Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 14:36

EMOTION ET SOLIDARITE AVEC LES FAMILLES DE NANGIS

 

Je ne vais pas me prononcer sur les circonstances exactes de cet accident entre un minibus et un camion. L’enquête apportera toutes les informations nécessaires.

Cet accident mortel m’a particulièrement touché.

Comme l’a exprimé le maire de Nangis, Michel Billout : « ce sont nos enfants ».

Ce drame a frappé des familles de Nangis, commune de Seine et Marne et toute la communauté éducative des centres de vacances.

Chaque directeur, chaque responsable, chaque organisateur sait que des risques existent.

Quand notre association « Familles laïques de Vaux le Pénil » a organisé une sortie à la Mer de sable, le président et moi-même n’ont eu cesse de donner des consignes et naturellement nous avons téléphoné plusieurs fois aux animateurs chauffeurs…..

Comme tous les organisateurs, l’inquiétude ne nous a pas quittés jusqu’au retour

L’ accident de Courteranges près de Troyes nous a particulièrement touchés

C’est un drame épouvantable….Six personnes dont quatre enfants ont trouvé la mort.

Le Maire, très ému est notre ami et l’un des enfants morts était l’élève d’un responsable de notre association.

Si les accidents graves de voiture sont nettement plus nombreux- toute proportion gardée- lorsque les familles se retrouvent dans leur véhicule que lorsque les enfants sont en colo ou sorties collectives, un drame comme celui marque les esprits et suscite l’émotion.

Tout est fait dans les accueils de mineurs, qu’il s’agisse des mini camps ou colonies de vacances pour assurer une sécurité maximale.

Les sorties en minibus sont très cadrées avec du personnel préparé à cette tâche et reposé.

Quand un animateur assure la conduite, il doit être en forme et respecter toutes les consignes de sécurité.

Le directeur se charge d’ailleurs de préparer dans les meilleures conditions possibles les transports d’enfants pour aller aux activités qui se situent à l’extérieur du centre.

La sécurité peut être encore renforcée, bien entendu mais malheureusement les accidents sont toujours possibles.

Comme vous tous j’ai une pensée très forte pour les familles de ces victimes….

Ce sont leurs enfants et les nôtres.

 

Jean-François Chalot

-oOo-

 

 

Vaux le Pénil, le 23 juillet 2014

 

 

Monsieur Michel BILLOUT

 

Sénateur Maire de Nangis

 

Mairie de Nangis

 

77370 NANGIS

 

Monsieur le Maire,

 

En ces terribles circonstances, face au drame qui touche au plus près une communauté toute entière, les associations familiales laïques ne peuvent rester insensibles.

 

Par la présente, nous tenons à vous faire part de notre soutien et notre compassion, tout d'abord aux proches des victimes touchés dans leur chair, mais aussi à vous même et tous vos collaborateurs et à l'ensemble de la population.

 

Présents aussi à notre esprit, tous les camarades de ces jeunes, leurs animateurs qui malgré les circonstances vont devoir continuer à vivre et à qui nous souhaitons de surmonter au mieux ce traumatisme.

 

 

Il nous arrive à nous aussi d'organiser des manifestations, des sorties et nul n'est à l'abri de l'accident, du dérapage, et nous imaginons sans peine les sentiments qui habitent les uns et les autres.

 

 

 

Au nom du Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques de Seine et Marne,

 

de Jeannine JOUANIN sa présidente et de son vice-président Jean-François CHALOT,

 

 

Au nom de l'Association Familiale Laïque de Vaux le Pénil,

 

à titre personnel

 

je présente à l'ensemble de la communauté nangissiene, aux familles, de très sincères et douloureuses condoléances.

 

Patrice THEVENY

 

Président de Familles Laïques de Vaux le Pénil

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 11:30

arton41686ACTUALITE  en  juin  2014.

 

L’actualité est faite de situations dramatiques pour certains Sans Papiers

 mais on note des réactions positives aussi.   

