Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 22:54
Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation à Vaux-le-Pénil

Allocution, au nom de la Municipalité,  de Colette LLECH, Maire-Ajointe

 

Comme cela est désormais bien connu, la Loi du 14/04/1954 adoptée à l’unanimité a fixé au dernier dimanche d’avril la journée d’hommage aux victimes et héros de la déportation honorant ensemble et commémorant à la même date toutes les victimes de la déportation qu’elle ait été de répression ou génocidaire.

Cet hommage devient d’autant plus nécessaire que les rescapés disparaissant, le souvenir en s’estompant peut favoriser la confusion avec la multiplication des manifestations mémorielles


Le rappel de l’Histoire s’impose encore davantage afin de tenter de comprendre ce que fut cette période proche, même si elle semble lointaine, car les menaces sur notre démocratie, sur nos libertés n’ont totalement disparu malgré le masque qui les camoufle le plus souvent.

On ne peut et on ne doit pas oublier qu’avec quelques autres militants, bien peu nombreux à cette date, 2 habitants de Vaux le Pénil : Roger Beuve et Lucien Gantier ont distribué des tracts pour appeler la population pénivauxoise à la lucidité sur l’occupation nazie et à la lutte. Roger Beuve né à Melun habitait dans la rue appelée aujourd’hui rue des Belles Vues, Lucien Gantier venu de Normandie avec sa famille avait fréquenté l’école primaire à Vaux et demeurait rue des Egrefins. Ils étaient adhérents du parti communiste clandestin pourchassé avec efficacité par la police allemande appuyée par la gendarmerie française. Leur groupe avait déjà été décimé : 5 militants fusillés, puis 3 autres à la Glandée près de Dammarie, pendant l’hiver 41. Mais il fallait continuer malgré les risques de plus en plus grands: vivre dans la peur des dénonciations, de l’arrestation, des tortures et de l’exécution.

Car l’ordre nouveau s’était étendu très vite sur la France vaincue, divisée entre zone occupée et France de Vichy où on était trop heureux, d’effacer avec la Révolution nationale à l’initiative de Pétain, tout ce qui restait du Front Populaire et de complaire à l’occupant : mise en congé des Assemblées, suppression des élections, de la liberté de la presse et de toute vie démocratique.

Moins de 10 ans auparavant: en Allemagne, Hitler avait gagné les élections de janvier 1933, grâce à une abstention massive et accédait au pouvoir. Le régime nazi mettait aussitôt en place son vrai programme : l’ordre nouveau. Dès le mois de mars ouvraient les premiers camps de concentration dans les banlieues de Munich et de Berlin pour enfermer dans des conditions inhumaines tous les opposants allemands : députés ou adhérents du parti communiste et du parti socialiste, syndicalistes, intellectuels et ministres des cultes. Et très rapidement la persécution des Juifs devenait une priorité absolue

En France occupée, la chasse aux résistants, les arrestations et les premières déportations de Juifs avaient commencé très vite, comme en Allemagne.

Ces 2 jeunes gens, 28 ans pour l’un et 18 ans pour l’autre avaient été vus. Arrêtés par la gendarmerie le 19 avril 1942, ils sont d’abord transférés à Melun avec 3 autres camarades dont Marcel Petit alors âgé de 16 ans, puis à Fresnes et enfin en Allemagne. Envoyés dans différents camps de concentration, jugés par le tribunal de Breslau ils sont décapités à la hache le 11 août 1944 avec 11 autres condamnés.

Ils ne sont pas revenus, tout comme Rémi Dumoncel, maire d’Avon, arrêté et déporté en mai 44 avec 3 élus, après son secrétaire de mairie Paul Mathéry arrêté lui le 15 janvier 44.

En S et Marne, des dizaines de résistants, de Juifs ont été déportés, peu de rescapés ont survécu à l’enfer des camps et les recherches ne sont pas encore terminées pour établir un document exhaustif et fiable. Mais y figure déjà et il ne faudrait pas l’oublier, Albert Rogiez, restaurateur, originaire d’Arras, installé route de Chartrettes, qui faisait partie du réseau « ceux de la Libération ». Arrêté le 10 janvier 1944 il est déporté à Buchenwald, puis Mathausen, enfin Ebensee dont il a pu revenir vivant le 6 mai 1945

