Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 23:01
La maltraitance sociale

Ces enfants qui ne sont pas nourris …

Je ne cesse de m'étonner et de m'indigner lorsqu'il m'arrive de croiser de jeunes enfants qui ignorent tout de leur environnement. Que j'évoque la Loire ou bien les animaux, la nature ou bien un monument, je me retrouve face à des yeux écarquillés et des mines interrogatives. Mais de quoi veut-il bien nous parler ?

Car il faut se rendre à l'évidence, désormais on laisse une quantité non négligeable d'enfants sans cette éducation naturelle que constituaient les sorties avec les parents ou même les centres de vacances ou de loisirs. En ce qui concerne les parents, beaucoup subissent de plein fouet une crise qui n'est pas qu'économique ; ils ne sont plus capables d'initier leurs rejetons à cette curiosité qui permettait de s'ouvrir à l'environnement. Quant aux structures de loisirs, elles sont si mal en point financièrement qu'elles se contentent désormais de faire de la garderie .L'école se trouve confrontée à une inculture sidérante : des élèves ignorent tout de ce qu'il y a peu de temps encore, semblait naturel à la grande majorité. Le manque d'expérience, de vécu dans un grand nombre de domaines quotidiens est tel que beaucoup d'apprentissages ne peuvent se faire pour cette frange des exclus. Et ceux-là sont nombreux, je peux vous l'affirmer.

Il y a des enfants qui n'ont jamais assisté à un échange d'argent sur un marché ou bien dans un magasin, qui n'ont pas vu un animal de ferme, qui ignorent tout de la nature, en dehors du quartier ou bien de la ville, qui passent leur jeunesse devant un écran. Ils grandissent sans nourriture spirituelle, sans éveil à la curiosité et la découverte. Ne croyez pas que j'en rajoute ; j'en croise et, dans les classes composées de ces catégories sociales dites défavorisées, le pourcentage des exclus de l'exploration est très important.

Quels sont les résultats de cet abandon dramatique, de cet asséchement cognitif qu'on constate sans avoir les moyens de les corriger ? Tout d'abord, une absence grandissante de vocabulaire et de références pour comprendre leur environnement proche. Ces enfants vont grandir avec moins de mots, moins de sollicitations, moins de mises en pratique et, au bout du compte, ce qu'ils n'auront pas abordé par le jeu, la visite, la découverte, sera irrémédiablement perdu.

Oh, bien sûr, ils seront plus à l'aise que les générations précédentes pour manier une console, envoyer un message sibyllin ou bien pianoter sur un ordinateur. Mais de quoi leur serviront ces compétences s'ils ne savent pas ce qu'est un château, un tableau, une statue, une vache ou bien même un chou-fleur ? Nous allons être surpris du ravage que constitue cette maltraitance sociale qu'il ne faut surtout pas imputer aux seuls parents.

C'est l'école maternelle qui devrait être la priorité des priorités pour lutter contre l'obscurantisme qui se nourrit de ce tsunami de l'intelligence. Elle devrait disposer de moyens qu'on préfère attribuer sans nuances aux lycées d'enseignement général, une fois que l'écrémage est effectué. La belle affaire que de multiplier les options et les filières, toutes plus onéreuses les unes que les autres, quand le minimum n'est pas accordé aux plus jeunes !

La bataille du langage est primordiale mais comment l'expliquer à des élites qui se targuent désormais d'user d'anglicismes à tous bouts de phrase ? Comment continuer de s'étonner de l'échec de l'apprentissage de la lecture quand celle-ci est mise en œuvre sur des terrains vierges de mots ? Comment croire que le niveau va monter quand la phase de l'apprentissage naturel est totalement absente pour tant d'enfants privés de culture ?

L'acculturation est en marche. Elle s'accélère et personne ne fait rien que de proposer des cours de morale ou de civisme une fois qu'il est trop tard. Je sais que je prêche dans le désert, que nos bons responsables ne peuvent pas se rendre compte de la situation, eux, bien à l'abri dans leur monde clos et protégé, eux, qui préservent leurs enfants en les inscrivant dans des écoles à l'opposé du tableau évoqué ici.