 

Calais : 550 personnes, principalement originaires de Syrie, d’Afghanistan, d’Erythrée, étaient regroupées près du port de Calais dans l’espoir de passer en Angleterre. Pour des raisons sanitaires (risques de contagion de gale), ces personnes ont été délogées de leur campement insalubre. Comment ne pas comprendre leur méfiance devant la promesse de les regrouper dans des camps éloignés d’où elles pourraient être expulsées plus discrètement ? L’errance continue.

 

Italie : quand la France mène une politique de « rétention-expulsion », l’Italie est en première ligne pour l’accueil : en quatre jours, 6.000 migrants sont venus du Continent africain. 50.000 auraient débarqué depuis le début de l’année en Italie, seule à assumer cette situation. C’est où, l’Europe ?

 

 Pas d’humanité.  Un ressortissant congolais, en France depuis 10 ans, père d’un   enfant de 3 ans dont la mère est en situation régulière, a été interpellé en allant au chevet de sa mère hospitalisée. Il est menacé d’expulsion du territoire français.

 

 

Une nouvelle réconfortante et des soutiens :

 

Statut de réfugié. Un Camerounais venu en France pour échapper à des violences raciales dans son pays a été mis en rétention au CRA du Mesnil-Amelot en vue d’un retour forcé. Il a finalement obtenu en appel le statut de réfugié.

 

Motion municipale. Un Géorgien habitant Mont-Saint-Martin, en Meurthe-et-Moselle,  père de 3 enfants dont 2 en scolarité, vivant en France depuis 8 ans, a vu sa demande d’asile plusieurs fois rejetée alors que sa compagne a été régularisée. Ayant déposé une nouvelle demande, il a reçu un ordre de quitter le territoire. La police est venue le chercher chez lui à l’aube pour le transférer au Mesnil-Amelot, avec un vol prévu à Roissy-Charles-De-Gaulle pour un retour dans son pays d’origine. Cette situation a ému le Conseil municipal de cette ville qui, en présence des  élus, des parents d’élèves, des enfants, des enseignants,  a décidé de « prendre une motion pour dénoncer cet acte ».

 

Solidarité. Des collégiens de Bobigny ont exprimé leur solidarité avec 5 de leurs camarades menacés de devoir quitter leur collège parce qu’ils ont la malchance d’être d’une famille Rom chassée du terrain où ils habitent. Dans un communiqué de presse, ils dénoncent des conditions qui rendent impossible leur intégration.

 

 

                              Le CERCLE DE SILENCE de Melun.

 S’y retrouvent, à titre personnel, des membres de diverses organisations : Réseau d’éducation sans frontière, Action des chrétiens contre la torture, Amnesty international, Ligue des droits de l’homme, Familles Laïques de Vaux le Pénil, CDAFAL77, MRAP, CCFD, Entraide protestante, Secours catholique, Cimade, Partenia 77… et aussi des hommes et de femmes n’appartenant à aucune organisation.

                    Si vous êtes sensibles à ces situations,

                Venez nous rejoindre, même quelques minutes

       Chaque dernier mardi du mois, de 18h00 à 19h00,

       Place Saint Jean à Melun.

Pour plus d’informations : Dominique Thibaud – 34 rue A.Sommier – 77000 – MAINCY.dominique.thibaud2@wanadoo.fr

                        Prochain cercle de silence le Mardi 29 Juillet à 18h00

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 06:57

Affiche-solidarite-u

 

Construire et faire vivre un réseau intercommunal de solidarité

Colloque Familles Laïques du 28 Novembre 2014

 

 

INVITATION

 

Face à l’accroissement des situations de précarité économique et d’isolement social, la mobilisation des acteurs de proximité de la solidarité publique et associative est une réponse certes incontournable mais pas suffisante.

 

En effet si la proximité permet d’agir au plus près de la réalité des personnes dans leur environnement de vie, elle doit pouvoir s’appuyer sur une connaissance précise des moyens et des compétences mobilisables sur un territoire et surtout sur leur coordination.

