Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 09:35

 

Nous allons publier les différentes interventions faites, au fur et à mesure de leur(s) arrivée(s).

Certaines sont à la saisie, merci d'ailleurs à Anne Marie pour ce travail très important, d'autres sont déjà sous forme d'un texte.

Les interventions dans la salle seront restituées....N'hésitez pas à nous adresser vos remarques, vos réflexions et vos propositions !

colloque-salle.jpg

 

 

 


COLLOQUE-DELECOURT.jpg

 

Construire et faire vivre un réseau local de solidarité

Colloque Familles Laïques du 28 Novembre 2014

 

Intervention de Christian DELECOURT

 

Bonjour à tous,

 

L’Association Familles Laïques organise chaque année, à la même période, un colloque sur des thématiques diverses et variées comme la scolarité, la petite enfance, le logement, la santé des jeunes, l’accès à la langue française.

 

Cette année ce colloque est un peu différent puisqu’il a pour objectif de déboucher, si possible, sur une action spécifique, à savoir la création d’un réseau local de solidarité. C’est volontairement que ni Familles Laïques ni moi-même ne donnerons pas de définition d’un tel réseau puisque c’est vous qui le définirez si du moins vous êtes intéressés par ce projet.

 

Ce que l’on peut dire, c’est qu’aujourd’hui, face à l’accroissement des situations de précarité économique et d’isolement social, la mobilisation des acteurs de proximité de la solidarité publique et associative est une réponse certes incontournable mais pas suffisante.

 

En effet si la proximité permet d’agir au plus près de la réalité des personnes dans leur environnement de vie, elle doit pouvoir s’appuyer sur une connaissance précise des moyens et des compétences mobilisables sur un territoire et surtout sur leur coordination.

 

La multiplicité des interventions non coordonnées sur un territoire tend à morceler l’accompagnement des personnes au risque de rendre cet accompagnement incohérent. De plus elle représente un surcoût humain, matériel et financier.

 

D’ailleurs l’idée de ce colloque est venue suite à une situation dont Familles Laïques a eu à s’occuper l’an passé et où il s’était avéré que plus d’une vingtaine d’organismes différents - publics comme associatifs - intervenaient également autour de cette situation. Je crois qu’un témoignage en ce sens est prévu.

 

D’autre part nous savons que les contraintes financières actuelles imposent aux acteurs de l’action sociale de mieux coopérer à travers une injonction toujours croissante de mutualisation des moyens sur leur territoire d’intervention. Cette injonction à la mutualisation sous toutes ses formes est devenue un leitmotiv de la puissance publique.

 

L’objectif de ce colloque est donc de mobiliser les différents acteurs de la solidarité sur le territoire de la Communauté d’Agglomération de Melun Val de Seine pour jeter les bases d’un réseau local de solidarité à partir de trois notions simples déjà expérimentées sur d’autres territoires :

D’abord se connaître : c’est-à-dire identifier les différents acteurs de l’action sociale au sens large, savoir qui fait quoi sur le territoire ?

Ensuite se reconnaître : c’est-à-dire repérer quelles sont les complémentarités, quelles sont les coopérations possibles entre les différents acteurs ?

Enfin agir ensemble : c’est-à-dire rechercher quelle mise en œuvre, quelle coordination est souhaitable entre partenaires ?

 

A terme l’idée est d’élaborer un outil commun basé

d’une part sur une sorte de protocole de coopération entre les membres du réseau

et d’autre part sur un éventuel Annuaire ou sur une Base de données des ressources intercommunales de solidarité.

 

 

Pour cela nous comptons bien entendu sur votre participation mais également sur le soutien de RESO 77 et sur son expérience au niveau départemental.

 

Pour apporter un point de précision : si c’est le territoire de la Communauté d’Agglomération de Melun Val de Seine qui a été retenu, c’est tout simplement parce que quel que soit l’avenir des départements qui de toute façon vont rester l’acteur principal de l’action sociale et médico-sociale dans l’immédiat, le rôle des intercommunalités ira en s’accroissant dans l’avenir.

 

Pour préparer ce colloque, Familles Laïques m’avait demandé de faire un petit questionnaire en direction des différents acteurs de l’action sociale et médico-sociale du territoire de la Communauté d’Agglomération de Melun Val de Seine. Plus d’une centaine de questionnaires ont été envoyés mais les retours ont été très faibles puisque seulement 15 organismes ont répondu. Je note d’ailleurs que l’Association Familles Laïques n’a pas répondu à son propre questionnaire.

 

Les organismes contactés ont été très diversifiés, puisqu’il avait aussi bien le secteur public, les associations en délégation de service public et les associations d’entraides. L’ensemble du secteur social, médico-social et parfois sanitaire a été contacté et les réponses ont été représentatives de ces différents secteurs et de ces différents organismes.