Alors, apprenons la Marseillaise à des enfants qui n'auront jamais vu un sillon de leur vie, qui ignorent tout de l'idée de patrie, qui ne connaissent que la tyrannie d'une télévision, instrument d'aliénation si puissant que l'école est désarmée face à ce monstre sanguinaire. Apprenons-leur les principes de la morale civique tandis que la République, si peu exemplaire, continue de les abandonner. Tout ira à vau-l'eau mais au fond, cela n'a aucune importance : il faut maintenir en état la variable d'ajustement …. Il n'y a qu'à faire un peu plus de place dans les prisons pour accueillir les exclus de l'éducation !

Colériquement leur.

Nabum

Partager cet article

Repost 0
Published by familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

C’est Nabum 30/01/2015 14:59

Tous

Merci pour vos commentaires.

Je n’ai eu de cesse de tirer un signal d’larme en décrivant de l’intérieur les difficultés au sein d’une Segpa en cinq années de textes qui ne cachaient pas la vérité.

L’école sombre avec notre société, elle laisse sur le bas côté ceux qui seront la varibale ajustable de demain, ceux qui seront le noyeu dur du chomage pour effrayer les travailleurs et maintenir l’absence de réaction ...

Le prix de leur docilité, l’inculture !

Sans vergogne, les pouvoirs ont permis d’affadir la mission du service public d’éducation pour priviligier d’une part les filières réservées aux enfants de la classe dominante et pour réduire à néant la conscience sociale des autres catégorie.

Le socle commun des connaissances, cette vaste fumisterie contribue grandement à leurrer ces pauvres gens. J’ai honte de ce qu’est devenue notre école, une garderie ingouvernable qui n’est plus capable de rivaliser avec les machines à décébrer, toutes au service d’une vision purement mercantile de notre société.

THEVENY Patrice 30/01/2015 12:51

Merci tout d'abord à vous Nabum pour votre article.
Nous qui faisons de l'accompagnement à la scolarité une de nos priorités, constatons le manque de culture générale évident des enfants qui viennent à nous. Le vide est abyssal parfois.
Je ne parle pas des plus jeunes, des élèves d'élémentaire, quoique je suis très inquiet quand simplement, un élève de CM2 ignore ce qu'est une commune, un maire. Que le mot "municipalité" ne lui parle pas plus que cela je peux le comprendre.
Mais ce n'est plus de l'inquiétude que j'ai lorsque le même constat est fait avec des élèves de collèges voire de lycée.
Pourtant tous ne sont pas issus de milieux défavorisés.
Ce que je constate surtout c'est un manque cruel de curiosité : très peu lisent et les rares qui le font, cela se remarque de suite. Et quand je parle de lecture, je ne pense pas qu'aux livres.

Quant aux programmes scolaires et leurs contenus, je ne m'engagerai pas, mais à force du faire du saupoudrage à tout va au nom de "l'ouverture sur le monde", on en oublie l'essentiel : les bases du savoir et la maitrise des outils que sont la lecture, l'écriture, l'orthographe et la grammaire, les mathématiques, qui eux permettraient aux jeunes de s'épanouir et s'enrichir culturellement.

Certes, beaucoup de nos jeunes concitoyens n'ont pas la possibilité de découvrir de visu les régions françaises et leurs spécificités, la nature, ... financièrement parlant certaines familles ne peuvent pas le leur offrir, les collectivités et les organismes, de plus en plus assujettis à des "résultats chiffrés" et non socioéducatifs ont de moins en moins les moyens de le faire, voire la volonté de le faire lorsqu'il s'agit de répondre aux attentes des actionnaires.
Mais cela a toujours existé :
lorsque j'étais enfant, (j'ai 56 ans) je me souviens avoir été surpris, voire moqueur, lorsque une famille parisienne en vacance dans ma campagne profonde, découvrait les vaches, étonnée de leur taille et ignorait que le lait qu'elle buvait chaque matin provenait de la traite du dit bovidé.
De mon côté, le passage d'un cirque m'avait permit de découvrir qu'un éléphant était énorme, gris, .. moche et non ce charmant animal bleu qu'était "Trompette" dont je lisais chaque semaine les aventures dans la revue hebdomadaire de ma mère.