 

Or trop souvent on ne peut que constater des phénomènes de surinvestissement de certaines situations personnelles et/ou familiales alors que d’autres situations, parfois moins visibles, sont délaissées.

 

La multiplicité des interventions non coordonnées sur un territoire tend à morceler l’accompagnement des personnes au risque de rendre cet accompagnement incohérent. De plus elle représente un surcoût humain, matériel et financier.

 

Pour faire face à cette situation et apporter des solutions, Familles Laïques vous invite à un colloque qui aura lieu le 28 Novembre de 17 Heures à 21H ………………………. sur le thème

 

« Construire et faire vivre un réseau intercommunal de solidarité » 

 

L’objectif de ce colloque est de mobiliser les différents acteurs de la solidarité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération de Melun Val de Seine pour jeter les bases d’un réseau intercommunal de solidarité à partir de trois notions simples :

-       Se connaître : qui fait quoi ?

-       Se reconnaître : quelles complémentarités ?

-       Agir ensemble : quelle coordination ?

 

A terme il s’agirait d’élaborer un outil commun basé d’une part sur un protocole de coopération entre les membres du réseau et d’autre part sur un Annuaire des ressources intercommunales de solidarité.

 

 

Afin de nous permettre de préparer ce colloque nous vous remercions de bien vouloir répondre au questionnaire ci-joint

 

LETTRE ADRESSEE AUX ASSOCIATIONS ET INSTITUTIONS CONCERNEES



 

QUESTIONNAIRE DE PREPARATION AU COLLOQUE FAMILLES LAIQUES DU 28/11/2014

 

« Construire et faire vivre un réseau intercommunal de solidarité » 

 

1/ Nom et adresse de votre Organisme (peut être à pré-imprimer et demander si elle est correcte)

 

 

 

2/ Nom de la personne à contacter pour ce questionnaire

 

 

3/ Quels sont vos principaux domaines d’interventions ?

 

 

 

 

 

4/ Quels sont vos principaux moyens d’actions ?

 

 

 

 

 

5/ Quels sont vos principaux partenaires actuels ?

 

 

 

 

 

6/ Souhaiteriez-vous développer votre partenariat sur le territoire de Melun Val de Seine et auprès de quel type d’Organisme ?

 

 

 

 

 

7/ Estimez-vous qu’un Annuaire détaillé des ressources intercommunales dans le domaine social vous serait utile ?

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 21:37

affiche-un-toit.jpg

Dernière minute :

LIRE L'ARTICLE PUBLIE AUJOURD'HUI PAR LE PARISIEN

 

 http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/un-dal-77-en-projet-pour-defendre-les-mal-loges-14-03-2014-3671403.php

 

L'Association Familiale Laïque de Melun organise en partenariat avec les amis du Monde Diplômatique une réunion publique débat le VENDREDI 14 MARS 2014 à 20 Heures au café de l'Astrolabe à MELUN ( voir l'affiche)avec la participation du porte parole du DAL (Droit Au Logement)

Il s'agit à la fois de débattre, de jeter les bases d'un réseau local de solidarité logement sur Melun et d'envisager la création d'un DAL sur le sud Seine et Marne.

Pour une présentation plus complète de la soirée, vous pouvez vous connecter sur le site du CDAFAL 77

www.cdafal77.fr

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 10:49

 

 

 

Nous dénonçons les interpellations au faciès ; les humiliations liées aux contrôles ; les mises en rétention administratives des hommes et des femmes étrangers sans papiers.

Nous dénonçons le climat de suspicion et les obstacles mis à l’exercice du droit d’asile pour des personnes menacées dans leur vie dans leur pays d’origine.

 

Nous refusons que soient appliquées en notre nom des décisions politiques qui broient des familles, des couples et des individus.

 

Nous voulons que la France reste un pays d’accueil, enrichi par des personnes venues du monde entier et qui circulent.

 

 

 

 

 

Avec ou sans papiers, l’étranger est une personne.

La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte.

Notre silence le crie

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ACTUALITE  - Octobre 2013.