C’est pourquoi aujourd’hui dans un contexte particulièrement préoccupant : un hommage ne peut suffire ! Leur sacrifice pour que nous puissions recouvrer la liberté, les libertés doit être notre aiguillon pour refuser l’oubli et l’inquiétante banalisation de propos démagogiques et xénophobes

Les luttes résistantes d’hier ont permis de sortir d’une des périodes parmi les plus sombres de notre histoire, nous devons aujourd’hui plus que jamais nous rassembler autour de l’héritage du Conseil national de la Résistance pour un monde plus humain, plus solidaire, plus juste et plus fraternel

S’il ne faut pas oublier de saluer la belle réussite des élèves du collège de Vaux qui viennent d’obtenir une récompense départementale aux épreuves du Concours de la Résistance et de la Déportation, je reprendrai la conclusion de P.Carassus, énoncée ici même, le 27 avril 2002 : « Pour que le sacrifice de Roger Beuve et Lucien Gantier puisse être une invitation permanente à porter haut et fort les valeurs de notre République, il faut faire barrage à la candidature de tous les extrémismes et se souvenir que le nazisme a d’abord respecté le processus électoral ».

 

 

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 08:14
Le passage du prix de la consultation médiale de base de 23 à 25 € n’est pas une mesure sans conséquences !

 

 

5% des français ne bénéficient pas d’une complémentaire santé, soit plus de 3 millions de personnes.

L’augmentation de la consultation « de base » du médecin qui passe le 1er mai de 23 € à 25 € sera prise en charge dans son intégralité par le régime général et les mutuelles.

Celles et ceux qui n’ont pas de complémentaire santé, paieront de leur poche 7,5 € doit 60 centimes de plus……

La consultation des enfants de moins de 6 ans, passe, elle, à 30 euros. D'autres augmentations tarifaires, notamment pour les consultations chez les spécialistes vont émailler l’automne prochain.

Nos associations familiales laïques sont inquiètes car de plus en plus de personnes en difficultés renoncent aux soins, faute de moyens et cette décision d’augmentation des tarifs va aggraver la situation.

Défenseurs du principe de la Sécurité sociale d’origine : « chacun donne en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins » nous sommes pour que les consultations soient prises en charge intégralement par la sécurité sociale !

CDAFAL 77

 

A lire sur le blog de Familles Laïques de Melun

Le 27 avril, SOS Médecins France (SMF) et l’Union Nationale des Centres Communaux d’Action Sociale (UNCCAS) ont signé une convention-cadre visant à renforcer la continuité de l’action sanitaire et sociale menée au niveau local auprès des centres communaux ou intercommunaux d’action sociale (CCAS/CIAS)….

http://aflmelundal77.over-blog.com/2017/05/acces-aux-droits-et-aux-soins-des-publics-les-plus-fragiles.html

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:10

 

 

 

Les bénévoles qui œuvrent dans le cadre du collectif INFO DETTES, ainsi que les personnes qui sont intéressées par cette activité, sont invitées à s'inscrire à notre prochaine session de formation et de mise à niveau des procédures applicables au surendettement.

La journée du jeudi 15 juin prochain sera consacrée à cette action. Elle se déroulera en principe dans les locaux de l'UDAF 77 (Melun, rue Dajot) entre 9h00 et 16h00.

La première partie de la journée sera utilisée pour apporter aux bénévoles les étapes principales de la procédure de surendettement, s'appuyant sur des exemples pratiques (diagnostic, recevabilité des dossiers, capacité de remboursement, orientations vers un plan de rétablissement de la situation) .

Nous évoquerons également les dernières évolutions législatives affectant cette procédure et nous échangerons nos expériences avec les bénévoles qui pratiquent l'accueil des débiteurs dans les différentes permanences INFO DETTES.

Nous saisirons l'opportunité que constitue la prochaine migration de deux bénévoles d'expérience vers le département du Loiret, limitrophe du 77, pour envisager d'essaimer le savoir-faire de INFO DETTES au-delà du sud de la Seine et Marne et intéresser, éventuellement, de futurs candidats à une telle formation.

