Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 07:55

Le transport solidaire pénivauxois mis à l'honneur.

La revue professionnelle de Travailleurs Sociaux  à diffusion nationale "le journal de l'action sociale" consacre deux pages de son numéro d'octobre à l'initiative mise en place à Vaux le Pénil conjointement par la ville et un collectif associatif.

Certes, c'est Familles Laïques qui coordonne cette action solidaire, mais rien n'aurait été possible sans les nombreux bénévoles qui s'investissent : qu'ils soient une fois de plus remerciés et félicités.

Prenez connaissance de cet article où témoignent des responsables, des bénévoles, une utilisatrice du service.

Merci à eux d'avoir bien voulu collaborer et répondre à Marie JANICOT, la journaliste qui avait pris contact avec nous.

Patrice THEVENY

 

-oOo-    

 

 

Quand le taxi bénévole avance, l'isolement recule

Pas toujours évident de se déplacer pour les personnes dont la mobilité est réduite et qui vivent en territoire rural. Pour éviter d'aggraver leur isolement, une idée a émergé à Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne) : celle d'un taxi solidaire animé par une trentaine de bénévoles. Un double avantage pour les Pénivauxois : un service issu de la solidarité et destiné à la ren­forcer dans un territoire étendu et vallonné.

 

     Par MARIEJANICOT

« Tiens, la voilà!", s'ex­clame Marcelle depuis sa fenêtre. Saisissant sa liste de courses, elle rejoint Suzanne qui l'attend en bas. Le moteur démarre et les deux amies discutent joyeusement. ... Comme beaucoup de personnes âgées de Vaux­le-pénil, Madame Lardon habite la résidence du Château. Ce n'est pas tout près du centre-ville. "En prin­cipe, c'est Suzanne qui vient me cher­cher mais parfois c'est Jean-François ou Alexandrine", raconte Marcelle.                    

Tous sont bénévoles au service du taxi solidaire mis en place par la Mairie.

 

"Mais on préfère ne pas parler de taxi", précise Colette Llech, Maire adjointe aux solidarités et à l'inser­tion des personnes handicapées. Ici, pas de condition de ressources ni de degré de dépendance, tous les habi­tants en difficulté de Vaux-le-pénil peuvent faire appel au service. Et c'est gratuit. Le principe est simple: des chauffeurs bénévoles se relaient au volant du véhicule municipal pour

accompagner les personnes en perte d'autonomie ou dans l'incapacité momentanée de conduire. Un ser­vice à la carte du lundi au samedi.

PAS DE CONCURRENCE AVEC LES TAXIS

Pour faire appel au service, rien de plus simple, assure Madame Lardon qui utilise ce service tous les vendre­dis depuis trois ans pour aller faire ses courses. Il suffit d'appeler l'associa­tion et de s'inscrire. l'accueil télépho­nique est ouvert en semaine de 9h à 1lh et de 14h à 17h, et on peut lais­ser ses coordonnées sur le répondeur. Le jour fixé, un bénévole vient cher­cher la personne à son domicile. Les demandes des personnes sont très divers: faire une course, rendre visite à un proche ou aller chez le méde­cin ... "Des besoins pour lesquels les intéressés auraient eu du mal à trou­ver un taxi ou un véhicule sanitaire", explique la maire adjointe. "Et on veille à ne pas de faire concurrence aux transports collectifs s'adressant aux personnes titulaires d'une carte d'in­validité ou de stationnement, comme le PAM 77 du Conseil général'; ajout e­t-elle.

"Ainsi, les trajets ne doivent pas excé­der un rayon de 20 kilomètres et nous poussons les personnes à se réunir pour se déplacer ensemble'; explique  Patrice Théveny, président de l'Association Famille Laïques (AFL) à l'origine du projet.

PEU DE MOYENS, BEAUCOUP D'HUMAIN

Tout a commencé en 2007 avec la création du "Collectif Intergénéra­tion" rassemblant plusieurs asso­ciations autour de Familles Laïques -le Secours Catholique et le Secours Populaire, rejoint par France Béné­volat -. "Grâce à une enquête nous avons pu vérifier que certaines per­sonnes âgées ne sortaient jamais de chez elles", précise Patrice Théveny. C'est ainsi qu'émerge l'idée du taxi solidaire. Le projet a reçu aussitôt l'a­val de la mairie qui met à disposition le véhicule dont l'association a besoin et prend en charge les frais d'entre­tien et d'essence. Au final près de 300 allers-retours par an sont effectués, ce qui contribue à maintenir les personnes âgées chez elles, mais aussi à nouer des relations entre elles", ana­lyse Suzanne Caron, l'une des trente bénévoles de l'association, qui consacre une demie-journée par semaine à ce service. "Pour certaines personnes très isolées, c'est le seul moment de la semaine où elles peuvent parler à quelqu'un", insiste Patrice Theveny.

 

"Localement, le Centre local d'infor­mation et de coordination géron­tologique (Clic) et le CCAS remplis- sent volontiers le rôle de médiateur': précise-t-il. Les associations d'aide et de soins à domicile, les facteurs et les bailleurs sont aussi de très bons relais de l'information. "Les deman­des sont donc de plus en plus nom­breuses': se réjouit la bénévole. "C'est pourquoi il faut s'inscrire au moins 48 heures à l'avance, et qu'il nous est apparu indispensable d'embaucher une secrétaire pour tenir l'agenda et fixer les rendez-vous'; explique Patrice. Une coordinatrice qui fait le lien avec les associations locales, et gére à la fois les demandes d'accompagnement et le vivier de bénévoles. Cela est rendu possible grâce au financement d'un emploi tremplin par le conseil régional. Et pour répondre â la demande, l'hypothèse d'un second véhicule est aussi posée. "Mais ce qui fait la force du service par-dessus tout, c'est la fidélité des bénévoles qui sont là par conviction", soutient le président. Et les personnes le sen­tent. C'est aussi l'engagement du col­lectif qui envisage déjà d'élargir ce concept à des sorties ou des voyages avec le minibus de la Mairie. Pas éton­nant que ce projet soit plébiscité parmi les meilleures idées solidaires adop­tées par les Maires via le Manifeste des municipales du journal 20 Minutes et de RMC!

                  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                26

Partager cet article

Repost0

commentaires

THEVENY Patrice 07/11/2010 09:19


Ci-dessous un commentaire reçu par mail :

Bravo! Voilà un bel éclairage sur la solidarité de notre commune. Félicitations à votre association Familles Laiques.
Antonio Abbruzzese
Gérard Galia


  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 11 septembre 2020

 Vendredi 09 octobre 2020

 Vendredi 13 novembre 2020 

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France