, la distinction fondamentale entre capitulation sans condition, seule acception valable aujourd’hui 8 mai et armistice avait déjà été soulignée. Mais il faut encore et toujours insister sans cesse sur cette différence majeure, car les mots ont un sens précis. L’approximation est la première étape vers la confusion, l’oubli, enfin permettre le détournement. Et il ne faut pas compter uniquement sur la mémoire trop souvent sélective et tournée vers l’émotion, qu’elle soit personnelle ou collective.

Seule l’histoire est scientifique et il ne faut jamais cesser de s’y référer et de s’y confronter. Car ces détournements sont volontaires : il s’agit de masquer les véritables fondements politiques et les bases profondes d’organisations qui n’ont jamais peur d’affirmer avec violence, utilisant mensonges, expressions et vocabulaire connotés, les mêmes thèmes et les mêmes arguments, à peine revisités, que ceux qui ont mené à cette terrible période

Il faut donc toujours revenir aux faits, à tous les faits.

Le 8 mai 1945 a donc été, pour la France et les pays anglo-saxons la date officiellement retenue de la capitulation des armées nazies fanatisées. Celle-ci fut difficile et nécessita plusieurs étapes..

Fin avril 45, les armées nazies reculaient sur tous les fronts et on se battait à l’intérieur du 3° Reich : Les forces de l’Union soviétique étaient entrées à Berlin et avaient fait leur jonction le 25 avec les troupes américaines sur l’Elbe, les Britanniques atteignaient la Baltique, Leclerc approchait le Nid d’aigle de Berchtesgaden, de Lattre et la 1° armée française étaient en Autriche

Les dignitaires nazis ont cru, jusqu’à la dernière minute, arriver à obtenir une paix séparée pour rompre ce front unitaire constitué par les armées alliées. Dès le 3 mai, l’amiral Dönitz, nouveau chef du Reich depuis le suicide de Hitler avait envoyé des plénipotentiaires dans le plus grand secret pour contacter l’état-major d’ Eisenhower, chef suprême sur le front ouest, installé depuis février dans le collège technique de Reims. Ce fut un échec, Eisenhower exigeant une « reddition sans conditions et simultanée sur le front russe » selon les engagements pris par les alliés depuis 1941 et sans cesse confirmés. Après quelques heures d’attente, le général Jodl, chef d’état-major de l’armée allemande finit par signer l’acte de 2 pages à 2h41 le 7 mai dans la salle des cartes du collège, en présence des représentants des forces alliées dont le Général Sevez de l’état-major du Général de Gaulle.

Pendant que s’organise la cérémonie prévue à Berlin dans leGQG du Maréchal Joukov, la joie et les manifestations de liesse éclatent dans toute l’Europe. Envoyé en urgence à Berlin pour représenter la France, le général de Lattre de Tassigny, exige la confection d’un drapeau français pour décorer la salle avant l’arrivée du maréchal Keitel, chef suprême des armées nazies. Le temps passe, il est 23h et 6 minutes, ce 8 mai, heure de Berlin et donc, à Moscou, on est déjà le 9 mai, ce qui explique ce choix de cette date pour les cérémonies qui marquent la fin de la « grande guerre patriotique »en URSS puis en Russie

La guerre n’est pas finie. Ce 8 mai, restent encore, aux Pays Bas, sur les îles anglo-normandes, en France, malgré la libération de la majorité du territoire depuis fin 44,des poches où résiste une armée allemande fanatisée. La capitulation n’est acceptée que le 9 mai à Dunkerque, le 10 mai à Lorient et le 11 mai à St Nazaire.

La guerre n’est pas finie, elle continue encore plusieurs mois sur le front asiatique avec l’horreur atomique des 6 et 9 août 45, mais plus près, en Algérie, ce 8 mai qui aurait pu y être aussi un jour de joie, est marqué par la répression brutale d’une manifestation ouvrant un cycle de terribles violences, longtemps ignorées.

Cette guerre, fut une guerre contre une idéologie. Cette spécificité avait justifié la volonté de la conclure uniquement par la capitulation des nazis qui avaient voulu bâtir un monde nouveau fondé sur le racisme et mené une guerre d’anéantissement contre des peuples entiers : seule la haine d’autrui qui avait imprégné les mentalités rejetant toute forme d’humanisme pouvait engendrer pareille monstruosité.