 

Ainsi ont répondu : le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des familles, l’UDAF, la CAF, le Réseau Ville Hôpital, un Bureau d’Information Jeunesse, deux CCAS, une association intervenant dans le champ de la protection de l’enfance, une association regroupant des associations d’aide à domicile et 6 associations d’entraides.

 

Les 15 réponses vont à peu près toutes dans le même sens :

d’une part il est fait part de l’existence d’un partenariat déjà bien implanté mais souhaitant être étendus,

d’autre part il est annoncé un intérêt pour un éventuel annuaire dès lors qu’il serait régulièrement actualisé.

 

Certes 15 réponses c’est peu mais votre importante participation de ce soir montre votre intérêt pour ce sujet d’un réseau local de solidarité. D’ailleurs je crois que depuis que Familles Laïques organise ses colloques de Vaux le Pénil, c’est la première fois qu’il y a une participation aussi importante.

 

Maintenant rappelons quelques principes simples : quand on parle de partenariat on parle généralement de contractualisation entre organismes, quand on parle de réseau on est plutôt dans une logique moins formelle de coopération entre différents acteurs en fonction d’un objectif qui peut être ponctuel.

 

Ce qu’il faut noter c’est que si la logique de travail en réseau a pris une telle ampleur ces dernières années, c’est parce qu’elle correspond à une évolution sociétale.

 

Des sociologues comme Luc Boltanski ou Serge Paugam ont ainsi montré que la société fonctionne aujourd’hui de plus en plus en réseau et que la capacité des personnes à s’inscrire dans une pluralité de réseaux réels (et non pas virtuels, c’est important) conditionne leur autonomie et leurs capacités d’épanouissement. Inversement on constate que les personnes qui sont les moins inscrites dans des réseaux relationnels sont aussi les plus vulnérables.

 

Bref la logique d’une action sociale en réseau correspond à la logique d’une société en réseau.

 

D’ailleurs il existe une forme spécifique de travail social basée sur le travail social de réseau qui consiste à mobiliser les réseaux primaires et secondaires des personnes accompagnées.

 

De même on voit se développer les formations à des fonctions de type « ingénierie sociale » ou encore « coordonnateurs » qui sont caractéristiques de cette évolution actuelle.

 

Enfin les professionnels du social connaissent bien ce mot barbare de « désinstitutionnalisation » qui veut dire que l’action sanitaire, médico-sociale et sociale a aujourd’hui basculé d’une logique d’établissement à une logique de service (on parle aussi d’une logique de dispositif) et que dorénavant c’est sur un fonctionnement en réseau autour des personnes qu’il conviendra de s’appuyer.

 

C’est pour aller dans ce sens que pour terminer je souhaite citer le Rapport Piveteau destinée à la Ministre de la Santé. Ce rapport date de Juin 2014 et il porte certes sur le secteur du handicap mais ses idées centrales s’appliquent également au secteur social dans son ensemble.

 

Je cite certains éléments de synthèse :

 

« L’offre sanitaire, médico-sociale et sociale doit se réorganiser pour ne plus simplement proposer des « places » mais des « réponses ». La place est une case dans laquelle ne rentrent que les profils qui lui correspondent. La réponse est un dispositif modulaire, capable de combiner plusieurs prises en charge médico-sociales, sanitaires, éducatives, et d’épouser les situations complexes ou évolutives.

 

La réponse doit s’adresser à la personne là où elle est, c’est-à-dire en priorité dans son environnement de vie ordinaire.

 

La réponse (sanitaire, médico-sociale, sociale, scolaire, professionnelle) proposée à une personne … doit être accompagnée, c’est-à-dire assortie des trois devoirs d’un service public accompagnant : 

 La veille proactive : la réponse n’est que la partie émergée d’un processus permanent d’orientation, fait de vigilance et d’anticipation sur les besoins, auquel concourent tous les accompagnants (permanents ou ponctuels), au service de la personne elle- même

 La coordination des interventions multiples : garantir qu’il y a toujours une réponse peut obliger à mettre bout à bout des étayements multiples, ou conduire à des réponses qui ne sont pas immédiatement à hauteur du souhaitable. La gestion active de cette complexité et la capacité d’opérer des améliorations incrémentales des « réponses » proposées est au cœur d’un service public accompagnant.

 L’appui (« empowerment ») : des réponses plus modulaires et proches du milieu ordinaire de vie constituent, pour la personne et ses proches, des appels à être vraiment pilotes de leurs parcours »

 

Sauf erreur, il me semble que les propositions de ce rapport peuvent être un axe d’articulation entre les acteurs publics, les associations déléguées à des missions de service public et les associations d’entraides.

 

 

Je vous remercie

Partager cet article

Repost0

commentaires

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PÉNIL

 

 Vendredi 11 septembre 2020

 Vendredi 09 octobre 2020

 Vendredi 13 novembre 2020 

sur rendez-vous au 

09 75 38 81 13 

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry, Moissy Cramayel.....

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France