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 22:27


 

 

Le CDAFAL 77 organise un séjour de vacances du 16/09/2017

Au 23 septembre au Pont du Metty, dans le massif vosgien près de Gérarmer

Le séjour, tout compris coûte par personne 393 € ( le programme est sur le PDF joint)

Une aide financière sur le prix du séjour est accordée par l’ANCV à tout sénior non imposable

Elle est aussi accordée sans condition de ressources aux aidants familiaux ou professionnels

> accompagnant une personne âgée en perte d’autonomie ou en situation de handicap ( sur présentation de justificatifs)

 

Le coût des séjours intergénérationnels* pour tout enfant âgé de 18 ans maximum accompagnant une personne éligible au programme Seniors en Vacances

Est fixé forfaitairement à la somme de : 208 € TTC pour un séjour d’une durée de 8 jours/7 nuits.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:16

 

Un échange constructif autour du surendettement pour le bien des familles et des consommateurs : le lundi 24 avril 2017, la Cour des comptes présentait aux associations de consommateurs ses propositions pour favoriser l’inclusion bancaire et la lutte contre le surendettement, mesures qui devraient faire l’objet d’un rapport public au mois de juin. Daniel BIJARDEL, responsable associatif local spécialiste des questions de surendettement et membre de la commission départementale de surendettement de Seine et Marne, Hugo CADET juriste, représentaient le CNAFAL.

http://www.cnafal.org/wp-content/uploads/2017/04/20170424_094259-192x138.jpg

Si le nombre de dossiers recevables en matière de lutte contre le surendettement est en baisse, le surendettement, avec plus de 190 000 dossiers déposés chaque année, reste en France très élevé et justifie des politiques publiques ambitieuses. Il faut avoir également à l’esprit l’augmentation de nombre de procédures de rétablissement personnel (autrement dit l’effacement des dettes) qui peut s’expliquer notamment par l’aggravation de la situation des familles depuis 2008.

Dans son raisonnement, la Cour des comptes, tout comme le CNAFAL, a pris comme postulat de réflexion le fait que le « crédit de trop » est très souvent à l’origine du surendettement notamment le fameux « crédit renouvelable » qui implique une législation adaptée à appliquer.

Toutes les associations présentes se sont d’ailleurs accordées sur le fait que les différentes lois depuis la réforme « LAGARDE » ont contribué à assainir la distribution de crédits, diminuant d’une manière assez significative l’attribution de crédits renouvelables. Pour autant, s’il faut saluer la qualité de la norme, son application est une toute autre histoire. De ce point de vue, le CNAFAL a insisté sur les difficultés rencontrées par la DGCCRF pour accomplir sa mission et les problèmes chroniques de la justice auquel le consommateur a désormais difficilement accès. Injecter des moyens dans les services régaliens constituerait dès lors une première réponse d’envergure.

Comment prévenir le surendettement ?

Cette question est essentielle si on considère les dégâts considérables qu’occasionne le surendettement dans une famille mais également à la collectivité. Il est donc essentiel de pouvoir diagnostiquer le mal-endettement et de pouvoir accompagner les familles qui sont victimes de surendettement. Si les Points Conseil Budget[1] (PCB) encore en phase d’expérimentation sont légitimes, le PCB 1 chargé d’apporter des conseils et des informations ne doit pas supplanter le travail associatif quand le PCB 2 chargé de trouver des solutions auprès des créanciers ne peut pas faire le travail des commissions de surendettement.

« Mesure phare » du projet de loi relatif à la consommation censurée par le Conseil constitutionnel, la Cour des comptes se montre tout à faire favorable à la création d’un fichier qui permettrait au prêteur de bien connaître les crédits déjà souscrits par les consommateurs. Destiné à responsabiliser le prêteur qui pourrait être le cas échéant être sanctionné par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) ou les tribunaux. Ce dispositif effraie encore, y compris chez certaines associations, qui « brandissent » le risque d’atteinte aux données personnelles sans même mesurer l’utilité d’un tel dispositif. A cette occasion, le CNAFAL a réaffirmé son soutien plein et entier à cette mesure qui avait été largement encadrée par le comité de préfiguration et validée par la CNIL.

D’autres sujets ont fait l’objet de débats passionnants, notamment le droit au compte pour lequel la Cour des comptes propose d’assurer un suivi (nécessaire) de sa mise en œuvre. La suite, au mois de juin !

[1] Mesure du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale de 2013

http://www.cnafal.org/wp-content/uploads/2013/09/cnafal-52x52.jpg

Le CNAFAL

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 23:02
NON AUX BAILLEURS VOYOUS !

 

Pendant que la campagne pour le deuxième tour des élections présidentielles commence et même s’accélère, de nombreux militants, quotidiennement sur le terrain accompagnent et aident des familles dans la désespérance.