C’est au cours d’un procès international à Nuremberg que sont jugés une partie des responsables nazis et que va être définie la notion nouvelle de « crime contre l’humanité »

Commémorer aujourd’hui, en 2017, la victoire des Alliés est pour nous une obligation toute particulière : les piliers de la République et de la démocratie : liberté, égalité, fraternité ne peuvent ni ne doivent être oubliés, ils sont le fondement de l’universalité de notre humanité et toujours fragiles. Il y a à peine une semaine nous nous sommes recueillis devant le sacrifice de ceux qui avaient refusé d’y renoncer Plus que jamais, aujourd’hui, alors que reviennent ces mêmes menaces, malgré les masques dont elles se parent, il faut rester lucide, redire avec Brecht : » le ventre est encore fécond, d’où est sorti la bête immonde » pour refuser, encore et toujours d’oublier cet idéal, notre idéal commun

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 07:19
DECROCHER LA LUNE

Pas de quartier

Il était une fois un jeune homme distrait, un étourdi indécrottable qui, par un tirage au sort malheureux, était devenu soldat de l’Empereur. Pierrot était son prénom : un choix parfaitement adapté à sa personnalité. Un brave garçon qui avait la main sur le cœur et n’avait pas inventé la poudre, bien qu’il se trouvât affecté à l’artillerie du petit caporal.

Un jour que Pierrot se trouvait parmi les fantassins, pour une raison qui n’est due qu’à son incroyable distraction, il eut la fâcheuse idée de suivre à la lettre les recommandations de son capitaine. L’homme de commandement, sur un ton qui ne supportait aucune contradiction, avait proclamé sentencieux : « Sus à l’ennemi mes glorieux camarades et surtout pas de quartier ! »

Pierrot s’interrogeait sur ce vocable étrange. Que pouvait bien signifier cette injonction impérieuse, cet ordre qui semblait ne supposer aucune contradiction ? Il se grattait la tête, tandis que ses voisins fourbissaient leurs mousquetons. Lui, qui se trouvait là par hasard, n’avait que ses ustensiles d’artilleur. Il était, où qu’il fût, en décalage avec le réel.

Ce fut au moment où la troupe allait se mettre en ordre de bataille que Pierrot se mit en recherche de sa tête. Il se souvenait vaguement de l’étrange réflexion du soudard qui lui tenait de chef. L’homme avait hurlé, dans un accès de rage propre à la gent militaire : « Que pas une tête ne dépasse ! ». Notre gentil artilleur était bien plus grand que la moyenne de ses collègues, il atteignait le double mètre : il se sentit visé.

Pierrot, soucieux de complaire aux ordres et par sa nature vaporeuse, ne se fit pas prier. Il avait naturellement la tête ailleurs ; il se la glissa sous le bras. La chose peut paraître surprenante à ceux qui ne connaissent pas ce garçon. Ses compagnons de guitoune ne furent pas étonnés de le voir agir ainsi : avec lui, tout était possible.

Une grande bousculade précéda le début de l’assaut. Pierrot, déséquilibré, trébucha et laissa rouler sa tête au sol. Emporté par le mouvement de masse, il n’eut pas le temps de récupérer ce bien qu’il traînait souvent comme un boulet. Il ne s’en formalisa guère ; il avait tellement l’habitude d’entendre ses camarades lui affirmer, moqueurs, qu’il avait perdu la tête, qu’il pouvait bien admettre que la chose arriverait effectivement un jour.

L’heure n’était plus à l’hésitation : la mitraille était intense ; il fallait attaquer sans se faire tirer l’oreille. Faute de chef, le pauvre soldat ne pouvait mettre son couvre-chef ; voilà bien un motif pour subir avanies et punitions. Il convenait de se montrer obéissant et d’obtempérer fidèlement pour ne pas risquer de faire la forte tête.

Le capitaine avait sans doute des envies de promotion. Il se voyait déjà maréchal d’Empire et rêvait secrètement d’avoir à son nom une station de métropolitain. C’est sans doute ce qui justifiait sa volonté farouche de mener ses hommes à la boucherie, imitant en cela tous ses devanciers. Il leur faisait prendre des risques inconsidérés. Les soldats s’arrachaient les cheveux et claquaient des dents, à l’exception de Pierrot qui ne pouvait s’offrir de telles attitudes.