 

                     Le récent drame maritime près des côtes de Lampedusa semble émouvoir l'Europe.

 

"Enfin !" devrait-on dire car il faut aussi se demander pourquoi tant d'autres drames dans les mêmes parages sont restés quasiment ignorés par le passé.

 

                    Qui se rappelle de la dérive tragique pendant deux semaines d'un bateau parti de Libye en mars 2011 avec 72 personnes à bord, lequel finit par s'échouer avec seulement 9 survivants ? Elle n'eut qu'un faible écho dans les médias, d'autant plus faible que les centres de coordination de sauvetage en mer italien et maltais ainsi que les forces de l'OTAN restèrent alors totalement passifs malgré les nombreux signaux de détresse envoyés depuis la malheureuse embarcation...

Oui, pourquoi cette ignorance ?

                     La création de l'agence Frontex, dont le but fondamental est de lutter contre l'immigration dite « clandestine », et non pas pour le sauvetage en mer, agit dans la plus grande discrétion afin de repérer puis refouler les esquifs surchargés, elle » surveille les migrants en tant que flux à stopper mais ne veille pas sur eux en tant qu’êtres humains ayant besoin de protection ». Cette création résulte de l'obsession sécuritaire de l'Union Européenne, obsession qui va de pair avec la criminalisation des migrants et qui cache un profond refus de l’étranger, non conforme aux standards de l'UE.

 

                       Le drame de Lampedusa résulte directement d’une xénophobie européenne ciblée sur l’origine, la culture et le statut social.

 

                    Ce sont les mêmes ressorts qui nourrissent les discours de rejet et de haine vis-à-vis des Roms alors que ceux-ci ne représentent en France que moins de 3 % de la population du territoire.

Et l'on peut continuer avec la mise en rétention et les expulsions ininterrompues de sans-papiers, dont beaucoup ont affronté les périls de la Méditerranée comme les victimes naufragées que les autorités déplorent hypocritement aujourd'hui.

 

 

Le CERCLE DE SILENCE de Melun.


S’y retrouvent, à titre personnel, des membres de diverses organisations : Réseau d’éducation sans frontière, Action des chrétiens contre la torture, Ligue des droits de l’homme, Familles Laïques de Vaux le Pénil, CDAFAL77, MRAP, CCFD, Entraide protestante, Cimade, Partenia 77… et aussi des hommes et de femmes n’appartenant à aucune organisation.


Si vous êtes sensibles à ces situations,

Venez nous rejoindre, même quelques minutes

Chaque dernier mardi du mois, de 18h00 à 19h00,

Place Saint Jean à Melun.

 

Pour plus d’informations : Dominique Thibaud – 34 rue A.Sommier – 77000 – MAINCY.dominique.thibaud2@wanadoo.fr

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 09:03

 

SOLIDARITE.jpg

 

Le combat du pot de terre

 

Il n'est pas bon pour une famille durant l'été d'avoir besoin d'un accompagnement social, beaucoup de services sont en vacances....Les personnes qui restent , assurent bien souvent une permanence.

« Attendez on vous écrira ! »

Un exemple parmi d'autres :

C'est une femme expulsée de son logement début avril qui se retrouve logée à l'hôtel avec ses trois enfants.

Elle avait des dettes de loyer et ce bailleur sans la moindre hésitation les a expulsés , elle et ses enfants.

Il existe des bailleurs sociaux qui, eux, accompagnent les familles et interviennent dès le premier retard de loyer en proposant un échelonnement....Le résultat est probant : de nombreuses familles rétablissent leur situation.

La juge des enfants, sans état d'âme, semble t-il (?) a placé les trois enfants dans des familles d'accueil. Les parents- le couple s'est reformé- voient ses enfants une ou deux fois par mois dans des conditions particulières et peu propices au maintien de lien : ils se rencontrent dans une salle de la Maison de la Solidarité pour quelques petites heures.