Les expulsions locatives reprennent….

La loi oblige les bailleurs à suivre toute une procédure avant qu’une expulsion soit prononcée et exécutée, ce qui n’empêche pas certains à contourner les textes, en envoyant des huissiers aux locataires qui n’ont pas été convoqués par un tribunal.

Il arrive même à des « bailleurs voyous » de se faire justice eux-mêmes en changeant les serrures de locataires, voire même en vidant l’appartement.

Le DAL décrit l’une de ces expulsions illégales qui peuvent même avoir lieu en hiver:

« C’est ce qui est arrivé à une locataire de Paris 14e qui, de retour d’un weekend de quelques jours, le 22 novembre, a trouvé porte close et serrures changées. Ses affaires, ses papiers, ses souvenirs, vêtements, meubles, vaisselle électroménager… tout avait été abandonné en vrac dans la cour et les passants s’étaient servi depuis 3 jours… il ne lui restait plus rien de valeur, sauf ses papiers et son chéquier qu’une voisine solidaire choquée par l’expulsion avait mis de côté.
Elle était à jour de loyer (800€ pour 32 m2), mais la bailleresse était pressée de vider le logement … Elle s’est fait justice : violation de domicile, vol et expulsion illicite…

Mme G. a porté plainte, mais la police a refusé de la réintégrer et ses biens ont disparu. »

Plusieurs centaines de locataires sont expulsés ILLEGALEMENT de leur logement chaque année.

Des milliers d’autres sont menacés, harcelés, à tel point que beaucoup d’entre eux cèdent et partent alors qu’ils auraient pu faire appel à la CCAPEX ou déposer à temps un dossier de surendettement.

L’expulsion illégale est sanctionnée depuis 2014, la peine pouvant être de trois ans de prison et de 30 000 € d’amendes…..malheureusement la plainte n’est pas déposée, la police ne la prend pas en compte ou le parquet ne poursuit pas le contrevenant.

Des associations comme le DAL interviennent, portent plainte et obtiennent finalement une condamnation du bailleur voyou mais c’est long et surtout quand une personne obtient satisfaction, des dizaines d’autres n’osent pas protester.

CDAFAL 77

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:29

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 12:41

Ce bulletin hebdomadaire ne contient pas les positions du CNAFAL mais des points d'actualité(s) avec des textes pouvant vous être utiles... et il s'agit donc là d'informations brutes non commentées.

 

Consommation et vie courante

Règlement de litiges :

Afin de régler les litiges liés à un problème de consommation, il est possible de faire une déclaration au greffe dans les tribunaux d’instance. L’INC vous éclaire sur ce sujet.

Réservation de voyages :

La toile propose une multitude de voyages et séjours à des prix cassés. Cependant il faut être prudent, car ces promotions peuvent être le fruit de pratiques frauduleuses.

Grande distribution :

Suite à un spot publicitaire qui mettait en concurrence les hypermarchés et les supermarchés, les tribunaux français ont été saisis.

La DGCCRF a annoncé avoir assigné les enseignes INCA Achats, Intermarché et Casino devant le Tribunal de Commerce de Paris, sur le fondement de pratiques commerciales abusives.

Dématérialisation de factures :

Il est désormais possible de numériser ses factures et de les stocker sur un ordinateur, mais il y a des règles à respecter.

Stationnements :

Les préfets de départements, de régions et le préfet de police des Bouches-du-Rhône sont invités à contacter les associations de gens de voyage, afin d’anticiper leurs projets de stationnement.

Délai de réflexion ou de rétractation :

Le délai de réflexion est différent du délai de rétraction. Le premier sert à étudier une offre, le second est mis en place, sous certaines conditions, pour changer d’avis sur un achat, sans être pénalisé.

 

Consommation et vie courante

Droit administratif :

Le Code de justice administratif est modifié, suite au décret n° 2017-566, qui vient préciser comment se déroulera la médiation en cas de litiges susceptibles d’être portés devant les juridictions administratives.

Complémentaire santé :

Les modalités d’attribution de la couverture maladie universelle complémentaire et de l’aide au paiement d’une complémentaire santé, vont être modifiées à partir du 1er juin prochain, notamment en ce qui concerne les revenus du capital.

Energie :

De l’installation des compteurs communicants à leurs fonctionnements : plusieurs émissions de Consomag traitent du sujet.