Dans le feu de l’action, celui qui donnait les ordres remarqua ce soldat qui avait su garder son sang-froid et l’appela à ses côtés. Pierrot n’appréciait guère cette faveur ; il avait ce chef dans le nez : il lui trouvait la tête près du bonnet. Ce type lui sortait par les yeux ; une vraie tête brûlée qui se moquait de la vie de ses troupes. Hélas, notre ami n’était pas en mesure de repousser la requête de son supérieur.

Sur le champ de bataille, c’était une véritable hécatombe. Les obus adverses fauchaient la troupe comme à Gravelote. Dans la panique et la terreur, un soldat paysan suggéra de creuser un trou pour échapper au carnage. Fou furieux le capitaine lui hurla à la face, qu’il se trompait de guerre. Pierrot voulut se gratter la tête, cherchant vainement à comprendre le sens de cette réflexion quand il découvrit, abasourdi, qu’il l’avait laissée en route.

Il lui prit l’idée de partir à sa recherche. Il rebroussa chemin de sa propre initiative pour aller quérir ce qui lui faisait désormais cruellement défaut. Le futur maréchal remarqua ce qu’il prit pour une désertion, et fou de rage, fit arrêter sur le champ de bataille, le fuyard. On se saisit de lui, on le colleta, ce qui ne fut pas aisé, et on l’enferma bien vite ; alors, ses camarades ne donnèrent plus cher de sa tête.

Il passa devant le conseil de guerre et l’affaire fut vite expédiée. Il n’avait pas ouvert la bouche pour se défendre et fut condamné à la peine capitale. Comme la bataille avait été un succès, accompagné certes par quelques milliers de morts (on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs), il fut convenu qu’on offrirait une belle décapitation aux survivants ; les distractions sont rares dans la grande armée.

On mena Pierrot sur l’échafaud. Le bourreau allait faire son œuvre quand il remarqua une absence de nature à ne pas pouvoir faire convenablement son office. L’homme avait la conscience professionnelle ; nous ne pouvons pas l’en blâmer. Le futur supplicié n’avait pas la tête de l’emploi. Ce détail, pour anodin qu’il soit, interrompit l'exécution. Pierrot venait de sauver sa tête. Cependant, le brave garçon ne s’en réjouissait pas : cela ne résolvait pas son problème.

Compatissant, le bourreau qui l’avait désormais à la bonne, lui offrit un spécimen qu’il extirpa du panier réceptacle, sous la faucheuse (en cette période trouble, la diabolique invention du docteur Guillotin tournait à plein régime). Pierrot fit la moue : cette tête ne lui revenait pas. Elle avait mauvaise mine et semblait avoir les traits tirés. Le garçon avait une haute idée de lui-même et ne voulait pas qu’on se paie sa nouvelle tête.

La situation devenait inextricable. Vivre sans tête n’est pas une sinécure. Pierrot essuyait quolibets et crachats qui, fort heureusement, n'atteignaient jamais leur cible. Mais, petit à petit, le soldat sans tête sombra dans une profonde dépression et c’est par une nuit sans lune qu’il finit par se mettre la corde au cou. Il se pendit sous un noyer, ce qui, on avait oublié de le lui dire, porte malheur.

Quand la corde fit son œuvre, alors que le pauvre soldat vivait ses derniers instants, il leva les yeux au ciel. Un sourire s’inscrivit là où autrefois il y avait sa tête. Il venait de comprendre l’ordre de ce capitaine qui, pour l’heure, était déjà général. Ainsi donc, ne pas faire de quartier, c’était mourir de la sorte, un soir de nouvelle Lune ! Jusqu’au bout, le garçon avait conservé sa naïveté. Il se satisfit pleinement de cette explication et mourut heureux et un peu plus savant

Le bonheur tient à peu de chose. Pierrot n’avait pas décroché la lune, certes, mais il finissait en beauté. Même dans les moments les plus épouvantables, il se trouve parfois une petite flamme pour réjouir les esprits simples. Pierrot était de ceux-là et nous n’avons plus qu’à honorer sa mémoire. Gardez cette histoire en tête et prenez bien garde de ne jamais la perdre.

Étourdiment vôtre.

NABUM

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 23:10

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 12:00
LE CDAFAL 77 ET LES PROCHAINES ELECTIONS DE REPRESENTANTS DES LOCATAIRES

 

Nos associations familiales laïques défendent toutes les familles.

