Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 16:41

Le Conseil départemental des associations familiales laïques de Seine et Marne comprend six associations :

-Familles laïques de Vaux le Pénil

-AFL   Association familiale laïque de Saint Fargeau Ponthierry

-AFL de Fouju

-AFL de Melun

-AFL du Mée sur Seine

-AFL de Champs sur Marne

-AFL de Dammartin en Goëlle

 

D'autres sont en voie de constitution.

Si vous désirez rejoindre l'une des associations ou en construire une nouvelle, nous sommes à votre disposition

 

Les associations de Vaux le Pénil, de Fouju, de Champs sur Marne et du Mée sur Seine ont chacune un site ou un blog  vous trouverez les liens sur ce blog.

 

Le CDAFAL 77 possède un site  départemental

http://www.re3.freesurf.fr

 où vous trouverez des articles intéressants et documentés comme celui

sur le service civique

http://www.re3.freesurf.fr/civiq.html

 

Naturellement pour chaque blog ou site, le lecteur peut réagir pour exprimer son accord ou son désaccord avec le point de vue exprimé.

Ainsi va la démocratie.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Laurissergues Michelle 02/11/2010 16:55


Quels choix pour les deux ans?

L'État n’incitant plus à la scolarisation des enfants qu'à partir de l’âge de 3 ans, les communes vont donc devoir financer encore plus le développement des services à la petite enfance.
En cette rentrée, les articles foisonnant sur la toile démontrent à la fois le désarroi des familles et les interrogations des enseignants et des collectivités.



Je vais donc noter moi aussi quelques unes de mes interrogations et vous inviter à en débattre :

1. Questions de politique générale :

Il faut rappeler tout de même avant tout propos, que si la France a le taux de femmes le plus important au travail en Europe, c'est certainement aussi parce que nous avons une maternelle de qualité
et une diversité des systèmes de garde.

* Les écoles maternelles sont réparties sur l'ensemble du territoire. Les autres modes d'accueil, même s'il existe une offre diversifiée, ne sont pas aussi accessibles, notamment à l'ensemble des
milieux sociaux.
* Cette école accueille les enfants quelles que soient leurs langues, familles et conditions de ressources.
* Partie prenante de l'école primaire et intégrée dans l'éducation nationale, elle est porteuse pour la Nation de valeurs d'unité et de cohésion sociales.

Or aujourd’hui les mesures énoncées et annoncées par le gouvernement, mesures qui dérèglementent les modes d’accueil, notamment par un assouplissement du nombre d’enfants accueillis, sont des
atteintes à toutes ces avancées.

De même que l’attribution de la gestion des structures d’accueil à des organismes privés lucratifs peuvent poser problème :

Comment les collectivités peuvent-elles contrôler la qualité de l’accueil et par exemple, l’égalité des accès à un accueil pour toutes les familles ? La formation des personnels ?

Si les collectivités font le choix de la délégation de service public, que privilégier? Les organismes privés ? Les modes d’accueil gérés par des associations ?

Les jardins d'éveil sont des structures payantes qui se retrouveront même au cœur des écoles maternelles.

2. Questions d’ordre social :

Comment font les familles habitant sur de petits territoires ? Le système D, avec le hasard des modes de garde plus ou moins de qualité ne sera-t-il pas encore le seul possible ?

Comment feront les femmes en recherche d’emploi et ayant de jeunes enfants ? Ne seront-elles pas tentées d’attendre l’entrée en maternelle, donc une année de plus ?

Dans beaucoup de familles, les deux parents travaillent avec un revenu moyen. La maternelle dès 2 ans est la solution la moins chère, tout le monde peut – il pas se payer une nourrice ?
Il n'y a certes pas de solutions à imposer à tous.

Chaque famille doit être libre de décider selon ses attentes et ses possibilités financières mais doit avoir un choix réel.

3. Questions d’ordre éducatif :

Si on lit un extrait du rapport du Sénat qui a donné lieu à la création des jardins d’éveil, on peut y lire :

L'école maternelle s'adresse-t-elle aux enfants de deux ans ?

Les auditions réalisées par le groupe de travail du Sénat ont permis de faire converger les différents points de vue de spécialistes des questions éducatives autour d'un postulat que l'on peut
résumer ainsi : tous les deux ans ne sont pas scolarisables et toutes les écoles ne sont pas prêtes à les scolariser.

Les structures d'accueil du jeune enfant doivent permettre une prise en compte des besoins affectifs et physiques ainsi que du rythme individuel de chaque enfant. Le rythme scolaire déjà peu adapté
pour certains enfants l'est d'autant moins pour les deux ans.

Une classe de très petite section structurellement peu différenciée

* Les classes de très petite section ou de petite section qui accueillent les enfants de moins de trois ans fonctionnent le plus souvent sur le modèle classique de la classe avec les contraintes
qui lui sont inhérentes - locaux, effectifs, programmes.
* Les écoles maternelles ne disposent pas toujours de locaux adaptés aux aptitudes physiques des jeunes enfants.
* Le niveau d'encadrement, qui ne fait pas l'objet d'une réglementation particulière, est pratiqué dans l'ensemble de l'école primaire, alors que les sollicitations des jeunes enfants demandent une
attention individualisée. La classe de très petite section est également organisée selon les objectifs communs à l'ensemble de l'école primaire.



Reposons-nous à présent cette question :
L'école offre t’elle un milieu adapté aux enfants de deux ans ?

Nous sommes plutôt d'accord sur l'énoncé des besoins et l'école maternelle s'est toujours efforcée d'y répondre.

Au regard de la spécificité de l'enfant de deux ans, ne convient – il pas aussi de s'interroger sur les réponses apportées par l’Etat, pour que l'école maternelle réponde aux besoins réels, en
termes d'accueil, d'adaptation et d’apprentissages ?

Plutôt que de faire le procès d’une école maternelle a qui on n’a pas donné les moyens de fonctionner, en termes de propositions adaptées, de formation, de structures, ne conviendrait- il pas de
modifier certaines approches ? Car ce qui se joue c’est le rapport au milieu scolaire.

La question de l’accueil et sa qualité, la question de la socialisation, la structuration du maillage territorial et la mise en synergie des différents acteurs (politiques et personnels de la
petite enfance) la reconnaissance de l’enseignant comme indispensable au même titre que d’autres personnels spécialisés doivent conduire à préciser à nouveau le rôle et la place des différents
acteurs de la scolarisation des très jeunes enfants.

* Synergie à trouver entre les différentes personnes qui s’occupent de la petite enfance, qu’ils soient enseignants, éducateurs ou parents
* Programmes tenant compte du développement global que l'on pourrait avoir pour l’enfant.

Un enseignement ne peut être réduit à un ensemble de savoir-faire mesurés par des évaluations permanentes. La réussite sociale se joue aussi dans un contexte culturel que l’école doit initier.

* Une formation professionnelle spécifique pour les classes maternelles devrait être une composante essentielle de la scolarisation des moins de trois ans.

Lutter au plus tôt contre les inégalités sociales dans un projet national, ne pas s’en remettre entièrement aux collectivités territoriales, assurer une continuité des temps de l’enfant et des
approches, penser différemment la présence du temps de l’enseignant, voilà des pistes non exhaustives qu’on pourrait peut être développer et qui n’auraient pas pour seul objectif de réduire les
dépenses de l’état.

Michelle Laurissergues, présidente An@é, www.acteurs-ecoles.fr


  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 11 septembre 2020

 Vendredi 09 octobre 2020

 Vendredi 13 novembre 2020 

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France