Lanceurs d’alerte :

Un décret du 19 avril 2017, qui sera en vigueur le 1er janvier 2018, expose comment mettre en place les procédures de recueil des signalements à l'attention des membres du personnel ou des collaborateurs extérieurs et occasionnels, qui veulent devenir lanceurs d’alerte.

Laïcité

Afin que les différences de cultures soient des opportunités pour les enfants, l’UNAF et l’UNAFAAM ont sorti un guide destiné aux parents et aux assistants maternels.

 

Education/Enseignement

Décrochage scolaire :

Une circulaire précise les modalités des formations professionnelles pour lutter contre le décrochage scolaire.

Inégalités :

Les jeunes issus de milieux modestes sont peu présents dans les grandes écoles, malgré l’ouverture de filières spécialisées dans de grandes écoles comme Sciences Po.

 

Protection des mineurs

Un rapport propose de rallonger le délai actuel de prescription (10 ans) pour les délits sexuels envers les mineurs . Ce délai serait donc de 30 ans, ce qui permettrait aux victimes de porter plainte jusqu’à l’âge de 48 ans.

Elections présidentielles

L’Association des directeurs au service des personnes âgées déplore le peu de place consacrée aux personnes âgées dans les discours des candidats.

Discrimination

Les étrangers non européens ont un accès difficile à l’emploi en France, particulièrement dans les administrations et les collectivités territoriales.

Lutte contre la radicalisation

Afin de prévenir la radicalisation, 21 préconisations ont été formulées dans un dossier élaboré par deux sénateurs. Ils proposent notamment de mettre plus à contribution les acteurs de l’enseignement et les collectivités locales.

Santé

Santé mentale :

Les Conseils Locaux de Santé Mentale (CLSM) disposent d’un nouveau site internet, proposant notamment une carte interactive des différentes structures, ainsi que leurs actions (formations, rencontres nationales et régionales, etc.).

Protection des données :

La CNIL explique ce que constitue le nouveau « Système national des données de santé » (SNDS) qui est mis en œuvre depuis le 10 avril 2017.

Politiques sociales

« L’e-administration » augmente les difficultés des personnes démunies qui souvent ne sont pas équipées d’ordinateurs ou bien qui sont totalement réfractaires à ces outils.

« La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération ».

(James Freeman Clarke 1810/1888)

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 12:35

Des membres de la "commission Linky" du CNAFAL, ont participé à la rencontre de l'ANSES, et ont pu améliorer leurs connaissances sur l’exposition du vivant aux ondes électromagnétiques. Ils retracent les grandes lignes des 14 présentations qui se sont succédées à un rythme soutenu. Environ 250 personnes ont participé à cette journée, venant du monde scientifique, médical, technique et associatif.

 

Roger GENET, directeur général de l’ANSES a ouvert le colloque signalant que d’ici 2020 plus de 2 milliards d’objets connectés devraient être en service en France, ce qui pose de légitimes interrogations sanitaires. L’ANSES qui accorde beaucoup d’importance à cette question  a financé 45 projets de recherche depuis 2011 dans le cadre du programme national de recherche environnement-santé-travail (PNREST) pour un montant total de 9,1 M€. Ce programme dans lequel interviennent des équipes d’horizons variés, en partie étrangères, est financé par une taxe sur les objets connectés non filaires, directement reversée à l’ANSES, mode de financement sensé garantir l’indépendance de l’agence[1].

Les 14 études sont reprises ci-dessous  dans l’ordre de leur présentation. Les titres en gras ci-dessous reprennent textuellement  les dénominations des recherches évoquées. Plusieurs études couvrent des champs d’investigation très proches mais chacune vise un objectif différent. Les passages en italique sont des citations tirées du dossier remis aux participants.

Analyse et caractérisation de l’exposition des très jeunes enfants.

L’objectif de cette étude est de déterminer un modèle pour caractériser les doses d’exposition subies par les très jeunes enfants qui ne peuvent être considérés comme des adultes en miniature du fait de leur morphologie particulière et de l’impact des ondes sur leur développement. Ces enfants ne sont pas utilisateurs des technologies mais sont néanmoins irradiés par les téléphones et tablettes de leurs parents ainsi que par les réseaux non filaires du domicile (wifi, bluetooth, babiphones, …). Leur irradiation est en outre fortement influencée par leur position par rapport au téléphone ou la tablette.