Elles agissent dans tous les champs des familles, dont celui du logement comme le précisent les statuts des associations locales

L’association familiale laïque assure :

 

« - La représentation et la défense des locataires ou accédants à la propriété pour tout ce qui concerne leurs rapports avec les propriétaires, les promoteurs, les architectes, les maîtres d'œuvre et les administrations concernées. »

 

De nombreuses associations de locataires indépendantes des grands réseaux présentent depuis des années des candidats aux élections de représentants des locataires.

Aujourd’hui, « citoyenneté oblige !? » :

Article L481-6

Les conseils d'administration des sociétés d'économie mixte gérant des logements sociaux comprennent des représentants de leurs locataires.

Les représentants des locataires ne prennent pas part au vote sur les questions qui n'ont pas d'incidence sur la gestion des logements de l'organisme faisant l'objet d'une convention conclue en application de l'article L. 351-2.

Les représentants des locataires sont élus sur des listes de candidats présentées par des associations œuvrant dans le domaine du logement social.

Ces associations doivent être affiliées à une organisation nationale siégeant à la Commission nationale de concertation, au Conseil national de l'habitat ou au Conseil national de la consommation, être indépendantes de tout parti politique ou organisation philosophique, confessionnelle, ethnique ou raciale et ne pas poursuivre des intérêts collectifs qui seraient en contradiction avec les objectifs du logement social fixés par le présent code.

Un décret en Conseil d'Etat détermine, en tant que de besoin, les conditions d'application du présent article. »

 

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) proteste contre cet article qui restreint les droits d’organisation et de représentations.

Dans le département de Seine et Marne, le CDAFAL 77 s’adresse aux associations indépendantes et leur propose, si les valeurs portées par ces associations et le CNAFAL sont les mêmes, de leur faire profiter de son agrément afin de présenter des listes communes l’an prochain.

Le CDAFAL 77 compte présenter des listes avec le DAL pour la défense des locataires dans les différents ESH (Entreprises sociales pour l’Habitat) : OPH, TMH, le Logement Francilien, les Foyers de Seine et Marne.

Comme notre association est pour la transparence et pour construire des listes avec les locataires et non dans un cadre restreint, elle s’adresse aux locataires intéressés et aux amicales indépendantes de locataires.

Le CDAFAL 77

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 08:18
Rapport sur le déploiement du compteur Linky

 

 

Le 26 avril, le CGEDD (Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable) a publié sur son site un rapport, commandé par la Ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, sur le déploiement du compteur Linky en France.

Mis en place par Enedis (ex-ERDF), le programme Linky vise à remplacer d’ici 5 ans 80% des compteurs électriques par des compteurs intelligents.e.

Ce rapport propose trois orientations de politique générale : affirmer l’engagement de l’État, accentuer l’effort en faveur de la maîtrise de l’énergie, et améliorer l’approche adoptée pour le déploiement. Il formule 13 propositions plus concrètes à l’attention du distributeur, des fournisseurs et de l’État, dont ils suggèrent l’approfondissement.

Des associations d’élus attendent de l’État qu’il informe les maires sur les limites de leur capacité à agir, et qu’il fournisse aux habitants les réponses qu’ils attendent, car la contestation est de l’ordre de 3% des installations, pouvant monter localement à 20%.

Les arguments développés par les opposants concernent le rayonnement électromagnétique, l’usage des données de comptage, et les incertitudes autour de l’équilibre économique de l’opération qui pourraient avoir un impact sur les tarifs d’utilisation des réseaux publics

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 06:29

Ce bulletin hebdomadaire ne contient pas les positions du CNAFAL mais des points d'actualité(s) avec des textes pouvant vous être utiles... et il s'agit donc là d'informations brutes non commentées.

Consommation et vie courante

 

Crédit renouvelable :

Le crédit renouvelable a mauvaise presse, mais peut être utilisé à bon escient si cela est fait avec prudence.

 Le crédit renouvelable

Ascenseurs :

Une nouvelle réglementation concernant la sécurité des ascenseurs est applicable depuis janvier 2017, mais pas pour tous les appareils. Par exemple, les élévateurs de machinerie de théâtre ne sont pas concernés.

 Sécurité des ascenseurs

Communications électroniques :

Le rapport annuel 2016 du Médiateur des communications électroniques, fait état de difficultés liées à la fibre, de la part de certains consommateurs.