Je ne suis bien sûr pas contre les nouvelles technologies telle l'informatique et internet, mais ces outils prodigieux ne peuvent être bien utilisés et utiles qu'avec les bases élémentaires évoquées plus haut.

Le savoir vivre ensemble, la tolérance, l'envie de connaître l'autre sont aussi des facteurs indispensables pour le bon développement intellectuel des enfants, des jeunes et des adultes ...

Au sein de notre association, à travers l'ensemble de nos activités , ateliers et actions c'est ce que nous tentons modestement de faire.

Voilà, j'ai jeté en vrac mes premières impressions tout de suite après avoir lu ce texte, qui je l'espère va susciter d'autres commentaires et échanges.

Patrice THEVENY

plomberie paris 6 30/01/2015 12:06

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com 30/01/2015 13:13

Bonjour
merci de votre passage et de votre lecture assidue, mais vous n'avez pas laissez de lien ...
A très bientôt

Alain ANTOINE 30/01/2015 09:31

Magnifique réflexion qui nous change des laïus consensuels! Merci pour ce cri de révolte!

jean-claude decat 30/01/2015 11:40

Bonjour à tous les lecteurs de ce blog,
J'ai peur que ce diagnostic porté soit en réalité une autopsie...
L'effroi me gagne quand j'imagine le monde que nous laissons à nos petits-enfants (pour ma part mes deux enfants n'ont qu'un pied dedans, dans la mesure où ils ont encore bénéficié d'une instruction républicaine ). On ne dira jamais assez les méfaits du néo-libéralisme qui se plaît à détruire la société pour un profit plus grand. La multiplication des options dans l'enseignement est l'outil idéal de la déculturation car la segmentation des savoirs combat l'universalité de l'instruction répuplicaine. Refermer l'éventail des choix à l'aube de la vie adulte revient à emprisonner chaque individu dans un monde excluant autrui. Le premier ennemi des libéraux est la fraternité - ou la solidarité -.

  • familles-laiques-de-vaux-le-penil.over-blog.com
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque
Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77
  • C'est une association familiale laïque qui lie le combat social et le combat laïque Son projet associatif s'inscrit dans le PAL ( prestation d'animation locale) et le PAL Vaux le Pénil est adhérent à la Fédération des Centres Sociaux 77

AGENDA

 

 

  -oOo-

 

PROCHAINES PERMANENCES "INFO DETTE"

  à VAUX LE PENIL

 

Vendredi 13 Octobre 2017

 

    Affiche surrendetement RVB    

 

Prochaines permanences "Info dettes"

à Vaux le Pénil

 

 

Vendredi 10 Novembre 2017 

 

 

 

 

 

Sinon, toute l'année,  il y a des permanences hebdomadaires à 

 Melun, Dammarie, Le Mée, St Fargeau-Ponthierry,

Renseignez vous auprès de notre secrétariat !

Qui sommes nous ?

Association fondée sur le principe de la laïcité,

intervenant dans tous les domaines

 où l'intérêt des familles est concerné.

     logo rose afl

Animée uniquement par des bénévoles, l'association propose différentes actions telles que : Accompagnement scolaire, alphabétisation, info dettes, écoute et soutien des familles, écrivains publics, informatique, échanges de savoir-faire. 

 

Surtout n'hésitez pas à nous laisser des commentaires en utilisant le lien en dessous de chaque article De même, lisez les commentaires, ils vous en inspireront peut-être d'autres Notre PAL est subventionné par la Caisse d'Allocations Familiales 77 et le Conseil Régional d'Ile de France