Le travail de l’équipe a abouti à mettre au point un modèle numérique spécifique pour cette tranche d’âge, prenant en compte des divers paramètres, disponible pour les chercheurs ainsi que les organismes chargés de fixer les normes et de veiller à leur application.

MOBI-EXPO : « caractérisation de l’utilisation du téléphone portable chez l’enfant, l’adolescent et le jeune adulte dans le cadre d’une étude épidémiologique multicentrique ».

Cette recherche internationale (12 pays répartis sur plusieurs continents) est le préalable d’une étude épidémiologique de grande ampleur. A ce stade il s’agissait de bien connaître les habitudes d’usage de différentes tranches d’âge et de déterminer des correctifs mathématiques à apporter aux collectes d’informations déclaratives quand à l’usage de la téléphonie mobile et des applications associées, compte tenu de ce que l’on appelle le « biais de mémorisation » en croisant les informations obtenues par les questionnaires avec celles fournies par une application spécifique installée sur les smartphones mis à disposition pour la période de test.

Le modèle mathématique qui a été validé apporte « de précieux éclairages sur la conception, l’analyse et l’interprétation de futures  études épidémiologiques » ainsi que la mise au point « de stratégies de réduction de l’exposition aux radiofréquences ».

Réponses physiologiques d’adaptation ou d’évitement du rat juvénile exposé aux ondes radiofréquences type antenne relai.

Il s’est agi de vérifier si des rats de laboratoire sont sensibles aux ondes en leur permettant de passer d’une cage exposée à une cage non exposée. Il est apparu qu’à température normale durant leur période d’activité, les rats ne sont pas perturbés par le champ électromagnétique (CEM), mais que pour leur période de repos ils choisissent la cage non exposée. Lorsque la température  augmente des perturbations apparaissent également durant la période d’activité. Tout ceci accrédite l’idée qu’ « il pourrait y avoir un lien entre ce type d’exposition et les symptômes et désagréments ressentis par les personnes qui se disent atteintes d’EHS, même pour des niveaux d’intensité très faibles ».

Technologies de communication, environnement et tumeurs cérébrales chez les jeunes.

Cette étude internationale (14 pays) compare l’exposition aux ondes d’une population significative de jeunes (10 à 24 ans) opérés pour des tumeurs cérébrales avec celle d’un groupe témoin équivalent opéré pour appendicite à partir du recueil des informations de chaque individu quant son usage de la téléphonie mobile avec prise en compte du biais de mémorisation. L’analyse des données est en cours. « Au vu de la forte utilisation de téléphone chez les jeunes, les résultats de cette étude sont très importants pour évaluer l’existence ou non d’une augmentation de risque d’une des tumeurs les plus fréquentes ».

Analyse de l’impact des ondes millimétriques sur la différentiation des cellules nerveuses.

A partir de 2020 devrait se déployer le réseau téléphonique 5G qui a recours aux ondes millimétriques (OMM), de 30 à 300 Ghz. L’impact sanitaire de ces fréquences n’étant pas connu, il était important de l’étudier avant la généralisation des OMM. La pénétration des  OMM dans  le corps humain s’arrêtant aux couches profondes de la peau, il fallait vérifier leur impact sur les cellules nerveuses périphériques. Les résultats de l’étude in vitro ne montrent pas d’effet délétère sur des expositions de courte durée (24h), mais « ne présagent en rien de l’innocuité de ces ondes en ce qui concerne les effets à long terme ou les effets sur l’activité électrique des neurones ».

Caractérisation des expositions induites par les futurs systèmes de transfert d’énergie sans fil.

Peu connue du grand public, cette technologie émergente permet  de recharger des batteries et d’alimenter des appareils électriques sans fil, sur de courtes distances, par ondes pulsées. Pour l’instant les puissances se limitent à quelques centaines de watts mais elles sont appelées à croître dans un proche avenir. L’étude en cours cherche à vérifier les effets que peuvent avoir ces importants transferts  d’énergie sur un corps humain placé entre l’émetteur du rayonnement (branché sur le réseau électrique) et le récepteur (l’appareil ainsi alimenté) dans la gamme des 10Mhz. Les premiers résultats indiquent que « dans certains scénarios d’exposition, la limite en termes de densité de courant peut être atteinte plus rapidement que celui en DAS », en d’autres termes que l’irradiation peut être assez conséquente.

Etude en temps réel des effets cellulaires globaux des radiofréquences.