 Le Médiateur des communications électroniques Rapport 2016

Sécurité dans le sport :

La DGCCRF s’est intéressée aux équipements de protection pour les arts martiaux et l’escrime. Elle a constaté un nombre important d’anomalies, mais qui ne mettent pas la vie des utilisateurs en danger.

 Sécurité des équipements de protection individuelle pour les arts martiaux et l’escrime

Gestion financière :

La plateforme « Mes questions d’argent », élaboré par la Banque de France, vous informe sur les interrogations financières que vous pouvez avoir.

 Site « mes questions d’argent »

Sécurité des données :

La CNIL vient de prononcer une sanction de 15 000€ à l’encontre de la société de transport Allocab compte tenu des manquements observés en contradiction avec la loi Informatique et liberté.

 Sanction de la CNIL 

 Assurance :

L’INC fait le point sur les nouvelles dispositions législatives en matière d’assurance emprunteur. La résiliation annuelle du contrat à l’échéance devient alors possible pour les contrats conclus à compter du 22 février 2017, elle sera applicable en 2018 pour les contrats antérieurs.

 Assurance emprunteur : les nouveautés de début 2017.

Enfance/Famille

 

L’allocation de soutien familial et le complément familial ont été revalorisés. Deux décrets définissent les nouvelles modalités.

Décret n° 2017-532 du 12 avril 2017

Décret n° 2017-551 du 14 avril 2017

Protection de l’enfance

 

En ce qui concerne les centres éducatifs fermés, la Fédération des associations de protection de l’enfant (CNAPE) a signé une charte qualité dont la vocation est de promouvoir ces centres.

Charte qualité des associations adhérentes à la CNAPE gestionnaires de centres éducatifs fermés

Education/Enseignement

 

Dans le cas où les propositions du conseil de classe concernant l’orientation d’un élève de 3ème ne conviennent pas à la famille, les parents pourront désormais prendre eux-mêmes la décision finale de cette orientation. Il faut rappeler qu’actuellement c’est le principal du collège qui prend cette décision, en cas de désaccord. Cette expérimentation est faite, pour le moment, dans 556 collèges.

 Arrêté du 21 avril 2017

Revenu social garanti

 

Le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), qui est en faveur du revenu minimum social garanti, propose pour celui-ci, un montant de 600 euros.

Le CESE s’est prononcé sur le revenu minimum social garanti

Précarité

 

La Fédération des acteurs de la solidarité vient d’éditer son dernier baromètre du 115, dans lequel elle note une recrudescence des personnes sans-abri, malgré l’augmentation de centres d’hébergement.

Baromètre du 115 – Synthèse hivernale 2016/2017 

Lutte contre les inégalités

 

Afin de dénoncer les inégalités omniprésentes dans notre société, une vidéo est visible en ligne, qui présente des enfants jouant à un jeu de société, dont les règles ne sont pas équitables.

Changeons les règles du jeu

Handicap

 

Dans son rapport annuel 2016, le Conseil de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA), fait état d’un déficit de 95 millions. Cependant une rallonge a été accordée aux départements engagés dans la démarche « une réponse accompagnée pour tous ».

Le Conseil de la CNSA approuve les comptes 2016 et se préoccupe de l’avenir

Santé

 

Le calendrier 2017 des vaccinations et des recommandations vaccinales est disponible. Il comporte plusieurs changements par rapport aux autres années. Par exemple, les recommandations vaccinales contre les infections pneumocoques sont simplifiées.

Calendrier vaccinal

Logement

 

Le rejet de la maison individuelle et de l’isolement est une des motivations par les habitants de logements participatifs. Cette façon de penser, de concevoir et de gérer collectivement son logement est plébiscitée. En voici un exemple :

L'habitat participatif réinvente tranquillement le vivre ensemble

Economie sociale

 

Les entreprises associatives ont un rôle majeur dans l’évolution de l’économie française. Cependant elles sont confrontées à de nombreuses difficultés, comme l’obtention de financements publics et privés, ou bien la valorisation de l’emploi salarié. Une étude se propose de les accompagner dans leur démarche d’évolution.

Rapport sur les stratégies des acteurs associatifs et proposition pour faire évoluer les modèles socio-économiques des associations

Vie politique

 

A partir de juillet 2017, la pratique des cumuls des mandats, pour les parlementaires, sera limitée. La France sera donc en phase avec le reste de l’Europe.

