Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 12:19

 

 

 

Familles laïques, la revue nationale du CNFAL publie un dossier 4complet
Voici l'éditorial de Jean-Marie Bonnemayre que vous lirez ci-dessous.
Si vous souhaitez recevoir le dossier complet, envoyez un courriel à


familleslaiques.vlp@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un débat pas neutre politiquement

Par une certaine « mise en3

condition » de l’opinion

publique, le débat sur la dépendance

ressemble au débat sur les

retraites et, chaque fois, la tournure

des solutions préconisées peut

rompre la solidarité et remettre en

cause les fondements de la protection

sociale telle qu’elle a été bâtie

entre 1946 et 1948.

La technique est la même : on brosse un

tableau très noir des évolutions démographiques

jusqu’en 2040 ou 2050 avec le « poids » des personnes

âgées et de la dépendance. A cela s’ajoutent les projections

de dépenses à assurer pour faire face à une

situation que l’on nous décrit comme inéluctable.

L’objectif étant à la fois de développer le recours sur

succession et les assurances privées par contribution

obligatoire. Tout est affaire de curseur. Le CNAFAL rappelle

qu’avant la création de l’allocation personnalisée

d’autonomie (APA), il existait la PSD, prestation

sociale dépendance ; celle-ci n’avait jamais eu que

100 000 bénéficiaires du fait que la récupération sur

succession était la règle. La plupart des personnes

âgées ne souhaitent pas que leur patrimoine unique,

leur maison familiale – fruit en général d’une vie de

labeur et d’épargne – puisse être vendue et leurs

enfants ou petits-enfants ne pas pouvoir en hériter.

Lorsque l’APA a été créée comme allocation universelle

par Paulette Guinchard-Kunstler, ministre socialiste

en 2000, immédiatement, le nombre de bénéficiaires

a bondi à 800 000 ! Aujourd’hui, nous sommes

à 1 000 000 de bénéficiaires dont 61 % vivent à leur

domicile, grâce notamment à l’APA qui permet de

financer les soins et les aides à domicile.

Pour les banques et les assurances privées,

les personnes âgées et la dépendance

deviennent un marché à prendre. Les actions financées

par les différentes aides aujourd’hui représentent

un marché de 21,5 milliards d’euros qui attire

toutes les convoitises, l’assurance maladie en assurant

presque 13 milliards, les départements 4,5 milliards

et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

à peu près 3 milliards. Si le recours aux

assurances privées et obligatoires s’effectue, c’est une

brèche sciemment ouverte dans la Sécurité sociale.

On connaît le projet des libéraux qui nous gouvernent

et qui consiste à réduire petit à petit les différentes

branches de la Sécurité sociale (famille, assurance

maladie, assurance vieillesse) à un socle de

base réservé aux plus bas revenus. Au-delà, les

mutuelles et les assurances privées entreraient en jeu

sur le modèle anglo-saxon. Or, un quart des Américains

n’ont pas d’assurance maladie, les fonds de

pension qui assurent les paiements des retraites ont

essuyé de telles pertes lors de la débâcle financière

de 2008 que des personnes de plus de 75 ans se sont

retrouvées ruinées ou se sont mises en quête de

petits boulots pour survivre. Veut-on cela ?

Bien sûr, on essaie de nous rassurer en nous indiquant

que le fonds assurantiel privé serait garanti par l’Etat.

Mais la Cades (Caisse d’amortissement de la dette

sociale), créée par Lionel Jospin pour gérer le déficit

de la Sécurité sociale (en l’abondant par l’argent des

privatisations), a essuyé de graves pertes sur les marchés

financiers : entre 6 et 8 milliards d’euros. Il n’y a

rien de garanti à partir du moment où ces fonds sont

placés sur les marchés : CQFD.

On nous dit aussi que le recours sur succession

ne pourrait toucher que les hauts

patrimoines. Soit ! Mais en bons laïques que nous

sommes, le CNAFAL a toujours été pour l’universalité

de la Sécurité sociale et c’est à la fiscalité de corriger

les inégalités et notamment les écarts de revenus. Surtout

à un moment où ceux-ci sont devenus colossaux.

En France, les 100 000 ménages les plus riches gagnent

plus de 500 000 euros par an et dans ces revenus un

petit tiers sous forme de salaires, un autre tiers provient

des plus-values mobilières. Ce sont les rentiers.

L’évasion fiscale des riches est évaluée à 40 milliards !

Les grandes multinationales françaises

sont moins imposées sur leurs plus-values que

les entreprises allemandes. Aujourd’hui, les bénéfices

des entreprises du CAC 40 sont supérieurs à ceux

d’avant la crise. Cherchez l’erreur. A travers le débat

sur la dépendance, c’est l’avenir de notre protection

sociale qui se joue. Et on rationne les financements

pour rationner les soins, notamment dans le champ

de la prévention qui est essentiel ! Or, la prévention

depuis une décennie est marginalisée : on a presque

liquidé la médecine du travail, la médecine scolaire.

La paupérisation massive fragilise la santé des

familles. Cependant, il est vrai que les pauvres ne

deviennent pas vieux… Telle est la quadrature du

cercle. Mais aussi apprenons aux gens à vieillir en

bonne santé. La mort se prépare tout comme on se

projette dans la vie. Le CNAFAL soutient d’ailleurs le

droit à mourir dans la dignité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 12 Mai 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 09 Juin 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France