Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 08:07
Le coût d’une expulsion locative

Depuis 2004, le CNAFAL chiffre le coût social et financier d’une expulsion locative et avant même que Martin Hirsch ne produise en 2013, son ouvrage « cela devient cher d’être pauvre » nous l’avions démontré dans le champ du logement, en chiffrant le coût d’une expulsion locative.

Le coût de l’expulsion se situe entre 780€ et 2000€ dont 85% à la charge du locataire expulsé.

Le placement d’un enfant suite à une expulsion coûte environ 5000€ par mois au Conseil Général.

En cas de placement à l’hôtel le coût journalier varie entre 80€ et 120€

Tout ceci sans compter le coût administratif mais aussi le coût de l’accompagnement social et le plus important : le coût social, les personnes expulsée se retrouvent ballotées errant de centre en centre et

Le CNAFAL veut montrer l’absurdité de ce système qui brise chaque année des milliers de familles.

En 2013, il y a eu 161 000 assignations au tribunal pour rompre le bail de location.

En 2012, 126 000 décisions d’expulsions ont été prononcées par les tribunaux.

Le DALO est détourné de sa mission passant d’une solution exceptionnelle à court terme, à un standard qui peut durer plusieurs années.

Le CNAFAL souhaite qu’aucune expulsion ne soit prononcée

Il propose également de ne plus supprimer les APL en cas de retard de loyer afin de ne pas aggraver la situation de ces familles

Les logiques institutionnelles à l’œuvre depuis 20 ans dans le secteur du logement, broient les familles, amplifient la précarité, coûtent de plus en plus cher et conduisent notre société jusqu’à l’absurde dans une impasse.

Le coût d’une expulsion locative – document complet.

social-pauvreté-SDF-immobilier-logement-manifestation
Manifestations samedi contre la reprise des expulsions locative
s

Paris, 26 mars 2015 (AFP) - Plusieurs manifestations sont programmées
samedi dans toute la France, pour dénoncer la reprise des expulsions locatives
à partir du 1er avril, et la fermeture des places d'hébergement hivernales
pour sans-abri, a annoncé jeudi un collectif d'associations et de syndicats.
La trêve hivernale des expulsions, qui a protégé pendant tout l'hiver les
plus démunis, s'achève au 31 mars. Elle va replonger dans l'angoisse des
milliers de familles dans l'attente d'une intervention policière.
Au même moment, les 8.000 places d'hébergement d'urgence ouvertes pendant
l'hiver pour mettre à l'abri les SDF vont commencer à fermer, risquant de
renvoyer à la rue des milliers d'entre eux, même si le ministère du Logement a
annoncé mardi la création de 2.000 places supplémentaires pérennes.
Des manifestations sont programmées samedi, notamment à Paris à 15H00 place
de la République, Nantes, Rennes, Clermont-Ferrand, Lille, Rouen, Toulon,
Lorient, Toulouse ou encore Saint-Denis, ont annoncé les représentants de la
Plateforme logement des mouvements sociaux, lors d'une conférence de
presse.
"On n'a jamais connu autant de jugements d'expulsion, ni autant de
personnes sans abri", a souligné Jean-Baptiste Eyraud de l'association Droit
au logement (Dal). 125.000 jugements d'expulsion ont été rendus en 2013, et
140.000 SDF recensés.
Dans "un contexte de paupérisation des classes populaires", les locataires
"souffrent de la cherté des loyers", a-t-il expliqué, réclamant notamment
l'arrêt des expulsions sans relogement, l'arrêt des coupures d'eau,
d'électricité, et de gaz en cas d'impayés, l'application de la loi Dalo (droit
au logement opposable) et "la réalisation massive de logements sociaux".
"Il n'y a qu'une part infime" des locataires menacés d'expulsion qui sont
"indélicats", a souligné Marion Lagaillarde, du Syndicat de la magistrature,
soulignant qu'il s'agissait "de gens des classes populaires qui ont un
accident de vie". "Ca peut être tout simplement un frigo en rade, une maladie,
qui fait un trou dans le paiement du loyer, impossible à rattraper", a
expliqué cette juge d'instance, amenée à traiter de nombreux dossiers de ce
type.
"Il n'y a pas de volonté politique de prévention des expulsions", a déploré
de son côté Benoit Fillippi, du Réseau Stop aux expulsions (Résel). Il
rappelle notamment que selon une circulaire de 2012, les bénéficiaires du
droit au logement opposable ne doivent pas être expulsés sans une solution de
relogement, et les préfets doivent informer toutes les personnes menacées
d'expulsion de leur droit d'y recourir. Mais "pas une seule lettre
d'information" n'a été faite en Ile-de-France, dit-il, estimant toutes les
expulsions "illégales".

Le coût d’une expulsion locative

Partager cet article

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 13 Octobre 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Novembre 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France