Cumul des mandats – Une pratique restreinte à compter de 2017

“Aucun bonheur n'est possible dans l'ignorance, la certitude seule fait la vie calme.”         (Emile Zola 1840/1902)

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 22:54
Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation à Vaux-le-Pénil

Allocution, au nom de la Municipalité,  de Colette LLECH, Maire-Ajointe

 

Comme cela est désormais bien connu, la Loi du 14/04/1954 adoptée à l’unanimité a fixé au dernier dimanche d’avril la journée d’hommage aux victimes et héros de la déportation honorant ensemble et commémorant à la même date toutes les victimes de la déportation qu’elle ait été de répression ou génocidaire.

Cet hommage devient d’autant plus nécessaire que les rescapés disparaissant, le souvenir en s’estompant peut favoriser la confusion avec la multiplication des manifestations mémorielles


Le rappel de l’Histoire s’impose encore davantage afin de tenter de comprendre ce que fut cette période proche, même si elle semble lointaine, car les menaces sur notre démocratie, sur nos libertés n’ont totalement disparu malgré le masque qui les camoufle le plus souvent.

On ne peut et on ne doit pas oublier qu’avec quelques autres militants, bien peu nombreux à cette date, 2 habitants de Vaux le Pénil : Roger Beuve et Lucien Gantier ont distribué des tracts pour appeler la population pénivauxoise à la lucidité sur l’occupation nazie et à la lutte. Roger Beuve né à Melun habitait dans la rue appelée aujourd’hui rue des Belles Vues, Lucien Gantier venu de Normandie avec sa famille avait fréquenté l’école primaire à Vaux et demeurait rue des Egrefins. Ils étaient adhérents du parti communiste clandestin pourchassé avec efficacité par la police allemande appuyée par la gendarmerie française. Leur groupe avait déjà été décimé : 5 militants fusillés, puis 3 autres à la Glandée près de Dammarie, pendant l’hiver 41. Mais il fallait continuer malgré les risques de plus en plus grands: vivre dans la peur des dénonciations, de l’arrestation, des tortures et de l’exécution.

Car l’ordre nouveau s’était étendu très vite sur la France vaincue, divisée entre zone occupée et France de Vichy où on était trop heureux, d’effacer avec la Révolution nationale à l’initiative de Pétain, tout ce qui restait du Front Populaire et de complaire à l’occupant : mise en congé des Assemblées, suppression des élections, de la liberté de la presse et de toute vie démocratique.

Moins de 10 ans auparavant: en Allemagne, Hitler avait gagné les élections de janvier 1933, grâce à une abstention massive et accédait au pouvoir. Le régime nazi mettait aussitôt en place son vrai programme : l’ordre nouveau. Dès le mois de mars ouvraient les premiers camps de concentration dans les banlieues de Munich et de Berlin pour enfermer dans des conditions inhumaines tous les opposants allemands : députés ou adhérents du parti communiste et du parti socialiste, syndicalistes, intellectuels et ministres des cultes. Et très rapidement la persécution des Juifs devenait une priorité absolue

En France occupée, la chasse aux résistants, les arrestations et les premières déportations de Juifs avaient commencé très vite, comme en Allemagne.

Ces 2 jeunes gens, 28 ans pour l’un et 18 ans pour l’autre avaient été vus. Arrêtés par la gendarmerie le 19 avril 1942, ils sont d’abord transférés à Melun avec 3 autres camarades dont Marcel Petit alors âgé de 16 ans, puis à Fresnes et enfin en Allemagne. Envoyés dans différents camps de concentration, jugés par le tribunal de Breslau ils sont décapités à la hache le 11 août 1944 avec 11 autres condamnés.

Ils ne sont pas revenus, tout comme Rémi Dumoncel, maire d’Avon, arrêté et déporté en mai 44 avec 3 élus, après son secrétaire de mairie Paul Mathéry arrêté lui le 15 janvier 44.