Deux associations fort différentes, le Secours catholique et le Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques se sont saisi du dossier pour accompagner cette mère et ce père, désespérés de continuer à passer d'une chambre d'hôtel à l'autre.

Pour ces deux associations, il fallait aider cette famille à se retrouver et à se reconstruire.

Le pot de terre s'est mis en marche , sachant qu' il fallait ne pas faire attendre car ce couple risquait se sombrer dans le desespoir.

 

Premier obstacle la domiciliation pour avoir droit aux prestations de la CAF :

  • le 115 qui avait hébergé cette famille dit ne pas pouvoir assurer la domiciliation ;

  • la CAF explique que le Secours Catholique n'a pas d'agrément

  • le CCAS de la ville où logeait cette famille ayant téléphoné à la direction de la cohésion sociale annonce qu'il n'est pas habilité à domicilier ce couple. Ce CCAS de bonne foi n'est pas en cause.

Il a fallu, durant montrer, début août, texte à l'appui que tout CCAS pouvait domicilier une famille ayant eu des liens avec la commune....Mais pour aller plus vite c'est le Secours Populaire qui, agréé assure cette domiciliation....Ouf !

 

Deuxième obstacle : trouver un logement social

 

Les services de la Préfecture ayant été prévenus de l'urgence, un logement est proposé chez un bailleur.

Tout début juillet, le couple et les bénévoles commencent à respirer...provisoirement malheureusement :

La commission d'attribution se réunit début août et donne un avis défavorable.

C'est alors pour le couple le découragement d'autant plus qu'il lui avait fallu fournir plusieurs fois les mêmes papiers (!)

Le pot de terre s'énerve et s'apprête à médiatiser « l'affaire ».

Le bailleur émet une autre proposition de logement mais en indiquant que seul un bail glissant serait accepté à coup sûr.

Un bail glissant : c'est la médiation d'une association habilitée qui signe le bail à la place de la famille .

C'est à dire qu'elle paie les loyers et charges que lui rembourse chaque mois la famille.

Après un an de fonctionnement, si aucun incident n'est survenu, le bail est fait au nom de la famille.

Les bénévoles ne se découragent pas, ils contactent la grande association agréée par le Conseil Général .

Voici la réponse surprenante qui leur est faite : Nous rentrons dans ce dispostif, certes mais il faut que ce soit la Maison de la Solidarité qui instruise le dossier .

Il faut donc aller voir les services sociaux départementaux, les convaincre très vite avant le 15 août ou trouver une autre association éligible.

Nous ne désarmons pas, nous irons jusqu'au bout.

 

Jean-François Chalot

 

EPILOGUE

Le Secours Populaire a accepté de domicilier le couple, merci à lui

Le Secours Catholique signe le bail glissant, merci à lui

Nous avons reçu de nombreux soutiens dont celui du Vice président du Conseil Général Jean Pierre Bontoux

Le 20 août 2013, la commission d'attribution du bailleur sollicité par la Préfecture a tranché :

ce couple est relogé

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 07:14

  Après les annonces du Premier Ministre au Haut Conseil de la Famille, Le CNAFAL est satisfait du choix opéré en faveur d’une baisse du plafond du quotient familial qui passera l’année prochaine de 2 000 € à 1 500 € pour les familles dont le revenu net est supérieur à 5 850 € par mois, pour un couple avec deux enfants. Le CNAFAL, dès le mois de janvier, s’était prononcé en faveur de cette mesure (voir étude dans la revue Familles Laïques n°102).