Les effets biologiques des radiofréquences sont encore mal connus au niveau cellulaire. Toute la difficulté reposait dans l’absence d’appareillage expérimental ad hoc. L’équipe chargée de ce projet a réussi à mettre au point un système permettant d’étudier les variations métaboliques de cellules en culture soumises à des champs électromagnétiques. Pour l’instant l’expérimentation n’a porté que sur des cellules très spécifiques (kératinocytes et neuroblastes humains) mais la poursuite du programme portant sur des cellules primaires devrait permettre de contribuer « de manière solide à l’évaluation du risque sanitaire présenté par l’exposition aux champs radiofréquences ».

Développement d’un scanner de débit d’absorption spécifique à haute résolution basé sur un capteur électro-optique.

La mesure de la dose de rayonnement radiofréquence reçue par une personne (DAS) se fait à l’aide de capteurs spécifiques pour chaque gamme de fréquences, dont les sondes métalliques influencent la mesure. Une équipe a mis au point une sonde optique capable de couvrir une très large bande de fréquences, permettant une mesure en 3D et ne perturbant pas la mesure car n’étant pas métallique. Les mesures de DAS en seront facilitées, gagneront en précision et pourront s’appliquer à des domaines nouveaux. L’ambition finale du projet est d’ « établir l’art dans la métrologie du champ électrique pour l’évaluation du taux d’exposition radiofréquence »

L’étude Cosmos, une cohorte prospective européenne sur la téléphonie mobile et la santé

Faisant suite à de précédentes études contestées pour des biais méthodologiques, Cosmos porte sur les données de 290 000 adultes européens volontaires (plus de 310 000 à terme) répondant à des questionnaires sur leurs usages de téléphonie et autres objets communicants, données corrigées du biais de mémorisation. Un croisement de ces données avec celles de l’épidémiologie « permettra l’étude de risques éventuels de maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, neurologiques, de symptômes spécifiques tels que acouphènes, maux de tête, troubles du sommeil, impact éventuels sur la reproduction) ». Le traitement des données se fera au niveau européen, mais également dans chaque pays participant. En France ce traitement  sera croisé avec l’étude épidémiologique « Constances ». « Grace à sa taille, à la diversité des pays d’étude et des événements de santé qui seront étudiés, Cosmos contribuera aux connaissances scientifiques et sanitaires sur les risques éventuels associés à l’usage intensif et à long terme de téléphones mobiles et à l’exposition aux radiofréquences ».

Représentation du risque et coproduction de savoirs experts et profanes dans la résolution des controverses liées aux radiofréquences en France et au Québec (RISQUE).

Cette étude se situe dans le champ sociocognitif et comporte 4 étapes : détermination des  représentations sociales du risque lié aux radiofréquences lors d’entretiens libres ; études de cas par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs ; recension systématiques des écrits ; établissement d’un cadre de référence sur une approche de dialogue. L’objectif est de mieux appréhender  les inquiétudes de la population pour « comprendre comment une communauté/collectivité peut planifier ses stratégies d’adaptation et de développement ».[2]

Caractérisation des effets d’un champ électromagnétique GSM sur des modèles de vulnérabilité cérébrale : développement, neuro-inflammation et hypersensibilité.

Cette recherche a porté sur des rates gestantes ainsi que des rats juvéniles exposés durant leur développement, conjointement aux radio-ondes et à des agents infectieux pour vérifier si l’exposition aux CEM affaiblissait leur organisme et modifiait leur comportement. Les résultats montrent que « chez le rat adulte, des comportements pourraient être modifiés de manière dose-dépendante par les CEM suite à une trace laissée par un événement inflammatoire au moment de la gestation ou de l’adolescence »  ainsi que l’ « existence d’interactions avec le tissu biologique et de possibles effets sanitaires pour des DAS cumulés élevés. » Débit d’Absorption Spécifique

Effets des ondes GSM 1800 Mhz sur les cellules microgliales et la neurotransmission dans un contexte neuroinflammatoire.