En S et Marne, des dizaines de résistants, de Juifs ont été déportés, peu de rescapés ont survécu à l’enfer des camps et les recherches ne sont pas encore terminées pour établir un document exhaustif et fiable. Mais y figure déjà et il ne faudrait pas l’oublier, Albert Rogiez, restaurateur, originaire d’Arras, installé route de Chartrettes, qui faisait partie du réseau « ceux de la Libération ». Arrêté le 10 janvier 1944 il est déporté à Buchenwald, puis Mathausen, enfin Ebensee dont il a pu revenir vivant le 6 mai 1945

C’est pourquoi aujourd’hui dans un contexte particulièrement préoccupant : un hommage ne peut suffire ! Leur sacrifice pour que nous puissions recouvrer la liberté, les libertés doit être notre aiguillon pour refuser l’oubli et l’inquiétante banalisation de propos démagogiques et xénophobes

Les luttes résistantes d’hier ont permis de sortir d’une des périodes parmi les plus sombres de notre histoire, nous devons aujourd’hui plus que jamais nous rassembler autour de l’héritage du Conseil national de la Résistance pour un monde plus humain, plus solidaire, plus juste et plus fraternel

S’il ne faut pas oublier de saluer la belle réussite des élèves du collège de Vaux qui viennent d’obtenir une récompense départementale aux épreuves du Concours de la Résistance et de la Déportation, je reprendrai la conclusion de P.Carassus, énoncée ici même, le 27 avril 2002 : « Pour que le sacrifice de Roger Beuve et Lucien Gantier puisse être une invitation permanente à porter haut et fort les valeurs de notre République, il faut faire barrage à la candidature de tous les extrémismes et se souvenir que le nazisme a d’abord respecté le processus électoral ».

 

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 08:14
Le passage du prix de la consultation médiale de base de 23 à 25 € n’est pas une mesure sans conséquences !

 

 

5% des français ne bénéficient pas d’une complémentaire santé, soit plus de 3 millions de personnes.

L’augmentation de la consultation « de base » du médecin qui passe le 1er mai de 23 € à 25 € sera prise en charge dans son intégralité par le régime général et les mutuelles.

Celles et ceux qui n’ont pas de complémentaire santé, paieront de leur poche 7,5 € doit 60 centimes de plus……

La consultation des enfants de moins de 6 ans, passe, elle, à 30 euros. D'autres augmentations tarifaires, notamment pour les consultations chez les spécialistes vont émailler l’automne prochain.

Nos associations familiales laïques sont inquiètes car de plus en plus de personnes en difficultés renoncent aux soins, faute de moyens et cette décision d’augmentation des tarifs va aggraver la situation.

Défenseurs du principe de la Sécurité sociale d’origine : « chacun donne en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins » nous sommes pour que les consultations soient prises en charge intégralement par la sécurité sociale !

CDAFAL 77

 

A lire sur le blog de Familles Laïques de Melun

Le 27 avril, SOS Médecins France (SMF) et l’Union Nationale des Centres Communaux d’Action Sociale (UNCCAS) ont signé une convention-cadre visant à renforcer la continuité de l’action sanitaire et sociale menée au niveau local auprès des centres communaux ou intercommunaux d’action sociale (CCAS/CIAS)….

http://aflmelundal77.over-blog.com/2017/05/acces-aux-droits-et-aux-soins-des-publics-les-plus-fragiles.html

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:10

 

 

 

Les bénévoles qui œuvrent dans le cadre du collectif INFO DETTES, ainsi que les personnes qui sont intéressées par cette activité, sont invitées à s'inscrire à notre prochaine session de formation et de mise à niveau des procédures applicables au surendettement.

La journée du jeudi 15 juin prochain sera consacrée à cette action. Elle se déroulera en principe dans les locaux de l'UDAF 77 (Melun, rue Dajot) entre 9h00 et 16h00.

La première partie de la journée sera utilisée pour apporter aux bénévoles les étapes principales de la procédure de surendettement, s'appuyant sur des exemples pratiques (diagnostic, recevabilité des dossiers, capacité de remboursement, orientations vers un plan de rétablissement de la situation) .

Nous évoquerons également les dernières évolutions législatives affectant cette procédure et nous échangerons nos expériences avec les bénévoles qui pratiquent l'accueil des débiteurs dans les différentes permanences INFO DETTES.

Nous saisirons l'opportunité que constitue la prochaine migration de deux bénévoles d'expérience vers le département du Loiret, limitrophe du 77, pour envisager d'essaimer le savoir-faire de INFO DETTES au-delà du sud de la Seine et Marne et intéresser, éventuellement, de futurs candidats à une telle formation.

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France