 

 En effet, nous considérons comme normal que les familles aisées contribuent à la solidarité. Il est indéniable, que depuis des décennies, cet avantage fiscal profite aux familles les plus aisées.
 Cette contribution par l’impôt permet d’assurer une augmentation de 25% de l’allocation de soutien familial (ASF) pour les familles monoparentales, dont on sait qu’elles sont en général les plus pauvres. Le CNAFAL ne peut que se féliciter de la volonté gouvernementale de recouvrer les pensions alimentaires impayées, tout comme il se félicite des mesures annoncées par anticipation d’un meilleur partage du congé parental entre homme et femme.
 Le CNAFAL est également soulagé de constater que le fonds national d’action sociale, qui permet aux CAF de développer une offre de services collectifs aux familles, sera en progression de 7,5% par an pendant toute la durée de la convention d’objectif et de gestion de la branche Famille, l’Etat permettant ainsi de créer 100 000 places de crèches supplémentaires et 100 000 solutions d’offres d’accueils par des assistantes maternelles.
 De même, le CNAFAL prend acte du renforcement des moyens des accueils de loisirs sans hébergement en souhaitant qu’une affectation budgétaire soit dédiée à ce type d’équipement pour réussir la réforme des rythmes scolaires.
 Enfin le CNAFAL approuve également la majoration de 50% du complément familial pour les familles de 3 enfants et plus, vivant en dessous du seuil de pauvreté, ainsi que la création de 75 000 places supplémentaires en maternelle pour les enfants de moins de 3 ans, qui est un des éléments de la lutte contre les inégalités scolaires et sociales.
 Toutefois, le CNAFAL regrette que la demi-part supplémentaire en quotient familial au 3ème enfant, n’ait pas été supprimée au bénéfice de l’ouverture des allocations familiales dès le 1er enfant. Le CNAFAL ne peut accepter cette discrimination en fonction du rang de l’enfant.
 De même, le CNAFAL ne saurait accepter une baisse des cotisations sociales versées par le patronat, servant à alimenter la branche Famille. Cette volonté du Conseil National de la Résistance de faire participer le patronat au financement de la cohésion sociale de la Nation est essentiel surtout en période d’explosion des inégalités sociales.
Chaque fois que des mesures iront dans le sens de la justice sociale, le CNAFAL approuvera.

 

affiche-cnafal.JPG

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 07:46

Droit à la santé, droit au logement....Mobilisation nationale !

 

Face au délitement et à la disparition de nombreux services publics dans les zones rurales et dans les quartiers dits sensibles de nos villes, des citoyens et des organisations se sont organisés pour défendre l'existence même des services publics et leur développement.

Des coordinations regroupent des associations nationales comme la plate-forme logement des mouvements sociaux et d'autres rassemblent à la fois des collectifs locaux et à la fois de grands réseaux, c'est le cas de la coordination nationale de défense des hôpitaux de proximité.

Il s'agit de résister, de défendre des principes comme l'accès aux soins pour tous et le droit au logement, de se préoccuper de l'intérêt des familles et notamment des plus vulnérables.

Mais dès maintenant dans de nombreuses villes comme à Paris, la plate-forme logement des mouvements sociaux organise une marche le 1er avril.

« Respect du Droit à l’hébergement et au logement, arrêt des expulsions, réquisition des logements vides, baisse des loyers

Marche Lundi 1er Avril,

RV 14h Place du palais Royal

Sans abris, fini l’hiver : dehors !

A partir du 1er avril, les centres d’hébergement d’urgence commencent  à fermer, et beaucoup de sans abris sont priés de faire leur bagages.

Or la loi prévoit que toute personne hébergée doit être maintenue jusqu’à une orientation vers une structure de stabilisation ou un relogement.

Locataires en galère : sur le trottoir !

Les expulsions sans relogement reprennent dès le 2 avril,  et des milliers de familles et de locataires vont être jetés à la rue, sans même un hébergement, dans la plupart des cas.

Une circulaire du 27 octobre 2012 a tout de même prévu  que les prioritaires DALO menacés d’expulsion seraient relogés. Mais sera t’elle respectée par les Préfet ?

 

Prioritaires DALO : circulez, il n’y a rien pour vous !

En Ile de France, 25 000 ménages et familles, dont 17 000 à Paris,  mal logés, sans logis ou en instance d’expulsion sont prioritaires DALO et ne sont pas relogés

Habitants de bidonville : disparaissez !

Le Gouvernement a décidé de leur envoyer la police et les bulldozers en guise de solution, , alors que des lois             prévoient leur relogement

Logements vacants : toujours plus nombreux !