Proche de l’étude précédente celle-ci cherche à vérifier l’impact des radiofréquences sur un « cerveau affecté par un processus pathologique » en raison du constat que « de nombreux états neuropathologiques ont une composante neuro-inflammatoire associant des réactions morphologiques et fonctionnelles des cellules microgliales à des modifications de l’activité ou de l’intégrité des réseaux neuronaux ». Les résultats de cette étude portant sur l’analyse d’un certain nombre de marqueurs biologiques dans différentes conditions s’avèrent « statistiquement significatifs 24h après l’exposition des animaux ; ils ne le sont plus 72h après l’exposition ». Ils mettent nettement en évidence « la sensibilité ou la réponse de cellules cérébrales à des radiofréquences utilisées pour la téléphonie mobile peuvent être augmentées lors d’un épisode neuro-inflammatoire aigu. »

Effets biologiques de l’exposition aux radiofréquences des cellules neuronales. Projet MOTUS.

Il est connu que l’exposition à des ondes GSM (téléphonie 2G) entraine « une diminution significative de l’activité électrique des réseaux de neurones in vitro » et  de la « prolifération des cellules souches dans le cerveau du rat », contrairement  à celle à des ondes UMTS (3 G). Le projet Motus se fixe pour objectif de caractériser et comprendre cette différence de réaction cellulaire entre l’exposition aux ondes GSM et celle aux ondes entretenues (CW en anglais). La recherche s’est fixée 5 tâches successives dont pour l’instant 4 ont été abordées. Les premiers résultats « tendent à prouver la robustesse de l’effet d’inhibition de l’activité électrophysiologique sous exposition radiofréquences […] in vitro ». Les essais in vivo et l’immunochimie sont en cours et il est trop tôt pour se prononcer sur les différences de réactions des tissus cérébraux en fonction de la nature des ondes.

Analyse moléculaire et cellulaire des effets des radiofréquences sur les membranes des cellules.

Une étude antérieure avait montré « un effet des signaux GSM sur l’endocytose des cellules ». Le projet MARFEM a étudié « l’oxydation des lipides membranaires suite à l’exposition de membranes biologiques à des radiofréquences et à des impulsions électriques ».

Les résultats de l’étude montrent des effets avérés en matière d’oxydation et de peroxydation des lipides avec production de radicaux libres, différenciés selon l’intensité et la nature des rayonnements. « MARFEM a donc permis de mettre en évidence d’une part, des mécanismes moléculaires d’interaction des radiofréquences et d’autre part l’effet extrêmement limité des GSM »

En guise de conclusion personnelle.

Il est très difficile pour le profane, même initié de suivre les démarches des chercheurs dans les présentations de leurs études, mais il appartient au citoyen de se faire une opinion et de choisir dans quelle société il veut vivre. En essayant de prendre de la hauteur sur les travaux présentés, il ressort que l’exposition du vivant aux ondes électromagnétiques a des effets avérés, d’importance variable selon l’organisme, l’individu, la nature et l’intensité des ondes, sans que l’on sache encore bien décrire les mécanismes biologiques en jeu.

Il faut que la recherche continue à nous éclairer, mais dans le même temps il importe d’aller vers la modération électromagnétique en vertu du principe de précaution, du moins tant que l’innocuité des ondes sur la santé n’aura pas été démontrée.

François Vetter – Président du CDAFAL 70
[1] Sans toutefois garantir l’absence de conflits d’intérêt aux niveaux des équipes de recherche ou des personnes les menant
[2] L’étude se situe clairement dans le champ de l’optimisation de la communication

Un complément d’information intéressant, fait par François sur Linky et les ondes : Linky et la santé

 

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com - dans SANTE SOLIDARITE SCIENTIFIQUE ASSOCIATIF
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 08:32
La Conférence sur Nelson Mandela à Vaux le Pénil le 22 avril 2017

 

La salle de l’Arcature était archi pleine….

L’association la Ferme des jeux était dans les clous pour la sécurité

Mais faudrait-il un jour changer de lieu devant cette affluence qui enfle ?

L’Arcature est très conviviale ce qui milite pour le maintien dans ce lieu

Et les habitués et intéressés seront-ils prêts à venir dans une autre salle ?

En attendant : bravo pour l’association et pour notre ami et camarade Julien Guérin , conférencier

de talent qui encore une fois a su raconter, analyser et contextualiser.

Les militants et militantes qui ont participé aux campagnes pour le boycott de l’Afrique du Sud et de son gouvernement raciste, à la fin des années 80 ont pu se remémorer cette période.

Nelson Mandela, comme tout militant politique de libération sociale a pu commettre des erreurs mais il n’a jamais faibli devant la dictature et a mené son combat jusqu’au bout, refusant tout compromis allant à l’encontre des intérêts des droits de l’Homme.

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France