Tandis que les réquisitions annoncées paraissent au point mort, et resteront marginales  le nombre de bureaux             et de logements vacants ne cesse de grandir … comme celui des mal logés et des sans logis…

Nous exigeons :

- L’arrêt des expulsions sans relogement, y compris des habitants de bidonvilles;

- Le maintien de tout les sans abris dans les CHU et les hébergements, 24h sur 24, en attendant leur orientation

- Le relogement dans les délais des prioritaires DALO,

- La réquisition massive de logements et bureaux vacants et la mise à disposition des biens publics vides,

- La réalisation de 200 000 vrais logements sociaux, grâce : au rétablissement du 1% et de la TVA à 5%, au doublement du Livret A  et  à la mobilisation des terrains publics

- La baisse des loyers, des charges de l’énergie, et le respect du Droit à un logement stable et décent pour tous et toutes…

A l’appel de DAL, … Plate forme logement des mouvements sociaux, 115 juridique »

Il n'y a pas de jours fériés qui tiennent...Le 1er avril de nombreux militants et militantes manifesteront car il y a une urgence :

s 'opposer aux expulsions qui vont redémarrer le 2 avril....

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 13:17

afl5-rouge 

 

Paris, le 19 mars 2013

 

Communiqué de presse

 

Un toit pour tous ! Urgence

 

A l'appel de la plate-forme logement des mouvements sociaux qui regroupe une trentaine d'associations et d'organisations, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs villes de France et à Paris le 16 mars 2013.

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques), signataire de la plate-forme logement a participé à ces manifestations et continuera à s'inscrire dans une démarche unitaire pour le droit au logement pour tous et pour toutes.

Le CNAFAL se félicite de voir la Ministre du logement annoncer qu'aucun sans abri ne sera mis à la rue à l'issue de la fin de la trêve hivernale repoussée exceptionnellement au 31 mars.

Cependant et parce que  la situation est intolérable, Il  demande que le gouvernement passe des déclarations aux actes :

·         Ouverture effective des centres d'hébergement toute l'année,

ü  application pleine et entière de la loi Dalo avec la nécessité absolue de reloger avant de procéder à une expulsion locative,

ü  relogement des sans abri avec la prise des mesures de réquisition qui s'imposent.

Le droit à un toit pour tous et pour toutes est un droit INALIENABLE

Aucune expulsion locative n'est tolérable, notamment lorsque l’impayé est dû à un déficit chronique et structurel de ressources. Une famille expulsée, c'est une famille qui se retrouve dans un dénuement presque total.

Le CNAFAL n'ignore pas que pour que chacun ou chacune ait un toit décent, il faut des constructions massives de logements sociaux, une réduction significative des loyers et une politique du logement volontariste (aide à la pierre conséquente).

Le CNFAFL prône depuis plusieurs années l’interdiction absolue d’expulser des familles ou des personnes dont les ressources se situent en dessous du seuil de pauvreté.

C'est une des priorités que doit se donner ce gouvernement pour répondre aux demandes et aspirations de centaines de milliers de familles, les associations étant là comme des forces de proposition et de mobilisation.

 

Le CNAFAL prendra toute sa place dans le combat pour que le droit au logement s'écrive au présent, sans tarder.

Jean-Marie Bonnemayre,
Président,

06 23 82 80 22.

Jean-François Chalot,
Vice-Président,

06 03 05 55 91.

Monique Dupuy,
Administratrice en charge du secteur Logement,
06 84 95 81 62.

 

afl5-rouge

Le CNAFAL a pour but l’étude et la défense des droits et des intérêts moraux et matériels des familles et de chacun de leurs membres, quelles que soient les formes et les réalités sociales de ces groupes d’humains. Organisation laïque et progressiste, le CNAFAL entend promouvoir une conception de la famille dans laquelle chaque membre a des droits et le devoir de défendre les droits des autres. Il affirme les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité, traduction concrète de la solidarité, en donnant son sens plein à la Citoyenneté.

CONTACT : CNAFAL - Conseil National des Associations Familiales Laïques – 108 avenue Ledru Rollin – 75011 Paris

Tél. : 01.47.00.02.40 – Fax : 01.47.00.01.86 - Site : www.cnafal.org - Messagerie : cnafal@cnafal.net

 

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 13:47

                               

Nous dénonçons les interpellations au faciès ; les humiliations liées aux contrôles ; les mises en rétention administratives des hommes et des femmes étrangers sans papiers.

Nous dénonçons le climat de suspicion et les obstacles mis à l’exercice du droit d’asile pour des personnes menacées dans leur vie dans leur pays d’origine.

 

Nous refusons que soient appliquées en notre nom des décisions politiques qui broient des familles, des couples et des individus.

 

Nous voulons que la France reste un pays d’accueil, enrichi par des personnes venues du monde entier et qui circulent.

 

 

 

 

 

Avec ou sans papiers, l’étranger est une personne.

La dignité de chaque personne ne se discute pas, elle se respecte.

Notre silence le crie

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

ACTUALITES – FEVRIER 2013.

 

Alors que le Président de la République a promis plus d’humanité dans le traitement des étrangers en situation précaire

 

Nous constatons :

 

  • Une accélération des procédures d’expulsion sans l’aval des autorités compétentes, voire sans documents de voyages valides et ce en violation de la Souveraineté des Etats, au mépris des droits humains et de la santé des malades étrangers,
  • Des expulsions alors que le délai de rétention de 44 jours est arrivé à son terme,
  • Une  hausse très significative des expulsions d’étrangers 36822  en 2012 (hausse de 1,9% par rapport en 2011) et de 24000 en 2006 à titre de comparaison,  ce sont des existences brisées, des gens humiliés, des familles déchirées, des drames humains inacceptables,
  • Le placement en rétention d’enfants mineurs étrangers accompagnés de leurs parents alors que la France a été condamnée par la Cour Européenne des droits de l’Homme pour cette pratique, et que le Président s’était engagé à l’interdire dès mai 2012
  • Et toujours des violences policières contre les migrants dans la région de Calais,

 

Ces constats  mettent en jeu des principes, ne pas les dénoncer serait être complice de cette politique qui ne résout en rien la crise économique et entraîne une détérioration sans précédent des droits humains,

 

Nous demandons une réforme de la politique migratoire afin de rompre avec cette logique sécuritaire, comme le suggère Thierry TUOT, Conseiller d’Etat, dans son rapport remis au Premier Ministre.

 

 

Dans le 77 de trop rares bonnes nouvelles :

  • La régularisation après 10 ans de vie en France d’une famille Turque et ses 3 enfants
  • Le retour de Moussa expulsé au Mali en 2007 et qui après 6 ans de galère pour lui et ses proches a pu retrouver sa femme et ses 2 enfants et obtenu un titre de séjour
  • L’étude par la préfecture des dossiers d’étrangers pouvant bénéficier de la circulaire du 28 Novembre 2012 en vue de leur régularisation.

 

 

 

 

 

 

 

                                          Le CERCLE DE SILENCE de Melun. 

 S’y retrouvent, à titre personnel, des membres de diverses organisations : Réseau d’éducation sans frontière, Action des chrétiens contre la torture, Ligue des droits de l’homme, Familles Laïques de Vaux le Pénil, CDAFAL77, MRAP, CCFD, Entraide protestante, Cimade, Partenia 77… et aussi des hommes et de femmes n’appartenant à aucune organisation.

                    Si vous êtes sensibles à ces situations,

                Venez nous rejoindre, même quelques minutes

 Chaque dernier mardi du mois, de 18h00 à 19h00,   Place Saint Jean à Melun.

Pour plus d’informations : Dominique Thibaud – 34 rue A.Sommier – 77000 – MAINCY.dominique.thibaud2@wanadoo.fr

 

 

Partager cet article
Repost0

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 09 avril 2021

 Vendredi 14 mai 2021

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France